Archives par étiquette : boudoir

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « De la Régence à la République – Plaisirs parisiens du vice et de la vertu »

Jean-Honoré Fragonard, Le baiser volé, 1786, peinture à l'huile sur toile, 168,5 cm × 168,5 cm, Madrid: musée du Prado

 Jean-Honoré Fragonard et Marguerite Gérard, Le baiser à la dérobée, ca. 1780, peinture à l’huile sur toile, 45 cm × 54 cm, Saint-Pétersbourg : musée de l’Hermitage.

Type : Symposium.
Date : 5 juillet de 9h à 18h
Lieu : Salle des fêtes de la Mairie du 11e arrondissement, Paris.
Sous la direction de : Christophe Henry et Marine Roberton, avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Programme :

9h : Café d’accueil

9h30 : Introduction : Marine Roberton, Sébastien Chauffour & Christophe Henry

Continuer la lecture

Publication : Corrélations : les objets du décor au siècle des Lumières.

KHELISSA PERRIN Anne (dir.), Corrélations : les objets du décor au siècle des Lumières, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles,  collection « Études sur le XVIIIe siècle », vol. n° 43, octobre 2015. 264 p.

KHELISSA PERRIN Anne (dir.),   Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, collection « Études sur le XVIIIe siècle », vol. n° 43, octobre 2015.
264 p.

Présentation de l’éditeur : 

Expositions, nouvelles présentations muséographiques, colloques internationaux, programmes de recherche, travaux universitaires, publications : les arts du décor connaissent ces dernières années un vaste regain d’intérêt. Le présent volume répond à une actualité. Il entend également porter un regard renouvelé sur l’ameublement des demeures, en interrogeant la qualité artistique et technique des objets, mais aussi leurs significations sociales et culturelles. Autour d’une réflexion commune, professeurs des universités et jeunes chercheurs, conservateurs, spécialistes des arts décoratifs, de peinture, d’architecture, de littérature et d’histoire du genre font le point sur les mutations épistémologiques récentes et ouvrent la discussion.

Loin d’être un amas désaccordé de bibelots, les intérieurs du XVIIIe siècle proposent un système unitaire cohérent, où arts manufacturés et beaux-arts cohabitent. Quels liens ces artefacts de nature et de statut hétérogènes entretiennent-ils entre eux et avec leur environnement ? Comment le principe d’harmonie fonctionne-t-il et s’adapte-t-il à la variété des aménagements et à la succession rapide des goûts ? Quel écart existe-t-il entre ce que les traités et la critique esthétique du temps préconisent et ce qu’attendent les commanditaires et les acheteurs ? Telles sont les questions que soulèvent les auteurs du recueil, à partir d’exemples célèbres ou méconnus de décors réalisés en France, en Grande-Bretagne, en Italie et en Suisse, entre la fin du XVIIe siècle et le début du XIXe siècle.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Turquerie. Une fantaisie européenne du XVIIIe siècle.

WILLIAMS Haydn, Turquerie. Une fantaisie européenne du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, octobre 2015, 240 p.

WILLIAMS Haydn, Turquerie. Une fantaisie européenne du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, octobre 2015, 240 p.

Présentation de l’éditeur :

À partir de recherches méticuleuses et de sources aussi nombreuses que variées, ce livre expose pour la première fois toutes les composantes de la turquerie, ce genre artistique dont la fantaisie continue de séduire amateurs et collectionneurs.
À la fin du XVIIe siècle, en Europe, la terreur que les Turcs ont longtemps inspirée cède progressivement la place à une véritable fascination. Récits de voyages consacrés aux territoires ottomans, traductions d’œuvres littéraires comme Les Mille et Une Nuits, spectacle splendide offert par les ambassadeurs de la Sublime Porte : autant de catalyseurs qui vont inspirer aux artistes, pour le plus grand plaisir des élites dirigeantes, une vision fabuleuse de ce monde lointain. Avant que la Révolution française n’évacue ces chimères, on voit fleurir maint personnage enturbanné au théâtre, en peinture ou sous la forme de figurine de porcelaine ; de somptueux boudoirs turcs voient le jour; croissants de lune, palmiers et autres chameaux envahissent les intérieurs, du mobilier jusqu’aux lambris en passant par les tabatières.
Haydn Williams s’attache à montrer que ce thème a suscité des réactions fort diverses selon les pays. C’est en France qu’il s’est exprimé de la manière la plus féconde et la plus durable, mais sa portée s’est étendue bien au-delà – comme le montrent, par exemple, la folie imitant une mosquée à Kew Gardens, près de Londres, les tentes turques érigées sur les rives de l’Elbe pour commémorer des noces royales, en 1719 à Dresde, la statuette de janissaire en ivoire sculptée pour le roi Auguste Il de Pologne, ou encore les costumes dessinés pour un cortège du carnaval de 1748 à Rome.
Le sujet est exploré selon une approche thématique, dans un cadre chronologique souple menant des premiers contacts entre l’Europe et les Ottomans après la chute de Constantinople, en 1453, jusqu’à l’apogée du genre au XVIIIe siècle, puis à son remplacement par l’orientalisme au XIXe siècle.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.