Archives par étiquette : esthétique

Publication : « La main et la matière »

PARRET Herman, La main et la matière, Paris, Hermann Philosophie, 2018.

Présentation de l’éditeur :

Comment la main donne-t-elle forme à la matière dans la pratique artistique ? Comment concevoir leur rapport dans la genèse d’une œuvre d’art ? Le présent ouvrage propose une relecture de la pensée esthétique à partir de questions durablement escamotées par ses historiens. Au revers de l’oculocentrisme dominant s’est développée en effet, dès la naissance de l’esthétique au XVIIIe siècle, comme la face occulte d’un Janus, une haptologie de l’œuvre d’art qui détermine l’expérience esthétique comme essentiellement sensorielle et corporelle, et la pratique artistique comme le cheminement de la main trouvant son chemin au cœur de la matière.

Herman Parret retrace l’histoire de cette esthétique haptologique et en analyse les concepts-clés à travers une relecture des textes fondamentaux, de Baumgarten à Lyotard, en passant par Lessing, Diderot, Kant, Herder, Nietzsche, Riegl, Husserl, Merleau-Ponty, Jean d’Udine, Henri Focillon et Gilles Deleuze. Il montre comment l’hypothèse haptologique s’immisce dans le cadre général de réflexion de ces penseurs et finit toujours par s’y justifier, dégageant une continuité méconnue sur plus de deux siècles d’esthétique philosophique.

Herman Parret est professeur émérite de philosophie du langage et d’esthétique à l’université de Louvain (KU Leuven). Ses publications concernent la pragmatique linguistique et philosophique, la sémiotique textuelle et visuelle, l’épistémologie de la linguistique et de la sémiotique, et l’esthétique philosophique.

Conférence du GRHAM : « De la messe à la contemplation esthétique. La mise en scène de la peinture religieuse au XVIIIe siècle » par Martin Schieder (Paris, 19 avril 2018).

Nicolas Bernard Lépicié (1735-1784). « La Chapelle du Calvaire à l’église Saint-Roch ». Paris, musée Carnavalet.

Type : Conférence (entrée libre)

Date et horaire : jeudi 19 avril 2018 à 19h

Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’aide d’une sélection d’exemples, cette conférence se propose d’analyser deux phénomènes spécifiques au XVIIIe siècle en matière de peinture religieuse : d’une part son esthétisation et sa sécularisation, d’autre part la perte de sa fonction spécifique et sa patrimonialisation. En effet, à partir de la mort de Louis XIV, l’image religieuse connaît une transformation profonde. À la dévotion imprégnée de foi catholique succède une forme sécularisée de recueillement esthétique. L’explication théologique fait place à la description esthétique, l’ekphrasis se substitue à l’exégèse. Les églises parisiennes au décor riche d’art ancien et contemporain deviennent « un salon continuellement ouvert aux étrangers, & aux curieux qui y abondent de toutes parts pour admirer leurs ouvrages ». En même temps, le « Salon » au Louvre offre une plateforme publique inédite aux artistes de peinture religieuse. On assiste à une véritable réévaluation de l’image religieuse, cette dernière étant désormais considérée d’abord comme une œuvre d’art, qu’il s’agit d’exposer, de soumettre à la critique, de restaurer ou même d’éloigner des regards. La dignité spirituelle, qui singularisait la peinture religieuse aux yeux des visiteurs croyants du Grand siècle, n’est plus un critère signifiant pour les amateurs d’art au Siècle des Lumières.

Martin Schieder est professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à l’Universität Leipzig depuis 2008. En 1994, il a soutenu une thèse à la Freie Universität Berlin sur la peinture religieuse à la fin de l’Ancien Régime (Jenseits der Aufklärung. Die Religiöse Malerei im ausgehenden Ancien Régime, 1997) qui a reçu le prix Marianne Roland Michel en 2012 et a ainsi pu être traduite en français sous le titre Au-delà des lumières, la peinture religieuse à la fin de l’Ancien Régime (2017). Sa thèse d’habilitation à diriger des recherches, intitulée Dans le regard de l’autre. Les relations artistiques franco-allemandes, 1945–1959 a été récompensée du Prix parlementaire franco-allemand 2005 de l’Assemblée nationale et du Bundestag allemand. Auparavant, Martin Schieder avait occupé un poste d’assistant scientifique (1996–2004), puis de professeur invité à la Freie Universität Berlin (2004–2007) ainsi que de directeur adjoint au Centre allemand d’histoire de l’art Paris (1997–2001). Il a de plus été chercheur invité du Getty Research Institute à Los Angeles (2013–2014) et professeur invité à l’Université Paris IV – Sorbonne (2015). Il a publié de nombreux travaux sur l’art du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, les transferts culturels, l’histoire de la critique d’art, ainsi que dans le domaine des Exhibition Studies et des Studio Studies.

Appel à publication : all-over. Magazin fuer Kunst und Aesthetik, Nr. 13

Type : Appel à publication

Date limite : 16 juin 2017

Contributions for issue #13 can be submitted in the following formats:

– Articles (max. 25 000 characters, incl. blanks, peer-review)
– Essays (max. 20 000 characters)
– Exhibition-Reviews (running at the time of submission)
– Book-Reviews (publications no older than three years)

A brief CV, a 150-word abstract and thematic keywords are to be attached to your manuscript.
All submissions are to be sent via e-mail to office@allover-magazin.com. Please note that the use of our style sheet is mandatory. A downloadable version can be found at: www.allover-magazin.com (in the section Guidelines).

Deadline for issue #13 is July 16th, 2017.

all-over is an independent and noncommercial online magazine published within the field of art, theory and aesthetics. Every six months the publications brings together scientific and artistic contributions.
Along with the basic approach of all-over we do not restrict our issues to a single subject or discipline. The publication aims for a considerate examination of historical and contemporary modes of art production and their theoretical context.

all-over is available as full-text online, and as free pdf-download.
All published issues remain accessible in our online archive.

all-over was founded in 2010 and is based in Basel and Vienna. The publication acts independently and is not affiliated with any institution. The magazine is published by Hannah Bruckmüller, Jürgen Buchinger, Barbara Reisinger und Stefanie Reisinger.

Publication : « Die Experimentalkultur in einer Seifenblase. Das epistemische Potenzial in Chardins Malerei ».

 

HOSSEINI Anita, Die Experimentalkultur in einer Seifenblase. Das epistemische Potenzial in Chardins Malerei, Munich, Wilhelm Fink, 2016, 296 p.

HOSSEINI Anita, Die Experimentalkultur in einer Seifenblase. Das epistemische Potenzial in Chardins Malerei, Munich, Wilhelm Fink, 2016, 296 p.

Présentation de l’éditeur :

Wie kann Malerei Wissen vermitteln oder gar generieren? Diese Frage untersucht Anita Hosseini in ihrer Studie zum 18. Jahrhundert ausgehend von Jean-Siméon Chardins Gemälde »Die Seifenblasen«.
Durch die Zusammenführung von Experimentalkultur, Bildgenese und Bildrezeption zeigt Hosseini, wie aus der Seifenblase als Symbol der Vanitas zugleich auch ein Sinnbild der Veritas wird. Nicht nur durch das Sujet, sondern auch durch die Darstellungstechnik veranschaulichen Chardins Bildwelten die Diskurse ihrer Entstehungszeit. Die Malerei gibt Aufschluss über das Licht Newtons und die damaligen Wahrnehmungstheorien. Mit »Augen wie Prismen« (Renou) zergliedert Chardin die sichtbare Welt in Luft und Licht, die er zur Darstellung bringt. Aus der malerischen Ästhetik geht eine Wahrnehmungsästhetik hervor, die diese Malerei in der Rezeption selbst zu einem Feld des Experiments macht.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Colloque : Dionysos des Lumières. Aux sources de la modernité artistique

LA FOSSE, Charles de, Bacchus et Ariadne, c. 1669, huile sur toile, Dijon, Musée des Beaux Arts

LA FOSSE, Charles de, Bacchus et Ariadne, c. 1669, huile sur toile, Dijon, Musée des Beaux Arts

Type : Colloque.
Date : Vendredi 30 et samedi 31 octobre 2015.
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art, Hôtel Lully, 45, Rue des
Petits Champs, F-75001 Paris.

Le Centre allemand d’histoire de l’art de Paris / DFKG organise vendredi 30 et samedi 31 octobre 2015 un colloque consacré à la représentation de l’imaginaire dionysiaque dans les arts en Europe, depuis la seconde moitié du XVIIe siècle jusqu’à la Révolution de 1848. Les communications s’organiseront en regard de quatre sections thématiques : l’étude des sources littéraires et théâtrales; les références artistiques et les attendus culturels de cet imaginaire dans les arts visuels ; l’enjeu et les fonctions de l’iconographie dionysiaque et enfin leur réception dans la théorie de l’art. Au terme de ces deux journées, un atelier sera mis en place afin d´étudier l’élaboration d’un projet de recherche et de publication à l’échelle européenne consacré aux relations culturelles entre mythologie, esthétique et modernité (1648-1848).

Vendredi 30 octobre 2015

Matin – DOULEUR ET PLAISIR
Président de séance : Markus A. Castor

10h : Introduction par Thomas KIRCHNER (Centre Allemand d’Histoire de l’Art).

10h15 : Laëtitia PIERRE (Centre Allemand d’Histoire de l’Art)
Des « chambres vertes » aux décors de Versailles : Dionysos à l’ombre du
roi-soleil (1652-1715).

10h45 : Christophe HENRY (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
De Versailles à Paris : Dionysos rentre en ville (1715-1765).

11h15 : Pause

11h30 : Colette NATIVEL (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Rubens ou les prémices du vitalisme dans les arts au XVIIIe siècle.

12h15 : Valentine TOUTAIN (Centre Chastel, Paris)
Bacchus, satyres et bacchanales : le plaisir des sens à Venise, entre
traditio et renovatio.

Après-midi – LES IMAGINAIRES
Président de séance : Laëtitia Pierre

14h30 : Markus A. CASTOR (Centre Allemand d’Histoire de l’Art)
Entre bas instincts et noble simplicité : la méthode dionysiaque du
comte de Caylus.

15h15 : Susanna CAVIGLIA-BRUNEL (University of Chicago)
Dionysos aimant. Peindre la fable à l’âge des Lumières.

16h : Kirsten DICKHAUT (Universität Graz)
Mages et magie : la question du religieux dans la tragédie Sémiramis de
Voltaire.

Samedi 31 octobre 2015

Matin – FORMES ET STYLES
Président de séance : Christophe Henry

10h : Véronique KRINGS (Université de Toulouse)
La « belle Antiquité » à l’épreuve du présent, dans le Midi de la France
au XVIIIe siècle.

10h45 : Eva Bettina KREMS (Universität Münster)
Franz Anton Maulbertsch oder: Deckenmalerei im 18. Jahrhundert zwischen
Dionysos und Apollo.

11h30 : Jan BLANC (Université de Genève)
La Pensée sauvage de James Barry.

Après-midi – TRANSPOSER / TRANSCENDER
Président de séance : Markus A. Castor

14h15 : Ursula STRÖBELE (Universität der Künste Berlin)
Marsyas, Faun, Titan –  das Dionysische und die Bildhauer an der
Pariser Akademie im 18. Jahrhundert.

15h : Julie RAMOS (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Dionysos en Inde, et vice versa.

15h45 : Martine DEBIEUVRE (Mairie de Paris 11ième)
Dalou, la République et Dionysos.

16h30 : Pause

Table ronde : Autres horizons de l’empire dionysiaque (XVIIIe-XXIe siècles)
Président de séance : Markus A. Castor, Christophe Henry, Laëtitia
Pierre

Cette table ronde explorera la diachronie et l’intermédiarité
dionysiaques, à l’appui de deux présentations consacrées aux arts du
décor

16h45 : Miriam SCHEFZYK  (DFKG, Paris)
Commodes à frises bachiques de Martin Carlin et Adam Weisweiler.

17h15 : François GILLES (Ecole Boulle, Paris)
Conjectures : lectures dionysiaques du chef-d’oeuvre de Rousseau de la
Roëttière.

17h45 : Discussion