Archives par étiquette : Château de Versailles

Appel à contribution : « La conservation préventive dans les demeures historiques et les châteaux-musées »

Vue intérieure : appartement de la Reine : antichambre du grand couvert de la Reine, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon ©RMN

Type : colloque
Date limite: 30 mars 2017 / Date : 29 novembre – 1er décembre 2017
Lieu : Versailles, château, auditorium

L’objectif de ce colloque est d’apporter un regard nouveau sur la conservation préventive des collections exposées dans les demeures historiques, grâce à la présentation de différentes méthodologies d’évaluation des collections, leur efficacité et leur adaptabilité à la spécificité des demeures, focalisant également sur le rôle de plus en plus important des technologies de contrôle de l’environnement utilisées dans le contexte des collections exposées.

Si ces technologies s’intègrent difficilement à l’édifice et à son décor, lui-même œuvre d’art, les collections des demeures historiques entretiennent avec cet environnement une relation toute particulière : souvent exposées dans les salles pour lesquelles elles ont été conçues, elles nous révèlent plus facilement les causes qui engendrent l’altération de la matière. Un des axes de la conférence portera sur le rôle des sciences appliquées au patrimoine qui peuvent fournir un support important à la compréhension des phénomènes de dégradation et donc à la gestion de la conservation des biens dans le contexte spécifique des demeures.

Destinataires et enjeux

Le colloque s’adresse à tous les professionnels impliqués dans la conservation et la gestion des collections des châteaux-musées et des demeures historiques, ainsi qu’aux entreprises, aux décideurs politiques et aux acteurs chargés à différents niveaux de la conservation et de la mise en valeur de ce patrimoine. Une attention particulière sera ainsi portée aux scientifiques impliqués dans la recherche sur les collections exposées dans les résidences, leurs matériaux et processus de dégradation. Continuer la lecture

Publication : « Versailles ou la disgrâce d’Apollon ».

SABATIER Gérard, Versailles ou la disgrâce d’Apollon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 362 p.

SABATIER Gérard, Versailles ou la disgrâce d’Apollon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 362 p.

Présentation de l’éditeur :

Ce livre entend briser l’image convenue mais fausse de Versailles, palais du Soleil, ce qu’il n’a jamais été. Gérard Sabatier analyse la globalité d’un processus créateur, mettant face à face un Versailles effectif – expression de la rhétorique du roi – et les Versailles imaginaires élaborés par ses usagers. La disgrâce d’Apollon devient alors celle du roi, d’une forme de la monarchie devenue obsolète à l’instar de son château-manifeste.

Sommaire :

  • Le palais du Soleil.
  • Les appartements, ou les vertus du roi.
  • L’escalier des Ambassadeurs ou le triomphe romain.
  • La galerie des Glaces, genèse et enjeux.
  • « Une éloquence de montre. » Explication des tableaux de la galerie de Versailles et de ses deux salons.
  • Politique de la galerie.
  • Louis-Auguste.
  • Publier la puissance de Louis.
  • Pour le plaisir du public.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Le bureau du roi à Versailles : regards croisés entre histoire matérielle, « entretien, réparation et restauration » par Jean-Henri Riesener et ses suiveurs.

 

©Marc-André Paulin

Fig.1 : Jean-François Oeben, Jean-Henri Riesener, Bureau du roi, 1769, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon ©Marc-André Paulin

Le bureau du roi pour le château de Versailles[1] (Fig. 1) est l’un des meubles les plus emblématiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il est également l’une des pièces les plus coûteuses de son époque : 62 000 livres ont été dépensées par le Garde Meuble de la Couronne pour sa fabrication[2].

Il est réalisé par Jean-François Oeben (1721-1763), ébéniste du roi et terminé par son élève Jean-Henri Riesener[3] (1734-1806), qui le livre en 1769. L’achèvement du meuble, entre la commande passée à l’ébéniste et la livraison a demandé neuf années de réflexions et d’essais[4].

Si sa décoration en bronze doré et en marqueterie est d’une grande qualité, la prouesse est sans conteste l’exécution du mécanisme qui sert à ouvrir et à fermer le cylindre par un simple tour de clef, ce qui implique pour l’ébéniste de produire plusieurs mécaniques avant de réaliser celle qui fonctionne : « avoir fait différentes méchanique pour trouver le moien de faire monter et décendre le cilindre sans toucher avec la main ny monter de ressort. »[5]

Cette partie est celle qui nécessite probablement le plus de temps dans le processus créatif du bureau puisqu’il a fallu s’y reprendre à plusieurs fois pour Continuer la lecture

Le Château de Versailles complète ses collections d’histoire

Nicolas-Bernard Lépicié, Louis-Philippe, duc de Valois, au berceau, 1774, huile sur bois, 54,5 x 41 cm.

Nicolas-Bernard Lépicié (1735 – 1784), Louis-Philippe, duc de Valois, au berceau, 1774, huile sur bois, 54,5 x 41 cm.

A l’occasion de la mise en vente de la collection du Comte de Paris (1908 – 1999) et de la Comtesse de Paris (1911 – 2003) chez Sotheby’s les 29 et 30 septembre, le Château de Versailles s’est porté acquéreur de trois lots. Le tableau de Lépicié  a été acheté pour 231 000 € : il montre le duc d’Orléans, futur Philippe Egalité (guillotiné le 6 novembre 1793) posant un regard admiratif sur son nouveau-né endormi, le futur Louis-Philippe 1er, qui deviendra le second roi des Français (après Louis XVI) en 1830. Témoin de cette scène familiale, le jeune serviteur noir, surnommé Scipion, retient d’une main le chat curieux qui s’est glissé jusqu’au berceau. Le Château de Versailles s’est aussi porté acquéreur du tableau d’Emile Vernet mettant en scène Louis-Philippe jouant au cerceau dans la cour du lycée Henri IV (1821) pour 77 400 € ainsi que de celui représentant Le roi Louis-Philippe entouré de sa famille, une huile sur toile de l’Ecole française du XIXe siècle pour 47 500 €.

Table d'enfant à la Tronchin en placage de ronce de thuya et monture de bronze doré d'époque Louis XVI, vers 1780, par David Roentgen (1743-1807), très probablement livrée pour les enfants de Louis-Philippe-Joseph d'Orléans (1747-1793), alors duc de Chartres.

Table d’enfant à la Tronchin en placage de ronce de thuya et monture de bronze doré d’époque Louis XVI, vers 1780, par David Roentgen (1743-1807).

En revanche, échappent au Château de Versailles la table de jeu réalisée par l’ébéniste Roentgen pour le jeune Louis-Philippe (285 000 €), ainsi que le dessein de Carmontelle, Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud – jusqu’alors connu au travers de la copie à l’huile de Philippoteaux au musée Nissim de Camondo – qui a été acquis pour 531 000 euros.

Louis Carrogis dit Carmontelle, Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud, dessin, 26,3 x 40,0 cm.

Louis Carrogis dit Carmontelle (1717 – 1806), Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud, dessin, 26,3 x 40,0 cm.

Florence Fesneau