Archives par étiquette : décor

Soutenance de thèse : ” Vivacité, présence, éternité. Décor et illusion dans les églises de Paris et des environs (1622-1793)” par Emilie Chedeville

Pierre-antoine Demachy, Caprice (Galerie Mendes)
Type : Soutenance de thèse.
Date :  24 septembre 2022 à 14h
Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Vasari (1er étage).
 
Émilie Chedeville soutiendra sa thèse intitulée :
 
“Vivacité, présence, éternité. Décor et illusion dans les églises de Paris et des environs (1622-1793)”
 
devant un jury composé de :
 
Isabelle Brian, professeur des universités, Université de Lorraine, examinateur
Frédéric Cousinié, professeur des universités, Université de Rouen Normandie, rapporteur
Ralph Dekoninck, professeur ordinaire, Université catholique de Louvain, rapporteur
Christine Gouzi, professeur des universités, Sorbonne Université, examinateur
Étienne Jollet, professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
 
le samedi 24 septembre 2022 à 14h, Galerie Colbert, Salle Vasari.

Résumé

Cette thèse étudie le rôle de l’illusion de présence dans les pratiques dévotionnelles de la seconde modernité en France à partir d’une dizaine de décors ecclésiaux. Ceux-ci sont caractérisés à la fois par une configuration spatiale ouverte, que l’on a appelée une structure « invitatoire », qui configure et ainsi conforme le spectateur à l’événement représenté, et par des sujets narratifs aptes à se fondre dans ce mode événementiel, principalement des théophanies. Il revient au spectateur d’accepter l’écart entre la vérité et la représentation, et de combler cet écart par un sentiment religieux. C’est en définitive la part de lui-même que le spectateur accepte d’investir affectivement dans le décor qui rend l’illusion effective et qui transforme les événements représentés en événements de présence, vifs et présents. L’illusion permet, en se fondant sur le paradigme liturgique, de mêler les temporalités divines et humaines, pour donner aux épiphanies visuelles une validité éternelle. Ainsi les décors peuvent-ils, à cause de cette surenchère temporelle garante d’un efficace, prendre une réelle connotation politique pour mieux justifier les fondements des groupes sur une validité divine. Cependant, à trop rechercher l’efficace de cet effet d’illusion, ces décors en arrivent à un évidement du sens spirituel qui autrefois les caractérisait, le sens s’échappe de la figure religieuse, au profit d’impressions abstraites. On en arrive en définitive à une désincarnation du décor, indice de la mutation de la foi en croyance.

Mots-clés :  Illusion – Décor – Présence – Art religieux – Esthétique de l’effet – Esthétique de la présence – Art et liturgie – Synesthésie – Vraisemblance – Histoire de l’art religieux – Histoire des sensibilités

Publication en ligne des actes du symposium d’histoire de l’art de la mairie du 11e arrondissement de Paris “Une histoire des savoir-faire. Création et vie artistique à Paris du Grand Siècle à nos jours”

Hubert Robert, Les Monuments de Paris, 1788, Montréal, Power Corporation of Canada Art Collection. Inv. 1989.11.1

Études rassemblées et présentées par Christophe Henry.

Sur une idée de Martine Debieuvre, première adjointe au Maire du 11e, chargée de la culture, de la mémoire et du patrimoine.

En partenariat avec le Groupe de Recherches en Histoire de l’Art moderne (GRHAM).

Lien vers le volume 1 (sommaire p. 1-2) : Symposiums_Histoire-de-lart_vol-1.

© Les symposiums d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11 – 2018

Pour citer ce volume

Une histoire des savoir-faire. Création et vie artistique à Paris du grand siècle à nos jours, volume 1, études rassemblés et présentées par Christophe Henry, en partenariat avec le Groupe de Recherches en Histoire de l’Art moderne (GRHAM) et Les symposiums d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11 [en ligne], mis en ligne le 1er juillet 2019 URL : https://www.mairie11.paris.fr/actualites/parution-des-symposiums-d-histoire-de-l-art-de-la-mairie-du-11e-598

Appel à communication : Barocke Pfarrkirchen und ihre Dekoration

Propst Gelasius Mohart, Klosterkirche, Indersdorf.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel à communication : 30 avril 2017

Date de la manifestation : 23 – 25 octobre 2017

Lieu de la manifestation : Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften

Im Rahmen der Forschungsgruppe „Baroque Ceilling Painting in Central Europe (BCPCE)“ veranstaltet das Institut für Kunst- und Musikhistorische Forschungen der ÖAW gemeinsam mit dem Institute of Art History of the Czech Academy of Sciences, dem Königgrätzer Landkreis und dem Verein Omnium von 23. bis 25. Oktober 2017 in Wien ein Symposium zu den malerischen Ausstattungen von Pfarrkirchen katholischer und lutherischer Konfession.

Die Veranstaltung greift damit ein in der kunsthistorischen Forschung sehr stiefmütterlich behandeltes Thema auf, standen doch bisher vor allem die zum Teil weitgespannten Dekorationen der Kloster- und Wallfahrtskirchen im Zentrum des Interesses

Die Analyse der wandfesten Malereiausstattungen – gleichsam als Kerngeschäft der BCPCE – macht in diesem Fall nur im Rahmen einer breiten historischen Kontextualisierung Sinn. Allgemeinhistorische und kirchenhistorische Rahmenbedingungen sind als Voraussetzung ebenso zu diskutieren wie theologische und liturgische Aspekte.

Der Zeitraum ist durch die Konfessionalisierung im 16. Jahrhundert einerseits und die josephinischen Reformen im späten 18. Jahrhundert vorgegeben; der geographische Raum mit dem zum Großteil habsburgisch regierten Mitteleuropa sowie mit Mitteldeutschland – also mit wesentlichen Teilen des Alten Reichs. Continuer la lecture

Publication: Paris et ses églises du Grand Siècle aux Lumières

Mathieu Lours (dir.), Paris et ses églises du Grand Siècle aux Lumières, Paris: Picard, 400 p., 400 ill. (à paraître le 23 novembre 2016).

Mathieu Lours (dir.), Paris et ses églises du Grand Siècle aux Lumières, Paris: Picard, 400 p., 400 ill. (à paraître le 23 novembre 2016).

De la fin du XVIe siècle jusqu’au crépuscule de l’Ancien Régime, Paris connaît une vague de construction d’édifices religieux sans précédent. La capitale se peuple de dômes et de façades à colonnes signés des plus grands noms de l’architecture française (Lemercier,
Le Vau, Hardouin-Mansart, Soufflot…). Il s’agit d’un patrimoine extraordinaire, tant du point de vue qualitatif que quantitatif. Cet ouvrage en dresse l’inventaire, en y incluant les édifices détruits depuis la Révolution, et propose une analyse de ce riche héritage. Les grands décors, où s’épanouissent peintures et sculptures, marquent tant les églises nouvelles que celles bâties dans les siècles précédents qui sont mises au goût du jour, alors que d’innombrables compositions sont commandées aux meilleurs artistes du temps (Le Brun, Chalgrin, Mignard, Girardon…). Les liens entre les églises classiques et l’histoire sociale et culturelle de Paris, entre les liturgies et l’épanouissement des
arts, constituent le fil conducteur de ce vaste ouvrage collectif. Des Invalides au Val-de-Grâce, de Saint-Roch à Sainte-Marguerite, des immenses églises royales aux plus modestes chapelles, cet ouvrage offre un parcours inédit à travers plus de 140 édifices. Enrichi par une abondante iconographie tant ancienne qu’actuelle, il permet une plongée dans les espaces sacrés de la capitale des rois et des Lumières.

Agrégé et docteur en histoire, Mathieu Lours est professeur d’histoire des arts en classes préparatoires aux grandes écoles et enseignant en histoire de l’architecture à l’université de Cergy-Pontoise. Ses travaux portent sur les rapports entre formes et fonctions des édifices comme l’illustrent ses ouvrages L’Autre temps des cathédrales et Saint-Sulpice, l’église du Grand Siècle.

Cet ouvrage est écrit en collaboration avec Sébastien Bontemps, Laurent Lecomte, Nicole Lemaitre, Léonore Losserand et Aurélien Scheers.

Le sommaire de l’ouvrage est disponible ici.

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture

Séminaire : « Penser le décor de la Renaissance à nos jours »

Robert de Cotte, Château de Meudon, chambre du grand dauphin ; chelinée et glace, profil du lit, 1708 - 1709, dessin, 28,7 x 49,1 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Robert de Cotte, Château de Meudon, chambre du grand dauphin ; chelinée et glace, profil du lit, 1708 – 1709, dessin, 28,7 x 49,1 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Séminaire

Date : 18 novembre et 16 décembre 2015

Lieu : INHA, salle W. Benjamin

Présentation : Initié en 2014/2015, le séminaire Penser le décor [INHA/ENS] a montré l’actualité des réflexions et recherches portant sur le décor, tant du côté de la communauté scientifique que du public. Historiens d’art, historiens, spécialistes d’esthétique et conservateurs de musée ont pu nouer un dialogue fécond autour de la définition et de l’historiographie du décor, en s’intéressant particulièrement à la nature de son pouvoir et à ses fonctions. Si cette première session interrogeait son « retour » dans le champ de l’histoire de l’art, nous explorerons cette année les mobilités du décor.

Mercredi 18 novembre 2015 : Session I – Le décor en représentation

12h00 : Accueil

Présidence de séance : Michaël Decrossas

12h15 : Soersha Dyon (INHA), Le Livre de moresques de Jérôme de Gourmont

12h45 : Marie-Pauline Martin (Aix-Marseille Université, CNRS TELEMME UMR 7303), Relire le Cabinet des beaux Arts de Charles Perrault (1690) : le monument d’un Moderne

13h15 : Discussion

13h30 : Pause

13h45 : Jean-François Belhoste (EPHE), Comment la glace est-elle devenue, entre 1684 et 1710, un indispensable outil de décor ?

14h15 : Michaël Decrossas (INHA / SAPRAT), Les tableaux de la Galerie d’Enée, du Palais-Royal au château de Saint-Cloud : histoire d’un décor peint

14h45 : Discussion

15h00 : Pour une approche renouvelée de l’histoire des intérieurs domestiques. Présentation de l’ouvrage collectif Corrélations. Les objets du décor au siècle des Lumières, Anne Perrin Khelissa (dir.), Coll. « Études sur le XVIIIe siècle », vol. 43, Éd. de l’Université de Bruxelles, oct. 2015, en présence des auteurs et de Brigitte d’Hainaut-Zvény (Université Libre de Bruxelles).

Mercredi 16 décembre 2015 : Session II – L’industrie du décor

12h00 : Accueil

Présidence de séance : Éléonore Challine

12h15 : Julie Ramos (Université Paris I Panthéon Sorbonne), L’industrie décorative au prisme de la fiction sous la Monarchie de Juillet

12h45 : Sébastien Quéquet (Musée des arts décoratifs), La transmission des arts et de l’ornement par la location de dessins de maîtres : l’agence des beaux-arts de François-Frédéric Grobon (1862-1865)

13h15 : Discussion

13h30 : Pause

13h45 : Rossella Froissart (Aix-Marseille Université, CNRS TELEMME UMR 7303), Le vaisseau et la cloison : muralnomad avant Le Corbusier

14h15 : Anne-Sophie Aguilar (Labex Création Arts et Patrimoines), Du décor au dispositif médiatique : le Panorama de la guerre de Noël Dorville et Émile Othon Friesz (1916)

Discussion