Archives par étiquette : conférence

Conférence : « Objects and Emotions: the London Foundling Hospital Textile Tokens, 1740-1770 »

London Metropolitan Archives, copyright Coram.

Type : Conférence
Date de l’évènement : 30 novembre 2017 à 17h30
Lieu : Université Paris Diderot, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris. Salle 830 (Bâtiment Olympe de Gouges)

John Styles, professeur d’histoire moderne à l’université de Hertfordshire et ancien directeur du parcours de recherche au Victoria and Albert Museum, sera à Paris pour donner une conférence exceptionnelle dont le sujet est « Objects and Emotions: the London Foundling Hospital Textile Tokens, 1740-1770 ».

Pionnier de l’histoire de la culture matérielle, John Styles travaille en particulier sur le textile et les consommations populaires. Il est l’auteur notamment de The Dress of the People (Yale University Press, 2007), et a été commissaire en 2010 de l’exposition « Threads of Feeling » qui s’est tenue au Foundling Hospital de Londres et qui portait sur les bouts de tissus (textile tokens) laissés en gage par les mères obligées de laisser leur enfant à l’orphelinat dans l’espoir que ce petit gage matériel leur permettrait un jour de pouvoir se faire reconnaître et identifier comme la mère de l’enfant.

Séance organisée par le LARCA / UMR 8225

 

 

 

Conférence : « Inside a Parish Church: Art & Religion in 18th-Century Paris ».

 

Choir and transept of the church of Saint-Merry, Paris. Photo by David Iliff. License: CC-BY-SA 3.0.

Type : Conférence
Date et heure : 24 Octobre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence en anglais proposée par Dr. Hannah Williams, Leverhulme Early Career Research Fellow, Queen Mary University of London.

Religion has become the blindspot of eighteenth-century art history. From Watteau’s fêtes galantes, to Boucher’s rococo nudes, or David’s neoclassical political dramas, the canonical images defining our discipline’s chapters on the late ancien régime are resolutely secular. But the period itself was not. In eighteenth-century Paris, religion was everywhere and so was religious art. This paper is a response to this art-historical conundrum of why eighteenth-century religious art, so important in its time, has since been so consistently overlooked. Continuer la lecture

Conférence : « Explorer virtuellement un haut lieu du commerce d’art, à Paris, sous la Régence ».

Antoine Watteau, L’Enseigne de Gersaint, 1720, huile sur toile, 166 × 306 m, Berlin,
Château de Charlottenburg,

Type : Conférence
Date et heure : 11 Octobre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Sophie Raux, professeur d’histoire de l’art à l’Université Lumière Lyon 2.

Sous l’Ancien Régime, le pont Notre-Dame à Paris était surmonté de deux rangées de maisons délimitant une rue pavée, bordée de boutiques, abritant une soixantaine de marchands pour la plupart liés au commerce d’art et de luxe. À certains moments de son histoire, il a réuni une concentration de marchands de tableaux sans équivalent à cette échelle en Europe. Parmi ceux-ci, s’est imposé dans la première moitié du XVIIIe siècle Edme-François Gersaint, pour qui Jean-Antoine Watteau peignit, en 1720, la fameuse Enseigne de Gersaint.

La conférence rendra compte des résultats d’une équipe de recherche interdisciplinaire, associant histoire de l’art, histoire urbaine et informatique, et ayant eu pour but de faire progresser l’étude de ce milieu socio-professionnel et de son environnement urbain, par le recours aux technologies numériques. L’un des objectifs de ce travail a été de redonner une forme de visibilité à l’environnement disparu d’un tableau singulier devenu l’une des grandes icônes de l’histoire de l’art afin de mieux en saisir le sens, ce dernier ne pouvant être dissocié de la destination et de la fonction d’origine de l’œuvre.

Plus globalement, dans cette étude de cas micro-historique, la visualisation de données et la restitution en images numériques ont été envisagées comme des outils d’analyse en histoire de l’art et non comme une fin en soi. La méthode aura eu le mérite de mettre à l’épreuve les sources, et de tester la validité d’hypothèses, pour aboutir à de nouvelles questions et de nouvelles propositions.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence du GRHAM : « ‘On connaît femme à sa cornette’ : couvre-chefs et identités dans la première moitié de l’époque moderne » par Tiphaine Gaumy (Paris, 20 octobre 2016 à 19h).

boissard

Jean-Jacques Boissard, Recueil de costumes étrangers, gravure, après 1581, Paris, BnF.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 20 octobre 2016 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com.

Pour débuter ce nouveau cycle annuel de conférences, le GRHAM recevra Tiphaine Gaumy pour une conférence intitulée « On connaît femme à sa cornette :  couvre-chefs et identités dans la première moitié de l’époque moderne ».

Dans la société européenne de la première moitié de l’époque moderne, le couvre-chef est loin d’être un accessoire au sens où on l’entend aujourd’hui. Hommes et femmes, jeunes et vieux, riches et pauvres, urbains et ruraux; tous ont la tête couverte avec un chapeau, un bonnet, une coiffe, un chaperon, ou encore un béguin.

Plus qu’un élément esthétique ou protecteur face aux éléments, le couvre-chef joue un rôle incontournable dans le discours relatif à l’honneur et à l’identité des individus. On observe en effet au travers des archives, des récits et de l’iconographie un subtil langage du couvre-chef : ses mentions et représentations renvoient à la notion d’ordre ou de désordre social, à la hiérarchie qui structure la société, à un processus civilisant et au progrès de l’affirmation de l’autorité monarchique. Continuer la lecture

Appel à communication : « Comparative Histories of the Book » (12 au 15 octobre 2017)

Anne-Louis Girodet-Trioson, Benoît Agnès Trioson regardant des figures dans un livre, 1797, huile sur toile, Montargis, musée Girodet.

Anne-Louis Girodet-Trioson, Benoît Agnès Trioson regardant des figures dans un livre, 1797, huile sur toile, Montargis, musée Girodet.

Type : Appel à communication
Date limite de postulation : 25 octobre 2016.
Date de la manifestation : 12 au 15 octobre 2017.
Lieu : Philadelphie, PA
Date limite : 16 octobre 2016

What is a book? How is it read and by whom? Where is it stored or displayed? What constitutes its worth? Answers to such questions are manifold, varying not only over time and by location, but also among the askers. Vessels of knowledge and vehicles of communication, books serve as a point of contact among the disciplines; their histories of mutual concern. Material artifacts, their physical and aesthetic forms are of interest to object-oriented fields of study.

Humanists, scientists, curators, conservators, collectors, librarians, and archivists approach books with their own questions and tools of investigation. Their diverse modes of interrogation yield different kinds of information, yet these distinct insights often remain unshared, siloed within the communities to which investigators belong.

This session posits that multiple histories invigorate methodologies and are especially essential to understanding books. We seek individually or collaboratively authored papers at disciplinary, cultural, and professional crossroads that explicitly consider the implications of comparative practices, as well as the mechanics of such work. Papers will be pre-circulated, and participants will give five-minute summary presentations at the conference.

Modalités de soumission

Please submit a proposal of no more than 500 words by 25 October 2016 at : rarebookschool.org/bibliography-conference-papers

Feel free to contact session organizers Megan C. McNamee (meganmcnamee@gmail.com) and/or Caroline Wigginton (cwiggint@olemiss.edu) with questions.

Journée d’étude : « Imagining Apocalypse »

John Martin, The Destruction of Pompei and Herculaneum, 1822, huile sur toile, Londres, Tate Britain.

John Martin, The Destruction of Pompei and Herculaneum, 1822, huile sur toile, Londres, Tate Britain.

Type : Colloque international
Date : 18 juin 2016
Lieu : University of Oxford, Radcliffe Humanities Building

Organised in collaboration with Dr Catherine Redford, the theme of this year’s RECSO conference is Imagining Apocalypse and will be held on 18th June. 2016 is a key anniversary for scholars studying long eighteenth-century depictions of apocalypse as it marks two hundred years since the famous ‘year without a summer’ of 1816, when the skies went dark and there was widespread speculation that the end of the world was nigh. This conference will allow a varied group of scholars working in the field of long eighteenth-century apocalypse studies to share their current research, giving them the chance to consider collaboratively current trends and research in apocalypse studies and to look forward to future projects. The project will ultimately encourage a more interdisciplinary approach to apocalypse studies.

Bringing together academics from across English, History, History of Art, Modern Languages, and Theology, the conference will introduce participants to the richness of apocalypse studies across a range of disciplines, both enhancing their research and laying the foundations for future projects, publications, and collaborations. A plenary lecture will be given by Professor Fiona Stafford (Professor of English Language and Literature, University of Oxford). Following the conference, a showcase of musical and literary performances will take place at St George’s Crypt, Oxford Castle. Registration is now open; see the conference website for further details.

Romanticism and Eighteenth-Century Studies Oxford (RECSO) is a graduate-led initiative for scholars across the Humanities Division. Our aim is to provide a platform for graduates and academics from various disciplines to discuss and share their research into the long eighteenth century. It also facilitates the development of projects, workshops and larger events, as well as providing a physical meeting space for RECSO’s growing body of members.

Programme :

9.30 – Registration
10.15 – Welcome and introduction by Catherine Redford and Emily Knight, University of Oxford

10.30 – Morning Session

Panel A : The Eighteenth-Century Apocalyptic Imagination: The Interpretative Landscape
Chair : Amelia Greene
Jonathan Downing, University of Bristol : ‘The Commentators’ Apocalypse: The Interpretation of Biblical Eschatology in Eighteenth-Century Popular Commentaries’
Stephen Bygrave, University of Southampton : ‘Improvement and Apocalypse: Joseph Priestley’s Rhetoric in the 1790s’

Panel B : The Last Man
Chair : Eva-Charlotta Mebius
Claire Sheridan, University of Greenwich : ‘Apocalypse as Domestic Melodrama: Dibdin Pitt’s The Last Man; or, the Miser of Eltham Green’
Audrey Borowski, University of Oxford : ‘The Strange Indetermination of Cousin de Grainville’s “Last Man”’
Adrian Tait, Independent Scholar : ‘Intimations of Apocalypse: From Mary Shelley’s The Last Man to M. P. Shiel’s The Purple Cloud’

12.00 – Lunch

12.45 – Afternoon Session, Part I

Panel A : Revelation/Revelations
Chair : Christian Zolles
Natasha O’Hear, University of St Andrews : ‘Four Become One : The Preoccupation with the Fourth Horseman of the Apocalypse in the Eighteenth Century’
Joanna Raisbeck, University of Oxford : ‘The Post-Kantian Apocalypse: Revelatory Visions in Jean Paul and Karoline von Günderrode’
Randall Reinhard, University of Edinburgh : ‘The Revelation of Edward Irving: The Apocalypse as Social Criticism’

Panel B : Secular Apocalypse : Nature and the Human
Chair : TBC
• Amelia Greene, City University of New York : ‘Uncovered Earth: Scaled Apocalypse in John Clare’
Lucia Scigliano, Durham University : ‘“What faith is crushed, what empires bleed”: Apocalypse and Nature in Percy Bysshe Shelley’s Hellas’
Adam D. J. Laity, University of the West of England : ‘The Last Man, the Rückenfigur and Mad Max: Romantic Subjectivism and “the human” within the Apocalyptic Sublime Landscape’

2.15 – Tea and coffee

2.45 – Afternoon Session, Part II

Panel A : Ruin and Catastrophe
Chair : Audrey Borowski
Jessica Stacey, King’s College London : ‘Apocalypse of Meaning: Catastrophes of Language in Eighteenth-Century France’
Thomas Moynihan, University of Oxford : ‘Human Extinction and Romanticism: The Intellectual Discovery of the End of Thought’
Helen Slaney, University of Oxford : ‘Original Ruins’

Panel B : Apocalyptic Afterlives
Chair : TBC
Christian Zolles, University of Vienna : ‘Modern Apocalypse in Reverse: Edgar Allan Poe’s Dialogue The Conversation of Eiros and Charmion (1839)’
Tom Bromwell, University of York : ‘A Sublime Armageddon: First World War Artists and the Burkean Sublime’
Catherine Redford, University of Oxford : ‘From Mary Shelley to H. G. Wells: The Romantic Last Man Reimagined’

4.15 Plenary lecture
Fiona Stafford, University of Oxford : ‘Barkless, branchless, blighted : Alpine Apocalypse in 1816’

5.15 Closing remarks ; walk to Oxford Castle

6.15 Showcase in St. George’s Crypt, Oxford Castle: A selection of musical and literary imaginings of the Last Man on earth from the Romantic period.

7.00 Dinner

Conférence : Douglas Fordham on Aquatint Empires

Thomas Daniell, “Part of the Kanaree [Kanheri] Caves, Salsette”, 1799, aquatinte from Oriental Scenery.

Thomas Daniell, “Part of the Kanaree [Kanheri] Caves, Salsette”, 1799, aquatinte from Oriental Scenery.

Type : Conférence (Entrée libre)
Date : 18 mai 2016 de 18h à 20h.
Lieu : Paul Mellon Centre, 16 Bedford Square, London.

This talk considers the importance of what used to be known as ‘English Coloured Books’ to the conceptualization and visualization of the British Empire. Particular attention will be given to aquatint as a medium, and the ways in which this tonal intaglio process encouraged certain types of visual themes, historical narratives, and viewer responses. Making particular use of the J.R. Abbey collection of ‘Travel in Aquatint and Lithography’ in the Yale Center for British Art, this project explores the production and reception of three ambitious and beautifully illustrated publications: Thomas Daniell’s Hindoo Excavations (1803), William Alexander’s Costume of China (1805), and Samuel Daniell’s African Scenery and Animals (1804–05). This talk asks what these publications might reveal about Britain’s place in the world following the Treaty of Amiens. More broadly, it considers seriality as empire: how did elaborate aquatint publications colour British visions of Africa, Asia, and beyond?

Douglas Fordham is the author of British Art and the Seven Years’ War: Allegiance and Autonomy (University of Pennsylvania Press, 2010) and a co-editor with Tim Barringer and Geoff Quilley of Art and the British Empire (Manchester University Press, 2007). He has published articles relating to British art, visual culture, and empire in Art History, The Art Bulletin, Representations, Oxford Art Journal, and elsewhere.

 

Conférence du GRHAM : « Les tabatières au XVIIIe siècle : deux faussaires démasqués » par Alexis Kugel (Paris, 10 mai 2016 à 18h30).

Dessins préparatoires pour une boîte de         style Louis XVI, Paris, vers 1900.

Dessins préparatoires pour une boîte de style Louis XVI, Paris, vers 1900.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 10 mai de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les tabatières, comme la plupart des objets précieux avidement collectionnés au XIXe siècle, ont été copiées par des faussaires de talents, mais jusqu’à présent aucun fond d’atelier de faussaire ne nous était parvenu. Alexis Kugel a découvert des éléments provenant de deux ateliers distincts. Leur étude lui a permis de reconsidérer l’authenticité de nombreuses tabatières au sein de collections publiques et privées. Cette découverte est similaire en importante à celles de Reinhold Vasters et Alfred André pour les bijoux Renaissance, et sera d’un grand intérêt pour tous les collectionneurs, conservateurs, marchands et amateurs de boîtes en or.

Alexis Kugel est galeriste, à la tête avec son frère Nicolas de la galerie J. Kugel à Paris.

Conférence du GRHAM : « Les Ambitions d’Elisabeth-Sophie Chéron (1648-1711), femme artiste au Grand Siècle ».

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l'artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l’artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 22 mars 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Peintre et miniaturiste spécialisée dans la pratique du portrait, graveur, musicienne, poétesse et traductrice, Élisabeth-Sophie Chéron (1648-1711) suscite l’admiration de ses contemporains en raison de ses nombreux talents. Bénéficiant de la protection de Charles Le Brun, elle est la quatrième femme à être reçue au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture; elle a également l’honneur d’être admise dans l’Académie des Ricovrati à Padoue.

Faisant preuve d’une curiosité intellectuelle inhabituelle pour une femme de son époque, elle expérimente des techniques diverses et passe pour une personnalité atypique dans le monde académique. Ses ambitions transparaissent notamment à travers l’élaboration de deux ouvrages qu’elle vient présenter à l’Académie royale : un Livre à dessiner composé de testes tirées des plus beaux ouvrages de Raphaël destiné à la formation des jeunes artistes et les Pierres antiques gravées, recueil destiné à un public d’amateurs, contenant des estampes exécutées d’après les plus célèbres pierres dures alors conservées dans les collections françaises.

Cette conférence sera l’occasion de renouveler sa biographie à la lumière de documents inédits et de lui ré-attribuer un certain nombre d’œuvres.

Docteur en histoire de l’art et chargée de cours à la Manufacture des Gobelins, Frédérique Lanoë travaille actuellement au catalogue raisonné de l’œuvre de Philippe et Jean-Baptiste de Champaigne. A l’occasion de l’exposition Trois Maîtres du dessin qui s’est tenue au musée de Port-Royal en 2009, elle a rédigé le catalogue raisonné des dessins de Philippe de Champaigne, de Jean-Baptiste de Champaigne et de Nicolas de Plattemontagne. Spécialisée dans l’étude de de la peinture et du dessin du XVIIe siècle, elle a été commissaire de l’exposition 1704, le Salon les arts et le roi (Sceaux, musée de l’Île-de-France, mars-juin 2013), et participe à l’organisation de l’exposition Le Nain qui se tiendra aux musées de Fort Worth, de San Francisco et au Louvre-Lens de mai 2016 à juin 2017. Elle fait partie des membres fondateurs de l’association Bella Maniera qui vise à promouvoir l’étude du dessin ancien.

Conférence du GRHAM : « Histoires d’enquêtes… Parcours d’un « amateur » autodidacte » par Antoine Tarantino (Paris, 16 février 2016).

 

Luigi Garzi (1638-1731) Domine Quo Vadis ?, début du XVIIIe siècle, huile sur toile, 63 x 48 cm, Paris, galerie Antoine Tarantino.

Luigi Garzi (1638-1731), Domine Quo Vadis ?, début du XVIIIe siècle, huile sur toile, 63 x 48 cm, Paris, galerie Antoine Tarantino.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 16 février 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Après avoir commencé très jeune une carrière militaire qui le conduit à Paris, dans la Garde Républicaine, Antoine Tarantino se passionne pour les dessins et tableaux anciens, notamment à la suite de l’exposition « Seicento » au Grand Palais puis des premières éditions du « Salon du Dessin ». Il quitte l’armée afin de collaborer à la préparation de l’exposition « De Versailles à Paris, le destin des collections royales » organisée par Jacques Charles-Gaffiot pour la Mairie du Ve Arrondissement en 1989. Il commence un cursus à l’Ecole du Louvre qu’il interrompt peu de temps après, finalement plus attiré par le côté concret d’une collection et par le côté « enquête » des recherches. Il collabore pendant quelques années avec les marchands Jacques Fischer, spécialiste du XIXème siècle et Jean Philippe Mariaud de Serres, spécialisé en archéologie, avant d’ouvrir sa propre galerie en juin 2007. Il est entretemps admis au sein de la CEEA (Chambre Européenne des Experts d’Art) puis de IADAA (International Association of Dealers in Ancient Art).

La galerie, située au cœur du quartier de la Nouvelle Athènes, est adaptée à la fois aux tableaux de grand format et aux objets archéologiques tels que les sculptures en marbre, les vases grecs et les intailles.

Une petite salle est également consacrée aux arts graphiques et permet de présenter une sélection d’artistes essentiellement italiens du XVIe au XVIIIe siècle.

La Galerie Tarantino a régulièrement l’occasion de proposer des expositions thématiques qui favorisent la connaissance et la diffusion de l’archéologie classique comme de l’art italien Celles-ci sont toujours accompagnées par des catalogues auxquels participent les spécialistes concernés.

  • L’Antiquité Révélée, à la Galerie Daniel Greiner en février 2007.
  • Emilia Pittrice, tableaux et dessins bolonais du XVIe au XVIIIe siècle,du 10 décembre 2007 au 31 janvier 2008.
  • Rome 1660, l’Explosion Baroque, du 18 novembre 2008 au 31 janvier 2009.
  • Peindre à Rome, du 16 mars au 21 avril 2011.
  • Cabinet d’Antiques, du 16 novembre au 16 décembre 2016.
  • Rome, de Barocci à Fragonard, du 20 mars au 8 juin 2013.
  • Les Fastes du Pouvoir, du 25 mars au 28 mai 2014.
  • A venir : L’Art et la Manière, du 29 mars au 31 mai 2016.

Après une communication revenant sur les spécificités de son métier ainsi que sur son rapport à l’art des XVIIe et XVIIIe siècles, Antoine Tarantino échangera avec la salle sur ces diverses thématiques mais également sur les plus belles découvertes de sa carrière.

Conférence : « Un recueil de gravures de mode du XVII e siècle enluminé de la collection Roger de Gaignières »

gravurexviie

Type : Conférence.
Date : mardi 5 janvier 2016 à 18h15.
Lieu : Paris, INHA, Auditorium Colbert.

Dans le cadre des « Conférences du Quadrilatère », organisées par la BnF et l’INHA, cette conférence se verra consacrée à un recueil de gravures de mode du XVIIe siècle enluminé.

Continuer la lecture

Conférence : Architecture et urbanisme sous le Consulat et l’Empire à Paris

Charles Percier et Pierre Fontaine (d'après), « La rue de Rivoli », jeu de construction des princes de la famille d’Orléans, vers 1820, Paris, Musée Carnavalet, PM 109.

Charles Percier et Pierre Fontaine (d’après), « La rue de Rivoli », jeu de construction des princes de la famille d’Orléans, vers 1820, Paris, Musée Carnavalet, PM 109.

Dans le cadre du cycle de conférences « Un mois, une oeuvre » au Musée Carnavalet, la commissaire associée de l’exposition « Napoléon et Paris », Charlotte Duvette, animera une présentation sur l’architecture sous le Consulat et le Premier Empire à Paris.

Programme de la conférence :

Dès le début du Consulat, en 1799, Bonaparte dispose d’une large étendue de terrain à Paris acquise par la mise en place des biens nationaux sous la Révolution. À travers des opérations de percement et de construction, de nouvelles rues et monuments ponctuent le paysage de la capitale.

Si c’est principalement Napoléon qui décide quels sont les monuments à ériger, le préfet de la Seine et le ministre de l’intérieur ont également un rôle à jouer. L’empereur est  entouré d’une vaste équipe d’architectes à qui l’ont doit notamment l’Arc de Triomphe de la place de l’Étoile, la Bourse ou encore la rue de Rivoli. Dans cette équipe, se trouve un duo d’architectes célèbre, Percier et Fontaine. Ce dernier tient un rôle consultatif important auprès de Napoléon.

S’il y eut sous l’Empire plus de constructions de bâtiments utilitaires (fontaines, halles, marchés etc.) que de monuments, ces derniers, plus pérennes, marquent encore fortement le paysage actuel. Ce sont tous ces aspects du Paris napoléonien qui seront évoqués lors de cette conférence.

Informations pratiques :

Musée Carnavalet – Salon Bouvier
Jeudi 11 juin 2015 de 13h à 14h
Gratuit