Archives par étiquette : Chardin

Conférence : Familienbilder I. Menschen und (andere) Tiere

Jean-Baptiste-Siméon Chardin, La jeune maîtresse d’école, 1736, huile sur toile, 67 x 62 cm, Londres, National Gallery.

Type : Conférence

Date : 4 – 5 mai 2017

Lieu : Hambourg, Warburg-Haus, Heilwigstraße 116, 20249 Hamburg

Familienbilder I Menschen und (andere) Tiere

Die kunstgeschichtliche Porträtforschung berücksichtigt in den letzten Jahren – nachdem sie lange Zeit auf das Problem des Individuums fixiert gewesen war – zunehmend gesellschaftliche Normen, kontextuelle Repräsentationsformen und Codes der Identität in ihrer historischen und geographischen Dynamik. Während Gruppenbildnisse als paradigmatisches Genre der sozialen Bindungen des Individuums gründlich erforscht wurden, erstaunt die vergleichsweise bescheidene Auseinandersetzung mit Familienporträts wie mit Familiendarstellungen im weitesten Sinne. Denn gerade hier lassen sich Emergenzformen des Sozialen besonders eindrücklich erfassen. Die Spannungen zwischen kulturell-gesellschaftlichen und körperlich-biologischen Determinanten sind für Familienbildnisse von grundlegender Bedeutung. Unser zweiteiliger Workshop widmet sich bildlichen Vermittlungsstrategien zwischen “Natur” und “Kultur”, aber auch der vielfach behaupteten Analogie von biologischen und künstlerischen Ähnlichkeitsbeziehungen zwischen “Vorbild” und “Abbild”, Erzeugern und Nachkommen. Continuer la lecture

Hommage à René Démoris.

Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Nature morte avec brioche, huile sur toile, 56 x 47 cm, Paris, musée du Louvre

Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Nature morte avec brioche, 1763, huile sur toile, 56 x 47 cm, Paris, musée du Louvre

Professeur émérite à l’Université de Paris III, René Démoris s’est éteint le 5 janvier 2016.

René Démoris s’est fait connaître par son étude du roman à la première personne auquel il avait consacré sa thèse ; dans Le roman à la première personne : Du Classicisme aux Lumières (régulièrement rééditée chez Droz), il explore les mémoires de l’époque classique qui se développent en prenant pour modèle le roman picaresque espagnol avant de se transformer, chez Marivaux et Prévost, en romans à la première personne. Au travers de ces œuvres, Démoris étudie les mutations sociales, culturelles et politiques qui permettront l’éclosion de l’individu, consacré par les Confessions de Jean-Jacques Rousseau.

En tant qu’éditeur scientifique, préfacier ou postfacier, Démoris a permis aux amateurs de textes de la période classique de découvrir ou redécouvrir le Chevalier de Mouhy (Les Mémoires d’Anne-Marie de Moras[1], La mouche ou Les aventures de M. Bigand[2]), Marie-Catherine-Hortense de Villedieu (Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière[3]), César de Saint Réal (De l’Usage de l’histoire, 1671[4]), Robert Challe (Les illustres Françaises[5]), Antoine François Prévost (La jeunesse du commandeur[6]), Gatien de Courtilz de Sandras (Mémoires de monsieur le marquis de Montbrun[7]) et encore Casanova (Histoire de ma vie, 1789[8]).

Fin connaisseur de la peinture des XVIIe et XVIIIe siècles, Démoris s’est intéressé aux théoriciens, critiques d’art et artistes de cette même période, en publiant – entre autres –  Félibien : Entretiens sur les vise et sur les ouvrages des plus excellents peintres anciens et modernes[9], et Chardin, la chair et l’objet[10], et en dirigeant ou collaborant à nombreux ouvrages et actes de colloques tels que Les fins de la peinture[11], Folies romanesques au siècle des Lumières[12] avec Henri Lafon, La peinture en procès[13] avec Florence Ferran, ou encore Violence du rococo[14] aux côtés de Jacques Berchtold et Christophe Martin.

Dans Chardin, la chair et l’objet, Démoris relève la proximité de pensée entre le peintre et Diderot, le « théâtre d’objets[15] » de l’un s’accordant à la théorie de la sensibilité de la matière de l’autre, tel qu’exposée dans le Rêve de d’Alembert. Mais Démoris souligne aussi comment l’émerveillement de Diderot devant les œuvres de Chardin, réduit l’écrivain au silence, parce que celles-ci se situent peut-être « Du côté d’une certaine mort au monde?[16] ».

Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Panier de prunes, vers 1765, huile sur toile, 12,75 x 16,5 cm, Norfolk, Chrysler Museum of Art.

Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Panier de prunes, vers 1765, huile sur toile, 12,75 x 16,5 cm, Norfolk, Chrysler Museum of Art.

Florence Fesneau

—————————————————————————————————————————

[1] Paris, Desjonquères, 2006.

[2] Paris, Ed. Classiques Garnier, 2010.

[3] Paris, Dejonquères, 2003.

[4] Villeneuve-d’Ascq, GERL 17-18, 1980.

[5] Paris, Classiques Garnier, 2014.

[6] Paris, Genève, Slatkine, 1996.

[7] Paris, Desjoncquères, 2004.

[8] Paris, Garnier Flammarion, 1977.

[9] Paris, Les Belles Lettres, 1987.

[10] Paris, Biro, 1991.

[11] Paris, Desjonquères, 1989

[12] Paris, Desjonquères, 1998.

[13] Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2001.

[14] Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2012.

[15] Chardin, la chair et l’objet, Paris, Biro, 1991, p. 149.

[16] René Démoris, « L’Image. Chardin et la nature morte : pouvoirs illégitimes ? » dans Pouvoirs de l’Image, Topique n°53, Dunod, 1994.

 

 

Ventes Christie’s de décembre 2015 : dessins anciens

Guillaume-Thomas-Raphaël Taraval, Neptune vu de dos, grisaille, 57.5 x 50.2 cm.

Guillaume-Thomas-Raphaël Taraval, Neptune vu de dos, grisaille, 57.5 x 50.2 cm.

Pour sa vente du 9 décembre à Londres (South Kensington, 11 h), Christie’s met en vente une grisaille (lot 118 évalué entre 7 000 et 10 000 £) réalisée par Guillaume-Thomas-Raphaël Taraval (Paris 1701 – 1750 Stockholm), ainsi que deux dessins attribués à Jacques-Charles Oudry (Paris 1720 – 1778 Lausanne) représentant des paysages avec des oiseaux exotiques dans une mare (dessin, 33,7 x 47 cm chacun) qui sont évalués entre 4 000 et 6 000 £ (lot 123).

Jean Pillement, Figures sur un pont pendant l'orage, pastel, 42,7 x 53,5 cm.

Jean Pillement, Figures sur un pont pendant l’orage, 1805, pastel, 42,7 x 53,5 cm.

Les lots 131 et 132 (évalués chacun entre 4 000 et 6 000 £) présentent deux pastels de Jean Pillement (Lyon, 1728 – 1808) représentant des Figures sur un pont pendant l’orage (42,7 x 53,5 cm) et un Paysage d’hiver avec des paysans ramassant du bois (1805, 48 x 58,5 cm).

Pierre-Louis Surugue d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Le Jeu de l’oye, 1746, gravure, 60 x 50 cm.

Pierre-Louis Surugue d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Le Jeu de l’oye, 1746, gravure, 60 x 50 cm.

La vente du 9 décembre à Londres (King Street, 14 h) présente un grand choix de gravures d’Albrecht Dürer, ainsi que des gravures d’après Rembrandt, Pierre Bruegel l’Ancien, Goya et beaucoup d’autres. Parmi ces lots, on retiendra le n° 206 (évalué entre 20 000 – 30 000 £) qui propose une collection de 60 gravures d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin (1699 – 1779), réalisées entre 1740 et 1757 et incluant des épreuves avant et après texte, par Le Bas (L’oeconome et La bonne Education), par Flipart (Le dessinateurLa brodeuse), par Marcenay de Ghuy (Le château de cartes), par Cochin (Simple dans mes plaisirs, La blanchisseuse et La Récureuse), par Chevillet (Auto-portrait de Chardin), par Filloeul (Les bouteilles de savon et Dame prenant son thé), par Lépicié (La Gouvernante et Le Souffleur) et par Surugue (Les Tours de Cartes, Les amusements de la vie privée, Le jeu de l’oye et Le Peintre).

Pierre-Louis Surugue d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Les Tours de Cartes, 1744, gravure, 60 x 50 cm.

Pierre-Louis Surugue d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Les Tours de Cartes, 1744, gravure, 60 x 50 cm.