Archives par étiquette : céruse

Compte rendu : « La céruse : définitions, fabrications et usages d’un poison industriel » avec Judith Rainhorn.

Le 17 mars 2016, le séminaire « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation », organisé par le centre Alexandre Koyré, consacrait sa séance à la céruse.

Judith Rainhorn, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambraisis a consacré son HDR, soutenue en décembre 2015, à la « céruse comme poison industriel ». Cette recherche s’inscrit dans les champs de l’histoire sociale économique et de l’histoire du travail. Elle aborde ainsi les thématiques de la santé au travail et la question de son traitement juridique. Pour le séminaire du centre Alexandre Koyré, la présentation est centrée sur l’articulation des modes de production et de diffusion de la céruse de la fin du XVIIIème siècle jusqu’au milieu du XXème siècle. Cette riche présentation pointe les réalités sanitaires de production et d’utilisation d’un matériau blanc largement utilisé de l’Antiquité jusqu’au début du XXème siècle. Judith Rainhorn questionne ici le rapport complexe qui s’instaure entre la société et ce produit que l’on sait nocif pour la santé et dont l’usage ne cesse pourtant de se développer au XVIIIème et au XIXème siècle.

Si la céruse est mentionnée dans de nombreuses publications, il est rare qu’elle fasse l’objet d’un développement monographique. Toutefois, les actes de colloques « la céruse usage et effet Xème– XXème siècle », parus en 2003, offrent un large panorama de ses conditions de fabrication et de diffusion[1]. Le terme céruse, apparu au XIIIème siècle, désigne une variété de matériaux blancs dans la composition desquels entre le blanc de plomb, pigment inorganique de synthèse obtenu à partir de l’oxydation du plomb. En 1762, l’Académie française désigne le blanc de céruse comme une « couleur blanche en laquelle la vapeur du vinaigre change le plomb ». Au début du XIXème siècle, la craie blanche entre à hauteur de 20 à 50 % dans la composition de la céruse dite de Hollande[2]. La présence d’oxyde de plomb est responsable de la nocivité du produit connue depuis l’Antiquité. Au siècle des Lumières, les médecins condamnent notamment son utilisation dans les préparations cosmétiques[3]. Ce constat encourage la recherche de substituts et s’engage ainsi, à la fin du XVIIIème siècle, une concurrence entre le blanc de plomb et le blanc de zinc, pigment inorganique de synthèse.

Continuer la lecture