Archives par étiquette : correspondance

Publication : “GENTILESCHI Artemisia, Carteggio /Correspondance”.

GENTILESCHI Artemisia, Carteggio /Correspondance, introduction, traduction et notes de FIORATO Adelin Charles, préface, édition critique et notes de SOLINAS Francesco, Paris, Les Belles Lettres, 2016, 364 p.

GENTILESCHI Artemisia, Carteggio /Correspondance, introduction, traduction et notes de FIORATO Adelin Charles, préface, édition critique et notes de SOLINAS Francesco, Paris, Les Belles Lettres, 2016, 364 p.

Présentation de l’éditeur :

« J’assure Votre Seigneurie Illustrissime que ce sont là des tableaux qui comportent des figures nues et des femmes, qui coûtent très cher et vous causent de grands casse-tête. Quant à vouloir faire des esquisses et à les envoyer, j’ai fait résolument le vœu de n’envoyer jamais plus d’esquisses de ma main, car j’ai été victime de fort méchants tours ; et en particulier, aujourd’hui même, je me suis trouvée avoir fait une esquisse sur des âmes du Purgatoire pour l’évêque de Sant’Agata, et cette esquisse, pour dépenser moins, on l’a fait exécuter par un autre peintre, lequel peintre travaille à partir des fruits de mon labeur. Si j’avais été un homme, je ne sais comment cela se serait passé. »

Lettre à Antonio Ruffo, 1649

Artemisia Gentileschi a laissé quelques lettres, publiées sporadiquement en Italie, et rassemblées pour la plupart dans un recueil édité par Francesco Solinas, chez l’éditeur De Luca, en 2011. Mais comme le cas socio-professionnel d’Artemisia est particulièrement digne d’attention, sont également publiées dans cet ouvrage une quinzaine de missives écrites et envoyées par des membres de son entourage : son père le peintre Orazio, son mari Paolo Antonio Stiattesi, le plus illustre de ses amants Francesco Maria Maringhi, et d’autres agents s’intéressant à la production picturale d’Artemisia.

Cette correspondance est lacunaire : n’ont survécu que des séries de missives, découvertes au fil du temps dans des archives et des éditions « princeps » partielles. Elles couvrent quatre périodes : 1611-1612, pour les documents concernant le viol ; 1615-1620, pour les lettres adressées à son amant Francesco Maria Maringhi ; 1630-1639, pour la correspondance avec les ducs de Modène et de Toscane, Galilée et d’autres commanditaires ; enfin, une série de douze lettres à Don Antonio Ruffo, écrites entre 1649 et 1651. Continuer la lecture

Colloque : Le cardinal de Bernis (1715-1794). Médiateur et observateur de l’Europe monarchique et révolutionnaire.

Anonyme, François-Joachim de Pierre de Bernis, cardinal de Bernis, 1744, huile sur toile, 63 x 52 cm, Paris, palais de l'Institut.

Anonyme, François-Joachim de Pierre de Bernis, cardinal de Bernis, 1744, huile sur toile, 63 x 52 cm, Paris, palais de l’Institut.

Type : colloque.
Date : du 15 octobre au 16 octobre 2015.
Lieu : Ecole française de Rome.
Sous la direction de : Gilles MONTEGRE.
Comité scientifique : Lucien BÉLY (Université Paris – Sorbonne), Gilles BERTRAND (Université Grenoble Alpes), François BRIZAY (Université de Poitiers), Marina CAFFIERO (Università degli studi di Roma La Sapienza), Paul CHOPELIN (Université Jean Moulin Lyon 3), Marie DEMEILLIEZ (Université Grenoble Alpes), Guillaume HANOTIN (Université Bordeaux Montaigne), Fabrice JESNÉ (École française de Rome), Christine LEBEAU (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), Virginie MARTIN (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), Patrick MICHEL (Université de Lille 3), Gilles MONTÈGRE (Université Grenoble Alpes), Jean-Noël PASCAL (Université Jean Jaurès de Toulouse), Albane PIALOUX (Université Paris – Sorbonne), Géraud POUMARÈDE (Université Bordeaux Montaigne), Catriona SETH (Universit » de Lorraine).

Le tricentenaire de la naissance du cardinal de Bernis en 2015 offre l’occasion de consacrer un double colloque à cette figure polyédrique du XVIIIe siècle européen, à laquelle aucune recherche scientifique collective n’a jusqu’alors été dédiée. Jointes aux fonds disséminés dans divers dépôts publics à travers l’Europe, les foisonnantes archives personnelles du cardinal, dont la famille a pour la circonstance offert l’accès aux chercheurs, permettent d’enquêter sur le dispositif élaboré de gestion de l’information politique internationale mis en place par Bernis à la fin de l’Ancien Régime, et sur un système de représentation puissamment fondé sur la rencontre entre élites du pouvoir et milieux culturels.

Dans le sillage des rencontres grenobloises des 21 et 22 mai 2015, qui avaient exploré la carrière poétique de Bernis et ses premières armes de diplomate et de négociateur, cette seconde session du colloque est plus spécifiquement consacrée à ce qui demeure à ce jour la plus longue ambassade française dépêchée sur les bords du Tibre. Comment expliquer que Bernis soit parvenu à s’imposer, officiellement de 1769 à 1791, puis officieusement jusqu’à sa mort en 1794, dans un espace politique et culturel aussi polycentrique et conflictuel que la Rome de la fin du XVIIIe siècle ? Répondre à cette question conduit à enquêter sur les pratiques de négociation dictées par une double appartenance à la curie romaine et aux couronnes catholiques. Cela exige de comprendre comment se restructurent les ordres internationaux de l’information, dans une Rome cosmopolite marquée par un processus de sécularisation des formes de la vie culturelle. Enfin, cela permet de prendre la mesure de l’ambitieux programme de diplomatie culturelle échafaudé par Bernis, dispositif articulé de soft power où se conjuguent pratiques d’évergétisme, centralisation des fondations nationales, protection octroyée aux artistes et gestion des mobilités voyageuses.

Programme :

Jeudi 15 octobre

École française de Rome, Piazza Navona 62

9h00 : Accueil des participants par Catherine VIRLOUVET, directrice de l’École française de Rome.

Ouverture du colloque par Fabrice JESNÉ (École française de Rome).

Introduction par Gilles MONTÈGRE (Université de Grenoble Alpes): Comment devient-on « Roi de Rome » ? La diplomatie culturelle du cardinal de Bernis.

Entre la Curie et les Couronnes : Bernis acteur diplomatique dans la Rome des papes
Présidence : Marina CAFFIERO (Università degli studi di Roma La Sapienza).

10h00 : Bertrand MARCEAU (Université de Paris – Sorbonne) : Le cardinal de Bernis et la suppression de la Compagnie de Jésus.

10h30 : Albane PIALOUX (Université de Paris – Sorbonne) : Bernis en conclave, acteur et observateur de l’élection de Pie VI.

11h00 : Claudio CANONICI (ISSR A. Trocchi, Pontificia Università Lateranese) : Il presagio di tempi difficili : il carteggio di Bernis con il cardinale Boncompagni-Ludovisi (1776-1785).

11h30 : Paul CHOPELIN (Université Jean Moulin Lyon 3) : Le cardinal de Bernis et l’accueil des tantes de Louis XVI à Rome.

12h00 : Virginie MARTIN (Université Paris I Panthéon – Sorbonne) : « Entre deux feux » : art du compromis et action diplomatique du cardinal de Bernis à la fin de son ambassade romaine (1789-1794).

12h30 : Discussion.

Rome Caput Mundi : Centralité romaine et ordres internationaux de l’information
Présidence : Gilles BERTRAND (Université de Grenoble – Alpes).

14h30 : Christine LEBEAU (Université Paris I – Panthéon Sorbonne) : Information et médiation. L’espace-temps des informateurs du cardinal de Bernis d’après ses correspondances.

15h00 : Clemente FEDELE (Accademia italiana di storia postale) : « Tarda la posta di Francia ». Comunicare per lettera tra Roma e Parigi nel XVIII secolo.

15h30 : Gilles MONTÈGRE (Université de Grenoble – Alpes) : Des Indes orientales aux Amériques : la correspondance secrète du cardinal de Bernis et du comte de Vergennes.

16h00 : Maria Dolores GIMENO PUJOL (Universitat Rovira i Virgili de Tarragona) : Bernis et José Nicolas de Azara, ou l’union franco-espagnole dans la Rome des papes.

16h30 : Pause.

17h00 : François BRIZAY (Université de Poitiers) : Fragments napolitains : le royaume des Deux-Siciles dans la correspondance du cardinal de Bernis.

17h30 : Géraud POUMARÈDE (Université de Bordeaux-Montaigne) : Le cardinal de Bernis et les affaires d’Orient.

18h00 : Alexandre STROEV (Université Sorbonne Nouvelle) : Bernis, Grimm et le réseau russe.

18h30 : Discussion.

Vendredi 16 octobre

École française de Rome, Piazza Navona 62

Fastes et secrets d’une cour d’ambassade : Mobilités culturelles et stratégies de représentation
Présidence : Lucien BÉLY (Université de Paris – Sorbonne).

9h00 : Gilles BERTRAND (Université de Grenoble – Alpes) : Le diplomate, les voyageurs et les émigrés. L’observatoire des correspondances diplomatiques dans l’histoire des mobilités culturelles.

9h30 : Martine BOITEUX (EHESS) : Le cardinal de Bernis et la fête romaine.

10h00 : Catriona SETH (Université de Lorraine) : Les correspondantes du cardinal de Bernis.

10h30 : Alessia LIROSI (Università degli studi di Roma La Sapienza) : Erede spirituale e materiale di un grand’uomo : il cardinale de Bernis e sua nipote la marchese di Puy-Montbrun.

11h00 : Discussion.

12h30 : Visite guidée du palais De Carolis, siège de l’ambassade de France à Rome au temps du cardinal de Bernis.

Mécène, amateur ou collectionneur ? Le cardinal de Bernis et les arts
Présidence : Letizia NORCI CAGIANO (Università Roma Tre).

14h00 : Claire BÉCHU-BÉNAZET (Archives nationales) : Diplomates et goût des lettres et des arts au XVIIIe siècle : étude de quelques cas français.

14h30 : Philippe BORDES (Université Lyon 2) : Le renouveau de l’art français de 1774 à 1794 : le rôle du cardinal de Bernis.

15h00 : Carole BLUMENFELD (Palais Fesch – Musée des Beaux Arts d’Ajaccio) : Le cardinal de Bernis : pratiques d’un amateur à Rome.

15h30 : Patrick MICHEL (Université de Lille 3) : Le cardinal de Bernis et les arts : connaisseur, collectionneur ou protecteur des artistes ?

16h00 : Michela BERTI (Université de Liège) : La « diplomatie musicale » du cardinal de Bernis, ambassadeur à Rome : réseau, commandes et choix musicaux.

16h30 : Marie DEMEILLIEZ (Université de Grenoble – Alpes) : Les Éphémérides romaines de Latapie (mars-octobre 1775) : un voyage musical dans la Rome de Bernis.

17h00 : Discussion et conclusions.

19h30 : Cocktail de clôture du colloque au Casino dell’Aurora du palais Pallavicini
(sur réservation).