Archives par étiquette : art français

Conférence du GRHAM : « Artists’ Things » : Objets et propriété dans le monde de l’art du XVIIIe siècle. Hannah Williams, 20 mai 2021 à 19h en visioconférence.

Jean-Siméon Chardin, Attributes of the Arts, 1766 (Minneapolis Institute of Art). Image dans le domaine public : Google Art Project

Type : Conférence.
Date et horaire : 20 mai 20021 à 19h.
Lieu : Visioconférence sur Zoom
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Quelles sont les histoires que les « choses » peuvent nous raconter sur elles-mêmes et sur leurs propriétaires ? Cette conférence entre dans les ateliers et les domiciles des artistes du XVIIIe siècle afin de mettre au jour la culture matérielle de leurs vies, tant professionnelles que personnelles. En explorant ces « choses » en tant que sujets et objets d’histoire, Hannah Williams parlera du livre qu’elle écrit avec Katie Scott – Artists’ Things (à paraître en 2022) – qui porte sur les possessions qui ont appartenu aux artistes français, du fauteuil de Fragonard à la perruque de Vernet. Retraçant comment ces objets ont été acquis, comment ils ont circulé, et comment leurs propriétaires les ont traité, le livre est conçu comme une série d’ « object biographies » qui s’intéressent à l’agentivité des objets et à leur rôle dans la médiation des relations sociales et des activités quotidiennes. Ce projet expérimental cherche une histoire alternative du monde de l’art moderne – une histoire qui se trouve non pas dans les objets fabriqués par les artistes, mais dans ceux qu’ils possédaient. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Peinture et discours à Toulouse au XVIIe siècle » par Stéphanie Trouvé (Paris, 23 février 2017).

Antoine Rivalz, Cassandre traînée hors du temple de Minerve, ca. 1700, toile, 97 × 137 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Antoine Rivalz, Cassandre traînée hors du temple de Minerve, ca. 1700, toile, 97 × 137 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 23 février 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian (premier étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Toulouse est présentée depuis le XIXe siècle comme un des foyers artistiques provinciaux des plus féconds, mais sa production a aussi été perçue par l’historiographie comme un art utilisant de vielles formules stylistiques, ou comme une pâle réplique des grands chefs-d’œuvre italiens ou parisiens. A partir d’un corpus d’œuvres et d’écrits sur la peinture sans équivalent pour une ville de province, cette conférence vise à proposer des pistes méthodologiques pour comprendre les enjeux de la peinture toulousaine. Comment situer cette production dans le panorama de l’art français ? Il s’agit de s’interroger sur la construction de la notion d’école, sur le métier de peintre et de confronter peintures et discours afin de porter un nouveau regard sur le développement de l’art en dehors du domaine royal.

Stéphanie Trouvé est docteur en histoire de l’art moderne de l’Université de Paris X – Nanterre. Elle est l’auteur d’un livre intitulé : Peinture et Discours. La construction de l’école de peinture XVIIe-XVIIIe siècles (Presses universitaires de Rennes, 2016) et de plusieurs articles sur des écrits artistiques, sur des grands décors toulousains, et sur les Salons de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Toulouse. Elle a enseigné l’histoire de l’art dans les universités de Toulouse et de Bordeaux. Elle travaille dans le projet LexArt – Words for Art : The Rise of a Terminology (1600-1750) sélectionné par le Conseil Européen de la Recherche.