Archives par étiquette : collectionnisme

Appel à communication : “Séminaire Collection”

Henri-Pierre Danloux,The Baron de Besenval in his Salon de Compagnie 1791, Londres, National Gallery

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 8 novembre 2019.
Date de l’événement : 18 février, 17 mars, 7 avril, 5 mai et 9 juin 2020
Lieu : Institut national d’histoire de l’art (INHA)

Les organisateurs de Collection/Séminaire sur le collectionnisme et le marché de l’art, lancent un appel à communication pour les séances mensuelles du séminaire en 2020. Le séminaire Collection entend être un lieu de rencontre qui permet la discussion entre universitaires et conservateurs venus présenter de nouvelles recherches sur tous les sujets relatifs à l’histoire des collections et du marché de l’art. Les communications pourront concerner toutes les époques sans limitations géographiques et aborder par exemple la constitution et la vie des collections, (privées et muséales), les collectionneurs et les acteurs du marché de l’art, autant que des réflexions méthodologiques sur les sources et les outils, y compris numériques.

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Saint-Pétersbourg, mai 1773. L’inauguration oubliée de l’Ermitage (et des bains) de Catherine II” par Guillaume Nicoud (Paris, 17 octobre 2019).

Y. M. Velten, Coupe transversale du pavillon Nord du Jardin suspendu du palais d’Hiver, détail de la salle dite «Hermitage », vers 1769, dessin à l’encre et lavis de couleur sur papier, H. 0,510 x L. 0,730 m, Saint-Pétersbourg, Musée d’État de l’Ermitage / Photographie de l’auteur.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 17 octobre 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

En juin 1773, un journal français annonce que Catherine II a donné un mois auparavant « un dîner splendide » dans son « hermitage », « où tous les ministres étrangers furent invités. » Serait-ce le témoignage oublié d’une sorte de cérémonie d’inauguration ? Nous pouvons le supposer.

Il est dès lors intéressant de partir de cet événement pour reconstituer l’histoire de la galerie impériale de l’Ermitage. L’Ermitage constituant en fait les appartements particuliers de la souveraine, c’est tout l’aménagement artistique de cet ensemble qu’il est même nécessaire de réévaluer, en particulier les autres salles citées qui furent également visitées – selon le même journal – durant cette journée d’inauguration aujourd’hui oubliée, comme cette « salle de bains », qui pourrait refléter l’intérêt de Catherine II pour les idées des Lumières, sans oublier la salle à manger, avec sa table mécanique ou « ermitage », qui a donné son nom au lieu. Continuer la lecture

Valorisation d’une collection publique : les peintures italiennes et hispaniques (XIVe-XVIIIe siècles) du musée de Tessé au Mans (catalogue et exposition)

cat114

Illustration 1: Juan de Valdés Leal, Sainte Paule, 1655-1657, huile sur toile 208 x 126 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Musées du Mans/Alain Szczuczynski.

À moins d’une heure de Paris, la ville du Mans réunit quatre musées : le Carré Plantagenêt (archéologie et histoire), le musée Vert (histoire naturelle), celui de la Reine-Bérengère (art et histoire de la Sarthe) et le celui de Tessé (beaux-arts)[1].

Ce dernier est installé dans l’ancien évêché construit en 1848 sur l’emplacement de l’hôtel de la famille de Tessé, dont les collections forment une partie du fonds ancien du musée. Ce fonds originel a d’abord été enrichi par des érudits locaux dans la première moitié du XIXe siècle. Grâce à eux, le musée de Tessé fait notamment figure de précurseur en matière d’acquisition : il s’agit de l’un des premiers établissements français à acheter des peintures espagnoles (Illustration 1). Dans la seconde moitié du siècle, le conservateur Charles Dugasseau (1812-1885) réécrit les catalogues du musée, contribuant ainsi à augmenter la visibilité de la collection mancelle auprès du public.

cat5

Illustration 2: Pietro Lorenzetti, Sainte Agathe (?), c. 1315, panneau de bois peint, 64,9 x 33,3 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Musées du Mans/Alain Szczuczynski.

Il accroît par ailleurs celle-ci en sollicitant des dépôts de l’État et en effectuant des achats, en particulier vingt-trois œuvres de « primitifs » italiens acquis lors de la vente après décès d’un collectionneur manceau, Évariste Fouret (1807-1863) (Illustration 2).

Cet ensemble de panneaux sur fond doré a été complété à la fin du XXe siècle par un dépôt de l’État, confirmant ainsi la particularité des collections du Mans (Illustration 3). Au début du XXe siècle, les collections du musée, jusque-là exposées dans l’ancienne abbatiale de Notre-Dame-de-la-Couture, font l’objet d’une réorganisation plus rationnelle dans le bâtiment actuel. En raison de l’intérêt précurseur du musée des beaux-arts du Mans pour la peinture espagnole, et de sa remarquable collection de « primitifs » italiens, la mise à l’honneur de ces deux écoles était attendue.

Illustration 3

Illustration 3: Jacopo del Sellaio, La Vierge adorant l’Enfant, c. 1465-1470, panneau de bois peint, 95 x 48 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Maël Tauziède-Espariat

Cette valorisation a été initiée par Corentin Dury[2] lors de son cursus à l’École du Louvre, d’abord sous la direction de Michel Laclotte et Dominique Thiébaut pour la période s’étendant du XIVe au XVIe siècles, puis sous celle d’Olivier Bonfait pour les XVIIe et XVIIIe siècles. Ce travail consacré aux peintures italiennes et hispaniques des XIVe-XVIIIe siècles, enrichi par des échanges avec des chercheurs internationaux et appuyé par l’équipe du musée de Tessé, vient d’aboutir sous la forme d’un catalogue et d’une exposition.

L’exposition réunit quatre-vingt œuvres italiennes et hispaniques dans un parcours chrono-thématique. La qualité inégale de la collection a été exploitée avec intelligence : les chefs-d’œuvre justifient à eux-seuls une visite, mais toutes les œuvres sont mises en valeur de façon à appuyer un discours pertinent sur l’art. En d’autres termes, l’exposition fonctionne comme un lieu de délectation et d’apprentissage (comme cela devrait toujours être le cas). Continuer la lecture