Archives par étiquette : arts décoratifs

Publication : « Georgian Gothic : Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730–1840 ».

LINDFIELD Peter N., Georgian Gothic : Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730–1840, Woodbridge, Boydell Press, 2016, 272 p.

LINDFIELD Peter N., Georgian Gothic : Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730–1840, Woodbridge, Boydell Press, 2016, 272 p.

Présentation de l’éditeur :

The Gothic Revival, rich, ambitious, occasionally eccentric, but nonetheless visually exciting, is one of Britain’s greatest contributions to early modern design history, not least because for the most part it contravened approved taste: Classicism. Scholars have tended to treat Georgian Gothic as an homogenous and immature precursor to « high » Victorian Gothic, and centred their discussion around Walpole’s Strawberry Hill. This book, conversely, reveals how the style was imaginatively and repeatedly revised and incorporated into prevailing eighteenth-century fashions: Palladianism, Rococo, Neoclassicism, and antiquarianism. It shows how under the control of architects, from Wren to Pugin, Walpole and Cottingham, and furniture designs, especially those of Chippendale, and Ince and Mayhew, a shared language of Gothic motifs was applied to British architecture, furniture and interiors. Georgian Britain was awash with Gothic forms, even if the arbiters of taste criticised it vehemently. Throughout, the volume reframes the Gothic Revival’s expression by connecting it with Georgian understandings of the medieval past, and consequently revises our interpretation of one of the most influential, yet lampooned, forms of material culture at the time.

Peter N. Lindfield is a Leverhulme Early Career Research Fellow at the University of Stirling.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « Art and Industry in Early America : Rhode Island Furniture, 1650–1830 ».

KANE Patricia (dir.), Art and Industry in Early America : Rhode Island Furniture, 1650–1830, New Haven, Yale University Press, 2016, 504 p.

KANE Patricia (dir.), Art and Industry in Early America : Rhode Island Furniture, 1650–1830, New Haven, Yale University Press, 2016, 504 p.

Présentation de l’éditeur :

The most comprehensive publication available to date on the topic, Art and Industry in Early America examines furniture made throughout Rhode Island from the earliest days of the settlement to the late Federal period. This stunning volume features more than 200 illustrations of beautifully constructed and carved objects—including chairs, high chests, bureau tables, and clocks—that demonstrate the superb workmanship and artistic skill of the state’s furniture makers. Written by distinguished scholars, the book presents new information on the export trade, patronage, artistic collaboration, and the small-scale shop traditions that defined early Rhode Island craftsmanship. In addition to iconic, stylish pieces from important centers of production like Newport and Providence and by well-known makers such as John Goddard and Samuel and Joseph Rawson, Jr., the catalogue showcases simpler examples made in smaller towns. More than 100 catalogue entries detail marks and inscriptions, bibliography, and provenance and feature many new photographs, encouraging a deeper understanding of this dynamic school of American furniture making.

Patricia E. Kane is the Friends of American Arts Curator of American Decorative Arts at the Yale University Art Gallery.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Appel à communication : « Objets Nomades : Circulations, appropriations et identités à l’époque moderne (16e-18e siècles) »

Pieter Gerritsz van Roestraeten, Nature morte avec tasses chinoises, huile sur toile, v. 1670-1680, Berlin,  Gemäldegalerie.

Pieter Gerritsz van Roestraeten, Nature morte avec tasses chinoises, huile sur toile, v. 1670-1680, Berlin, Gemäldegalerie.

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 2-4 mars 2017
Date limite de soumission : 15 septembre 2016
Lieu : Musée National de la Renaissance (Écouen), Musée Cognac-Jay (Paris 3e),
Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris, 5e).
Comité d’organisation : Line Cottegnies, Anne-Valérie Dulac, Ariane Fennetaux, Anne-Marie Miller-Blaise, Nancy Oddo, Sandrine Parageau, Laetitia Sansonetti, Jean-Paul Sermain.

Organisé en partenariat avec le musée national de la Renaissance d’Écouen et le musée Cognacq-Jay, ce colloque pluridisciplinaire vise à confronter une approche historique des objets dans leur dimension sociale, économique et technique, à l’étude des objets dans l’art et la littérature, qui offrent autant de « traces » de la vie de ces objets nous permettant de définir leur trajectoire et les modalités de leurs appropriations. Les objets, entendus comme les biens matériels divers (vêtements et accessoires, objets du quotidien, instruments techniques, scientifiques ou de musique, objets d’art…) et leurs circulations seront étudiés pour comprendre les différents phénomènes d’appropriation, de transculturation ou d’hybridation qui animent et accompagnent ces mouvements à la fois dans l’espace européen et entre l’Europe et le reste du monde. Porteurs et vecteurs de circulations culturelles et identitaires, les objets (qu’il s’agisse de biens de consommation, d’outils, d’objets de dévotion, ou d’objets d’art) traversent les espaces nationaux et interrogent par leur mobilité les frontières nationales, religieuses ou linguistiques alors en formation. L’époque moderne voit en effet se développer à travers l’Europe des tentatives de définition ou de consolidation d’espaces nationaux géographiques, linguistiques et religieux. Ces frontières, qui naissent en partie en opposition à une culture de Cour et une culture aristocratique Renaissante par définition nomades, sont le fruit d’une nouvelle philosophie politique (A. M. Thiesse, La Création des identités nationales, 1999). Suivre les trajectoires de ces objets permet, dès lors, de mettre au jour la tension entre sédentarité et mobilité que Daniel Roche a définie comme un enjeu majeur de la modernité (Humeurs vagabondes, 2003). Continuer la lecture

Appel à contribution: « Décor et architecture (XVIIe – XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts » (Lausanne, 24-25 novembre 2016)

coupe archi

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.
Date limite : 30 mai 2016.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Continuer la lecture

Colloque international : « Le rôle de la sculpture dans les arts décoratifs parisiens, 1715-1815 »

Pendule " à l'astronomie", XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Pendule  » à l’astronomie », XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Type : Colloque.
Date : 14-15 mars 2016
Lieu : INHA, Salle Vasari, 1er étage

Le colloque est accessible gratuitement à tous sur inscription préalable obligatoire par email (voir la marche à suivre en fin d’article). – Les inscriptions seront clôturées le jeudi 10 mars à minuit.

Collaboration entre le Centre André Chastel de l’université de Paris-Sorbonne et l’association Low Countries Sculpture. Avec le soutien de The Boulle Project, Paris.

Lundi 14 mars 2016

Continuer la lecture