Archives par étiquette : art du XVIIIe siècle

Conférence du GRHAM : « Les écrits du for privé : une source pour l’histoire de l’art ? L’exemple du livre de raison de Joseph Vernet », Émilie Beck Saiello

Claude-Joseph Vernet, Port méditerranéen au soleil couchant avec l’artiste, sa fille Emilie Chalgrin, son fils Carle Vernet, sa belle-fille Fanny Moreau et son serviteur Saint-Jean, 1788, huile sur toile, 87 x 113,6 cm, Collection particulière.

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 21 janvier 2021 à 19h.
Lieu : En ligne / Zoom.
Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

Il y a quelques semaines encore était publiée, sous la direction des historiens Michel Figeac et Caroline Le Mao, une anthologie des écrits de l’intime : toute dernière manifestation d’un intérêt pour ce que l’on appelle « les écrits du for privé » ou « ego-documents » – textes non fictionnels produits par des personnes ordinaires dans un cadre non institutionnel – qui remonte, chez les littéraires et les historiens, aux années 1970 et 1980. Les historiens de l’art, si l’on excepte les travaux d’Olivier Bonfait, Charlotte Guichard et Ariane James-Sarazin, se sont peu penchés sur ces sources. Elles permettent pourtant de définir les trajectoires individuelles, d’appréhender la construction de l’identité mais aussi des sociabilités, d’analyser le fonctionnement matériel de l’atelier et l’économie professionnelle, d’étudier enfin des objets singuliers qui, dans le cas des artistes, mêlent souvent le graphisme à l’écrit. Les écrits du for privé sont donc à la confluence de l’histoire matérielle, de l’histoire économique, de l’histoire de l’intime et de l’histoire sociale.

L’un des exemples les plus intéressants de ces écrits pour le XVIIIe français est constitué par le livre de raison du peintre Joseph Vernet (1714-1789). À travers l’analyse de ce manuscrit, qui fera prochainement l’objet d’une édition critique, nous essaierons de montrer quel est l’intérêt de ce type de source, non seulement pour l’étude de l’une des figures majeures de la peinture française et européenne au XVIIIe siècle, mais aussi pour la discipline de l’histoire de l’art.

 

Émilie Beck Saiello est maître de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord, en délégation au CNRS (Centre Norbert Elias). Elle travaille sur le paysage et ses représentations, la condition sociale de l’artiste en France et en Italie, et les échanges, circulations et disséminations dans l’Europe du Grand Tour. Elle a publié entre autres Napoli e la Francia. I pittori di paesaggio da Vernet a Valenciennes, L’Erma di Bretschneider, 2010 ; Pierre Jacques Volaire (1729-1799), dit le Chevalier Volaire , Arthena, 2010 et a codirigé plusieurs ouvrages dont L’Académie de France à Rome. Le Palais Mancini : un foyer artistique dans l’Europe des Lumières (1725-1792), PUR, 2016 et Écrire et peindre le paysage, France Angleterre 1750-1850, PUR, prévu en mars 2021. Dans le cadre de son HDR, elle achève l’édition critique du livre de raison de Joseph Vernet et travaille sur la diplomatie culturelle à Rome au XVIIIe siècle.

Appel à communication du GRHAM : “Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815) »

Adriaan de Lelie, De kunstgalerij van Jan Gildemeester Jansz, huile sur toile, 1794–95, Rijksmuseum, Amsterdam

 

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 05 avril 2020.
Date de l’événement : 15 -16 juin 2020.
Lieu : salle Jullian (15 juin) et salle Vasari (16 juin), Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Pour clôturer cette année académique, le Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM) s’associe au Séminaire Collection pour l’organisation d’un colloque sur le thème du collectionnisme. Intitulé Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815), cet événement a comme objectif d’analyser les collectionneurs à travers leurs pratiques et leurs représentations, en insistant sur de nouvelles pistes de réflexions méthodologiques. Celles-ci permettront d’extraire cette thématique d’approches purement biographiques et monographiques. À partir de cas précis, le colloque entend appréhender le collectionnisme par le biais de problématiques et de méthodes propres qui vont au-delà de la reconstitution d’une collection, un travail certes incontournable, mais conçu ici plutôt comme le point de départ d’une réflexion. Bien que les thématiques à exploiter soient nombreuses, nous nous proposons de borner notre examen à l’étude de trois axes principaux.

Continuer la lecture

Congrès annuel du DFK Paris : L’art de l’Ancien Régime : sortir du rang

Type : Colloque
Dates : 14 – 15 juin 2018
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

L’art de l’Ancien Régime : sortir du rang

Avec son sujet annuel 2017/2018 dédié à l’art de l’Ancien Régime, le Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) Paris réunit une équipe de neuf doctorants et post-doctorants, co-dirigée par Thomas Kirchner (directeur du DFK Paris) et Sophie Raux (Université Lumière Lyon 2 – LARHRA). Ce colloque conclut une année de recherche riche en échanges et rencontres : il permet de présenter les grands axes du travail réalisé et d’initier des discussions avec des chercheurs invités, afin d’ouvrir de nouvelles pistes et perspectives. Continuer la lecture

Conférence : « Facing the Academy : Portrait Painters as Members of the Académie Royale, 1737–1789 »

Jean-Laurent Mosnier, Self-portrait, 1786, State Hermitage, Saint Petersburg

Type : Conférence
Date et heure : 5 juin 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence en anglais proposée par Gerrit Walczak, Universität Greifswald

Portrait painters were the largest and commercially most successful group among the Académie Royale’s ‘talents particuliers,’ its practitioners of lesser genres. Regardless of their ever-increasing presence in the Salon exhibitions, however, they remained barred from teaching, and stood little chance of admission even into the lowest rank of the administration. Absorbing a large number of artists beyond the ‘partie enseignante’ of its history painters and sculptors, who were still considered ‘comme constituant principalement l’Académie’ as late as in 1790, meant that many of its most successful artists were of the Académie rather than in it. Being foreign or female were further disadvantages that could only widen the gap between public acclaim and academic status. What did it mean to be a portrait painter and an academician, and how did portraitists navigate between the rules of the Académie and those of the marketplace ?

PD Dr. Gerrit Walczak is Visiting Professor at the Universität Greifswald and Associate Professor at the Technische Universität Berlin. He previously taught at the universities of Cologne, Mainz and Bochum, and is currently finishing a study on the (e)migration of French artists during the Revolution, Artistische Wanderer: Künstler(e)migration in Zeiten der Revolution und des Krieges, 1789–1814.

Continuer la lecture

Conférence : « Hubert Robert insituable ».

Les jardins d’Ermenonville Photo © Cloé Miron

Type : Conférence
Date et heure : 22 mai 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Dans le cadre de son sujet annuel 2017/2018, le Centre allemand d’histoire de l’art a le plaisir de vous convier à la conférence « Hubert Robert insituable ».

Conférence proposée par Johanne Lamoureux, Professeure titulaire au département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques (Université de Montréal)

Les jardins d’Ermenonville n’est peut-être pas le lieu qui vient tout de suite à l’esprit, dès lors qu’il s’agit d’envisager la création de jardins par Hubert Robert (1733–1808). Le peintre en aurait tout au plus fourni le dessin de certaines fabriques que la Promenade ou Itinéraire des Jardins d’Ermenonville reconnait, au fil du parcours proposé, dans certains «tableaux parfaitement bien composés». Mais Ermenonville constitue un excellent point de départ pour étudier comment, durant le dernier quart du XVIIIe siècle français, une telle transplantation du tableau, entendu ici à la fois comme objet matériel et opérateur transdisciplinaire, a permis, au-delà de la seule perspective du jardin pittoresque, de penser la peinture pour ainsi dire hors d’elle-même et ce faisant, d’en renforcer la suprématie médiale au sein des beaux-arts et plus généralement de la culture de l’époque.

Entrée libre dans la limite des places disponibles