Archives par étiquette : Colloque

Colloque : 3rd International Students’ Conference on Conservation and Restoration of Works of Art

6414-cracow_conference_banner

Type : Colloque

Date de manifestation : du 17 au 19 mars 2016.

Lieu : Jan Metejko Academy of Fine Art, Metejko Square 13, Cracow

Lien de référence : https://www.iiconservation.org/node/6093 

 

3rd International Students’ Conference on Conservation and Restoration of Works of Art which will be held on 17th – 19th March 2016 in Cracow is addressed to Bachelor’s, Master’s and Ph. D Students of Conservation and Restoration of Works of Art or other areas of study related to the conservation field.

Continuer la lecture

Colloque international : “Le rôle de la sculpture dans les arts décoratifs parisiens, 1715-1815”

Pendule " à l'astronomie", XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Pendule ” à l’astronomie”, XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Type : Colloque.
Date : 14-15 mars 2016
Lieu : INHA, Salle Vasari, 1er étage

Le colloque est accessible gratuitement à tous sur inscription préalable obligatoire par email (voir la marche à suivre en fin d’article). – Les inscriptions seront clôturées le jeudi 10 mars à minuit.

Collaboration entre le Centre André Chastel de l’université de Paris-Sorbonne et l’association Low Countries Sculpture. Avec le soutien de The Boulle Project, Paris.

Lundi 14 mars 2016

Continuer la lecture

Colloque international : “Le theatre et la peinture dans les discours Academiques”

Carle Van Loo, Médée et Jason, avec Mlle Clairon en Médée, 1759, huile sur toile, Allemagne, Berlin, Stiftung Preussische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg.

Carle Van Loo, Médée et Jason, avec Mlle Clairon en Médée, 1759, huile sur toile, Allemagne, Berlin, Stiftung Preussische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg.

Type : Colloque international
Date : 9 au 11 février 2016
Lieu : Paris, Centre Allemand d’Histoire de l’art, Hôtel Lully, 45, rue des Petits Champs (2e arrondissement)
Sous la direction de : Kirsten Dickhaut et Markus A. Castor

Programme :

Continuer la lecture

Appel à communication : « Publier sur l’art, l’architecture et la ville : La Font de Saint-Yenne (1688-1771) et l’ambition d’une œuvre »

La Font de Saint-Yenne, Étienne, Examen d'un essai sur l'architecture , avec quelques remarques sur cette science traitée dans l'esprit des beaux-arts, Paris, M. Lambert, 1753 (Page de garde).

La Font de Saint-Yenne, Étienne, Examen d’un essai sur l’architecture , avec quelques remarques sur cette science traitée dans l’esprit des beaux-arts, Paris, M. Lambert, 1753 (Page de garde).

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Paris.
Date limite : 25 mars 2016.

La contribution décisive de La Font de Saint-Yenne à la naissance et à l’affirmation d’un nouveau type de discours sur l’art au milieu du XVIIIe siècle n’est certainement plus à prouver. Albert Dresdner et Roland Desné, et à leur suite Else Marie Bukdahl, Annie Becq et Richard Wrigley ont définitivement arraché le littérateur des limbes de la critique. Plus récemment, les travaux de René Démoris, Florence Ferran ou encore Étienne Jollet, éditeur de ses œuvres complètes, ont considérablement contribué à faire sortir les écrits de ce personnage de l’ombre du grand Diderot, dans laquelle on avait tendance à les tenir. Ces études, souvent centrées sur deux des principaux écrits de La Font (les Réflexions sur quelques causes de l’État présent de la peinture en France, avec un Examen des principaux Ouvrages exposés au Louvre, 1746, parues en 1747, et les Sentiments sur quelques ouvrages de peinture, sculpture et gravure, Écrits à un particulier en province, publiées en 1754), ont mis en évidence la témérité et l’audace de leur auteur qui revendique le droit fondamental au libre exercice de la critique. Plus encore, elles ont souligné le coup de force qu’a constitué l’irruption, dans le discours sur l’art, d’une parole et d’un jugement profanes s’autorisant du seul « public » – entité évidemment floue dont Thomas Crow a bien montré qu’elle allait devenir, justement à partir de La Font de SaintYenne, l’enjeu principal des affrontements idéologiques autour du Salon. En soulignant l’ampleur du scandale (dont l’éclat semble effacer jusqu’au personnage, dont on ne sait encore aujourd’hui que très peu) et la vigueur de la polémique engendrées, les analyses sur La Font ont démontré que son œuvre avait indéniablement une valeur inaugurale. Ce colloque autour de La Font de Saint-Yenne se propose de prolonger la réflexion dans trois directions :

Continuer la lecture

Colloque : “Saint-Ours aujourd’hui” (Genève, décembre 2015).

Jean-Pierre Saint-Ours, Les Jeux Olympiques, 1783-1799, huile sur toile, 209,5 cm x 386 cm, Genève, Musée d'Art et d'Histoire, don de J.-L.R. Tronchin

Jean-Pierre Saint-Ours, Les Jeux Olympiques, 1783-1799, huile sur toile, 209,5 cm x 386 cm, Genève, Musée d’Art et d’Histoire, don de J.-L.R. Tronchin.

Type : Colloque.
Date
: 3-5 décembre 2015.
Lieu
: Genève (Musée d’Art et d’Histoire, Société des Arts, Uni Bastions).

À l’occasion de l’exposition rétrospective consacrée à Jean-Pierre SaintOurs (1752-1809) par le Musée d’art et d’histoire, ce colloque organisé en collaboration avec le Département d’histoire de l’art de l’Université de Genève souhaiterait faire le point de la recherche, passée et pré- sente, sur l’un des peintres les plus importants de l’histoire des arts à Genève. Présentées par des spécialistes confirmés mais aussi par de jeunes chercheurs, ces interventions offriront l’occasion de réinterroger les relations que les peintres genevois ont entretenues avec les autres artistes européens et la place des arts à Genève à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Le colloque sera articulé autour de quatre grandes sections, qui occuperont quatre demi-journées : Saint-Ours en formation, Saint-Ours dans ses œuvres, Saint-Ours à Genève et Saint-Ours parmi les siens.

Programme :

Continuer la lecture

Colloque : Topoi et anecdotes artistiques : fortune, forme, fonction, de l’Antiquité au XVIIIe siècle.

Affiche-colloquePIF

Type : Colloque.
Date : Du 15 au 17 octobre 2015.
Lieu : Salle Dussane, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005, Paris.

Programme :

Jeudi 15 octobre :

L’anecdote entre art du discours et pratique de la peinture :

Présidence : Pierre Caye.

L’anecdote : cadres : 

9h : Ouverture.

9h10 : Emmanuelle Hénin (Université de Reims) : « Introduction. L’anecdote comme palimpseste ».

9h35 : Pedro Duarte (Aix-Marseille Université) : « La fiction de discours dans les anecdotes relatives aux sculpteurs et peintres antiques ».

10h : Giovanni Lombardo (Université de Messine) : « Timanthe et l’art de peindre kat’émphasin ».

10h25 : Discussion et pause.

11h20 : Stanislas Kuttner-Homs (Université de Caen) : « Rhétorique des arts et art de la rhétorique : les anecdotes de peintres et de sculpteurs dans les Histoires de Jean Tzétzès ».

11h45 : Marteen Delbeke (Université de Gand) : « Les anecdotes sur la peinture dans le débat sur la langue figurée dans la deuxième moitié du XVIIe siècle ».

12h10 : Discussion et déjeuner.

Anecdotes et pratique de la peinture :

Présidence : Agnès Rouveret.

14h : Valérie Naas (Université Paris-Sorbonne) : « Le discours sur les femmes artistes antiques : entre realia et topoi ».

14h25 : Baldine Saint Girons (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le bœuf de Pausias en noir et blanc ».

14h50 : Discussion et pause.

15h45 : Ralph Dekoninck (Université Catholique de Louvain) : « Pausias, parangon de la peinture flamande au XVIIe siècle ».

16h10 : Marie-Pauline Martin (Aix-Marseille Université) : « Glycère et l’harmonie des couleurs : un motif adapté aux perspectives sensualistes des Lumières ».

16h45 : Étienne Jollet (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Apelle contre Protogène. La rapidité de l’acte créatif dans la littérature artistique en France au XVIIIe siècle ».

17h10 : Discussion.

Vendredi 16 octobre :

La fascination mimétique :

Topoi mimétiques :

Présidence : Hélène Casanova-Robin.

9h : Giuseppe Pucci (Université de Sienne) : « Naturam ipsam provocavit » : structure et histoire d’un poncif ».

9h25 : José Riello (Université de Madrid) : « La verdadera imitación del natural y los pintores antiguos en los tratados hispánicos de la Edad Moderna ».

9h50 : Ulrich Pfisterer (Université de Munich) : « Apelles’Animals ».

10h15 : Léonard Pouy (Université Paris Sorbonne & de Genève) : « À cor et à cri. Théon de Samos et ses survivances dans l’art néerlandais du XVIIe siècle ».

10h40 : Discussion et pause.

11h30 : Paulo Butti de Lima (Université de Bari) : « La douleur dans la peinture : anecdotes et exemples pour comprendre la Poétique d’Aristote (XVIe-XVIIe s.) ».

11h55 : François Lecercle (Université Paris-Sorbonne) : « Portrait de l’artiste en tortionnaire : Parrhasios, Michel Ange et quelques autres ».

12h20 : Discussion et déjeuner.

La mimésis sculpturale :

Présidence : Nadeije Laneyrie-Dagen.

14h20 : Présentation du site « Pictor in Fabula ».

14h35 : Renaud Robert (Université Bordeaux-Montaigne) : « Les anecdotes sur Phidias ou les métamorphoses de l’artiste ».

15h : Marianne Leblanc (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « L’anecdote en filigrane. Les poèmes sur le buste de Louis XIV par Bernin ».

15h25 : Discussion et pause.

16h20 : Maurice Brock (Université de Tours) : « L’Aphrodite de Cnide dans des lettres de Bembo, l’Arétin, Giovanni Della Casa et Lodovico Dolce ».

16h45 : Lise Wajeman (Aix-Marseille Université) : « Fictions comiques ou théories sérieuses ? Quelques réincarnations de la Vénus de Cnide au XVIe siècle ».

17h10 : Discussion.

Samedi 17 octobre :

Transpositions:

Portrait de l’artiste en Apelle :

Présidence : Giovanni Careri.

9h : Mathilde Bert (Université Catholique de Louvain) : « Apelle à Bologne : les stalles de Fra Damiano à San Domenico ».

9h25 : Sarah Blake McHam (Rutgers University, New Jersey) : « Falling in Love with Your Sitter ».

9h50 : Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne) : « L’Apelle et Campaspe de Noverre : danse et peinture au XVIIIe siècle ».

10h15 : François René Martin (École nationale des beaux-arts) : « De Campaspe à la Fornarina : problèmes iconographiques (1770-1820) ».

10h40 : Discussion et pause.

Peindre les anecdotes :

11h25 : Élisa de Halleux (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Zeuxis peint le portrait d’Hélène de Beccafumi ou l’idéal de beauté androgyne dans la théorie artistique italienne au XVIe siècle ».

11h50 : Colette Nativel (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Le décor de la maison de Rubens entre anecdote et allégorie ».

12h15 : Jan Blanc (Université de Genève) : « Le traitement burlesque des anecdotes artistiques dans la peinture européenne (XVe-XVIIIe siècles) ».

12h40. Discussion.

Appel à communication : « Fabrications : Designing for Silk in the 18th Century »

Frontispice du "Dessinateur"

Frontispice du “Dessinateur”

Type : Journée d’étude
Date limite pour envoyer une proposition : 4 septembre 2015.
Date et lieu de la journée d’étude : 5 mars 2016 – The Courtauld Institute of Art, Londres.
Comité scientifique :Katie Scott and Lesley Miller (The Courtauld Institute of Art).

Joubert de la Hiberderie’s Le Dessinateur d’étoffes d’or, d’argent, et de soie (1765) was the first book to be published on textile design in Europe. In preparation for the publication of an English translation and critical edition of the text this one day conference calls for papers that will analyse, critique, contextualise, review or otherwise engage with the Le dessinateur in the light of its themes : production, design, technology, education, botany and art.  Joubert’s manual argues for both a liberal and a technological education for the ideal designer.  Such a person must, he argues, have detailed knowledge of the materials, technologies and traditions of patterned silk in order successfully to propose new designs; he or she must also have taste and
an eye for beauty, which call, he says, for travel in order to see both the beauties of nature and those of art gathered in the gardens and galleries of Paris and the île de France.

We invite contributions from historians – of the book, of art and design, of science, of technology, and of matters social, industrial and economic. General questions we hope the conference will consider are : Who did Joubert hope to address through his book and to what end ? What was the international reach of the book ?  And what other texts were its competitors ? What does Le Dessinateur tell us about the status, role and skills of the designer ?  How did attitudes to gender inform Joubert’s notion of design and manufacture ?  How did his ideal designer compare to what we know about the careers and livelihoods of designers at Lyons and elsewhere ? What relationship did Joubert envisage between design and technology, drawing and weaving ? We welcome proposals that address silk in its uniqueness and also those attentive to its relations of difference and similarity to other textile technologies. Finally, we welcome submissions from writers and critics on contemporary textiles interested in thinking about issues of fabric threaded through concerns and examples from the past.

Whatever the historical perspective, we call for submissions that engage with the priorities and explicit arguments of Joubert’s text and also those that look at it awry : for example, with a view to the phenomenology as well as the technology of production, or with respect to the cut, tuck and fold as well than the plane in design, with regard also to the iterations of pattern in use as well as the invention of singular design motifs, or to give one last example, in relation to tradition and memory as well as novelty and fashion.

Please send your proposed title, a brief 150 word abstract and a short CV to Katie Scott (katie.scott@courtauld.ac.uk) and Lesley Miller (le.miller@vam.ac.uk) by Friday 4th September.  Some financial support for travel expenses may be available.

 

Journée d’étude : Le rôle de la sculpture dans les arts décoratifs parisiens

Pendule " à l'astronomie", XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Pendule ” à l’astronomie”, XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Type : Journée d’étude à l’occasion de Mons, Capitale Européenne de la Culture 2015.
Date : 29 août 2015 (Inscriptions obligatoires, ouvertes jusqu’au 26 août).
Lieu : Maison de la Mémoire de Mons, rue des Sœurs Noires, 2.

Entre 1715 et 1830, Paris devient la capitale de l’Europe : “une ville de pouvoir et de plaisir, un aimant pour toutes les nationalités exercé bien au delà des limites de la France”, écrira Philip Mansel, ou comme le Prince Metternich le formule, “quand Paris éternue, l’Europe prend froid.” Ce contexte historique voit naître de profonds changements societaux. C’est un temps où la consommation et l’intérêt porté aux produits de luxes atteint des sommets.

La priorité de cette journée d’étude sera d’établir le rôle du sculpteur dans les processus de conception et de production des arts décoratifs Parisiens, à partir de meubles et d’éléments de décoration intérieure : porcelaines, argents, bronzes dorés et horloges.

Ces dernières années, un grand nombre d’études a été porté sous les auspices de musées d’arts décoratifs et d’autres entités telle la Furniture History Society et la Société Française de Porcelaine. Cela semble intéressant de les confronter dans une approche interdisciplinaire au niveau Européen et en encourageant la discussion à partir des différents objets d’étude, de part leur matérialité et leur tri-dimensionnalité.

Les relations entre, d’un côté, les architectes, ornemanistes et autres concepteurs ainsi qu’entre les sculpteurs, menuisiers, ébénistes, orfèvres, fabricants de porcelaines, bronziers et autres producteurs, sans oublier les marchands, seront au coeur des études sur le processus de conception.

Une deuxième étape de compréhension de l’importance de la sculpture dans les arts décoratifs sera mise en lumière à l’aune de la diffusion des produits manufacturés dans les autres capitales Européennes, particulièrement après la Révolution Française.

Dans l’ensemble, cette journée devrait éclairer l’aspect sculptural des arts décoratifs produits à Paris tout au long du XVIIIe siècle et comment ces modèles se diffusent en Europe. Sans vouloir être exhaustive, cette journée – et les publications qui en suivront – espère confronter les histoires et les méthodes afin de faire ressortir l’importance des arts décoratifs, trop souvent négligés.

Programme :

9 h – 10 h : Accueil et petit-déjeuner

9 h 45 – 10 h : Introduction par Jean Schils, Werner Oechslin et Léon Lock

Session 1 : Sculpture as a theme / sculpture as an object, within French decorative arts
Président de séance : Guilhem Scherf, Musée du Louvre, Paris

10 h – 10 h 25 : Luca Raschèr, Koller Auktionen, Zürich
Humanité et bestiaire en bronze sur les meubles français du XVIIIe siècle

10 h 30 – 10 h 55 : Dr Charles Avery, Cambridge
An elephantine rivalry : the ménagerie clocks of Saint-Germain and Caffieri

11 h – 11 h 25 : Virginie Desrante, Cité de la Céramique, Sèvres
Petite sculpture et objets de luxe, le biscuit de Sèvres – une révolution esthétique

11 h 30 – 11 h 55 : Xavier Duquenne, Brussels
Le sculpteur de la cour Augustin Ollivier, de Marseille, au Palais de Charles de Lorraine à Bruxelles

11 h 55 – 12 h 15 : Discussion
12 h 15 – 13 h 10 : Déjeuner

Session 2: The role of the sculptor within the design and production processes

13 h 15 – 13 h 40 : Jean-Dominique Augarde, Centre de Recherches Historiques
sur les Maîtres Ébénistes, Paris
De Houdon à Prud’hon, la collaboration entre sculpteurs et bronziers d’ameublement de 1760 à 1820

13 h 45 – 14 h 10 : Audrey Gay-Mazuel, Musée des Arts Décoratifs, Paris
Du dessin au montage, les sculpteurs dans l’atelier de l’orfèvre parisien Jean-Baptiste-Claude Odiot (1763-1850)

14 h 15 – 14 h 40 :  Jean-Baptiste Corne, Ecole du Louvre/Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris
Le sculpteur ornemaniste à la veille de la Révolution. Une condition sociale en mutation ?

14 h 40 – 15 h : Discussion
15 h 00 – 15 h 30 : Pause café

Session 3: French sculptural decorative arts in international perspective
Président de séance : Prof Dr Dr H.C. Mult. Werner Oechslin, ETH Zürich/ SBWO Einsiedeln

15 h 30 – 15 h 55 : Dr Léon Lock, University of Leuven
Comment la rocaille parisienne conquit Munich. Le rôle de l’architecte et ornemaniste François Cuvilliés (Soignies 1695 – Munich 1768)

16 h 00 – 16 h 25 : Guido Jan Bral, Brussels
Les ducs d’Arenberg, mécènes des arts décoratifs parisiens à Bruxelles (1765-1820)

16 h 30 – 16 h 55 : Sir Timothy Clifford, Former Director, National Galleries of Scotland, Edinburgh
Title to be confirmed

16 h 55 – 17 h 15 : Conclusions et discussion

INSCRIPTIONS :
Free for members of the Low Countries Sculpture Society and of the
Maison de la Mémoire of Mons, but registration compulsory :
info [at] lcsculpture [dot] org
Seating limited so book early to avoid disappointment. Non-members : €25 per person.

Colloque : Jacques Thuillier. Pensée et écriture de l’art.

THUILLIER-TOULON-16mai1989-JacquesThuillier-FoyerCampra-Peut-onparlerdepeinturepompier

Photographie de Jacques Thuillier, Bibliothèque de Nevers © fonds
Thuillier, 1989.

Type : Colloque.
Date : 19 et 20 juin 2015.
lieu : Auditorium, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.

Professeur aux universités de Dijon et de Paris-Sorbonne avant d’occuper la chaire d’Histoire de la création artistique en France au Collège de France, Jacques Thuillier (1928-2011) est connu avant tout pour ses travaux fondamentaux sur la peinture française et européenne des XVIIe et XIXe siècles, mais ses centres d’intérêt furent multiples et ses activités innombrables. L’Institut national d’histoire de l’art et le Centre André Chastel de l’université de Paris-Sorbonne ont souhaité lui rendre hommage en organisant ce colloque scientifique, qui s’efforcera de présenter les principaux aspects de son œuvre et de sa pensée.

À l’image de son enseignement et de son souci de servir au mieux et en tous lieux l’histoire de l’art, le but de ces deux journées sera d’amplifier et d’approfondir les sujets qu’il aura contribué à clarifier, de rendre compte des acquis d’une recherche, de la solidité et de l’originalité d’une pensée, sans oublier l’élégance efficace d’une écriture qui place Jacques Thuillier dans la lignée de maîtres comme Henri Focillon et André Chastel.

Programme :

Vendredi 19 juin :

9 h : Accueil des participants.

Héritages et innovations

président de séance : Serge Lemoine

9 h 15 : A. Le Normand-Romain, D. Lavall e, A. Mérot, Ph. Sénéchal : Introduction.

9 h 30 : Hermann Arnhold (Directeur, Landesmuseum Münster) : Jacques Thuillier et l’Allemagne. Expériences d’une relation amicale.

10 h: Benoît Dauvergne (Doctorant, université de Paris-Sorbonne) : Mâle, Focillon, Thuillier : l’écriture de l’histoire de l’art.

10 h 30 : Mylène Sarant (Docteur en Histoire de l’art) : Jacques Thuillier à l’INHA (1954-2007) : présence d’un homme et de son oeuvre.

11 h : Débat.

11 h 30 : Pause.

11 h 45 : Claire Garand (Médiathèque de Nevers) : Le fonds Jacques Thuillier à la médiathèque Jean-Jaurès de Nevers.

12 h 15 : Marie-Françoise Clergeau (Collège de France) : Jacques Thuillier et le rôle de l’image numérique en histoire de l’art.

12 h 45 : Débat.

Nouvelles perspectives, nouvelles définitions

président de séance : Denis Lavalle

14 h 30 : Barthélémy Jobert (université de Paris-Sorbonne) : Jacques Thuillier et le XIXe siècle.

15 h : Pierre Vaisse (université de Genève) : Sur l’essai de Jacques Thuillier : « Peut-on parler d’une peinture pompier ? ».

15 h 30 : Atsushi Miura (université de Tokyo) : La réception de la peinture académique au Japon.

16 h : Débat.

16 h 30 : Pause.

16 h 45 : Christine Gouzi (université de Paris-Sorbonne) : De la peinture ‘pompier’ à la peinture ‘mondaine’ : le regard de Jacques Thuillier sur le peintre Henry Caro-Delvaille (1876-1928).

17 h 15 : Arnauld Brejon de Lavergnée (Conservateur général honoraire du patrimoine) : Chiens perdus sans collier : un projet d’exposition de Jacques Thuillier.

17 h 45 : Myriam Métayer (université de Poitiers) : La ‘révolution copernicienne’ selon Jacques Thuillier : l’Histoire de l’art entre grand récit et bilan d’une vie de recherche.

18 h 15 : Débat.

Samedi 20 juin :

Le XVIIe siècle en France et en Europe (1)

président de séance : Pierre Rosenberg

9 h 30 : Alain Mérot (université de Paris-Sorbonne) : École française, foyers européens.

10 h : Marianne Grivel (université de Paris-Sorbonne) : Jacques Thuillier et l’estampe.

10 h 30 : Débat.

10 h 45 : Pause.

11 h : Marianne Cojannot-Le Blanc (université Paris Ouest Nanterre La Défense) : La place de la littérature artistique dans le XVIIe siècle de Jacques Thuillier.

11 h 30 : Jérôme de La Gorce (CNRS, Centre André Chastel) : Les arts de l’éphémère aux XVIIe et XVIIIe siècles, d’après les écrits de Jacques Thuillier.

12 h : Débat.

Le XVIIe siècle en France et en Europe (2)

président de séance : Alain Mérot

14 h 30 : Paola Bassani-Pacht (Présidente de la Société des Historiens de l’art italien) : Les paysages ‘dramatisés’ de Pierre Brébiette.

15 h : Christophe Guillouet (Doctorant, université de Paris-Sorbonne) : Jacques Thuillier, les peintres « de la réalité » et la peinture de genre : bilan et perspectives.

15 h 30 : Débat.

16 h : Pause.

16 h 15 : Pierre-Yves Kairis (Institut Royal du Patrimoine artistique, Bruxelles) : Intuitions liégeoises de Jacques Thuillier.

16 h 45 : Bruno Guilois (Doctorant, université de Paris-Sorbonne) : Jean de Cany, peintre : un élève de Laurent de La Hyre ?

17 h 15 : Elena Cattarini Leger (unesco) : « Modernité » et « vision » de Jacques Thuillier : l’Atlas du Baroque Mondial, oeuvre posthume.

17 h 30 : Débat.

18 h 00 : Conclusion et remerciements.