Archives par étiquette : église Saint-Merry

Conférence : « Inside a Parish Church: Art & Religion in 18th-Century Paris ».

 

Choir and transept of the church of Saint-Merry, Paris. Photo by David Iliff. License: CC-BY-SA 3.0.

Type : Conférence
Date et heure : 24 Octobre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence en anglais proposée par Dr. Hannah Williams, Leverhulme Early Career Research Fellow, Queen Mary University of London.

Religion has become the blindspot of eighteenth-century art history. From Watteau’s fêtes galantes, to Boucher’s rococo nudes, or David’s neoclassical political dramas, the canonical images defining our discipline’s chapters on the late ancien régime are resolutely secular. But the period itself was not. In eighteenth-century Paris, religion was everywhere and so was religious art. This paper is a response to this art-historical conundrum of why eighteenth-century religious art, so important in its time, has since been so consistently overlooked. Continuer la lecture

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture