Archives par étiquette : conservation

Conférence du GRHAM : “Un « prodigieux amas » d’images : Le département des Estampes et de la photographie de la BnF : enjeux et perspectives pour la recherche en histoire de l’art” par Corinne Le Bitouzé et Chloé Perrot (21 novembre, Paris).

Charles-Nicolas Cochin père d’après Charles-Nicolas Cochin fils, Frontispice du « Catalogue raisonné des diverses curiosités du Cabinet de feu M. Chevalier de La Roque », 1745, gravure sur cuivre, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 21 novembre 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Dès sa création en 1667, le cabinet des estampes de la Bibliothèque du roi, futur département des Estampes et de la photographie de la BnF, est riche de 85 000 estampes. Depuis cette date, la collection n’a cessé de croître, agrégeant au fil du temps toutes les nouvelles formes d’images multiples : photographies, reproductions photo-mécaniques et maintenant impressions numériques. Hors de son périmètre à l’origine, le dessin y occupe également une place importante. C’est aujourd’hui un « prodigieux  amas » de près de 15 millions d’images, occupant 24 km de rayonnages. La question de l’accès à cet imposant corpus iconographique s’est donc très vite posée.  Continuer la lecture

Appel à communication : “Aux limites de l’étude matérielle de la peinture : la reconstitution du geste artistique”.

François Boucher, Le Peinture dans son atelier, XVIIIe siècle, huile sur toile, 27 x 22 cm, Paris, musée du Louvre

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 1er mai 2019.
Date de l’événement : 28 septembre  2019.
Lieu : Paris, INHA.

Dans son positionnement en tant que discipline scientifique, l’histoire de la peinture s’impose traditionnellement comme strict objet d’étude le tableau. Elle n’en demeure pourtant pas moins fascinée par ce qu’elle ne peut atteindre de façon absolue : le geste de l’artiste.

Ce geste relève d’autant plus du domaine de l’imaginaire et de l’impalpable, qu’il affleure au sein d’études matérielles consacrées aux outils ou aux matériaux.

Qualifié de volontaire ou de conditionné, d’individuel ou de stéréotypé, le geste entraine dès lors l’histoire de l’art dans des débats sur sa technicité, sa singularité, voire la possibilité même d’un savoir objectif à son endroit.

Ainsi tentée par la réincarnation du peintre en action, l’écriture de l’histoire de l’art a pu développer des stratégies pour recréer le mouvement du peintre, se le figurer par le biais d’une image mentale, en se raccrochant à une imagerie tangible ou encore en essayant de le reconstituer. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « La face cachée des pastels : étude des différents supports utilisés par les artistes au XVIIIe siècle », par Valérie Luquet (Paris, 13 décembre 2018).

 

Type : Conférence (entrée libre).
Date de l’événement : 13 décembre 2018, 19h.
Lieu : Salle Vasari, Institut national d’histoire de l’art, Paris.

Le XVIIIe siècle est souvent considéré comme l’âge d’or de la peinture au pastel malgré les critiques parfois très virulentes de certains académiciens ou d’Etienne de La Font de Saint-Yenne : « Le nombre des Peintres en Pastel est infini. Mais il est bien à craindre que la facilité & la célérité de ses fragiles craïons ne fassent négliger l’huile beaucoup plus lente à la vérité, mais infiniment plus savante, & incomparable pour la durée* ». L’art du pastel est un domaine dans lequel on remarque, tout au long du siècle des lumières, une intense activité de recherche menée par les artistes ou les marchands de couleurs. Continuer la lecture

« Est-il utile ou nuisible de restaurer ? » Réflexion sur l’acte de restauration et ses acteurs en 1796.

arrivée au Louvre des trésors d'art de la Grande Armée (RF6061-recto) 263 x 446 cm Paris Musée du Louvre (RMN)

Benjamin ZIX, Arrivée au Louvre des trésors d’art de la Grande Armée, (RF6061-recto), (263 x 446 cm), Paris, Musée du Louvre (RMN)

Souvent négligées, les restaurations de la période moderne et du XIXème siècle sont aujourd’hui l’objet de critiques et retirées lors de nouvelles restaurations le plus souvent sans considération historique ou simplement documentaire. Toutefois, la lecture des archives du Muséum et des publications de la fin du XVIIIème siècle, révèle une discipline en mutation dont les acteurs cherchent à démontrer la légitimité de leur travail en s’appuyant notamment sur leurs connaissances en matière de technologie artistique. Ces dernières années, la publication des travaux de Rosa Moreno[1], la compilation des études de Gilberte Émile-Mâle[2], et, plus récemment, l’ouvrage de Noémie Etienne[3] ont largement couvert le sujet s’attachant à étudier la structuration du métier de restaurateur de tableaux et son intégration dans la politique du Muséum. À ces travaux, s’ajoutent les mémoires de recherche, menés à l’école du Louvre, dont le numéro 27-28 de Techné, La restauration des œuvres d’art. Éléments d’une histoire oubliée, XVIIIème-XIXème siècle[4], nous offre un panel des sujets traités.

Nous nous proposons ici d’analyser le rapport de la Commission nommée par l’Assemblée le 11 nivôse de l’An V (31 décembre 1796) et composée de Joseph-Marie Vien, Jean-Baptiste Le Brun, Jean-Marie Picault, Jean-François Hue et François-André Vincent.[5] Si des éléments de cette archive ont notamment nourri des points de réflexion sur l’utilisation des vernis et les changements de format, elle n’a cependant jamais fait l’objet d’un dépouillement singulier et complet.[6] Le document présente pourtant une cohérence certaine et montre comment la Commission interroge le champ d’action de la restauration. Continuer la lecture