Archives par étiquette : Deseine

« Napoléon et Paris » au musée Carnavalet

    Les membres du GRHAM ont eu la chance, le 24 juin, de pouvoir visiter l’exposition « Napoléon et Paris » au musée Carnavalet, guidés par Philippe de Carbonnières, attaché de conservation et conseiller scientifique de l’exposition, et Charlotte Duvette, commissaire associée. L’objectif de cette exposition, à travers la présentation d’environ trois-cent œuvres, est de rappeler comment Napoléon a sans cesse cherché à développer la ville, à la faire rayonner et à en faire le siège éclatant de son règne. Peintures, gravures, sculptures et objets sont ainsi au rendez-vous, tous tournés vers la réminiscence d’un Paris napoléonien. Sont présentées de nombreuses œuvres du musée Carnavalet, mais également des prêts d’institutions telles que le musée de Malmaison, du Louvre, les châteaux de Fontainebleau, de Versailles ou le Palais Galliera entre autres. Cette exposition permet donc aussi de rassembler en un même lieu de nombreuses œuvres se rattachant toutes au souvenir de cet homme et à son empreinte sur la capitale. Le parcours est découpé en cinq grandes parties, élaborées comme des reconstitutions d’ambiances et de thèmes, dans une présentation à but également pédagogique – notamment avec la présence d’un certain nombre de dispositifs multimédia.

Armand de Polignac, Exécution de Georges Cadoudal et de ses complices, place de Greve, le 28 juin 1803, aquarelle, 56,1 x 64 cm, Paris, musée Carnavalet. © RMN-Grand Palais / Agence Bulloz

Armand de Polignac, Exécution de Georges Cadoudal et de ses complices, place de Greve, le 28 juin 1803, aquarelle, 56,1 x 64 cm, Paris, musée Carnavalet. © RMN-Grand Palais / Agence Bulloz

    La première partie, intitulée « Chronique parisienne de Napoléon », est consacrée à l’histoire commune de ce dernier et de la capitale. Paris est en effet le théâtre des évènements marquants qui jalonnent son existence, autant du point de sa vie personnelle que de sa carrière politique. Plusieurs peintures et gravures témoignent du coup d’état du 18 brumaire an VIII, de l’obtention de son titre de consul à vie le 2 août 1801, ainsi que des premiers attentats perpétrés contre sa personne. Le plus marquant est celui dit de la « machine infernale », au cours duquel une bombe explose sur son passage rue Saint-Nicaise le 24 décembre 1800. On peut aussi voir la conspiration de Cadoudal, guillotiné avec douze de ses complices le 28 juin 1803[1]. Enfin, alors que Napoléon est absent de Paris, le général Malet tente en 1812 de prendre le pouvoir avec l’aide d’opposants, mais sans succès. Ces différentes formes d’opposition démontrent donc la relation ambiguë existant entre Napoléon et Paris, siège de son pouvoir mais également lieu de contestations et de conspirations. Il n’est d’ailleurs que peu présent dans la capitale, menant sans cesse ses armées en campagne à travers l’Europe[2].

Louis-Pierre Deseine, Buste du pape Pie VII, 1805, plâtre, terre cuite, 47 x 35 cm, Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau. © RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / André Martin

Louis-Pierre Deseine, Buste du pape Pie VII,    1805, plâtre, terre cuite, 47 x 35 cm, Rueil-    Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-    Préau. © RMN-Grand Palais (musée des  châteaux  de Malmaison et de Bois-Préau) /  André Martin

    Par la suite, l’accent est mis sur le sacre qui se déroule le 2 décembre 1804 dans la cathédrale de Notre-Dame. En choisissant Paris comme lieu du couronnement, Napoléon cherche non seulement à rompre avec la traditionnelle cérémonie monarchique qui se déroulait à Reims, mais également à se légitimer face au peuple parisien et à s’inscrire comme fils de la Révolution, dont la capitale fut le théâtre des principaux évènements. Pour parfaire la mise en scène, l’empereur invite même le pape Pie VII en personne, dont le buste réalisé par Louis-Pierre Deseine en 1805 est ici visible. L’évènement est de nombreuses fois représenté par divers artistes : Jacques-Louis David, bien entendu, mais aussi Pierre Fontaine avec ses Scènes de la cérémonie du sacre et de la distribution des aigles[3]. Une partie de la carrière militaire de Napoléon se déroule aussi à Paris, en particulier avec les retours de ses armées victorieuses, ce qu’illustre notamment Nicolas-Antoine Taunay.

Nicolas-Antoine Taunay, Entrée de la Garde impériale à Paris par la barrière de Pantin, 25 novembre 1807, huile sur toile, 157 x 223 cm, Versailles, château de Versailles. © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Franck Raux

Nicolas-Antoine Taunay, Entrée de la Garde impériale à Paris par la barrière de Pantin, 25 novembre 1807, huile sur toile, 157 x 223 cm, Versailles, château de Versailles. © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Franck Raux

Anonyme, Les Parisiens volontaires ou qui l’aime me suit, 1814, eau-forte, 31 x 39,5 cm, Fontainebleau, château de Fontainebleau. © RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot

Anonyme, Les Parisiens volontaires ou qui l’aime me         suit, 1814, eau-forte, 31 x 39,5 cm, Fontainebleau,             château de Fontainebleau. © RMN-Grand Palais               (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot

  Le 31 mars 1814, les Alliés attaquent Paris et entrent dans la ville qui connaît alors sa première occupation militaire par une puissance étrangère ; l’évènement, qui a comme protagonistes la capitale française et ses habitants, est l’une des principales batailles de l’Empire, et ce malgré l’absence de Napoléon. Certaines représentations illustrent alors le rôle qu’ont pu tenir les Parisiens lors de ce combat. Cet épisode des Cent-Jours nous montre un autre aspect de l’histoire napoléonienne de Paris : la propagande pro-bonapartiste, avec de nombreuses caricatures visibles ici, telles que L’Enjambée impériale[4] ou le Glorieux règne de 19 ans / comme il gouverne depuis 15 ans.

Anonyme, Glorieux Règne de 19 ans / Comme il gouverne depuis 15 ans, vers 1819, eau-forte coloriée, 20,9 x 30,3 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France. © BnF, Dist. RMN-Grand Palais / image BnF

Anonyme, Glorieux Règne de 19 ans / Comme il gouverne depuis 15 ans, vers 1819, eau-forte coloriée, 20,9 x 30,3 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France. © BnF, Dist. RMN-Grand Palais / image BnF

    Enfin, la vie personnelle de Napoléon à Paris est aussi abordée à travers son mariage avec Marie-Louise qui se déroule au Louvre et donne lieu à de grandes festivités, comme l’illustre le Banquet donné au château des Tuileries de Dufray. Par la suite, à l’occasion de la naissance aux Tuileries de son fils le roi de Rome le 20 mars 1811, cent un coups de canons sont tirés pour annoncer aux Parisiens qu’il s’agit d’un garçon.

Alexandre-Benoît-Jean Dufay dit Casanova, Banquet donné au château des Tuileries pour le mariage de Napoléon Ier et de Marie-Louise le 2 avril 1810, 1812, huile sur toile, 149 m x 236 cm, Fontainebleau, château de Fontainebleau. © RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot

Alexandre-Benoît-Jean Dufay dit Casanova, Banquet donné au château des Tuileries pour le mariage de Napoléon Ier et de Marie-Louise le 2 avril 1810, 1812, huile sur toile, 149 m x 236 cm, Fontainebleau, château de Fontainebleau. © RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot

Anonyme, Les musards de la rue du Coq ou La boutique du marchand d'estampe Martinet, vers 1810, eau-forte coloriée, 21,9 x 37 cm, Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Anonyme, Les musards de la rue du Coq ou La boutique     du marchand d’estampe Martinet, vers 1810, eau-forte         coloriée, 21,9 x 37 cm, Paris, musée Carnavalet. ©                 Musée Carnavalet / Roger-Viollet

    La deuxième partie de l’exposition est consacrée à l’administration de la ville par Napoléon. On peut y voir des portraits de ses différents ministres, avec des personnages mis en valeur tels que Nicolas Frochot, préfet-ministre de Paris. Napoléon décide de confier l’administration de la ville au préfet de la Seine et au préfet de la police. Il tient en effet à exercer un contrôle poussé sur la ville, notamment grâce à la mise en place de nombreux services de police et d’ordre : « pour la seule surveillance de l’ordre public, il disposait du bulletin quotidien du ministre de la Police, de celui du préfet de la police, de celui de la police militaire […] et des rapports adressés par une “petite police”, rétribuée sur sa cassette, qui recueillait “les propos des places publiques, de ponts, des quais et des estaminets” »[5]. Une frise de gravures, faisant partie pour la plupart d’une série intitulée Caricatures parisiennes, dépeint alors divers moments de la vie quotidienne des Parisiens sous le régime napoléonien, des sorties au parc aux promenades dans les rues de la ville. Font face à ces portraits du quotidien les « masses de granit », ces institutions créées par l’empereur qui inscrit véritablement dans la pierre l’organisation de Paris, et ce de manière durable. Plusieurs de ses créations existent encore aujourd’hui, telles que les préfets, la Légion d’honneur, mais aussi la numérotation rationnelle des maisons. La fondation de ces établissements – académies, lycées, hôpitaux et organismes – structure ainsi la vie parisienne.

Alexandre-Paul-Joseph Véron-Bellecourt, Napoléon visitant l’infirmerie des Invalides le 11 février 1808, 1809, huile sur toile, 183 x 248 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon. © Château de Versailles

Alexandre-Paul-Joseph Véron-Bellecourt, Napoléon visitant l’infirmerie des Invalides le 11 février 1808, 1809, huile sur toile, 183 x 248 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon. © Château de Versailles

    Un Buste colossal de Napoléon Ier, réalisé par François Damerart en 1805, est symboliquement placé au centre de la pièce, entre bribes du quotidien et entreprises immuables, parfaitement représentatif de l’omniprésence de l’empereur dans la gestion et l’évolution de la ville.

Lorenzo Bartolini, François Rémond et François Damerart, Buste colossal de Napoléon Ier, 1805, bronze, 155 x 9,1 x 76 cm, Paris, musée du Louvre. © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

Lorenzo Bartolini, François Rémond et François Damerart, Buste colossal de Napoléon Ier, 1805, bronze, 155 x 9,1 x 76 cm, Paris, musée du Louvre. © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter, Fauteuil tournant du Grand Cabinet de l’Empereur aux Tuileries, 1814, velours brodé sur bois doré, 102 x 68 x 62 cm, Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau. © RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / André Martin

François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter, Fauteuil tournant du Grand Cabinet de l’Empereur aux Tuileries, 1814, velours brodé sur bois doré, 102 x 68 x 62 cm, Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau. © RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / André Martin

    Par la suite, l’exposition se consacre à la cour parisienne de l’empereur, qu’il installe, pour faire de la capitale le centre de la vie politique mondaine, au palais des Tuileries. Son but est notamment d’y rassembler et fusionner les élites d’Ancien Régime et du nouvel Empire. Une vie de cour renaît alors : les premiers courtisans sont les membres de la famille impériale, les grands dignitaires et les grands officiers civils et militaires ; aux autres hauts fonctionnaires et membres des grands corps d’État s’ajoutent ensuite les princes et corps diplomatiques étrangers[6]. L’entourage de Napoléon est ici évoqué avec des portraits de Joséphine, de Marie-Louise, d’Eugène de Beauharnais ou des sœurs de l’empereur. Afin d’accueillir la cour aux Tuileries, un grand nombre de commandes est passé aux artisans parisiens et aux soyeux lyonnais, ainsi qu’aux manufactures d’État des Gobelins, de Beauvais, de la Savonnerie et de Sèvres, démontrant que la cour impériale apporte un soutien important à l’artisanat français. Ses fournisseurs sont ainsi mis à l’honneur, avec comme exemple de leur production le mobilier du duc et de la duchesse de Gaëte[7]. Est dévoilé dans cette exposition, à travers commandes et œuvres réalisées, esquisses et factures, le monde de l’artisanat parisien et des boutiques de luxe. Une section est aussi consacrée aux costumes de cour, aux uniformes civils et aux accessoires de mode, monde qui illustre la persistance des traditions de cour d’Ancien-Régime dans ses usages protocolaires et la place prépondérante du statut social[8]. Ainsi, le luxe de la cour est ici évoqué avec portraits, meubles et vêtements, reflets du style Empire, du goût et de l’élégance de ce monde de courtisans à la fois parisiens et napoléoniens.

Costume de Conseiller d’Etat de Pierre-Louis Roeder, 1800-1802, velours brodé, Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau. © RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / Daniel Arnaudet

Costume de Conseiller d’Etat de Pierre-Louis Roeder, 1800-1802, velours brodé, Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau. © RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / Daniel Arnaudet

Jean-Antoine Alavoine Le Chevalier, Projet pour la fontaine de l’éléphant place de la Bastille, vers 1809-1819, aquarelle, 36 x 57 cm, Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Jean-Antoine Alavoine Le Chevalier, Projet pour la fontaine de l’éléphant place de la Bastille, vers 1809-1819, aquarelle, 36 x 57 cm, Paris, musée Carnavalet.    © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

    « La ville rêvée de Napoléon » constitue la quatrième partie de cette exposition. On peut y voir la politique d’urbanisation de l’empereur qui, après la nationalisation des biens et une phase de destructions, lance de grands projets et campagnes de constructions et de réaménagements. Il tente sans cesse de remodeler Paris avec la volonté d’en faire la première ville d’Europe, parée de grands monuments dont les projets, réalisés ou non, sont nombreux. On retrouve ainsi, pour ne donner qu’un aperçu, la colonne Vendôme, le palais de la Bourse, les arcs de triomphe du Carrousel et de l’Étoile, ou l’extravagant éléphant de la place de la Bastille. Si Napoléon fait travailler de nombreux architectes, on le voit s’adresser surtout à des ingénieurs, et ce dans un souci prioritaire d’économie, mais également d’évolution : de nouveaux types de constructions sont réalisés, tel que le Pont des Arts, entièrement métallisé. L’esprit des boutiques de la rue de Rivoli, dont le réaménagement initié par Napoléon ne connut de succès qu’avec la Restauration, nous est donné par la seule trace subsistante de ces lieux : la maquette d’un jeu de construction fabriqué pour les princes de la famille d’Orléans vers 1820.

« La rue de Rivoli », jeu de construction des princes de la famille d'Orléans, vers 1820, bois découpé, peint et assemblé, Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet

« La rue de Rivoli », jeu de construction des princes de la famille d’Orléans, vers 1820, bois découpé, peint et assemblé, Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet

    Enfin, embellir la ville signifie aussi la rendre plus propre, plus praticable, avec la construction d’édifices utilitaires. Ainsi, fontaines, canaux, halles et ponts sont aménagés. Le processus de commandes publiques renaît : maquettes, dessins et plans rappellent les différents projets soumis à Napoléon, ou imaginés par l’empereur lui-même. On retrouve l’atmosphère de la ville avec les paysages d’Hubert Robert, de Boilly et de Bouhot. Tous ces aménagements, réalisés ou seulement rêvés par Napoléon, constituent ainsi une étape importante vers le Paris haussmannien.

Auguste-Bruno Braquehais (attribué à), La Commune. Groupe devant les débris de la colonne Vendôme, statue de Napoléon abattue, 1871, Paris, Bibliothèque nationale de France. (C) BnF, Dist. RMN-Grand Palais / image BnF

Auguste-Bruno Braquehais (attribué à), La Commune.           Groupe devant les débris de la colonne Vendôme, statue       de   Napoléon abattue, 1871, Paris, Bibliothèque nationale   de     France. (C) BnF, Dist. RMN-Grand Palais / image BnF

    L’exposition se termine sur « La légende napoléonienne à Paris », illustrant ce qui reste de l’homme et de l’empereur dans l’esprit collectif, réalité ou légende : aujourd’hui perçu comme un homme de petite taille mais grand stratège, exilé et mort à Sainte-Hélène dans des circonstances qui ne firent qu’encourager l’édification du mythe, Napoléon était surtout un habile propagandiste qui sut forger l’image d’un homme proche de ses armées. L’accent est ici mis sur la colonne Vendôme, surmontée de la statue de l’empereur, détruite puis reconstruite et inaugurée le 28 juillet 1833. L’un des derniers grands évènements emblématiques qui témoigne de l’impact de Napoléon sur Paris est le « Retour des Cendres », lorsque sa dépouille y entre le 15 décembre 1840, scellant définitivement l’union entre la ville et l’empereur.

    Faisant suite  à l’ardeur révolutionnaire, Paris est à la recherche d’un calme que Napoléon lui apporte, l’instaurant comme capitale de son règne, haut lieu symbolique de son parcours politique et de sa vie personnelle. Cette exposition au musée Carnavalet montre ainsi qu’entre grandes célébrations, cohabitation et désaveux, les relations entre l’empereur et la ville sont en un sens presque toujours celles d’une entente respectueuse avec, de façon respective, une crainte mêlée de fascination. Son règne a laissé une forte impression sur les habitants de la ville, et ce encore aujourd’hui, car « il est certain que cette destinée hors du commun, aux succès achevés et aux malheurs exemplaires, avait de quoi séduire et faire rêver un peuple épris de gloire »[9].

[1] SARMAND Thierry, MEUNIER Florian, DUVETTE Charlotte et CARBONNIÈRES Philippe (de) (dir.), « Napoléon et Paris : rêves d’une capitale » [exposition], Paris, Paris-Musées, 2015, p. 22.

[2] JESSENNE Jean-Pierre, Histoire de la France : Révolution et Empire 1783-1815, Paris, Hachette, 2002, p. 218.

[3] Pierre-François-Léonard Fontaine, Scènes de la cérémonie du sacre et de la distribution des aigles, après 1804, aquarelle, Paris, musée du Louvre.

[4] Anonyme, L’Enjambée Impériale, 1815, eau-forte coloriée, 18,8 x 27,2 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

[5] SARMAND Th., MEUNIER F., DUVETTE Ch. et CARBONNIÈRES Ph. (de) (dir.), « Napoléon et Paris : rêves d’une capitale » [exposition], Paris, Paris-Musées, 2015, p. 87-88.

[6] Ibid., p. 137-138.

[7] Mobilier de Charles Gaudin, duc de Gaëte, provenant de l’hôtel situé au 98 rue du Faubourg Saint-Honoré, vers 1800-1820, acajou et bronze doré, Paris, musée Carnavalet.

[8] SARMAND Th., MEUNIER F., DUVETTE Ch. et CARBONNIERES Ph. (de) (dir.), « Napoléon et Paris : rêves d’une capitale », Op. Cit., p. 157.

[9] Ibid., p. 247.