Archives par étiquette : écorché

Conférence : Visual Learning in France

 

Charles-Nicolas Cochin, Longchamps, 1746, dessin, 16,6 x 23,2 cm, Paris, Bibliothèque national de France.

Type : Conférence

Date : 24 – 25 mai 2017

Lieu : Angleterre, University of St Andrews

Visualising Learning in France, c.1500-1830 Symposium New Seminar Room, School of History, South Street, St Andrews

Generously supported by the British Society for Eighteenth-Century Studies, the Society for French Studies, The Centre for French History and Culture, School of Art History, and School of History, University of St Andrews

The event is free but places are limited. Please register by emailing ljg21@st-andrews.ac.uk (Linda Goddard) by 15 May, indicating day 1, 2, or both. Continuer la lecture

Publication : « Renaissance de l’anatomie ».

CUIR Raphaël, Renaissance de l'anatomie, Paris, Hermann, 2016, 316 p.

CUIR Raphaël, Renaissance de l’anatomie, Paris, Hermann, 2016, 316 p.

Présentation de l’éditeur :

Ce livre est le premier à se concentrer sur un paradoxe des images anatomiques de la Renaissance au XVIIIe siècle : la mise en scène de squelettes et d’écorchés animés, bien que leur état suppose qu’ils ne soient plus en mesure de l’être. Cette approche met en lumière la profonde cohérence entre théorie de l’art et théorie de l’anatomie à la Renaissance, qui se développent dans le même cadre de pensée – la rhétorique humaniste – et sont déterminées par un concept philosophique dominant – le finalisme. Au finalisme scientifique correspond un finalisme esthétique et tous deux se complètent dans la conception des images anatomiques où ils se mêlent à un finalisme symbolique, d’ordre moral, eschatologique ou érotique. La mise en évidence d’une anatomie finaliste permet de distinguer l’émergence, à la fin du XVIIe siècle, d’une anatomie cartésienne. Elle renonce progressivement à la rhétorique finaliste de l’anatomie, elle fait abstraction de la vie et évacue progressivement toute connotation symbolique de l’image. Elle consacre ainsi la conception du corps comme objet de connaissance, déjà présente dans l’anatomie finaliste où, cependant, même disséqué, le corps ne cessait d’avoir une âme, d’être.

Raphaël Cuir est critique et historien d’art, Président de l’AICA France, docteur de l’École des hautes études en sciences sociales. Ses recherches portent sur les représentations du corps de la Renaissance à nos jours.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.