Archives par étiquette : Artemisia Gentileschi.

Publication : “GENTILESCHI Artemisia, Carteggio /Correspondance”.

GENTILESCHI Artemisia, Carteggio /Correspondance, introduction, traduction et notes de FIORATO Adelin Charles, préface, édition critique et notes de SOLINAS Francesco, Paris, Les Belles Lettres, 2016, 364 p.

GENTILESCHI Artemisia, Carteggio /Correspondance, introduction, traduction et notes de FIORATO Adelin Charles, préface, édition critique et notes de SOLINAS Francesco, Paris, Les Belles Lettres, 2016, 364 p.

Présentation de l’éditeur :

« J’assure Votre Seigneurie Illustrissime que ce sont là des tableaux qui comportent des figures nues et des femmes, qui coûtent très cher et vous causent de grands casse-tête. Quant à vouloir faire des esquisses et à les envoyer, j’ai fait résolument le vœu de n’envoyer jamais plus d’esquisses de ma main, car j’ai été victime de fort méchants tours ; et en particulier, aujourd’hui même, je me suis trouvée avoir fait une esquisse sur des âmes du Purgatoire pour l’évêque de Sant’Agata, et cette esquisse, pour dépenser moins, on l’a fait exécuter par un autre peintre, lequel peintre travaille à partir des fruits de mon labeur. Si j’avais été un homme, je ne sais comment cela se serait passé. »

Lettre à Antonio Ruffo, 1649

Artemisia Gentileschi a laissé quelques lettres, publiées sporadiquement en Italie, et rassemblées pour la plupart dans un recueil édité par Francesco Solinas, chez l’éditeur De Luca, en 2011. Mais comme le cas socio-professionnel d’Artemisia est particulièrement digne d’attention, sont également publiées dans cet ouvrage une quinzaine de missives écrites et envoyées par des membres de son entourage : son père le peintre Orazio, son mari Paolo Antonio Stiattesi, le plus illustre de ses amants Francesco Maria Maringhi, et d’autres agents s’intéressant à la production picturale d’Artemisia.

Cette correspondance est lacunaire : n’ont survécu que des séries de missives, découvertes au fil du temps dans des archives et des éditions « princeps » partielles. Elles couvrent quatre périodes : 1611-1612, pour les documents concernant le viol ; 1615-1620, pour les lettres adressées à son amant Francesco Maria Maringhi ; 1630-1639, pour la correspondance avec les ducs de Modène et de Toscane, Galilée et d’autres commanditaires ; enfin, une série de douze lettres à Don Antonio Ruffo, écrites entre 1649 et 1651. Continuer la lecture

Publication : “Women Artists in Early Modern Italy : Careers, Fame, and Collectors”.

BARKER Sheila (dir.), Women Artists in Early Modern Italy : Careers, Fame, and Collectors, Turnhout, Brepols, 2016, 176 p.

BARKER Sheila (dir.), Women Artists in Early Modern Italy : Careers, Fame, and Collectors, Turnhout, Brepols, 2016, 176 p.

Présentation de l’éditeur :

Enhancing our understanding of early Italian female painters including Sofonisba Anguissola and introducing new ones such as Costanza Francini and Lucrezia Quistelli, this volume studies women artists, their patrons, and their collectors, in order to trace the rise of the social phenomenon of the woman artist.

In ten chapters spanning two centuries, this collection of essays examines the relationships between women artists and their publics, both in early modern Italy as well as across Europe. Drawing upon archival evidence, these essays afford abundant documentary information about the diverse strategies that women found for carrying out their artistic careers, from Sofonisba Anguissola’s role as a lady-in-waiting at the court of Felipe II of Spain, to Lucrezia Quistelli’s avoidance of the Florentine market in favor of upholding the prestige of her family, to Costanza Francini’s preference for the steady but humble work of candle painting for a Florentine confraternity.

Continuer la lecture