Archives par étiquette : colonial studies

Exposition : “Chic emprise. Culture, usages et sociabilités du tabac du XVIe au XVIIIe siècle”.

Pierre Allais, Portrait de madame Geoffrin prenant du tabac, 1747, huile sur toile, 98 x 80 cm, collection particulière.

Type : exposition.
Date de l’événement : du 22 juin au 23 septembre 2019.
Lieu : Musée du Nouveau Monde 10, rue Fleuriau – 17000 La Rochelle.

De l’Amérique du Nord en passant par les Caraïbes jusqu’au royaume du Kongo, le tabac est une plante incontournable de l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle). À la fois produit de consommation, plaisir addictif et marqueur social, il s’est enraciné durablement dans l’ensemble des strates de la société en imprégnant aussi bien les mœurs aristocratiques et bourgeoises que populaires. Originaire d’Amérique, le tabac est rapidement importé avec succès en Europe où il a immédiatement entraîné de vifs débats entre ses défenseurs et ses opposants. Aujourd’hui discréditée et blâmée pour ses effets sur la santé, cette plante bénéficiait alors d’un statut différent, ses prétendues vertus curatives ont parfois été louées au point d’être l’objet de véritables discours de médicalisation. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Quand la tête de Louis XIV pendait au cou des autochtones » par Robert Wellington (Paris, 18 octobre).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 octobre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les médailles royales françaises ont connu un contexte culturel radicalement différent après avoir été décernées aux peuples amérindiens du Canada à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle. Ainsi, il peut être surprenant d’affirmer que le potentiel symbolique de ces médailles n’a été pleinement réalisé que par les guerriers autochtones auxquels elles ont été données. Ces petites sculptures, conçues à l’imitation d’anciennes monnaies romaines, sont des objets typiquement occidentaux créés pour agir comme des instruments de communication à travers différents espaces géographiques, culturels et temporels. De petites tailles et facilement transportables, les médailles étaient relativement bon marché en fonction des matériaux à partir desquels elles étaient fabriquées. Produites en grandes quantités, elles étaient l’instrument idéal pour véhiculer des messages à grande échelle.

Cette conférence se propose d’examiner plus particulièrement la médaille de la famille royale de Louis XIV qui a été décernée aux alliés amérindiens de la France. Pour certaines tribus dont les algonquins et les iroquois, le roi était appelé « le grand Onontio » titre dérivé de celui donné aux gouverneurs de la Nouvelle-France. Ce terme était une traduction huronne du nom de Charles Huault de Montmagny, premier gouverneur de la Nouvelle-France qui était perçu et présenté comme une sorte de « père » au sein de l’Alliance. Le roi de France était lui-même perçu comme le père des pères, un « Onontio » au-dessus de tous ceux qui portaient ce titre. Le concept de famille représenté sur cette médaille fonctionne par conséquent comme une allégorie du lien entre le roi de France et ses sujets, il s’agit donc d’un message idéologique puissant pour ceux qui vivent dans les colonies loin du centre de l’empire. La réception positive de ces médailles par les partisans autochtones des colons français révèle les pouvoirs talismaniques et politiques changeant que ces objets pouvaient véhiculer dans différents contextes culturels. Les lettrés et antiquaires qui ont conçu l’iconographie de ces œuvres n’avaient sans doute pas prédit avec quel enthousiasme elles seraient reçues et réinvesties par les Amérindiens. Je tenterai de démontrer que les médailles royales françaises avaient la même fonction pour les peuples autochtones que les ornements qu’ils portaient avant l’arrivée des colons européens et qu’ils ont donc dotées ces objets d’un nouveau pouvoir symbolique. Continuer la lecture