Archives par étiquette : comte de Vergennes

Vente Robert de Balkany chez Sotheby’s – Paris

Sotheby’s en association avec Leclère-mdv procédera le 20 septembre 2016 (à partir de 17h) à la vente de la collection de Robert Zellinger de Balkany (1931 – 2015). Cet homme d’affaires qui avait fortune dans la promotion immobilière en se lançant dans la conception – novatrice à l’époque – de grands centres commerciaux, avait patiemment constitué une exceptionnelle collection au sein de son hôtel particulier, l’hôtel de Feuquières, situé 62 rue de Varennes.

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm

Le Lot 15, estimé entre 40 000 et 60 000 €, est un tableau de Michel Hubert Descours (Bernay 1707 – 1775), Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm. Le peintre, qui représente ici sa femme, relate sa rencontre et son mariage avec celle-ci dans un petit texte de souvenirs Les Amours de M. Hubert – Descours avec Mademoiselle Marie Fabre écritte (sic) par luy même en 1737. Il s’inspire d’un tableau d’Hyacinthe Rigaud qui représente pour la première fois un modèle accompagné d’un petit serviteur noir en 1702 dans le Portrait de Catherine-Marie Le Gendre de Villedieu, aujourd’hui non localisé, mais connu par la gravure.

Le Lot 23, estimé entre 300 000 et 500 000 €, est une importante pendule au Jour et la Nuit en ébène, marqueterie d’écaille et de laiton, bronze patiné et doré d’époque Régence, par André-Charles Boulle (1642-1732), le cadran et le mouvement par Abraham Gilbert. Son appartenance a pu être établie dans l’inventaire après décès d’Etienne Perrinet de Jars en 1762. Au XVIIIe siècle plusieurs pendules similaires sont répertoriées, l’une livrée pour Machault d’Arnouville, une autre au prince de Condé, une troisième pour le duc de La Vrillère ; on en retrouve également un exemplaire chez le président de Nicolaÿ, ainsi que chez Jean de Julienne, le comte de Lauraguais et Randon de Boisset.

pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l'époque Louis XVI, 65 x 40 x 22 cm

pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l’époque Louis XVI, 65 x 40 x 22 cm

Le Lot 32, estimé entre 60 000 et 100 000 €, est une pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l’époque Louis XVI, le cadran et le mouvement signé Le Paute / Hger Du Roy, 65 x 40 x 22 cm. Cette pendule appartenait à Jean-Baptiste Magon de La Balue (1713 – 1794), fermier général et seul banquier de la Cour à la fin du règne de Louis XV, supplantant ainsi Jean-Joseph de Laborde lors de la disgrâce du duc de Choiseul. L’Ariane qui repose aujourd’hui sur la plateforme de l’horloge s’est substituée à « un chat d’ancien bleu posé sur un coussin de bronze doré avec frise d’ornements » (tel qu’indiqué dans inventaire après-décès dressé le 9 fructidor an III soit le 26 août 1795). Ceci explique la frise de souris qui orne de manière inattendue et cocasse le socle. Continuer la lecture

Colloque : Le cardinal de Bernis (1715-1794). Médiateur et observateur de l’Europe monarchique et révolutionnaire.

Anonyme, François-Joachim de Pierre de Bernis, cardinal de Bernis, 1744, huile sur toile, 63 x 52 cm, Paris, palais de l'Institut.

Anonyme, François-Joachim de Pierre de Bernis, cardinal de Bernis, 1744, huile sur toile, 63 x 52 cm, Paris, palais de l’Institut.

Type : colloque.
Date : du 15 octobre au 16 octobre 2015.
Lieu : Ecole française de Rome.
Sous la direction de : Gilles MONTEGRE.
Comité scientifique : Lucien BÉLY (Université Paris – Sorbonne), Gilles BERTRAND (Université Grenoble Alpes), François BRIZAY (Université de Poitiers), Marina CAFFIERO (Università degli studi di Roma La Sapienza), Paul CHOPELIN (Université Jean Moulin Lyon 3), Marie DEMEILLIEZ (Université Grenoble Alpes), Guillaume HANOTIN (Université Bordeaux Montaigne), Fabrice JESNÉ (École française de Rome), Christine LEBEAU (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), Virginie MARTIN (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), Patrick MICHEL (Université de Lille 3), Gilles MONTÈGRE (Université Grenoble Alpes), Jean-Noël PASCAL (Université Jean Jaurès de Toulouse), Albane PIALOUX (Université Paris – Sorbonne), Géraud POUMARÈDE (Université Bordeaux Montaigne), Catriona SETH (Universit » de Lorraine).

Le tricentenaire de la naissance du cardinal de Bernis en 2015 offre l’occasion de consacrer un double colloque à cette figure polyédrique du XVIIIe siècle européen, à laquelle aucune recherche scientifique collective n’a jusqu’alors été dédiée. Jointes aux fonds disséminés dans divers dépôts publics à travers l’Europe, les foisonnantes archives personnelles du cardinal, dont la famille a pour la circonstance offert l’accès aux chercheurs, permettent d’enquêter sur le dispositif élaboré de gestion de l’information politique internationale mis en place par Bernis à la fin de l’Ancien Régime, et sur un système de représentation puissamment fondé sur la rencontre entre élites du pouvoir et milieux culturels.

Dans le sillage des rencontres grenobloises des 21 et 22 mai 2015, qui avaient exploré la carrière poétique de Bernis et ses premières armes de diplomate et de négociateur, cette seconde session du colloque est plus spécifiquement consacrée à ce qui demeure à ce jour la plus longue ambassade française dépêchée sur les bords du Tibre. Comment expliquer que Bernis soit parvenu à s’imposer, officiellement de 1769 à 1791, puis officieusement jusqu’à sa mort en 1794, dans un espace politique et culturel aussi polycentrique et conflictuel que la Rome de la fin du XVIIIe siècle ? Répondre à cette question conduit à enquêter sur les pratiques de négociation dictées par une double appartenance à la curie romaine et aux couronnes catholiques. Cela exige de comprendre comment se restructurent les ordres internationaux de l’information, dans une Rome cosmopolite marquée par un processus de sécularisation des formes de la vie culturelle. Enfin, cela permet de prendre la mesure de l’ambitieux programme de diplomatie culturelle échafaudé par Bernis, dispositif articulé de soft power où se conjuguent pratiques d’évergétisme, centralisation des fondations nationales, protection octroyée aux artistes et gestion des mobilités voyageuses.

Programme :

Jeudi 15 octobre

École française de Rome, Piazza Navona 62

9h00 : Accueil des participants par Catherine VIRLOUVET, directrice de l’École française de Rome.

Ouverture du colloque par Fabrice JESNÉ (École française de Rome).

Introduction par Gilles MONTÈGRE (Université de Grenoble Alpes): Comment devient-on « Roi de Rome » ? La diplomatie culturelle du cardinal de Bernis.

Entre la Curie et les Couronnes : Bernis acteur diplomatique dans la Rome des papes
Présidence : Marina CAFFIERO (Università degli studi di Roma La Sapienza).

10h00 : Bertrand MARCEAU (Université de Paris – Sorbonne) : Le cardinal de Bernis et la suppression de la Compagnie de Jésus.

10h30 : Albane PIALOUX (Université de Paris – Sorbonne) : Bernis en conclave, acteur et observateur de l’élection de Pie VI.

11h00 : Claudio CANONICI (ISSR A. Trocchi, Pontificia Università Lateranese) : Il presagio di tempi difficili : il carteggio di Bernis con il cardinale Boncompagni-Ludovisi (1776-1785).

11h30 : Paul CHOPELIN (Université Jean Moulin Lyon 3) : Le cardinal de Bernis et l’accueil des tantes de Louis XVI à Rome.

12h00 : Virginie MARTIN (Université Paris I Panthéon – Sorbonne) : « Entre deux feux » : art du compromis et action diplomatique du cardinal de Bernis à la fin de son ambassade romaine (1789-1794).

12h30 : Discussion.

Rome Caput Mundi : Centralité romaine et ordres internationaux de l’information
Présidence : Gilles BERTRAND (Université de Grenoble – Alpes).

14h30 : Christine LEBEAU (Université Paris I – Panthéon Sorbonne) : Information et médiation. L’espace-temps des informateurs du cardinal de Bernis d’après ses correspondances.

15h00 : Clemente FEDELE (Accademia italiana di storia postale) : « Tarda la posta di Francia ». Comunicare per lettera tra Roma e Parigi nel XVIII secolo.

15h30 : Gilles MONTÈGRE (Université de Grenoble – Alpes) : Des Indes orientales aux Amériques : la correspondance secrète du cardinal de Bernis et du comte de Vergennes.

16h00 : Maria Dolores GIMENO PUJOL (Universitat Rovira i Virgili de Tarragona) : Bernis et José Nicolas de Azara, ou l’union franco-espagnole dans la Rome des papes.

16h30 : Pause.

17h00 : François BRIZAY (Université de Poitiers) : Fragments napolitains : le royaume des Deux-Siciles dans la correspondance du cardinal de Bernis.

17h30 : Géraud POUMARÈDE (Université de Bordeaux-Montaigne) : Le cardinal de Bernis et les affaires d’Orient.

18h00 : Alexandre STROEV (Université Sorbonne Nouvelle) : Bernis, Grimm et le réseau russe.

18h30 : Discussion.

Vendredi 16 octobre

École française de Rome, Piazza Navona 62

Fastes et secrets d’une cour d’ambassade : Mobilités culturelles et stratégies de représentation
Présidence : Lucien BÉLY (Université de Paris – Sorbonne).

9h00 : Gilles BERTRAND (Université de Grenoble – Alpes) : Le diplomate, les voyageurs et les émigrés. L’observatoire des correspondances diplomatiques dans l’histoire des mobilités culturelles.

9h30 : Martine BOITEUX (EHESS) : Le cardinal de Bernis et la fête romaine.

10h00 : Catriona SETH (Université de Lorraine) : Les correspondantes du cardinal de Bernis.

10h30 : Alessia LIROSI (Università degli studi di Roma La Sapienza) : Erede spirituale e materiale di un grand’uomo : il cardinale de Bernis e sua nipote la marchese di Puy-Montbrun.

11h00 : Discussion.

12h30 : Visite guidée du palais De Carolis, siège de l’ambassade de France à Rome au temps du cardinal de Bernis.

Mécène, amateur ou collectionneur ? Le cardinal de Bernis et les arts
Présidence : Letizia NORCI CAGIANO (Università Roma Tre).

14h00 : Claire BÉCHU-BÉNAZET (Archives nationales) : Diplomates et goût des lettres et des arts au XVIIIe siècle : étude de quelques cas français.

14h30 : Philippe BORDES (Université Lyon 2) : Le renouveau de l’art français de 1774 à 1794 : le rôle du cardinal de Bernis.

15h00 : Carole BLUMENFELD (Palais Fesch – Musée des Beaux Arts d’Ajaccio) : Le cardinal de Bernis : pratiques d’un amateur à Rome.

15h30 : Patrick MICHEL (Université de Lille 3) : Le cardinal de Bernis et les arts : connaisseur, collectionneur ou protecteur des artistes ?

16h00 : Michela BERTI (Université de Liège) : La « diplomatie musicale » du cardinal de Bernis, ambassadeur à Rome : réseau, commandes et choix musicaux.

16h30 : Marie DEMEILLIEZ (Université de Grenoble – Alpes) : Les Éphémérides romaines de Latapie (mars-octobre 1775) : un voyage musical dans la Rome de Bernis.

17h00 : Discussion et conclusions.

19h30 : Cocktail de clôture du colloque au Casino dell’Aurora du palais Pallavicini
(sur réservation).