Archives par étiquette : enluminure

Appel à communications: “L’or en Europe occidentale à la Renaissance” (colloque international, Paris et Nanterre, 9-10 juin 2022)

Coupe en forme de pomme (Apfelpokal), c 1510, argent doré, H 21,5cm, Nuremberg, (c) Germanisches National Museum

Type : appel à communications (colloque).
Date limite : 15 mars 2022.
Envoi des propositions : Romain Thomas (rthomas@parisnanterre.fr), Valentina Hristova (valqhristova@yahoo.fr), Christine Andraud (christine.andraud@mnhn.fr), Anne-Solenn Le Hô (anne-solenn.leho@culture.gouv.fr)

For English version and bibliography, please see at the end of the CFP.

Dans son ouvrage désormais canonique sur la peinture et la culture visuelle dans l’Italie du Quattrocento (Painting and experience in fifteenth century Italy), paru à Oxford en 1972, l’historien de l’art Michael Baxandall décrivait un mouvement de désaffection pour l’or dans les pratiques picturales, sensible dans les contrats entre peintres et commanditaires, mais aussi dans les écrits des théoriciens de l’art. Continuer la lecture

Conférence : “Un recueil de gravures de mode du XVIIe siècle enluminé de la collection Roger de Gaignières”.

Robert Bonnart, Agrippine,  sanguine et lavis de sanguine, repassé au stylet,  sur papier, 24,5 x 13 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Réserve B 6 e, boîte format 3.

Robert Bonnart, Agrippine, sanguine et lavis de sanguine, repassé au stylet, sur papier, 24,5 x 13 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Réserve B 6 e, boîte format 3.

Type : Conférence du Quadrilatère.
Date et horaire : 5 janvier 2016 de 18h15 à 19h30.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Auditorium de la Galerie Colbert.

Vanessa Selbach, chef du service de l’estampe ancienne et de la réserve, BnF. 

Pascale Cugy, ATER à l’université Rennes 2.

Le département des Estampes et de la photographie possède de nombreux recueils de gravures de mode de la fin du XVIIe siècle ayant appartenu à de grands collectionneurs du temps de Louis XIV, le marquis de Beringhen (1651-1723) ou l’érudit Roger de Gaignières (1642-1716). Ces albums reflètent l’engouement qui traversa toutes les couches de la société pour ces estampes diffusant la mode parisienne et de flatteuses images de la cour du Roi Soleil. L’appropriation de ces gravures passe souvent par la mise en couleur des planches, voire leur embellissement par l’ajout de pièces de tissus, les transformant en véritables « estampes habillées ».