Archives par étiquette : Bénédicte Miyamoto

Journée d’étude du GRHAM : “Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : Expertises, négociations et controverses” (Paris, 5 juin 2019).

Pierre-Antoine Demachy, Scène de vente de tableaux aux enchères dans un salon, XVIIIe siècle, dessin à la plume, 26,6 x 32,1 cm, Bayonne, musée Bonnat-Helleu.

Type : journée d’étude du GRHAM.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période. Continuer la lecture

Colloque : Fancy‒Fantaisie‒Capriccio : Diversions and Distractions in the Eighteenth Century.

screen-shot-2015-10-28-at-5-42-46-pm

 

Type : colloque.
Date : 03 et 04 décembre 2015.
Lieu : musée Paul-Dupuy, Toulouse.
Sous la direction de : Muriel Adrien, Melissa Percival et Axel Hémery.

Associated with the imagination and not reason, fancy (fantaisie) in the eighteenth century was a sort of whimsical distraction from the everyday. For Voltaire it was ‘a singular desire, a passing whim’ (‘un désir singulier, un goût passager’), while for Samuel Johnson it was ‘something that pleases or entertains without real use or value’. Together with its near-synonym caprice (capriccio), fancy was part of a rich semantic network, connecting wit, pleasure, erotic desire, spontaneity, improvisation, surprise, deviation from norms, the trivial and inconsequential. Unpredictable and quirky, it offered many outlets for artistic creativity.

These study days will explore the expressive freedom of fancy (fantaisie, capriccio) in European culture during the eighteenth century—in figure and landscape painting, architecture, and garden design, philosophy and fiction, theatre and music.

 

Programme :

Jeudi 3 décembre :

14h : Welcome and introduction.

14h15 Chair: Melissa Percival.
• Keynote Speaker — Martin Postle, Modelling for the Fancy Picture : Fact, Fiction, and Fantasy.
Frédéric Ogée, Fancying Nature : The Posterity of Joseph Addison’s’ Pleasures’ in English Enlightenment Culture.

15h30 : Tea and coffee.

16h : Chair: Xavier Cervantes.
John Chu, ‘The Many Peopled Wall’ : Fancy Pictures and Annual Exhibitions in Eighteenth-Century London.
Isabelle Baudino, Picturing the Past : The Fancy Picture and the Historical Imagination in Britain.
Hélène Ibata, British Capricci : From the Picturesque to the Sublime.

18h30 : Viewing of the exhibition Fantasy Figures at the Musée des Augustins.

20h30 : Dinner.

Vendredi 4 décembre :

9h15 : Chair : Muriel Adrien.
• Keynote Speaker — Guillaume Faroult.
Emmanuel Faure-Carricabururu, Figures de fantaisie de Jean-Baptiste Santerre et limites des cadres génériques d’interprétation.

10h30 : Tea and coffee.

11h Chair: Frédéric Ogée.
Christophe Guillouet, La production gravée parisienne au cœur de L’invention d’un genre ? Les «fantaisies» de Poilly et Courtin (1710–1728).
Bénédicte Miyamoto, ‘As Whimsical and Chimearical as their Forms Are’ : Ornamental and Fanciful Motives in English Drawing Books.
Pierre-Henri Biger, De la fantaisie des éventails aux éventails de fantaisie.

12h30 : Lunch.

14h : Chair: Isabelle Baudino.
Vanessa Alayrac, ‘A Butterfly Supporting an Elephant’: Chinoiserie in Eighteenth-Century England, or ‘the Luxuriance of Fancy.
Xavier Cervantes, Réminiscences vénitiennes et hybridité culturelle dans les vues et capricci anglais de Canaletto.
Adrián Fernández Almoguera, Du cabinet privé à la villa suburbaine : caprices et fantaisies artistiques dans la capitale des Lumières espagnoles.

15h30 : Tea and coffee.

16h : Chair : Hélène Dachez.
Laurent Châtel, Fancy a Garden? The Hortulean Pleasures of Imagination and Virtuality.
Nathalie Vincent-Arnaud, Cappricioso, Or a New ‘Grammar in Motion’ in Music and Ballet.
Alice Labourg, ‘Fancy Paints with Hues Unreal’ : Pictorial Fantasy and Literary Creation in Ann Radcliffe’s Gothic Novel.