Archives par étiquette : Catherine Cessac

Conférence : La duchesse du Maine (1676-1753), princesse artiste au château de Sceaux.

François de Troy, Didon et Énée, 1704, huile sur toile, 160 × 202 cm. Sceaux, musée de l’Île de France, inv. 2008.2.1.© CG 92 / Musée du Domaine départemental de Sceaux / photographie : P. Lemaître. Scène tirée de l’Énéide de Virgile. En réalité, le peintre met en scène le duc et la duchesse du Maine entourés par les familiers de la cour de Sceaux. Au centre : le duc du Maine, représenté sous les traits d’Énée. À droite, étendue sur un lit : la duchesse du Maine représentée sous les traits de Didon. Sont présents également les enfants du couple, la dame d’honneur de la duchesse, ainsi que de Troy lui-même, portant un carton à dessin.

François de Troy, Didon et Énée, 1704, huile sur toile, 160 × 202 cm. Sceaux, musée de l’Île de France, inv. 2008.2.1.© CG 92 / Musée du Domaine départemental de Sceaux / photographie : P. Lemaître.
Scène tirée de l’Énéide de Virgile. En réalité, le peintre met en scène le duc et la duchesse du Maine entourés par les familiers de la cour de Sceaux. Au centre : le duc du Maine, représenté sous les traits d’Énée. À droite, étendue sur un lit : la duchesse du Maine représentée sous les traits de Didon. Sont présents également les enfants du couple, la dame d’honneur de la duchesse, ainsi que de Troy lui-même, portant un carton à dessin.

Type : Conférence.
Date : lundi 1er février 2016 à 17h.
Lieu : Paris, Ecole nationale des chartes, 65 rue de Richelieu,  salle Léopold-Delisle.

Catherine Cessac, directrice de recherche au Cnrs, donne une conférence intitulée « La duchesse du Maine (1676-1753), princesse artiste au château de Sceaux », dans le cadre du cycle « Du rare à l’unique ».

Petite-fille du Grand Condé, princesse du sang, fière de sa naissance et ambitieuse à la mesure de cette dernière, Louise-Bénédicte de Bourbon est mariée au duc du Maine, fils bâtard de Louis XIV et de Mme de Montespan. Ressentant cette union comme une blessure, la jeune duchesse n’a de cesse de la réparer. D’un caractère frondeur hérité de son grand-père, elle refuse de se plier à l’étiquette versaillaise et s’en affranchit dès que possible, préférant créer, au risque de choquer, son propre monde, ses propres codes et sa propre cour. Ce vœu se réalise lorsqu’elle s’installe au château de Sceaux en 1700 qu’elle va marquer fortement de son empreinte, notamment lors des Grandes Nuits de Sceaux (1714-1715) liées aux événements politiques du moment, à savoir la succession de Louis XIV. Durant toute son existence, la duchesse du Maine manifeste un vif intérêt pour les arts et pour les sciences. De son vivant, elle a fait couler beaucoup d’encre, de la plus claire à la plus noire, suscita des jugements contrastés, voire contradictoires, à l’image de sa personnalité. Mais elle a été aussi unanimement louée pour la justesse de son goût et de son jugement.

Colloque : Les foyers artistiques à la fin du règne de Louis XIV (1682-1715). Musique et formes spectaculaires

François de Troy, Didon et Énée, 1704, huile sur toile, 160 × 202 cm. Sceaux, musée de l’Île de France, inv. 2008.2.1.© CG 92 / Musée du Domaine départemental de Sceaux / photographie : P. Lemaître. Scène tirée de l’Énéide de Virgile. En réalité, le peintre met en scène le duc et la duchesse du Maine entourés par les familiers de la cour de Sceaux. Au centre : le duc du Maine, représenté sous les traits d’Énée. À droite, étendue sur un lit : la duchesse du Maine représentée sous les traits de Didon. Sont présents également les enfants du couple, la dame d’honneur de la duchesse, ainsi que de Troy lui-même, portant un carton à dessin.

François de Troy, Didon et Énée, 1704, huile sur toile, 160 × 202 cm. Sceaux, musée de l’Île de France, inv. 2008.2.1.© CG 92 / Musée du Domaine départemental de Sceaux / photographie : P. Lemaître.
Scène tirée de l’Énéide de Virgile. En réalité, le peintre met en scène le duc et la duchesse du Maine entourés par les familiers de la cour de Sceaux. Au centre : le duc du Maine, représenté sous les traits d’Énée. À droite, étendue sur un lit : la duchesse du Maine représentée sous les traits de Didon. Sont présents également les enfants du couple, la dame d’honneur de la duchesse, ainsi que de Troy lui-même, portant un carton à dessin.

Type : Colloque international

Date : 5, 6 et 7 novembre 2015

Lieu : Salle des Colonnes, Grande Écurie du château de Versailles

Sous la direction de : Rémy Campos, Anne-Madeleine Goulet et Mathieu da Vinha

Organisé par : le Centre de recherche du château de Versailles, le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, l’université François-Rabelais de Tours et le CNRS

Programme

Jeudi 5 novembre 2015

9h30 Accueil

9h45 Ouverture

10h De la pertinence de la notion de foyer pour l’étude de la musique et des formes spectaculaires à Paris et à Versailles (1682-1715), Rémy Campos (Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris) et Anne-Madeleine Goulet (CNRS, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

10h30 Pouvoir et contre-pouvoirs artistiques à la fin du règne de Louis XIV, Christian Biet (université Paris-Ouest Nanterre La Défense)

11h Pause

Première session : les lieux

Un modèle curial ?

Discutant : Natacha Coquery (université Lumière–Lyon 2)

11h30 La musique dans les appartements, Tarek Berrada (Centre André Chastel)

12h Monsieur et Philippe II d’Orléans : une influence culturelle par-delà leurs résidences, Don Fader (université de l’Alabama)

Si loin, si proche

Discutant : Boris Bove (université Paris 8)

14h Le règne de Monseigneur sur les fêtes : inviter et être in­vité par le fils de Louis XIV, Franck Devedjian (chercheur indépendant)

14h30 Les Nuits de Sceaux : derniers feux du Grand Siècle ?, Catherine Cessac (CNRS, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

15h Pause

Topographies

Discutant : Manuel Couvreur (université libre de Bruxelles)

15h30 La princesse de Conti en ses demeures, Thomas Vernet (bibliothèque musicale François-Lang, Royaumont)

16h Foyers ou essaims ? Essai de topographie chrétienne du plaisir à la fin du règne de Louis XIV, Fabrice Preyat (université libre de Bruxelles)

Vendredi 6 novembre 2015

Deuxième session : acteurs, répertoires et pratiques

Les acteurs

Discutant : Martial Poirson (université Paris 8)

9h30 Amateurs, professionnels : foyers et professionnalisation progressive des artistes, Catherine Massip (École pratique des hautes études)

10h Composer pour les nouveaux foyers : la « fureur » des musiciens d’église au crépuscule du Grand Siècle, Jean Duron (Centre de musique baroque de Versailles)

10h30 De la Cour à la ville : les musiciens du roi face à l’émergence de nouveaux foyers, Thomas Leconte (Centre de musique baroque de Versailles)

11h Pause

Les répertoires

Discutant : Pierre Frantz (université Paris-Sorbonne)

11h30 Les lieux musicaux du Mercure Galant, Anne Piéjus et Nathalie Berton-Blivet (IReMus)

12h Le théâtre de société, foyer artistique ?, Guy Spielmann (université de Georgetown)

Les pratiques

Discutant : Guy Spielmann (université de Georgetown)

14h Les lieux de musique dans les Mémoires du duc de Saint-Simon, Olivier Baumont (Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris), communication illustrée au clavecin

15h L’art d’assembler, le choix de partager : la collection de musique italienne des Stuart en France (1689-1718), Barbara Nestola (CNRS, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

15h30 Pause

16h Exemples de fêtes privées entre Versailles et Paris. Éléments pour une typologie, Mathieu da Vinha (Centre de recherche du château de Versailles)

16h30 « La grande dépense et le fracas ». Recherches sur l’économie matérielle des patronages artistiques au tournant des xviie et xviiie siècles, David Hennebelle (université d’Artois)

17h Les arts entre Paris et Versailles : le Palais-Royal de Philippe II d’Orléans comme rénovateur de l’absolutisme louis­quatorzien, Laurent Lemarchand (université de Rouen)

Samedi 7 novembre 2015

Troisième session : Goût(s), échanges et normes nouvelles

Des goûts nouveaux

Discutant : Gérard Sabatier (Centre de recherche du château de Versailles)

9h30 Qui gouverne l’empire des sens ? Les évolutions du goût à la charnière du xviie et du xviiie siècle, Tatiana Senkevitch (musée des Beaux-Arts de Houston)

10h La reconfiguration de la vraisemblance morale ou la naissance d’une deuxième galanterie : l’exemple de Thomas Corneille, Jörn Steigerwald (université de Paderborn)

10h30 Perméabilité ou étanchéité des foyers artistiques ? Paris et l’étranger, Rebekah Ahrendt (université de Yale)

11h Pause

Vers une nouvelle redistribution des pouvoirs ?

11h30 Foyer et territoire dans la Comparaison de la musique italienne et de la musique française de Le Cerf de la Viéville, Laura Naudeix (université Rennes 2)

12h Genres et lieux de musique à la fin du règne de Louis XIV, Thierry Favier (université de Poitiers)

12h30 Conclusions, Jean Boutier (École des hautes études en sciences sociales)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription obligatoire

http://www.chateauversailles-recherche.fr, rubrique « Événements sur inscription »

Renseignements : 01 30 83 75 12