Archives par étiquette : décoration intérieure

Appel à communication : “Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850)”.

Jean-François de Troy, La jarretière détachée, 1724, huile sur toile, 64.8 × 53.7 cm , New York, The Metropolitan Museum of Art, collection Jayne Wrightsman.

Type : appel à communication pour un colloque international.
Date limite de l’appel : 13 janvier 2020.
Date de l’événement : 28 et 29 mai 2020.
Lieu : Genève, université de Genève.

 

Dans la lignée des travaux de Goubert (Du Luxe au confort, 1988), de Crowley (The Invention of Comfort, 2001) et de DeJean (The Age of Comfort, 2009), ce colloque souhaite revenir sur la part que tenait le plaisir sensoriel dans l’organisation des espaces intérieurs en Europe entre 1700 et 1850. Plusieurs traités d’architecture du XVIIIe siècle tels que celui de Boffrand (1745) ou plus tard de Le Camus de Mézières (1780) mettent l’accent sur l’importance des sens dans la disposition et la décoration des pièces. Ces textes soulignent que certains arrangements, pour reprendre le terme de l’époque, doivent créer une impression de plaisir et de bien-être sur ses usagers. Cette idée d’un décor qui éveille les différents organes de perception du corps humain dans le but de produire un effet sur le spectateur s’inscrit dans une approche sensualiste de l’architecture. Cette préoccupation est alors désignée par de nombreux auteurs sous les termes d’« agrément » et de « commodité » qui permettent d’exprimer, avant qu’il n’apparaisse au début du XIXe siècle, le concept de confort[1].

[1] Joan DeJean, The Age of Comfort : When Paris Discovered Casual and the Modern Home Began, New York, Bloomsbury, 2009.

 

Nous proposons de privilégier trois grands axes de réflexion, qui n’épuisent évidemment pas le champ des possibles :

DE LA THÉORIE A LA PRATIQUE

Le premier axe est consacré à la place de l’agrément et du confort dans les ouvrages théoriques et à l’impact de ceux-ci dans la production de décors. Il s’agira ainsi de déterminer la part accordée aux sens et au corps non seulement dans les traités d’architecture, mais aussi les textes destinés aux artistes décorateurs, comme le livre d’André Jacob Roubo (L’Art du menuisier en meubles, 4 vols, 1769-1775), et, plus incidemment, dans les recueils de modèles (Jean-Charles Delafosse (Nouvelle Iconologie historique, 1768). L’intérêt porté aux sensations dans ces ouvrages peut être pensé (/envisagé) en regard de la philosophie sensualiste (Condillac, Traité des sensations, 1754) mais aussi de la littérature libertine du siècle des Lumières (La Petite Maison de Bastide, 1763).

Continuer la lecture

Journée d’étude : “Aménagement intérieur et cohabitation des styles aux époques moderne et contemporaine”

Type : Journée d’étude (entrée libre)
Date et horaire : lundi 19 mars 2018 – 9h30-17h
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).

Cette journée d’étude propose d’interroger la manière usuelle et pragmatique d’adapter dans un espace domestique des objets qui n’étaient originellement pas destinés à se rencontrer, en jouant malgré ou avec leur dissemblance.

Si l’histoire de l’art nous met souvent en présence d’intérieurs où l’harmonie décorative est conçue selon l’idéal d’une « œuvre d’art totale », c’est ici un versant opposé qui sera examiné. Il s’agit en effet d’offrir plusieurs réflexions issues de rapprochements inattendus et parfois surprenants que peuvent susciter des assortiments hétérogènes d’objets de natures et d’époques diverses. Ce sujet rejoint l’histoire du goût et des collections : il place au cœur du débat la nécessité pratique pour un collectionneur, marchand ou particulier, de composer un intérieur à partir d’éléments disparates par leur âge, leur forme ou leur usage.

Les cas convoqués montrent l’étendue des possibilités, certains ayant choisi d’associer leur mobilier ancien à des œuvres d’art moderne, d’autres un mobilier moderne à des œuvres anciennes, ou encore de mêler plus largement différentes typologies de collections dans un même espace, tout en laissant présager un souci de l’effet d’ensemble. Foisonnants et éclectiques, ces intérieurs prônent pour ainsi dire le désordre organisé. De même, leurs composantes, œuvres et objets d’art, tantôt perçues comme des sources de délectation, tantôt envisagées avec une finalité plus triviale, se présentent en constante mutation. Ils deviennent dès lors problématiques pour l’historien chargé de les interpréter de façon cohérente, souvent tenté de les catégoriser et d’en fixer un sens unique dans le temps et l’espace. Continuer la lecture

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture