Archives par étiquette : estampe

Journée d’études : “Les compétences transférables de l’image imprimée”.

Abraham Bosse, Les Graveurs en taille-douce (détail), 1643, Eau-forte, avec quelques rehauts de burin, 26 x 32 cm au coup de planche, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : journée d’études.
Date de l’événement : 25 octobre 2019.
Lieu : Lausanne, université de Lausanne.

Programme

9:00 Introduction et bienvenue : Camilla Murgia, Université de Lausanne
9:15 Paul Coldwell, Chelsea College of Art & Design, University of the Arts, Londres

From analogue to digital and back again

Continuer la lecture

Colloque : “Les éphémères et l’image (16e-21e siècles)”.

Jean-Michel Papillon, Planche ornementale à motif floral avec pavots et ipomées, 1707, gravure sur bois en couleurs, 25 x 14 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie.

Type : colloque.
Date de l’événement : 13 et 14 septembre 2019.
Lieu : Archives nationales – Site de Pierrefitte-sur-Seine, 59 rue Guynemer, 93380 Pierrefitte-sur-Seine.

Vendredi 13 septembre

9h00 Accueil des participants

9h30 Introduction au colloque

1. Statut & techniques

Session présidée par Bertrand Tillier (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

10h – Maxime Georges Métraux (Sorbonne Université / Galerie Hubert Duchemin)

Le Papillon et l’éphémère : image, imagerie et occasionnel en France au xviiie siècle Continuer la lecture

Journée d’étude du GRHAM : “Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : Expertises, négociations et controverses” (Paris, 5 juin 2019).

Pierre-Antoine Demachy, Scène de vente de tableaux aux enchères dans un salon, XVIIIe siècle, dessin à la plume, 26,6 x 32,1 cm, Bayonne, musée Bonnat-Helleu.

Type : journée d’étude du GRHAM.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période. Continuer la lecture

Publication : “The Prints of Paul Sandby (1731–1809) : A Catalogue Raisonné”.

GUNN Ann, The Prints of Paul Sandby (1731–1809) : A Catalogue Raisonné, Turnhout, Brepols, 2016, 339 p.

GUNN Ann, The Prints of Paul Sandby (1731–1809) : A Catalogue Raisonné, Turnhout, Brepols, 2016, 339 p.

Présentation de l’éditeur :

Born in Nottingham, Paul Sandby (1731–1809) is best known as a founder member of the Royal Academy and a prominent figure in the development of British watercolour painting. However, he was also one of the most prolific and inventive printmakers in eighteenth-century Britain. From his early years as a draughtsman for the military survey of Scotland, and later from his extensive tours throughout England and Wales, he depicted the people, towns, castles, and landscapes of the nation. He provided the public with images of their country which contributed to the emerging appreciation of native landscape, to antiquarian interests, and to the development of picturesque tours within the British Isles. Although he never travelled abroad, he reproduced the work of fellow artists who had, tapping into the Grand Tour market with prints of Ionian antiquities, Neapolitan landscapes, and the Roman carnival. But his work encompassed more than landscape; he could move from the pastoral humour of illustrations to Allan Ramsay’s poem The Gentle Shepherd, through the urban realism of his Cries of London to the merciless satire of his attacks on William Hogarth. From the 1740s to the 1780s, he made over 380 prints: engravings, etchings, soft ground etchings, and finally aquatints, a medium in which he was a pioneer. Aquatint enabled printmakers to reproduce the effects of watercolour paintings; Sandby gave the process its name and developed varied techniques which allowed the exact reproduction of the artist’s brush strokes, producing some of the most beautiful prints ever made in this medium.

Ann V. Gunn, a lecturer at the University of St Andrews, has worked as Keeper of Art at Nottingham City Museums, Assistant Registrar at Princeton Art Museum, and Registrar of the University of St Andrews Art Collection. She also ran her own gallery, which specialised in contemporary Scottish art. She is Honorary Curator of the University’s Fine Art Collection. She is also Chair of Fife Contemporary Art & Craft and a member of the Fife Committee of the Art Fund. She is the author of The Prints of Wilhelmina Barns-Graham: A Complete Catalogue (2007).

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Appel à communication : “More than meets the page : Printing Text and Images in Italy, 1570s-1700s”.

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 4 mars 2017.
Lieu : Warwick, university of Warwick.
Date limite : 31 août 2016.

For Italy, the ‘long seventeenth century’ was a period of considerable financial challenges. This was especially evident on the book market. Nevertheless, thanks to new techniques and formats which mutually related text and images within the same publication, innovative genres were born that were marketed towards both ends of the audience spectrum, from the learned to the illiterate.

‘More than meets the page: Printing Text and Images in Italy, 1570s-1700s’ aims to investigate the ways in which the consolidation of the book and print trade influenced the development of such new book genres from the late sixteenth to the early eighteenth century. The products emerging in the wake of these processes reached consumers throughout distant countries, between Italy and the rest of Europe. Moreover, various professionals and skilled workers earned their living thanks to the print market, from the production to the distribution of printed items. For instance, workshops of woodcutters specialized exclusively in book illustrations, such as for scientific treatises, and publishers regularly sent participants to fairs throughout Europe. The new commercial items, moreover, contributed to the spread of cultural phenomena, for instance the Grand Tour through its souvenir prints that were sometimes incorporated in atlases. Continuer la lecture

Publication : “Amsterdam’s Atlantic : Print Culture and the Making of Dutch Brazil”.

VAN GROESEN Michiel, Amsterdam's Atlantic : Print Culture and the Making of Dutch Brazil, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2016, 288 p.

VAN GROESEN Michiel, Amsterdam’s Atlantic : Print Culture and the Making of Dutch Brazil, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2016, 288 p.

Présentation de l’éditeur :

In 1624 the Dutch West India Company established the colony of Brazil. Only thirty years later, the Dutch Republic handed over the colony to Portugal, never to return to the South Atlantic. Because Dutch Brazil was the first sustained Protestant colony in Iberian America, the events there became major news in early modern Europe and shaped a lively print culture.

Continuer la lecture

Colloque : « Invenit et delineati » : La stampa di traduzione tra Italia e Francia dal XVI al XIX secolo.

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Type : colloque.
Date du colloque :
 07 juin 2016.
Lieu :
Rome, Instituto centrale per la gracia, Via Poli 34 (Fontana di Trevi).

Programme :

09.00 – Registrazione.

09.30 – Apertura :

Maria Antonella Fusco, Istituto centrale per la grafica.

Francesca Mariano, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”- Université de Poitiers

10.00 – Evelina Borea
Cieli barocchi in bianco e nero: stampe da volte e cupole italiane e francesi.

Presiede: Simonetta Prosperi Valenti Rodinò, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”/

10.30 – Estelle Leutrat, Université Rennes 2
De Rome à Paris : Jean IV Le Clerc, éditeur et marchand d’estampes sous les premiers Bourbons, et le modèle italien.

Continuer la lecture

Conférence : “Un recueil de gravures de mode du XVIIe siècle enluminé de la collection Roger de Gaignières”.

Robert Bonnart, Agrippine,  sanguine et lavis de sanguine, repassé au stylet,  sur papier, 24,5 x 13 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Réserve B 6 e, boîte format 3.

Robert Bonnart, Agrippine, sanguine et lavis de sanguine, repassé au stylet, sur papier, 24,5 x 13 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Réserve B 6 e, boîte format 3.

Type : Conférence du Quadrilatère.
Date et horaire : 5 janvier 2016 de 18h15 à 19h30.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Auditorium de la Galerie Colbert.

Vanessa Selbach, chef du service de l’estampe ancienne et de la réserve, BnF. 

Pascale Cugy, ATER à l’université Rennes 2.

Le département des Estampes et de la photographie possède de nombreux recueils de gravures de mode de la fin du XVIIe siècle ayant appartenu à de grands collectionneurs du temps de Louis XIV, le marquis de Beringhen (1651-1723) ou l’érudit Roger de Gaignières (1642-1716). Ces albums reflètent l’engouement qui traversa toutes les couches de la société pour ces estampes diffusant la mode parisienne et de flatteuses images de la cour du Roi Soleil. L’appropriation de ces gravures passe souvent par la mise en couleur des planches, voire leur embellissement par l’ajout de pièces de tissus, les transformant en véritables « estampes habillées ».

Colloque : Carte Blanche de l’INHA 2015, université de Poitiers : Cataloguer l’objet multiple. Sculpture, estampe, photographie…

Sans-titre

Type : Colloque.
Date : 28, 29 et 30 septembre 2015.
Lieu : Auditorium, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.

Sculpture, estampe et photographie sont par essence des multiples, connaissent des tirages souvent nombreux d’autant que tous trois procèdent d’une matrice qui peut être modifiée et donner naissance à des variations importantes. Objets complexes, ils tiennent à la fois de l’oeuvre originale, de l’interprétation ou de la copie ; en cela ils déroutent souvent les amateurs et les historiens de l’art attachés à l’étude d’autres formes artistiques. Ils posent du reste des questions spécifiques. Leur caractère d’objet multiple ne masque pas leurs caractéristiques propres. Outil et genre fondamental de l’histoire de l’art, le catalogue a récemment fait l’objet d’un certain nombre d’études. Alors que les catalogues de peintures et de dessins sont les premiers à avoir bénéficié de ces recherches, pour le « multiple », le domaine reste encore peu abordé, en raison des difficultés posées par la nature même des objets concernés. Quels sont les premiers catalogues d’objets multiples, comment ont-ils traité ces objets, par rapport aux objets uniques, quels en furent les premiers rédacteurs et les premiers usages ? Quels enjeux et quels choix pour les catalogues de ce type, encore aujourd’hui ?

Programme :

Lundi 28 septembre :

9h30 : Ouverture du colloque INHA Introduction Claire Barbillon et Véronique Meyer.

Forum des jeunes chercheurs

Présidence : Lauren Laz, directrice (musée Angladon – Avignon) et Dominique Ghesquière, directrice (musée Chapu – Melun).

10h : Nastasia Gallian, doctorante (université de Paris-Sorbonne) : Johann Baptist Fickler et les estampes des ducs de Bavière : l’inventarium oder Beschribung de 1598.

10h15 : Alexandra Blanc, doctorante (université de Neuchâtel) : Une constitution progressive : l’histoire du catalogue raisonné de G. B. Castiglione.

10h30 : Francesca Mariano, doctorante (universités de Poitiers et de Rome Tor Vergata) : Le catalogue des gravures de Jérôme David : problématiques et comparaison des méthodes d’étude.

10h45 : Blanche Llaurens, doctorante (université de Poitiers) : L’intérêt du catalogue d’un éditeur d’estampes.

11h : Annie Chaux Haik, doctorante (université de Bourgogne) : Les systèmes de classement de ses collections, reflets des sensibilités de Jehannin de Chamblanc, parlementaire bourguignon du XVIIIe siècle.

Questions et pause.

11h45 : Johanna Daniel, titulaire de deux masters (École des Chartes et École du Louvre) : Le signalement et le catalogage des matrices d’estampe.

12h : Soline Moriniere, doctorante (université de Bordeaux Michel de Montaigne) : Catalogues des collections de moulages universitaires.

12h15 : François Cam-Drouhin, titulaire de deux masters (EHESS et École du Louvre) : Qualifier l’objet photographique : l’ère du support.

12h30 : Katia Schaal, doctorante (université de Poitiers, École du Louvre) : Cataloguer la médaille XIXe comme un objet multiple : un début de réflexion.

Questions.

Les catalogues hier et aujourd’hui : une mise en perspective historique

Présidence : Cecilia Hurley (HDR, école du louvre et université de Neuchâtel).

15h : Cécilie Champy, conservateur (musée du Petit-Palais) : Aux origines du catalogue scientifique : cataloguer les sculptures au XVIIIe siècle.

15h30 : Violaine Jammet, conservateur en chef (Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, musée du Louvre) : Cataloguer les figurines grecques en terre cuite d’époque archaïque et classique.

16h : Séverine Lepape, conservateur à la collection Edmond de Rothschild (Département des Arts Graphiques, musée du Louvre) : Cataloguer l’image multiple comme un unique : petit tour des pratiques de catalogage des estampes anciennes dans différentes institutions publiques européennes.

16h30 : Pascale Cugy, docteur en histoire de l’art (ATER université de Rennes 2) : Faire le catalogue des « modes ». Réflexions méthodologiques à propos d’estampes demifines du règne de Louis XIV.

Questions

Mardi 29 septembre :

Le catalogue vu de l’intérieur, ou « le catalogue en écorché ».

Présidence : Pierre Wackenheim, maître de conférences (université de Lorraine).

10h : Antoinette Friedenthal, docteur en histoire de l’art, chercheur indépendant : E pluribus unum – The role of the print in the history of the catalogue raisonné.

10h30:  Rosalba Dinoia, docteur en histoire de l’art : Un gabinetto di stampe virtuale e globalizzato: ipotesi di gestione e fruizione digitale dei multipli di stampa.

11h : Corinne Le Bitouzé, conservateur (Département des Estampes et de la photographie, BnF) : État de la réflexion sur la normalisation des catalogues en ligne d’institutions : la question de l’objet multiple.

Questions

Méthodes à l’épreuve d’objets nouveaux, insolites ou difficiles.

Présidence : Sylvie Aubenas, conservateur général (Département des Estampes et de la photographie, BnF).

14h : Joëlle Petit, docteur en histoire des techniques (CNAM) : Étude comparative de quelques catalogues de cheminées en marbre belges et français et de leur usage au XIXe siècle.

14h30 : Pascale Martinez, docteur en histoire de l’art : La description de ce qui va de soi : les catalogues descriptifs du Musée Grévin de 1882 à 1920.

Questions et pause

15h30 : Julien Faure-Conorton, docteur en histoire de l’art : La photographie pigmentaire à l’épreuve du catalogue.

16h : Emmanuelle Chevry Pébale, maître de conférences (université de Strasbourg) et Simona De Iulio, professeur (université de Lille 3 Charles de Gaulle) : Les collections d’affiches publicitaires en ligne : dispositifs d’accès, usages et pratiques.

Questions

Mercredi 30 septembre :

Études et bilans de cas remarquables.

Présidence : Valérie Sueur-Hermel, conservateur (Département des Estampes et de la photographie, BnF).

9h30 : Naoko Takahatake, conservateur adjoint (Département des Arts Graphiques, Los Angeles County Museum of Art) : La Felsina pittrice de Carlo Cesare Malvasia et le catalogue raisonné d’estampes.

10h : Jolanta Czerzniewska, maître de conférences (université de Varsovie) : Les catalogues de la collection d’estampes de Stanislas Kostka Potocki.

Questions et pause

11h : Wassili Joseph, docteur en histoire de l’art : Cataloguer les sculptures en plâtre : une quête de l’authentique. L’exemple des oeuvres de François Rude.

11h30 : François Blanchetière, conservateur (musée Rodin) : « L’oeuvre de Rodin est pareille à un monde immense », cataloguer les sculptures de Rodin, bilan et perspectives.

Questions

Expériences et défis du catalogage.

Présidence : Anne-Élisabeth Buxtorf, directrice de la bibliothèque de l’INHA.

12h30 : Christiane Pagel, assistante de recherche (Département des estampes et des dessins, Herzog Anton Ulrich-Museum Braunschweig) : Potentiel et défis du catalogue d’estampes.

Pause déjeuner

15h : Delphine Galloy, conservateur (musées d’Angers) : Comment donner à voir et à comprendre dans un musée la multiplicité de l’objet exposé : projet de portail David d’Angers aux musées d’Angers.

15h30 : Marion Lagrange, maître de conférences (université de Bordeaux Michel de Montaigne) : Cataloguer une collection photographique universitaire.

Questions et pause

16h30 : Delphine Moyne-Charlet, conservateur des antiquités et objets d’art (Département du Pas-de-Calais) : Le récolement de la collection de moulages du Palais des Beaux-Arts de Lille (2007-2009).

17h : Raphaële Bertho, La photographie comme outils du catalogue : Mission Datar et campagnes en Allemagne, recensement des paysages urbains.

Conclusion : Claire Barbillon et Véronique Meyer.