Archives par étiquette : dfk

Conférence : « Hubert Robert insituable ».

Les jardins d’Ermenonville Photo © Cloé Miron

Type : Conférence
Date et heure : 22 mai 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Dans le cadre de son sujet annuel 2017/2018, le Centre allemand d’histoire de l’art a le plaisir de vous convier à la conférence « Hubert Robert insituable ».

Conférence proposée par Johanne Lamoureux, Professeure titulaire au département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques (Université de Montréal)

Les jardins d’Ermenonville n’est peut-être pas le lieu qui vient tout de suite à l’esprit, dès lors qu’il s’agit d’envisager la création de jardins par Hubert Robert (1733–1808). Le peintre en aurait tout au plus fourni le dessin de certaines fabriques que la Promenade ou Itinéraire des Jardins d’Ermenonville reconnait, au fil du parcours proposé, dans certains «tableaux parfaitement bien composés». Mais Ermenonville constitue un excellent point de départ pour étudier comment, durant le dernier quart du XVIIIe siècle français, une telle transplantation du tableau, entendu ici à la fois comme objet matériel et opérateur transdisciplinaire, a permis, au-delà de la seule perspective du jardin pittoresque, de penser la peinture pour ainsi dire hors d’elle-même et ce faisant, d’en renforcer la suprématie médiale au sein des beaux-arts et plus généralement de la culture de l’époque.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence : « L’architecture considérée… de Claude-Nicolas Ledoux : l’architecture, le livre et la fiction ».

Claude-Nicolas Ledoux, dessinateur ; Pierre-Gabriel Berthault, Vue perspective de la ville de Chaux, Eau-forte, Planche N°15 de L’architecture considérée sous le rapport de l’art, des mœurs et de la législation, Paris, 1804

Type : Conférence
Date et heure : 10 avril 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Fabrice Moulin, Maître de Conférences en littérature française du XVIIIe siècle (Université Paris Nanterre).

Il s’agit d’entrer dans l’œuvre de Claude-Nicolas Ledoux par la porte la plus ambitieuse et pourtant la moins fréquentée : celle de son texte, de son livre. L’architecture considérée… parue en 1804, est, on le sait, un ouvrage unique dans la littérature d’architecture. On cherchera à montrer que l’originalité de ce livre tient avant tout à l’articulation étroite qu’il postule entre l’architecture et la littérature, entre la création architecturale et la puissance créatrice et poétique de l’écriture. Aussi, dans cet espace du livre, fusionnent l’œuvre bâtie, l’œuvre projetée (dessinée ou imaginée) et l’œuvre écrite ; le texte et la gravure ; le réel, le souvenir et l’utopie – dans un jeu de tensions complexe et fascinant qui menace sans cesse l’unité, pourtant affichée, de la ville idéale de Chaux.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence : « “Vanity of vanities, […] all is vanity”. Breath, Time, and Standstill in the Baroque Vanitas Still Life ».

Harmen Steenwijck, Vanitas-Still Life, ca. 1640, Oil on wood panel, 39,2 x 50,7 cm, National Gallery, London

Type : Conférence
Date et heure : 13 mars 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence en anglais proposée par Karin Leonhard, Professeur d’histoire de l’art, Universität Konstanz.

What exactly characterizes vanitas-still lives and in what way do they differ from other forms of the genre of still life? A commonplace would be to consider them primarily as the programmatic expression of the volatile nature of earthly vanity, completing the representation of inanimate objects with symbols of fugacity (e.g. hourglass or clock, skull, extinct candle, etc.). The conference aims at critically questioning this kind of interpretation and proposes a new reading of this artistic genre.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence : « Être architecte au XVIIIe siècle : Les profils de carrière de l’Ancien Régime à l’Empire ».

Jean-Charles DELAFOSSE, « Trophée de la Menuiserie », Nouvelle iconologie historique […], Livre X, pl. 107, Paris, chez l’auteur, 1768. Source gallica.bnf.fr/BnF

Type : Conférence
Date et heure : 6 février 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Marie-Luce Pujalte-Fraysse, Maître de conférences d’histoire de l’art moderne, Université de Poitiers.

Dans sa vaste entreprise éditoriale sur l’Art français, André Chastel déclarait qu’une globalisation de la réflexion sur l’avant et l’après-Révolution ne pouvait qu’être néfaste pour la connaissance des arts car celle-ci ne doit pas être assujettie à la grille que « les faits politiques ont tendance à imposer à tous les aspects de la vie historique »[1]. Il en concluait que la révolution politique et sociale ne pouvait pas tout expliquer même si « la vie artistique ne pouvait rester indemne » face à la crise sans précédent que la France avait connue. En effet, l’artiste du XVIIIe siècle n’est plus le même ni pendant les temps révolutionnaires ni après du fait de la nécessaire adaptabilité et réinvention que la création artistique réclama alors. Les positions idéologiques, les pratiques peuvent comporter des contradictions pour des hommes qui pour la plupart ont vécu sous l’Ancien Régime, qui ont déjà construit une carrière sous la monarchie et qui se trouvent désormais confrontés à un éventail de possibilités, souvent contraires à leur première vie.

Éminemment liés au pouvoir royal, les architectes du Roi forment une caste au sommet de la hiérarchie professionnelle et de l’échelle sociale dont la visibilité est particulièrement intéressante à étudier dans une des périodes de transition les plus marquantes de l’Histoire. Les grands noms tels que Chalgrin, Brongniart, Gondoin dont les chefs-d’œuvre ont marqué la culture architecturale ne sauraient cacher la diversité des positionnements que l’on découvre au gré des études de cas micro-historiques consacrés à des architectes méconnus de l’historiographie contemporaine.

[1] A. Chastel, L’Art français, Le temps de l’éloquence 1775-1825, vol. IV, 2000 (1ère éd. Posthume en 1996), p.7.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence : « Iconographies du vêtement et de la mode, images de temporalité ».

Planche histoire de la mode en France du Moyen Âge et de la Renaissance, Larousse universel édition 1922

Type : Conférence
Date et heure : 16 Janvier 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Isabelle Paresys, maîtresse de conférences en histoire culturelle à l’université de Lille SHS, laboratoire IRHiS / CNRS. Elle mène des recherches sur le vêtement et la mode à l’époque moderne ainsi que sur les représentations de ceux-ci par le cinéma français.

L’objectif de la conférence est de s’interroger sur la relation que les « images de mode » entretiennent avec le temps. Les études sur la mode insistent principalement sur la sémiotique des apparences ou analysent les esthétiques de leurs représentations visuelles. Pourtant, dans une perspective historique longue, on ne peut faire abstraction du rôle que les vêtements à la mode jouent comme marqueurs de temporalité dans notre culture visuelle. On abordera donc la naissance d’une iconographie spécifique du vêtement à partir de la Renaissance. On verra comment l’imagerie vestimentaire essaya de rendre compte de la temporalité de la mode présente et passé en s’enrichissant de nouveaux genres éditoriaux entre le XVIIe et le XIXe siècles, jusqu’à ce que le cinéma propose une rétrovision animée de la mode dans les films historiques ou dit « à costumes ».

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Conférence : « Un enjeu national pour la peinture française aux XVIIe et XVIIIe siècles : Le grand format ».

Jean Jouvenet, La visitation de la Vierge, huile sur toile, 432×441 cm, 1716, Paris, cathédrale Notre-Dame.

Type : Conférence
Date et heure : 04 Décembre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Olivier Bonfait, Professeur d’histoire de l’art moderne, Université de Bourgogne.

La monarchie louisquatorzienne était obsédée par l’idée de grandeur et un objet allait particulièrement retenir son attention car il fut son invention : le tableau de grand format. Au tableau avec des figures coupées à mi-corps, qui avait fait la fortune des « caravagesques », ou de moyenne grandeur, avec des figures à la Poussin, qui s’était imposé comme le modèle de peinture de collection, allait se substituer des grandes toiles avec des figures grandeur nature comme dans la galerie Médicis de Rubens ou l’Enlèvement des Sabines de David. Continuer la lecture

Conférence : « Land in Sicht. Verfahren der Landkartierung bei küstennaher Fahrt um 1600 ».

Titelseite der 2. franz. Ausgabe von Lucas Jansz. Waghenaers Seehandbuch („Den Nieuwen Spieghel der Zeevaert“,1596): Le Nouveau Miroir des vo(i)ages marins (…), Jean Bellère, Antwerpen 1600, Exemplar der Universiteitsbibliotheek, Amsterdam.

Type : Conférence
Date et heure : 07 Novembre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence en allemand proposée par Ulrike Gehring, professeur d’histoire de l’art à l’Universität Trier, Allemagne.

Das Navigieren vor der französischen Küste war um 1600 ähnlich riskant wie das Umfahren der Scilly Islands, dem gefürchtetsten Schiffsfriedhof Europas. Selbst erfahrene Seeleute aus Spanien und Portugal manövrierten hier nur unter Anleitung bretonischer Lotsen, die ihre Waren sicher durch die Gezeiten, unbekannte Strömungen, Riffe oder Untiefen brachten. Erst ab den 1540er Jahren wurde das über Generationen gesammelte Wissen in Seehandbüchern niedergeschrieben und illustriert. Die in Volkssprache erschienenen Bücher kartierten den Meeresgrund und gaben die Küstenlandschaft detailgenau wieder, so, wie sie sich dem Seefahrer vom Wasser aus darbot. Über das simple Verfahren des Abgleichs konnte so auch der Ortsunkundige seine Position bestimmen, Gefahren ausweichen und die Geschwindigkeit seines Bootes neu berechnen. Continuer la lecture

Conférence : « Inside a Parish Church: Art & Religion in 18th-Century Paris ».

 

Choir and transept of the church of Saint-Merry, Paris. Photo by David Iliff. License: CC-BY-SA 3.0.

Type : Conférence
Date et heure : 24 Octobre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence en anglais proposée par Dr. Hannah Williams, Leverhulme Early Career Research Fellow, Queen Mary University of London.

Religion has become the blindspot of eighteenth-century art history. From Watteau’s fêtes galantes, to Boucher’s rococo nudes, or David’s neoclassical political dramas, the canonical images defining our discipline’s chapters on the late ancien régime are resolutely secular. But the period itself was not. In eighteenth-century Paris, religion was everywhere and so was religious art. This paper is a response to this art-historical conundrum of why eighteenth-century religious art, so important in its time, has since been so consistently overlooked. Continuer la lecture

Conférence : « Explorer virtuellement un haut lieu du commerce d’art, à Paris, sous la Régence ».

Antoine Watteau, L’Enseigne de Gersaint, 1720, huile sur toile, 166 × 306 m, Berlin,
Château de Charlottenburg,

Type : Conférence
Date et heure : 11 Octobre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Sophie Raux, professeur d’histoire de l’art à l’Université Lumière Lyon 2.

Sous l’Ancien Régime, le pont Notre-Dame à Paris était surmonté de deux rangées de maisons délimitant une rue pavée, bordée de boutiques, abritant une soixantaine de marchands pour la plupart liés au commerce d’art et de luxe. À certains moments de son histoire, il a réuni une concentration de marchands de tableaux sans équivalent à cette échelle en Europe. Parmi ceux-ci, s’est imposé dans la première moitié du XVIIIe siècle Edme-François Gersaint, pour qui Jean-Antoine Watteau peignit, en 1720, la fameuse Enseigne de Gersaint.

La conférence rendra compte des résultats d’une équipe de recherche interdisciplinaire, associant histoire de l’art, histoire urbaine et informatique, et ayant eu pour but de faire progresser l’étude de ce milieu socio-professionnel et de son environnement urbain, par le recours aux technologies numériques. L’un des objectifs de ce travail a été de redonner une forme de visibilité à l’environnement disparu d’un tableau singulier devenu l’une des grandes icônes de l’histoire de l’art afin de mieux en saisir le sens, ce dernier ne pouvant être dissocié de la destination et de la fonction d’origine de l’œuvre.

Plus globalement, dans cette étude de cas micro-historique, la visualisation de données et la restitution en images numériques ont été envisagées comme des outils d’analyse en histoire de l’art et non comme une fin en soi. La méthode aura eu le mérite de mettre à l’épreuve les sources, et de tester la validité d’hypothèses, pour aboutir à de nouvelles questions et de nouvelles propositions.

Entrée libre dans la limite des places disponibles