Archives par étiquette : arts décoratifs

Appel à communication : “Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850)”.

Jean-François de Troy, La jarretière détachée, 1724, huile sur toile, 64.8 × 53.7 cm , New York, The Metropolitan Museum of Art, collection Jayne Wrightsman.

Type : appel à communication pour un colloque international.
Date limite de l’appel : 13 janvier 2020.
Date de l’événement : 28 et 29 mai 2020.
Lieu : Genève, université de Genève.

 

Dans la lignée des travaux de Goubert (Du Luxe au confort, 1988), de Crowley (The Invention of Comfort, 2001) et de DeJean (The Age of Comfort, 2009), ce colloque souhaite revenir sur la part que tenait le plaisir sensoriel dans l’organisation des espaces intérieurs en Europe entre 1700 et 1850. Plusieurs traités d’architecture du XVIIIe siècle tels que celui de Boffrand (1745) ou plus tard de Le Camus de Mézières (1780) mettent l’accent sur l’importance des sens dans la disposition et la décoration des pièces. Ces textes soulignent que certains arrangements, pour reprendre le terme de l’époque, doivent créer une impression de plaisir et de bien-être sur ses usagers. Cette idée d’un décor qui éveille les différents organes de perception du corps humain dans le but de produire un effet sur le spectateur s’inscrit dans une approche sensualiste de l’architecture. Cette préoccupation est alors désignée par de nombreux auteurs sous les termes d’« agrément » et de « commodité » qui permettent d’exprimer, avant qu’il n’apparaisse au début du XIXe siècle, le concept de confort[1].

[1] Joan DeJean, The Age of Comfort : When Paris Discovered Casual and the Modern Home Began, New York, Bloomsbury, 2009.

 

Nous proposons de privilégier trois grands axes de réflexion, qui n’épuisent évidemment pas le champ des possibles :

DE LA THÉORIE A LA PRATIQUE

Le premier axe est consacré à la place de l’agrément et du confort dans les ouvrages théoriques et à l’impact de ceux-ci dans la production de décors. Il s’agira ainsi de déterminer la part accordée aux sens et au corps non seulement dans les traités d’architecture, mais aussi les textes destinés aux artistes décorateurs, comme le livre d’André Jacob Roubo (L’Art du menuisier en meubles, 4 vols, 1769-1775), et, plus incidemment, dans les recueils de modèles (Jean-Charles Delafosse (Nouvelle Iconologie historique, 1768). L’intérêt porté aux sensations dans ces ouvrages peut être pensé (/envisagé) en regard de la philosophie sensualiste (Condillac, Traité des sensations, 1754) mais aussi de la littérature libertine du siècle des Lumières (La Petite Maison de Bastide, 1763).

Continuer la lecture

Appel à communication du GRHAM : “Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : expertises, négociations et controverses”.

Pierre-Antoine Demachy, Vente publique de tableaux, probablement à l’hôtel Bullion, ca. 1785, huile sur toile, 22 x 33 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 05 avril 2019.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Cette troisième journée d’étude organisée par le GRHAM se propose de revenir sur le thème du marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Son objectif est de participer à la diffusion des récentes recherches qui se sont penchées sur les différentes problématiques et controverses qui ont pu animer ce domaine.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période. Continuer la lecture

Conférences de la Société de l’Histoire de l’art français : “Guy-Louis Vernansal (1648-1729) / Jean-Baptiste Boiston (1734-1814)”.

Guy-Louis Vernansal, Allégorie de la Révocation de l’Edit de Nantes, 1687, huile sur toile, 142 x 180 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : conférence.
Date et heure : 13 janvier 2018 à partir de 17h.
Lieu : Paris, INHA, salle Vasari, 1er étage.

Séance du samedi 13 janvier 2018, présentée par Daniel ALCOUFFE :

  • Maxime Georges MÉTRAUX (Sorbonne université) : Guy-Louis Vernansal (1648-1729) : métier et condition sociale d’un peintre cartonnier.
  • Brice LEIBUNDGUT : Jean-Baptiste Boiston (Morteau, 1734 – Paris, 1814), sculpteur ornemaniste de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Appel à Communication : « Aménagement intérieur et cohabitation des styles aux époques moderne et contemporaine » / “Design and Style Cohabitation From the Eighteenth to the Twentieth Century”

HEBEY Isabelle, Architecture d’intérieur et décoration, Lausanne, Edi-Pop, 1972

Type : Journée d’études
Proposition de communication : 6 novembre 2017

Date de la journée : 19 mars 2018
Lieu : Paris, Institut national d’histoire de l’art, salle Vasari

Cette journée d’études interrogera l’adaptation dans un espace domestique, de façon usuelle et pragmatique, d’objets qui n’étaient originellement pas destinés à se rencontrer, en jouant malgré ou avec leur dissemblance. Ce thème a été récemment mis à l’honneur par la Galerie des Gobelins lors de l’exposition À table avec le mobilier national[1], où les peintures, cartons et tentures du XVIIIe siècle de la manufacture royale encadraient 50 ans de création mobilière de l’Atelier de Recherche et de Création (1964-2014).

Si dans le domaine de l’histoire de l’art il est courant de rencontrer des exemples d’intérieures où l’harmonie décorative a pu être conçue selon l’idéal d’ « œuvre d’art totale », c’est ici un versant opposé qui sera observé. Il s’agira de s’intéresser aux assortiments dans un même espace d’objets d’époques différentes, et aux réflexions alimentées par ses rapprochements inattendus, parfois surprenants. Continuer la lecture

Journée d’études du GRHAM : “Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle”.

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : Journée d’études.
Date et horaire : jeudi 15 juin 2017 à partir de 9h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.

Programme :

9h00 – 9h20 : Accueil des participants.

9h20 – 9h30 : Mot de bienvenue du GRHAM.

Session 1 :

Présidente de séance : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2).

9h30 – 10h30 : Chloé Perrot (université de Lille 3 et École du Louvre) : “La Nouvelle Iconologie Historique” de Jean-Charles Delafosse (1768), écrire l’histoire dans les arts décoratifs.

10h30 – 11h30 : Pascal-François Bertrand (université Michel de Montaigne Bordeaux 3) : Hiérarchie des manufactures de tapisserie en France et typologie des sujets représentés.

11h30 – 12h30 : Aziza Gril-Mariotte (université de Haute-Alsace) : Puissance maritime et économique dans les textiles à personnages : une démocratisation de l’histoire du XVIIIe siècle. Continuer la lecture

Journée d’études : “Architecture et arts décoratifs au temps de Percier et Fontaine”.

Type : Journée d’études.
Date et horaire :
mercredi 31 mai 2017 à partir de 9h15.
Lieu :
Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Auditorium de la Galerie Colbert.

Programme :

9h15

Accueil des participants

9h30

Introduction

Charlotte Duvette (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA), Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne, centre André Chastel) et Saskia Wallig (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA)

Session 1/ Du Directoire à l’Empire : collaborations et interprétations dans la production des arts décoratifs

Présidente de séance : Nina Stritzler-Levine (Bard Graduate Center, New-York)

9h45

Jean-François Belhoste (École Pratique des Hautes Etudes)

La participation des Jacob aux premiers chantiers de décoration de Charles Percier : de la salle de la Convention aux hôtels particuliers du Directoire (1793-1799).

10h15

Anne Dion-Tenenbaum (Musée du Louvre, département des objets d’art)

Biennais, parfait interprète du style Percier ?

10h45

Vincent Cochet (Château de Fontainebleau)

Siéger en majesté : Percier et Fontaine et la conception des trônes impériaux. Continuer la lecture

Appel à communication: “Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle” (Paris, 15 juin 2017)

 

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York : Metropolitan Museum

Type : appel à communication.

Date limite : 15 avril 2017.

Type d’événement : journée d’étude.

Date de l’événement : 15 juin 2017.

Lieu de l’événement : salle Vasari, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

À la suite de Félibien, qui hisse le « grand genre » au sommet de la hiérarchie des sujets à représenter en 1667, la peinture d’histoire est devenue un enjeu important de l’historiographie. Elle est notamment l’objet d’un ouvrage, daté mais fondamental, de Jean Locquin qui la définit « au XVIIIe siècle, [comme] toute œuvre dont le sujet, emprunté à un texte historique ou littéraire, mettait en scène un ou plusieurs personnages, réels ou non » (1978, p. XXIX). Cette définition, qui assimile à juste titre l’Histoire (« récit des faits donnés pour vrais » selon l’Encyclopédie) et la Fable (« récit des faits donnés pour faux »), révèle la multiplicité des sujets offerts à l’imagination des artistes. Continuer la lecture

Appel à communication : “Décor et architecture : entre union et séparation des arts (XVIe-XVIIe siècle)” (Lausanne, 16-17 novembre 2017)

Giulio Romano, La chambre des Géants (paroi nord), 1532-1535, Mantoue, Palais Te

Le décor à la période moderne est considéré comme l’une des parties constitutives de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Or dans l’historiographie, décor et architecture sont souvent étudiés de manière séparée, ce qui institue de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique.

Continuer la lecture

Bonne année muséale !

Johannes Vermeer, L’Astrologue, dit aussi l’Astronomie, 1668, huile sur toile, 51,5 x 45,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Johannes Vermeer, L’Astrologue, dit aussi l’Astronomie, 1668, huile sur toile, 51,5 x 45,5 cm, Paris, musée du Louvre.

L’équipe du GRAHM vous souhaite une très belle année muséale et vous invite à aller voir de belles expositions …

A Paris

  • Vermeer et les maîtres de la peinture de genre au siècle d’or, musée du Louvre, du 22 février au 22 mai, sous le commissariat de : Blaise Ducos, conservateur du Patrimoine, département des Peintures, musée du Louvre ; Adriaan E. Waiboer, conservateur, National Gallery of Ireland et Arthur K. Wheelock Jr., conservateur, National Gallery of Art, Washington,
  • Valentin de Boulogne, réinventer Caravage, musée du Louvre, du 22 février au 22 mai, sous le commissariat de : Annick Lemoine et Keith Christiansen.
  • De Zurbaran à Rothko. Collection Alicia Koplowitz, musée Jacquemart-André, du 2 mars au 24 juillet, sous le commissariat de : Pablo Melendo Beltrá ; Pierre Curie, conservateur en chef du patrimoine,
  • Sérénissime ! Venise en fête, de Tiepolo à Guardi, musée Cognacq-Jay, du 25 février au 25 juin, sous le commissariat de : Benjamin Couilleaux, conservateur du patrimoine au musée Cognacq-Jay, Rose-Marie Herda-Mousseaux, conservateur en chef du patrimoine, directrice du musée Cognacq-Jay,
  • Jardins, Grand Palais, du 15 mars au 24 juillet, sous le commissariat de : Laurent Le Bon, président du Musée National Picasso – Paris ; Coline Zellal, conservateur du patrimoine ; Marc Jeanson , conservateur scientifique, responsable de l’Herbier national au Museum National d’Histoire Naturelle,
  • De Watteau à David, la collection Horvitz, Petit Palais, du 21 mars au 9 juillet 2017, sous le commissariat de : Alvin L. Clark, Jr, The Horvitz Collection and The J.E.Horvitz Consultative Curator, Department of Drawings, Division of European and American Art, Harvard Art Museums/ Fogg ; Christophe Leribault, directeur du Petit Palais,
  • Le Baroque des Lumières, chefs d’œuvres des églises parisiennes, Petit-Palais, du 21 mars au 16 juillet, sous le commissariat de : Christophe Leribault, directeur du Petit Palais ; Marie Monfort, responsable de la Conservation des œuvres d’art religieuses et civiles de la Ville de Paris. Commissaires associés : Maryline Assante (Petit Palais), Lionel Britten (musée d’Orsay), Jessica Degain, Nicolas Engel et Emmanuelle Federspiel (COARC), Christine Gouzi (Université de Paris-Sorbonne) et Guillaume Kazerouni (musée des Beaux-Arts de Rennes).
  • Pierre-Joseph Redouté et le goût des fleurs, musée de la Vie romantique, du 1er avril au 31 octobre,
  • Or virtuose à la cour de France, Pierre Gouthière (1732 – 1813), Les Arts décoratifs, du 15 mars au 25 juin, sous le commissariat de : Anne Forray-Carlier, conservatrice en chef du patrimoine, département XVIIe-XVIIIe siècles assistée de Sophie Motsch, assistante de conservation, département XVIIe-XVIIIe siècles,
  • Des Grands Moghols aux maharajahs. Joyaux de la collection Al Thani, Grand Palais, du 29 mars au 5 juin. sous le commissariat de : Amin Jaffer, conservateur, Collection Al Thani ; Amina Okada, conservateur général au musée national des arts asiatiques – Guimet.

Continuer la lecture

Publication : “Le style Empire. L’hôtel de Beauharnais à Paris”.

LEBEN Ulrich (dirs.) et EBELING Jörg (dirs.), Le style Empire. L'hôtel de Beauharnais à Paris, Paris, Flammarion, octobre 2016, 348 p.

LEBEN Ulrich (dirs.) et EBELING Jörg (dirs.), Le style Empire. L’hôtel de Beauharnais à Paris, Paris, Flammarion, octobre 2016, 348 p.

Présentation de l’éditeur :

Depuis son édification en 1713 par l’architecte Boffrand, l’hôtel de Beauharnais occupe une place centrale dans l’histoire et l’histoire de l’art de l’Europe. En 1803, Joséphine Bonaparte l’acquiert pour son fils Eugène de Beauharnais qui entreprend, à grands frais, d’aménager les intérieurs. Le palais deviendra ambassade au cours du XIXe siècle. Unique à Paris, le décor d’époque Consulat et Empire de ce palais est à l’origine de sa renommée. Cette première monographie consacrée à l’hôtel de Beauharnais est le fruit de recherches et de restaurations menées depuis dix ans par le Centre Allemand d’histoire de l’art à Paris pour l’Ambassade d’Allemagne. De nombreux documents inédits permettent de retracer l’histoire de l’édifice et le destin de ses propriétaires successifs.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “The Architecture of Percier and Fontaine and the Struggle for Sovereignty in Revolutionary France”.

MOON Iris, The Architecture of Percier and Fontaine and the Struggle for Sovereignty in Revolutionary France, New York, Routledge, 2016, 260 p.

MOON Iris, The Architecture of Percier and Fontaine and the Struggle for Sovereignty in Revolutionary France, New York, Routledge, 2016, 260 p.

Présentation de l’éditeur :

French architects Charles Percier (1764–1838) and Pierre-François-Léonard Fontaine (1762–1853) became the most celebrated decorators of the French Revolution and achieved success as the official architects of Napoleon Bonaparte. This book explores how Percier and Fontaine created the Empire style and a system of decoration that engaged with the difficult politics of the period. Taking seriously the architects’ achievements in interior decoration, furnishings, theater designs, and publications during the early and most active period of their collaborative practice, their integral role in reestablishing the luxury market in Paris after the Terror, cultivating the taste of a new clientele, and creating sites of power through their interior decorations are explored. From meeting rooms designed to resemble military encampments to gilded imperial thrones that replaced Bourbon fleur-de-lys with Napoleonic bees, the architects moved beyond a Neoclassical idiom in order to transform the symbols of monarchy and revolution into an imperial ideology defined by a contradictory aesthetics. At the heart of Percier and Fontaine’s decorative work and central to grasping the politics of the Empire style is a dialectical tension between the search for a monumental architecture of permanence and the reliance upon portable, collapsible, and mobile forms. Percier, Fontaine and the Politics of the Empire Style will contribute new interdisciplinary perspectives on the relationship of the decorative arts and architecture with the political culture of post-revolutionary France and how interior decoration engendered a new awareness of time, memory, and identity.

Iris Moon is a visiting assistant professor in the School of Architecture at Pratt Institute. She specializes in eighteenth and nineteenth-century European art, architecture, and the decorative arts.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

 

Publication : “Pierre Gouthière : Virtuoso Gilder at the French Court”.

BAULEZ Christian (dirs.) et VIGNON Charlotte (dirs.), Pierre Gouthière : Virtuoso Gilder at the French Court, Londres, Giles, 2016, 408 p.

BAULEZ Christian (dirs.) et VIGNON Charlotte (dirs.), Pierre Gouthière : Virtuoso Gilder at the French Court, Londres, Giles, 2016, 408 p.

Présentation de l’éditeur :

Pierre Gouthière: Virtuoso Gilder at the French Court celebrates the life of Pierre Gouthière (1732-1813), considered to be one of the best Parisian bronze chasers and gilders of the 18th century. Gouthière became gilder to Louis XV in 1767, and is credited with inventing a new type of gilding that left a matte finish—dorure au mat—one of the hallmarks of his work. Although incredibly successful in his day, Gouthière died in relative obscurity and poverty; unlike some of his contemporaries, his works never regained popularity after the French Revolution.

The inclusion of detailed entries and plates of forty works positively attributed to Gouthière, five essays by leading experts which examine Gouthière’s life, career, clientele, and gilding techniques, as well as examples of his work from US, Russian, and British collections, ensure that this beautiful volume is an invaluable new resource on Gouthière. Moreover, this is the first major study on Gouthière since 1920.

Charlotte Vignon is curator of Decorative Arts at The Frick Collection, New York. Christian Baulez is an historian of French 18th–century decorative arts and architecture and former chief curator at the Musée de Versailles. Anne Forray- Carlier is curator of 17th- and 18th-Century Decorative Arts at the Musée des Arts Décoratifs, Paris. Joseph Godla is chief conservator at the Frick Collection. Helen Jacobsen is chief curator at the Wallace Collection, London. Luisa Penalva is curator of Gold, Silver, and Jewelry Collections at the Museu Nacional de Arte Antiga, Lisbon. Anna Saratowicz-Dudyńska is curator of Silver and Bronze at the Royal Castle, Warsaw. Emmanuel Sarméo is an independent scholar.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “Silver in Georgian Dublin: Making, Selling, Consuming”.

FITZGERALD Alison, Silver in Georgian Dublin : Making, Selling, Consuming, New York, Routledge, 2016, 256 p.

FITZGERALD Alison, Silver in Georgian Dublin : Making, Selling, Consuming, New York, Routledge, 2016, 256 p.

Présentation de l’éditeur :

Georgian Dublin is synonymous with a period of unprecedented expansion in the market for luxury goods. At a time when new commodities, novel technologies, and fashionable imports seduced elite society, silver enjoyed an established association with gentility and prestige. Earlier studies have focused predominantly on the issue of style. This book considers the demand for silver goods in Georgian Ireland from the perspectives of makers, retailers, and consumers. It discusses the practical and symbolic uses of silverware, interpreted through contemporary guild accounts, inventories, trade ephemera, and culinary manuscripts. For the first time the activities of Dublin’s goldsmiths and their customers are considered in the context of the British Isles, acknowledging Dublin’s ‘second city’ status in relation to London. How did the availability of new products like English porcelain and Sheffield Plate affect the demand for silver in Dublin, and how did silver imports from London affect the Dublin trade? To what extent do the practices of Dublin goldsmiths mirror their North American counterparts seeking to infer associations with the fashionable metropolis of London? Drawing on an extensive range of documentary and object evidence this wide-ranging analysis considers the context in which silver goods were made, used, valued, and displayed in Georgian Ireland.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “Georgian Gothic : Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730–1840”.

LINDFIELD Peter N., Georgian Gothic : Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730–1840, Woodbridge, Boydell Press, 2016, 272 p.

LINDFIELD Peter N., Georgian Gothic : Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730–1840, Woodbridge, Boydell Press, 2016, 272 p.

Présentation de l’éditeur :

The Gothic Revival, rich, ambitious, occasionally eccentric, but nonetheless visually exciting, is one of Britain’s greatest contributions to early modern design history, not least because for the most part it contravened approved taste: Classicism. Scholars have tended to treat Georgian Gothic as an homogenous and immature precursor to “high” Victorian Gothic, and centred their discussion around Walpole’s Strawberry Hill. This book, conversely, reveals how the style was imaginatively and repeatedly revised and incorporated into prevailing eighteenth-century fashions: Palladianism, Rococo, Neoclassicism, and antiquarianism. It shows how under the control of architects, from Wren to Pugin, Walpole and Cottingham, and furniture designs, especially those of Chippendale, and Ince and Mayhew, a shared language of Gothic motifs was applied to British architecture, furniture and interiors. Georgian Britain was awash with Gothic forms, even if the arbiters of taste criticised it vehemently. Throughout, the volume reframes the Gothic Revival’s expression by connecting it with Georgian understandings of the medieval past, and consequently revises our interpretation of one of the most influential, yet lampooned, forms of material culture at the time.

Peter N. Lindfield is a Leverhulme Early Career Research Fellow at the University of Stirling.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “Art and Industry in Early America : Rhode Island Furniture, 1650–1830”.

KANE Patricia (dir.), Art and Industry in Early America : Rhode Island Furniture, 1650–1830, New Haven, Yale University Press, 2016, 504 p.

KANE Patricia (dir.), Art and Industry in Early America : Rhode Island Furniture, 1650–1830, New Haven, Yale University Press, 2016, 504 p.

Présentation de l’éditeur :

The most comprehensive publication available to date on the topic, Art and Industry in Early America examines furniture made throughout Rhode Island from the earliest days of the settlement to the late Federal period. This stunning volume features more than 200 illustrations of beautifully constructed and carved objects—including chairs, high chests, bureau tables, and clocks—that demonstrate the superb workmanship and artistic skill of the state’s furniture makers. Written by distinguished scholars, the book presents new information on the export trade, patronage, artistic collaboration, and the small-scale shop traditions that defined early Rhode Island craftsmanship. In addition to iconic, stylish pieces from important centers of production like Newport and Providence and by well-known makers such as John Goddard and Samuel and Joseph Rawson, Jr., the catalogue showcases simpler examples made in smaller towns. More than 100 catalogue entries detail marks and inscriptions, bibliography, and provenance and feature many new photographs, encouraging a deeper understanding of this dynamic school of American furniture making.

Patricia E. Kane is the Friends of American Arts Curator of American Decorative Arts at the Yale University Art Gallery.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.