Archives par étiquette : Centre Georges Chevrier

Journée d’étude : « La diffusion des Lumières en Provence. L’Académie de peinture et de sculpture de Marseille (1753-1793) ».

Honoré Revelly, Portrait du peintre Verdussen, de sa femme et de sa servante, 1761, peinture à l'huile sur toile, 169x145 cm, Toulon: Musée d'art

Honoré Revelly, Portrait du peintre Verdussen, de sa femme et de sa servante, 1761, peinture à l’huile sur toile, 169×145 cm, Toulon: Musée d’art

Type : journée d’étude.
Date de la manifestation : 
jeudi 29 septembre 2016.
Lieu :
Musée des Beaux-Arts de Marseille.
Organisation: Olivier Bonfait (Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier), Magali Théron (AMU, Telemme), Marie-Pauline Martin (AMU, Telemme) – avec le concours du Musée des Beaux-Arts de Marseille et le centre Framespa.

Intention:

Phénomène inédit, la fondation d’académies de peinture et sculpture et d’écoles de dessin dans l’ensemble des régions françaises au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, constitue l’un des sujets d’étude privilégiés de l’histoire artistique et sociale du siècle des Lumières. Soucieux d’actualiser les études fondatrices de Nikolaus Pevsner sur les Academies of Art, Past and Present (1940) et de Daniel Roche sur les académies de province (Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1978), plusieurs réseaux actifs de chercheurs travaillent sur la sociabilité académique des Lumières et sur ses différentes formes de production (œuvres, modèles, discours, collections).

En particulier, l’étude de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, négligée depuis l’étude documentaire d’Étienne Parrocel (1889-1890), mobilise aujourd’hui plusieurs acteurs du patrimoine et de la recherche. En particulier, l’exposition Marseille au XVIIIe siècle, 1733-1793. Les années de l’Académie de peinture et de sculpture, présentée par le Musée des Beaux-Arts de la ville, sera l’occasion, par une journée d’étude, d’apporter un éclairage pluriel sur les intentions et les actions de l’institution marseillaise : il s’agira non seulement d’en questionner les rapports avec l’Académie royale, mais d’en souligner le rôle dans la formation autonome et locale d’artistes ou de réseaux d’amateurs, et dans la production propre de modèles et de savoirs.

Programme:

 ––– 9h30-11h00 : visite de l’exposition Marseille au XVIIIe siècle, 1733-1793. Les années de l’Académie de peinture et de sculpture par Luc Georget et Gérard Fabre  

––– 11h00-12h00 : Actualités de la recherche sur les Académies artistiques de province au XVIIIe siècle 

  • Emilie Roffidal et Anne Perrin-Khelissa (FRAMESPA, université de Toulouse), Les académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle. Objectifs et enjeux d’un programme de recherche.
  • Olivier Bonfait et Nelly Vi-Tong (Centre Georges Chevrier, université de Bourgogne): présentation du programme de recherche L’Académie de peinture et de sculpture de Dijon (1766-1799).

Continuer la lecture

Publication : Aux confins des arts et de la culture. Approches thématiques et transversales, XVIe-XXIe siècles

1473865451

Présentation de l’éditeur:

Par-delà la question récurrente de l’interdisciplinarité, ce livre témoigne que les « arts », échappant pour partie à une conception positiviste de l’histoire de l’art canonique, ne sont pas en situation de totale autonomie par rapport à l’ensemble de l’histoire des sociétés. Ils doivent être appréhendés par des disciplines qui, si elles possèdent chacune leur histoire, leurs outils et leur forme d’écriture, s’enrichissent aussi de croisements et de dialogues méthodologiques.

Lien vers la table des matières (PDF); lien vers l’introduction de l’ouvrage (PDF); lien vers le site de l’éditeur (Presses Universitaires de Rennes).