Archives par étiquette : Carl Magnusson

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture

Journée d’étude : Les relations artistiques à l’époque moderne.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l'année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l’année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : journée d’étude.
Date : 12 novembre 2015.
Lieu : Lausanne, université de Lausanne, Géopolis, salle 2235.
Contact : -Session 1 : angela.benza@unige.ch / cyril.lecosse@unil.ch -Session 2 : genevieve.dutoit@unil.ch / berangere.poulain@unige.ch

La première partie de cette journée d’étude portera sur les relations artistiques entre la France et l’Angleterre à la période moderne. Il s’agira de s’interroger autant sur les enjeux de ces échanges que sur leurs formes et leurs principaux acteurs. Dans cette perspective, il apparait essentiel de caractériser le type d’échanges en vigueur pouvant notamment procéder de la rivalité, de l’émulation, de l’imitation ou encore du pastiche. De même, il semble nécessaire d’identifier les différentes dynamiques dans lesquelles ces relations ont pu s’inscrire : transfert, transposition, adaptation ou appropriation, etc. Enfin, la question de la circulation des modèles et des « acteurs » (réseaux d’artistes, marchands, clientélisme, collectionnisme etc.) se trouve elle-aussi au centre des considérations sur les relations artistiques à l’époque moderne.

Tous ces questionnements et domaines de réflexions montrent qu’il faut inscrire l’étude des relations artistiques entre la France et l’Angleterre dans un cadre historique élargi afin de s’interroger plus globalement sur les modalités de réception d’une culture par une autre. Nous pourrons, par exemple, examiner les préjugés – d’ordre esthétique, historiographique ou méthodologique – qui ont constitué et peuvent constituer encore des obstacles à l’étude comparative des œuvres d’art britanniques et françaises.

La deuxième session aura pour objectif d’engager une réflexion sur les liens qui unissaient la peinture aux objets du décor au XVIIIe siècle. Il s’agira de mieux comprendre la dynamique des échanges à l’époque moderne entre les arts manufacturés et les beaux-arts. Comment les peintres interagissaient-ils avec les différents acteurs de la décoration intérieure ? Comment se sont construites ces relations ? Quels en étaient les acteurs et les principaux enjeux ? Dans quelles mesures les peintres prenaient-ils en compte l’espace dans lequel leurs œuvres étaient présentées, l’enveloppe architecturale qui les recevait mais aussi la corrélation d’objets de nature et de statuts différents ? Quels étaient les liens ou les collaborations entre les peintres de chevalet, les peintres ornemanistes, les peintres décorateurs et les peintres d’impression, vernisseur ou doreur ? Existait-il une perméabilité entre ces différents corps de métier ? Dans quelles mesures les marchands et leur boutique ont-ils pu contribuer à lancer la carrière d’un artiste ? Ou, au contraire, se servir de la popularité de ce dernier pour mieux vendre leurs marchandises ? Voici quelques unes des questions sur lesquelles nous nous proposons de réfléchir lors de cette journée d’étude.

Programme :

I. LES RELATIONS ARTISTIQUES ENTRE LA FRANCE ET L’ANGLETERRE XVIIe-XIXe

Modération : Angela Benza (assistante, UNIGE) et Cyril Lécosse (maître-assistant, UNIL).

8.45 : Accueil et introduction à la session I.

9.00 : CHRISTOPH VOGTHERR (directeur de la Wallace Collection ) : Understanding Watteau’s stay in London: Expectations and Exchanges, Imports and Exports.

10.00 : MARIANNE CLERC (maître de conférence, Université Pierre Mendès-France, Grenoble 2) : Les artistes français en Angleterre (vers 1680-1745).

10.30 : Pause

11.00 : JAN BLANC (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIGE) : An Englishman in Paris : les trois séjours français de sir Joshua Reynolds (1752, 1768, 1771).

11.30 : VALÉRIE COSSY, (professeure de littérature anglaise et littérature comparée, UNIL ) : L’exemple de Jane Austen dans la Bibliothèque britannique de Genève (1796-1815).

12.00 : DISCUSSION avec les doctorants.

13.00 : Pause de midi.

II. RELATIONS ENTRE LES BEAUX-ARTS ET LES OBJETS DU DÉCOR AU XVIIIE SIÈCLE

Modération : Geneviève Dutoit (assistante, UNIL) et Bérangère Poulain (assistante, UNIGE).

14.15 Introduction de la session II.

14.30 : NATACHA COQUERY (professeure d’histoire moderne, Université Lumière Lyon 2) : Le rôle du tapissier-décorateur d’intérieur dans les intéractions entre les différents acteurs du décor intérieur au XVIIIe siècle.

15.30 : CHRISTIAN MICHEL (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIL) : sujet à définir.

16.00 : Pause.

16.30 : YOANN GROLAMBERT (doctorant, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2) : Les liens entre Alexis Peyrotte et les fournisseurs du garde-Meuble de la Couronne.

17.00 : CARL MAGNUSSON (maître-assistant, Unil) : Peinture et décoration au XVIIIe siècle : entre assujettissement et autonomie.

17.30 : DISCUSSION avec les doctorants.

18.30 : Clôture de l’atelier doctoral.