Archives par étiquette : arts du XVIIIe siècle

Conférence : « Un enjeu national pour la peinture française aux XVIIe et XVIIIe siècles : Le grand format ».

Jean Jouvenet, La visitation de la Vierge, huile sur toile, 432×441 cm, 1716, Paris, cathédrale Notre-Dame.

Type : Conférence
Date et heure : 04 Décembre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Olivier Bonfait, Professeur d’histoire de l’art moderne, Université de Bourgogne.

La monarchie louisquatorzienne était obsédée par l’idée de grandeur et un objet allait particulièrement retenir son attention car il fut son invention : le tableau de grand format. Au tableau avec des figures coupées à mi-corps, qui avait fait la fortune des « caravagesques », ou de moyenne grandeur, avec des figures à la Poussin, qui s’était imposé comme le modèle de peinture de collection, allait se substituer des grandes toiles avec des figures grandeur nature comme dans la galerie Médicis de Rubens ou l’Enlèvement des Sabines de David. Continuer la lecture

Journée d’étude : « La diffusion des Lumières en Provence. L’Académie de peinture et de sculpture de Marseille (1753-1793) ».

Honoré Revelly, Portrait du peintre Verdussen, de sa femme et de sa servante, 1761, peinture à l'huile sur toile, 169x145 cm, Toulon: Musée d'art

Honoré Revelly, Portrait du peintre Verdussen, de sa femme et de sa servante, 1761, peinture à l’huile sur toile, 169×145 cm, Toulon: Musée d’art

Type : journée d’étude.
Date de la manifestation : 
jeudi 29 septembre 2016.
Lieu :
Musée des Beaux-Arts de Marseille.
Organisation: Olivier Bonfait (Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier), Magali Théron (AMU, Telemme), Marie-Pauline Martin (AMU, Telemme) – avec le concours du Musée des Beaux-Arts de Marseille et le centre Framespa.

Intention:

Phénomène inédit, la fondation d’académies de peinture et sculpture et d’écoles de dessin dans l’ensemble des régions françaises au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, constitue l’un des sujets d’étude privilégiés de l’histoire artistique et sociale du siècle des Lumières. Soucieux d’actualiser les études fondatrices de Nikolaus Pevsner sur les Academies of Art, Past and Present (1940) et de Daniel Roche sur les académies de province (Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1978), plusieurs réseaux actifs de chercheurs travaillent sur la sociabilité académique des Lumières et sur ses différentes formes de production (œuvres, modèles, discours, collections).

En particulier, l’étude de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, négligée depuis l’étude documentaire d’Étienne Parrocel (1889-1890), mobilise aujourd’hui plusieurs acteurs du patrimoine et de la recherche. En particulier, l’exposition Marseille au XVIIIe siècle, 1733-1793. Les années de l’Académie de peinture et de sculpture, présentée par le Musée des Beaux-Arts de la ville, sera l’occasion, par une journée d’étude, d’apporter un éclairage pluriel sur les intentions et les actions de l’institution marseillaise : il s’agira non seulement d’en questionner les rapports avec l’Académie royale, mais d’en souligner le rôle dans la formation autonome et locale d’artistes ou de réseaux d’amateurs, et dans la production propre de modèles et de savoirs.

Programme:

 ––– 9h30-11h00 : visite de l’exposition Marseille au XVIIIe siècle, 1733-1793. Les années de l’Académie de peinture et de sculpture par Luc Georget et Gérard Fabre  

––– 11h00-12h00 : Actualités de la recherche sur les Académies artistiques de province au XVIIIe siècle 

  • Emilie Roffidal et Anne Perrin-Khelissa (FRAMESPA, université de Toulouse), Les académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle. Objectifs et enjeux d’un programme de recherche.
  • Olivier Bonfait et Nelly Vi-Tong (Centre Georges Chevrier, université de Bourgogne): présentation du programme de recherche L’Académie de peinture et de sculpture de Dijon (1766-1799).

Continuer la lecture

« Hubert Robert (1733-1808), un peintre visionnaire » : recension des essais du catalogue d’exposition

          L’exposition organisée au musée du Louvre, en association avec la National Gallery of Art de Washington, du 9 Mars 2016 au 30 Mai 2016 est la première manifestation consacrée à l’ensemble de la carrière d’Hubert Robert (1733-1808) depuis 1933[i]. Le commissaire de l’exposition, Guillaume Faroult, et ses collaborateurs, ont réuni dans le Hall Napoléon un ensemble exceptionnel de cent quarante œuvres (peintures, dessins, gravures, objets d’art), issues des plus grands fonds patrimoniaux français et étrangers. La muséographie suggère sans excès une architecture factice en rapport avec la qualité de « peintre d’architecture » d’Hubert Robert. Ses œuvres se répartissent dans quinze espaces consacrés à une thématique propre.

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

Dans chaque espace, un grand cartel adossé au mur rappelle les ruines peintes par l’artiste, à moins qu’il ne fasse écho au détail d’un célèbre tableau où le peintre se représente en bas à droite face à sa toile posée de biais devant la Sainte Famille de Raphaël qu’il est entrain de copier dans la Grande galerie du Louvre (fig. 1). Dans un cas comme dans l’autre, la muséographie vient renforcer le lien entre les ruines, dont Hubert Robert est le plus célèbre interprète français du XVIIIe siècle, et le Louvre, dont il assure la conservation des œuvres d’art durant la transformation progressive du palais en musée des beaux-arts.

Continuer la lecture