Archives par étiquette : Christian Michel

Mise en ligne de la base de données Art et Démocratie: Les débats liés aux arts du dessin entre 1789 et 1792 (UNIL).

Anonyme, « Les Arts sortant du temple du Gout vont faire leur petition à l’Assemblée nationale : il y a encore de grands artistes, mais la frivolité, le luxe, les modes font dégénerer les talens, et s’il n’arrive une heureuse revolution, le dieu du goût ne sera plus, comme on le voit ici, qu’un histrion entouré d’un vil cortège », 1791, eau-forte, 22,5 x 37 cm, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (16)-FT 4

Base de données constituée par Desmond-Bryan Kraege, Matthieu Lett et Sibylle Menal sous la direction de Christian Michel.

La base de données du projet « L’art et la démocratie, la naissance d’une question. Les réflexions sur la place et le statut des arts du dessin (juillet 1789 – août 1792) » contient l’ensemble des écrits consacrés aux arts du dessin (peinture, sculpture et gravure) dans les premières années de la Révolution française que nous connaissons. Ils sont classés respectivement par ordre chronologique et par auteurs sous les onglets corpus et auteurs.

Sur cette base, toutes les institutions monarchiques, sur lesquelles reposait le système des arts sous l’Ancien Régime, doivent être repensées et réformées. Ce sont pendant ces années qu’apparaissent des questions qui sont toujours d’actualité : la définition de l’artiste par rapport au praticien ou à l’artisan, la nécessité ou non d’un enseignement artistique, la forme que celui-ci doit prendre, la façon dont doivent être passées les commandes publiques, le droit des artistes sur la diffusion de reproductions de leurs œuvres, doivent désormais être fondés sur la raison et être compatible avec la liberté et l’égalité des droits.

Plus d’une centaine de textes, les uns sous la forme de pamphlets, les autres profondément raisonnés, sont écrits et publiés pendant les trois années qui séparent la revendication de la souveraineté populaire lors du Serment du jeu de paume en juin 1789 et la chute de la monarchie le 10 août 1792. Les plus importants sont les différents projets élaborés entre octobre 1790 et juin 1791. Bien qu’ils soient aujourd’hui largement méconnus, ils constituent les fondements, ou, tout au moins, les premières manifestations des arguments qui depuis alimentent les débats récurrents sur l’enseignement artistique, sur la place que doivent tenir les institutions d’État dans le développement des arts, sur l’intérêt économique qu’il y a à encourager les arts du dessin.

Pour accéder à  la base sur le site de l’Université de Lausanne, cliquez sur ce lien https://catima.unil.ch/art-democratie/fr.

Appel à communication : « Rire et violence (XVIe-XVIIIe siècles) »

Georges de la Tour, Rixe des musiciens, c. 1630, huile sur toile, Getty Museum, Los Angeles.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 10 janvier 2018.
Date de l’événement : 22 mars 2018.
Lieu : Université de Lausanne, Suisse.

« Une douleur si pressante s’effleure dans les flancs, qu’il semble que les entrailles se déchirent et qu’elles se vont ouvrir […]. Quelque-fois cette agitation va à tel excès, qu’elle produit le même effet que les médicaments, qu’elle chasse les os de leurs jointures, qu’elle cause des syncopes, et qu’enfin elle donne la mort. […] Voilà les principaux traits qui ont accoutumé de former le ris véhément. »
Marin Cureau de La Chambre, Les charactères des passions, Paris, 1640, p. 226-227

À l’instar de ce célèbre traité du XVIIe siècle, de nombreux écrits de la période moderne associent rire et violence. Il en va de même dans les arts visuels : danses macabres, scènes de beuveries ou caricatures sanglantes, les représentations qui combinent ces deux aspects sont innombrables. Pourtant, dans l’historiographie, ils sont généralement abordés de manière distincte. Continuer la lecture

Conférence : Imagination

Georges Focus, River Landscape with a Fortress on a Hill, XVIIe siècle, dessin, Chicago, Art Institute Chicago.

Type : Conférence

Date : 8 – 12 mai 2017

Lieu : Université de Genève

Ecole de printemps du Réseau International pour la Formation à la
Recherche en Histoire de l’Art

Programme

Lundi 8 mai 2017 : Salle de conférence, Musée d’Art Moderne et Contemporaine (MAMCO), Rue des Vieux-Grenadiers 10, 1205 Genève
9h Bienvenu du doyen de la Faculté des Lettres, Jan Blanc
9h10    Accueil et introduction
Imagination et langage
Présidente : Marie Theres Stauffer, Université de Genève
Répondant : Marco Jalla, Université de Genève
9h30    Conférence : Marco Jalla, Université de Genève, Mimesis et fantasia à la période hellénistique
10h15 Pause
10h45 Ulla Stackman, KU Eichstätt, « See Me, Don’t Feel Me » – Visuality in the Waste Land
11h15 Claire Salles, École Normale Supérieur Paris, La perspective au risque de l’imagination lacanien
11h45 Gina De Micheli, Université de Lausanne, Imagination und Zeitlichkeit im modernen illustrierten Buch Continuer la lecture

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture