Archives par étiquette : corpus

Publication : Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France

 

Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, F. Cousinié (dir.), Rouen, PURH, 2020

Qu’est-ce qu’ « interpréter » un tableau ? Faut-­il privilégier le s intentions déclarées ou implicites de l’artiste et des commandi­taires ? En rester aux interprétations historiques, contempo­raines de l’œuvre ? Ou accueillir les réceptions postérieures ? Que faut-­il interpréter ? La composition, ses figures, l’histoire et la narration déployée, les motifs et les thèmes ? Et comment prendre en compte les œuvres «sans histoire »? Les matériaux, pigments, grains, touches et l’ensemble des formes plastiques des œuvres doivent-­ils être étudiés ? L’unité désormais muséale du tableau peut-­elle être dissociée de l’environnement spatial, des objets, des corps, des savoirs et des usages dans lesquels il s’inscrivait et auxquels il répondait auparavant? Mais faut-­il toujours interpréter ? L’œuvre requiert-­elle vrai­ ment et seulement ce mode de relation ? Ce volume s’efforce de répondre à ces questions sans cesse posées, reposées par l’historien de l’art et tout amateur de peinture, à propos d’œuvres peintes au sein du XVIIe siècle, qui invente le terme d’herméneutique, art de l’interprétation. 

Table des matières

Avant-Propos : La conversion du regard. La peinture du XVIIe siècle d’après et après Marc Fumaroli (F. Cousinié)

Introduction : Le sens du passé (F. Cousinié)

I. Historiciser l’interprétation ? Protocoles et sources de l’interprétation

Tatiana Senkevitch (The Sarah Campbell Blaffer Foundation, Houston) – « Exercising l’esprit de finesse: Pascalian Aesthetics and French painting in the 1650s » ;
Colette Nativel (Université de Paris I) – « Lire un tableau selon Rubens : le cas de la Galerie Médicis » ;
Olivier Bonfait (Université de Bourgogne) – « Lire ou interpréter ? L’allégorie dans la peinture en France au xviie siècle de Poussin à Lebrun » ;
Anne le Pas de Sécheval (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) – « Guillet de Saint-Georges interprète de Charles Le Brun ? Réflexions sur les descriptions de L’Élévation de la Croix (1685) et de La Montée au Calvaire (1688) » ;
Alexandra Woolley (Université Toulouse Le Mirail) – « « Interpréter la volonté de Dieu » : Vincent de Paul et la sculpture des âmes » ;
Marie Chaufour (Université de Bourgogne Franche-Comté) – « De l’interprétation d’un tableau énigmatique dans la Satyre d’Euphormion de Jean Barclay » ;
Emmanuelle Hénin (Université de Paris IV Sorbonne) – « Le mot ingénieux : théorie emblématique et pratique picturale ».

II. Trajets de l’interprétation

Véronique Meyer (Université de Poitiers) – « Jean Pesne, graveur de Poussin » ;
Cécile Vincent-Cassy (Université est Paris 13-Sorbonne Paris Cité) – « Cultes et diplomatie de l’art au temps de Philippe IV d’Espagne. À propos d’une petite Assomption de Jacques Stella placée en bas d’un retable » ;
Johannes Schwabe (Université Humboldt à Berlin / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – « Aux pieds du roi. Une série de copies d’après un tableau d’Henri Testelin sous l’angle de la théorie de la réception » ;
Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris) – « Reconstituer les débats autour du portrait dans la France du xviie siècle » ;
Emmanuel Faure-Carricaburu (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) – « Application du concept de transgénéricité à l’analyse de la peinture française du xviie siècle ».

III. Les fins de l’interprétation

Matthieu Somon (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) – « Autour des trois Moïse de Philippe de Champaigne » ;
Ralph Dekonink (Université catholique de Louvain-la-Neuve) – « Penser et peindre par figures. Mystère et figurabilité dans la Fuite en Égypte de Poussin » ;
Étienne Jollet (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) – « L’interprétation à l’épreuve de l’œuvre. À partir du Pèlerinage à l’île de Cythère d’Antoine Watteau » ;
Christian Belin (Université Paul Valery – Montpellier 3) – « L’irréel du tableau chez La Fontaine » ;
Clélia Nau (Université Paris Diderot), « Matérialités des feuillages. Réintégrer ce qui échappe au sens : l’ambiance, le bruit » ;
Bruno Nassim Aboudrar (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) – « En deçà du motif : interpréter l’insignifiant » ;
François Trémolieres (Université de Rennes 2) – « Yves Bonnefoy interprète de Poussin ».

Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, F. Cousinié (dir.), Rouen, PURH, 2020(400 p., ill. coul., 39 euros, isbn : 9791024013145)

L’ouvrage est notamment disponible auprès du comptoir des presses d’universités  : https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100588310

Conférence du GRHAM : « Les Ambitions d’Elisabeth-Sophie Chéron (1648-1711), femme artiste au Grand Siècle ».

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l'artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l’artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 22 mars 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Peintre et miniaturiste spécialisée dans la pratique du portrait, graveur, musicienne, poétesse et traductrice, Élisabeth-Sophie Chéron (1648-1711) suscite l’admiration de ses contemporains en raison de ses nombreux talents. Bénéficiant de la protection de Charles Le Brun, elle est la quatrième femme à être reçue au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture; elle a également l’honneur d’être admise dans l’Académie des Ricovrati à Padoue.

Faisant preuve d’une curiosité intellectuelle inhabituelle pour une femme de son époque, elle expérimente des techniques diverses et passe pour une personnalité atypique dans le monde académique. Ses ambitions transparaissent notamment à travers l’élaboration de deux ouvrages qu’elle vient présenter à l’Académie royale : un Livre à dessiner composé de testes tirées des plus beaux ouvrages de Raphaël destiné à la formation des jeunes artistes et les Pierres antiques gravées, recueil destiné à un public d’amateurs, contenant des estampes exécutées d’après les plus célèbres pierres dures alors conservées dans les collections françaises.

Cette conférence sera l’occasion de renouveler sa biographie à la lumière de documents inédits et de lui ré-attribuer un certain nombre d’œuvres.

Docteur en histoire de l’art et chargée de cours à la Manufacture des Gobelins, Frédérique Lanoë travaille actuellement au catalogue raisonné de l’œuvre de Philippe et Jean-Baptiste de Champaigne. A l’occasion de l’exposition Trois Maîtres du dessin qui s’est tenue au musée de Port-Royal en 2009, elle a rédigé le catalogue raisonné des dessins de Philippe de Champaigne, de Jean-Baptiste de Champaigne et de Nicolas de Plattemontagne. Spécialisée dans l’étude de de la peinture et du dessin du XVIIe siècle, elle a été commissaire de l’exposition 1704, le Salon les arts et le roi (Sceaux, musée de l’Île-de-France, mars-juin 2013), et participe à l’organisation de l’exposition Le Nain qui se tiendra aux musées de Fort Worth, de San Francisco et au Louvre-Lens de mai 2016 à juin 2017. Elle fait partie des membres fondateurs de l’association Bella Maniera qui vise à promouvoir l’étude du dessin ancien.