Archives par étiquette : château de Sceaux

Les expositions de la rentrée.

Jean-Baptiste Oudry, Basset, gibier mort et fusil, vers 1740, huile sur toile, Stockholm, Nationalmuseum.

Jean-Baptiste Oudry, Basset, gibier mort et fusil, vers 1740, huile sur toile, Stockholm, Nationalmuseum.

Paris et ses environs

  • Le Grand Condé : Le rival du Roi-Soleil ? du 5 septembre 2016 au 2 janvier 2017, au Domaine de Chantilly, dans la salle du Jeu de Paume

Commissariat : Mathieu Deldicque, Conservateur du patrimoine au musée Condé – Domaine de Chantilly.

  • Bouchardon (1698-1762) : Une idée du beau, du 14 Septembre 2016 au 5 Décembre 2016, au Louvre, Hall Napoléon.

Commissariat : Guilhem Scherf, Juliette Trey, musée du Louvre, Anne-Lise Desmas, Getty Museum, Los Angeles, et Édouard Kopp, Fogg Museum, Harvard.

  • Rembrandt intime, du 16 septembre 2016 au 23 janvier 2017, au musée Jacquemart-André.

Commissariat : Emmanuel Starcky, Directeur des Domaines et Musées nationaux de Compiègne et de Blérancourt, Peter Schatborn, Conservateur en chef émérite du Cabinet national des estampes au Rijksmuseum d’Amsterdam, Pierre Curie, Conservateur du Musée Jacquemart-André. Continuer la lecture

Conférence : La duchesse du Maine (1676-1753), princesse artiste au château de Sceaux.

François de Troy, Didon et Énée, 1704, huile sur toile, 160 × 202 cm. Sceaux, musée de l’Île de France, inv. 2008.2.1.© CG 92 / Musée du Domaine départemental de Sceaux / photographie : P. Lemaître. Scène tirée de l’Énéide de Virgile. En réalité, le peintre met en scène le duc et la duchesse du Maine entourés par les familiers de la cour de Sceaux. Au centre : le duc du Maine, représenté sous les traits d’Énée. À droite, étendue sur un lit : la duchesse du Maine représentée sous les traits de Didon. Sont présents également les enfants du couple, la dame d’honneur de la duchesse, ainsi que de Troy lui-même, portant un carton à dessin.

François de Troy, Didon et Énée, 1704, huile sur toile, 160 × 202 cm. Sceaux, musée de l’Île de France, inv. 2008.2.1.© CG 92 / Musée du Domaine départemental de Sceaux / photographie : P. Lemaître.
Scène tirée de l’Énéide de Virgile. En réalité, le peintre met en scène le duc et la duchesse du Maine entourés par les familiers de la cour de Sceaux. Au centre : le duc du Maine, représenté sous les traits d’Énée. À droite, étendue sur un lit : la duchesse du Maine représentée sous les traits de Didon. Sont présents également les enfants du couple, la dame d’honneur de la duchesse, ainsi que de Troy lui-même, portant un carton à dessin.

Type : Conférence.
Date : lundi 1er février 2016 à 17h.
Lieu : Paris, Ecole nationale des chartes, 65 rue de Richelieu,  salle Léopold-Delisle.

Catherine Cessac, directrice de recherche au Cnrs, donne une conférence intitulée « La duchesse du Maine (1676-1753), princesse artiste au château de Sceaux », dans le cadre du cycle « Du rare à l’unique ».

Petite-fille du Grand Condé, princesse du sang, fière de sa naissance et ambitieuse à la mesure de cette dernière, Louise-Bénédicte de Bourbon est mariée au duc du Maine, fils bâtard de Louis XIV et de Mme de Montespan. Ressentant cette union comme une blessure, la jeune duchesse n’a de cesse de la réparer. D’un caractère frondeur hérité de son grand-père, elle refuse de se plier à l’étiquette versaillaise et s’en affranchit dès que possible, préférant créer, au risque de choquer, son propre monde, ses propres codes et sa propre cour. Ce vœu se réalise lorsqu’elle s’installe au château de Sceaux en 1700 qu’elle va marquer fortement de son empreinte, notamment lors des Grandes Nuits de Sceaux (1714-1715) liées aux événements politiques du moment, à savoir la succession de Louis XIV. Durant toute son existence, la duchesse du Maine manifeste un vif intérêt pour les arts et pour les sciences. De son vivant, elle a fait couler beaucoup d’encre, de la plus claire à la plus noire, suscita des jugements contrastés, voire contradictoires, à l’image de sa personnalité. Mais elle a été aussi unanimement louée pour la justesse de son goût et de son jugement.