Archives par étiquette : comte de Paris

Le Château de Versailles complète ses collections d’histoire

Nicolas-Bernard Lépicié, Louis-Philippe, duc de Valois, au berceau, 1774, huile sur bois, 54,5 x 41 cm.

Nicolas-Bernard Lépicié (1735 – 1784), Louis-Philippe, duc de Valois, au berceau, 1774, huile sur bois, 54,5 x 41 cm.

A l’occasion de la mise en vente de la collection du Comte de Paris (1908 – 1999) et de la Comtesse de Paris (1911 – 2003) chez Sotheby’s les 29 et 30 septembre, le Château de Versailles s’est porté acquéreur de trois lots. Le tableau de Lépicié  a été acheté pour 231 000 € : il montre le duc d’Orléans, futur Philippe Egalité (guillotiné le 6 novembre 1793) posant un regard admiratif sur son nouveau-né endormi, le futur Louis-Philippe 1er, qui deviendra le second roi des Français (après Louis XVI) en 1830. Témoin de cette scène familiale, le jeune serviteur noir, surnommé Scipion, retient d’une main le chat curieux qui s’est glissé jusqu’au berceau. Le Château de Versailles s’est aussi porté acquéreur du tableau d’Emile Vernet mettant en scène Louis-Philippe jouant au cerceau dans la cour du lycée Henri IV (1821) pour 77 400 € ainsi que de celui représentant Le roi Louis-Philippe entouré de sa famille, une huile sur toile de l’Ecole française du XIXe siècle pour 47 500 €.

Table d'enfant à la Tronchin en placage de ronce de thuya et monture de bronze doré d'époque Louis XVI, vers 1780, par David Roentgen (1743-1807), très probablement livrée pour les enfants de Louis-Philippe-Joseph d'Orléans (1747-1793), alors duc de Chartres.

Table d’enfant à la Tronchin en placage de ronce de thuya et monture de bronze doré d’époque Louis XVI, vers 1780, par David Roentgen (1743-1807).

En revanche, échappent au Château de Versailles la table de jeu réalisée par l’ébéniste Roentgen pour le jeune Louis-Philippe (285 000 €), ainsi que le dessein de Carmontelle, Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud – jusqu’alors connu au travers de la copie à l’huile de Philippoteaux au musée Nissim de Camondo – qui a été acquis pour 531 000 euros.

Louis Carrogis dit Carmontelle, Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud, dessin, 26,3 x 40,0 cm.

Louis Carrogis dit Carmontelle (1717 – 1806), Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud, dessin, 26,3 x 40,0 cm.

Florence Fesneau

Les Trésors nationaux du comte de Paris

 

Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Portrait de la duchesse d'Orléans, née Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, 1789, huile sur panneau, 110 x 84 cm

Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Portrait de la duchesse d’Orléans, née Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, 1789, huile sur panneau, 110 x 84 cm.

   Trente mois, c’est la durée dont dispose l’Etat français pour faire une offre d’achat sur ce tableau d’Elisabeth Vigée Le Brun, classé « Trésor national ». Retiré de la vente des œuvres provenant des collections de Feu Monseigneur le comte de Paris (1908 – 1999), le portrait de la duchesse d’Orléans fait donc l’objet de tractations privées sous l’égide de Sotheby’s afin de lui trouver un ou des mécènes – la Banque de France se serait porter acquéreuse – pouvant lui permettre de rester sur le territoire français. Louise-Marie-Adélaïde de Bourbon (1753 – 1821), héritière d’une immense fortune, épouse Louis-Philippe d’Orléans (1747 – 1793) en 1769. La duchesse d’Orléans, souvent délaissée, doit s’accommoder de la présence de la maîtresse de son mari, la comtesse de Genlis, et supporter l’influence grandissante qu’elle aura sur les six enfants du couple. Le tableau d’Elisabeth Vigée Le Brun (1755 – 1843) montre la duchesse dans un de ses moments d’intimité, la tête mélancoliquement penchée, le regard doux mais , Sotheb’yvolontaire, la main droite abandonnée sur les plis de sa robe savamment disposée. Exposé au Salon de 1789, le tableau remporte les faveurs des critiques : «  Madame Le Brun a parfaitement saisi le caractère de cette Princesse, elle a peint à la fois cet air de bonté, & cette sensibilité profonde que porte son âme. Son modèle ne pouvait que l’inspirer ; aussi son tableau est-il frappant.[1] »

Philippe de Champaigne, Portrait de Louis XIII, vers 1639, huile sur toile.

Philippe de Champaigne, Portrait de Louis XIII, vers 1639, huile sur toile.

   Ont aussi été classés Trésors nationaux le livre de comptes du château d’Amboise (1495 – 1496) et le portrait de Louis XIII par Philippe de Champaigne (1602 – 1674). Le portrait est commandé en 1639 par le secrétaire d’Etat chargé des finances du royaume, Louis Phélypeaux, seigneur de La Vrillière, marquis de Châteauneuf et de Tanlay (1599 – 1681). Le marquis expose le tableau dans son hôtel particulier, l’hôtel de Toulouse, actuelle Banque de France, en pendant à un portrait de Richelieu aujourd’hui conservé au Louvre[2]. L’œuvre célèbre un roi guerrier, ceint de son armure, la main gauche posée sur un casque empanaché qui affirme les victoires militaires, mais aussi sa confiance dynastique suite à la naissance – tant attendue – du dauphin, futur Louis XIV en 1638.

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————————–

[1] Les élèves au salon : ou L’Amphigouri., A Paris, Chez Lecomte, Libraire, rue S. André-des-Arcs, coin de celle des Grands-Augustins. 1789, p. 22.

[2] Philippe de Champaigne, Le cardinal de Richelieu, 1635, huile sur toile, 222 x 155 cm, Paris, musée du Louvre.