Archives par étiquette : Bérangère Poulain

Appel à communication : “Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850)”.

Jean-François de Troy, La jarretière détachée, 1724, huile sur toile, 64.8 × 53.7 cm , New York, The Metropolitan Museum of Art, collection Jayne Wrightsman.

Type : appel à communication pour un colloque international.
Date limite de l’appel : 13 janvier 2020.
Date de l’événement : 28 et 29 mai 2020.
Lieu : Genève, université de Genève.

 

Dans la lignée des travaux de Goubert (Du Luxe au confort, 1988), de Crowley (The Invention of Comfort, 2001) et de DeJean (The Age of Comfort, 2009), ce colloque souhaite revenir sur la part que tenait le plaisir sensoriel dans l’organisation des espaces intérieurs en Europe entre 1700 et 1850. Plusieurs traités d’architecture du XVIIIe siècle tels que celui de Boffrand (1745) ou plus tard de Le Camus de Mézières (1780) mettent l’accent sur l’importance des sens dans la disposition et la décoration des pièces. Ces textes soulignent que certains arrangements, pour reprendre le terme de l’époque, doivent créer une impression de plaisir et de bien-être sur ses usagers. Cette idée d’un décor qui éveille les différents organes de perception du corps humain dans le but de produire un effet sur le spectateur s’inscrit dans une approche sensualiste de l’architecture. Cette préoccupation est alors désignée par de nombreux auteurs sous les termes d’« agrément » et de « commodité » qui permettent d’exprimer, avant qu’il n’apparaisse au début du XIXe siècle, le concept de confort[1].

[1] Joan DeJean, The Age of Comfort : When Paris Discovered Casual and the Modern Home Began, New York, Bloomsbury, 2009.

 

Nous proposons de privilégier trois grands axes de réflexion, qui n’épuisent évidemment pas le champ des possibles :

DE LA THÉORIE A LA PRATIQUE

Le premier axe est consacré à la place de l’agrément et du confort dans les ouvrages théoriques et à l’impact de ceux-ci dans la production de décors. Il s’agira ainsi de déterminer la part accordée aux sens et au corps non seulement dans les traités d’architecture, mais aussi les textes destinés aux artistes décorateurs, comme le livre d’André Jacob Roubo (L’Art du menuisier en meubles, 4 vols, 1769-1775), et, plus incidemment, dans les recueils de modèles (Jean-Charles Delafosse (Nouvelle Iconologie historique, 1768). L’intérêt porté aux sensations dans ces ouvrages peut être pensé (/envisagé) en regard de la philosophie sensualiste (Condillac, Traité des sensations, 1754) mais aussi de la littérature libertine du siècle des Lumières (La Petite Maison de Bastide, 1763).

Continuer la lecture

Journée d’études : “Les compétences transférables de l’image imprimée”.

Abraham Bosse, Les Graveurs en taille-douce (détail), 1643, Eau-forte, avec quelques rehauts de burin, 26 x 32 cm au coup de planche, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : journée d’études.
Date de l’événement : 25 octobre 2019.
Lieu : Lausanne, université de Lausanne.

Programme

9:00 Introduction et bienvenue : Camilla Murgia, Université de Lausanne
9:15 Paul Coldwell, Chelsea College of Art & Design, University of the Arts, Londres

From analogue to digital and back again

Continuer la lecture

Conférence : Imagination

Georges Focus, River Landscape with a Fortress on a Hill, XVIIe siècle, dessin, Chicago, Art Institute Chicago.

Type : Conférence

Date : 8 – 12 mai 2017

Lieu : Université de Genève

Ecole de printemps du Réseau International pour la Formation à la
Recherche en Histoire de l’Art

Programme

Lundi 8 mai 2017 : Salle de conférence, Musée d’Art Moderne et Contemporaine (MAMCO), Rue des Vieux-Grenadiers 10, 1205 Genève
9h Bienvenu du doyen de la Faculté des Lettres, Jan Blanc
9h10    Accueil et introduction
Imagination et langage
Présidente : Marie Theres Stauffer, Université de Genève
Répondant : Marco Jalla, Université de Genève
9h30    Conférence : Marco Jalla, Université de Genève, Mimesis et fantasia à la période hellénistique
10h15 Pause
10h45 Ulla Stackman, KU Eichstätt, « See Me, Don’t Feel Me » – Visuality in the Waste Land
11h15 Claire Salles, École Normale Supérieur Paris, La perspective au risque de l’imagination lacanien
11h45 Gina De Micheli, Université de Lausanne, Imagination und Zeitlichkeit im modernen illustrierten Buch Continuer la lecture

Journée d’étude : Les relations artistiques à l’époque moderne.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l'année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l’année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : journée d’étude.
Date : 12 novembre 2015.
Lieu : Lausanne, université de Lausanne, Géopolis, salle 2235.
Contact : -Session 1 : angela.benza@unige.ch / cyril.lecosse@unil.ch -Session 2 : genevieve.dutoit@unil.ch / berangere.poulain@unige.ch

La première partie de cette journée d’étude portera sur les relations artistiques entre la France et l’Angleterre à la période moderne. Il s’agira de s’interroger autant sur les enjeux de ces échanges que sur leurs formes et leurs principaux acteurs. Dans cette perspective, il apparait essentiel de caractériser le type d’échanges en vigueur pouvant notamment procéder de la rivalité, de l’émulation, de l’imitation ou encore du pastiche. De même, il semble nécessaire d’identifier les différentes dynamiques dans lesquelles ces relations ont pu s’inscrire : transfert, transposition, adaptation ou appropriation, etc. Enfin, la question de la circulation des modèles et des « acteurs » (réseaux d’artistes, marchands, clientélisme, collectionnisme etc.) se trouve elle-aussi au centre des considérations sur les relations artistiques à l’époque moderne.

Tous ces questionnements et domaines de réflexions montrent qu’il faut inscrire l’étude des relations artistiques entre la France et l’Angleterre dans un cadre historique élargi afin de s’interroger plus globalement sur les modalités de réception d’une culture par une autre. Nous pourrons, par exemple, examiner les préjugés – d’ordre esthétique, historiographique ou méthodologique – qui ont constitué et peuvent constituer encore des obstacles à l’étude comparative des œuvres d’art britanniques et françaises.

La deuxième session aura pour objectif d’engager une réflexion sur les liens qui unissaient la peinture aux objets du décor au XVIIIe siècle. Il s’agira de mieux comprendre la dynamique des échanges à l’époque moderne entre les arts manufacturés et les beaux-arts. Comment les peintres interagissaient-ils avec les différents acteurs de la décoration intérieure ? Comment se sont construites ces relations ? Quels en étaient les acteurs et les principaux enjeux ? Dans quelles mesures les peintres prenaient-ils en compte l’espace dans lequel leurs œuvres étaient présentées, l’enveloppe architecturale qui les recevait mais aussi la corrélation d’objets de nature et de statuts différents ? Quels étaient les liens ou les collaborations entre les peintres de chevalet, les peintres ornemanistes, les peintres décorateurs et les peintres d’impression, vernisseur ou doreur ? Existait-il une perméabilité entre ces différents corps de métier ? Dans quelles mesures les marchands et leur boutique ont-ils pu contribuer à lancer la carrière d’un artiste ? Ou, au contraire, se servir de la popularité de ce dernier pour mieux vendre leurs marchandises ? Voici quelques unes des questions sur lesquelles nous nous proposons de réfléchir lors de cette journée d’étude.

Programme :

I. LES RELATIONS ARTISTIQUES ENTRE LA FRANCE ET L’ANGLETERRE XVIIe-XIXe

Modération : Angela Benza (assistante, UNIGE) et Cyril Lécosse (maître-assistant, UNIL).

8.45 : Accueil et introduction à la session I.

9.00 : CHRISTOPH VOGTHERR (directeur de la Wallace Collection ) : Understanding Watteau’s stay in London: Expectations and Exchanges, Imports and Exports.

10.00 : MARIANNE CLERC (maître de conférence, Université Pierre Mendès-France, Grenoble 2) : Les artistes français en Angleterre (vers 1680-1745).

10.30 : Pause

11.00 : JAN BLANC (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIGE) : An Englishman in Paris : les trois séjours français de sir Joshua Reynolds (1752, 1768, 1771).

11.30 : VALÉRIE COSSY, (professeure de littérature anglaise et littérature comparée, UNIL ) : L’exemple de Jane Austen dans la Bibliothèque britannique de Genève (1796-1815).

12.00 : DISCUSSION avec les doctorants.

13.00 : Pause de midi.

II. RELATIONS ENTRE LES BEAUX-ARTS ET LES OBJETS DU DÉCOR AU XVIIIE SIÈCLE

Modération : Geneviève Dutoit (assistante, UNIL) et Bérangère Poulain (assistante, UNIGE).

14.15 Introduction de la session II.

14.30 : NATACHA COQUERY (professeure d’histoire moderne, Université Lumière Lyon 2) : Le rôle du tapissier-décorateur d’intérieur dans les intéractions entre les différents acteurs du décor intérieur au XVIIIe siècle.

15.30 : CHRISTIAN MICHEL (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIL) : sujet à définir.

16.00 : Pause.

16.30 : YOANN GROLAMBERT (doctorant, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2) : Les liens entre Alexis Peyrotte et les fournisseurs du garde-Meuble de la Couronne.

17.00 : CARL MAGNUSSON (maître-assistant, Unil) : Peinture et décoration au XVIIIe siècle : entre assujettissement et autonomie.

17.30 : DISCUSSION avec les doctorants.

18.30 : Clôture de l’atelier doctoral.