Archives par étiquette : empire

Conférence : « Être architecte au XVIIIe siècle : Les profils de carrière de l’Ancien Régime à l’Empire ».

Jean-Charles DELAFOSSE, « Trophée de la Menuiserie », Nouvelle iconologie historique […], Livre X, pl. 107, Paris, chez l’auteur, 1768. Source gallica.bnf.fr/BnF

Type : Conférence
Date et heure : 6 février 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Marie-Luce Pujalte-Fraysse, Maître de conférences d’histoire de l’art moderne, Université de Poitiers.

Dans sa vaste entreprise éditoriale sur l’Art français, André Chastel déclarait qu’une globalisation de la réflexion sur l’avant et l’après-Révolution ne pouvait qu’être néfaste pour la connaissance des arts car celle-ci ne doit pas être assujettie à la grille que « les faits politiques ont tendance à imposer à tous les aspects de la vie historique »[1]. Il en concluait que la révolution politique et sociale ne pouvait pas tout expliquer même si « la vie artistique ne pouvait rester indemne » face à la crise sans précédent que la France avait connue. En effet, l’artiste du XVIIIe siècle n’est plus le même ni pendant les temps révolutionnaires ni après du fait de la nécessaire adaptabilité et réinvention que la création artistique réclama alors. Les positions idéologiques, les pratiques peuvent comporter des contradictions pour des hommes qui pour la plupart ont vécu sous l’Ancien Régime, qui ont déjà construit une carrière sous la monarchie et qui se trouvent désormais confrontés à un éventail de possibilités, souvent contraires à leur première vie.

Éminemment liés au pouvoir royal, les architectes du Roi forment une caste au sommet de la hiérarchie professionnelle et de l’échelle sociale dont la visibilité est particulièrement intéressante à étudier dans une des périodes de transition les plus marquantes de l’Histoire. Les grands noms tels que Chalgrin, Brongniart, Gondoin dont les chefs-d’œuvre ont marqué la culture architecturale ne sauraient cacher la diversité des positionnements que l’on découvre au gré des études de cas micro-historiques consacrés à des architectes méconnus de l’historiographie contemporaine.

[1] A. Chastel, L’Art français, Le temps de l’éloquence 1775-1825, vol. IV, 2000 (1ère éd. Posthume en 1996), p.7.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Journée d’études du GRHAM : « Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle ».

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : Journée d’études.
Date et horaire : jeudi 15 juin 2017 à partir de 9h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.

Programme :

9h00 – 9h20 : Accueil des participants.

9h20 – 9h30 : Mot de bienvenue du GRHAM.

Session 1 :

Présidente de séance : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2).

9h30 – 10h30 : Chloé Perrot (université de Lille 3 et École du Louvre) : « La Nouvelle Iconologie Historique » de Jean-Charles Delafosse (1768), écrire l’histoire dans les arts décoratifs.

10h30 – 11h30 : Pascal-François Bertrand (université Michel de Montaigne Bordeaux 3) : Hiérarchie des manufactures de tapisserie en France et typologie des sujets représentés.

11h30 – 12h30 : Aziza Gril-Mariotte (université de Haute-Alsace) : Puissance maritime et économique dans les textiles à personnages : une démocratisation de l’histoire du XVIIIe siècle. Continuer la lecture

Publication : « Visions de l’Empire du Milieu au XVIIIe siècle en France »

milieu

LEE, Chao Ying, Visions de l’Empire du Milieu au 18e siècle en France, Paris, Academia-L’Harmattan, 2016, 228 p.

Présentation de l’éditeur :

Les Mémoires concernant les Chinois présentent une Chine vue à travers les interrogations européennes du XVIIIe siècle. Les illustrations, réalisées à partir d’une grande variété de sources envoyées par les missionnaires à Paris, relèvent souvent, par leur style, de modèles chinois ou sont nettement plus occidentalisées dans leur facture. Celles qui empruntent directement aux sources chinoises créent une rupture de style. La correspondance entre Bertin et les jésuites en Chine, partiellement inédite, conservée à l’institut de France, aide à comprendre la commande, l’élaboration de cette collection et les enjeux des illustrations : la vision christianisée de la vie de Confucius, la chronique d’un événement révélateur du bon exercice du pouvoir, le thème des hommes illustres, où manières chinoise et occidentale se répondent, se juxtaposent, affirmant les liens entre les styles de ces illustrations, commande de Bertin, et le contexte historique, politique et religieux. La question des enjeux politiques de ces choix du ministre demeure incontournable.

Chao-ying LEE, docteure en histoire de l’art de l’université de Paris I, est maître de conférences à l’université nationale de Dong Hwa à Taiwan. Elle a été professeur invitée de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense (juillet 2012-février 2013). Ses recherches portent sur « Les livres sur Taiwan et la Chine publiés en français au XVIIe et XVIIIe siècles : les styles d’illustrations entre Occident et Extrême-Orient ».

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.