Archives par étiquette : Art du XVIIe siècle

Appel à communication pour le RSA : Collecting and Display of Small, Portable Objects (15th–17th century) (Dublin, 7–10 avril 2021)

Willem van Haecht, Apelles Painting Campaspe, c. 1630, oil on panel, Mauritshuis, The Hague, détail.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 30 juillet 2020.
Date de l’événement : 7-10 avril 2021.
Lieu :  Dublin.

Renaissance Society of America Conference 

Collecting and Display of Small, Portable Objects (15th–17th century)

The taste for small objects, such as gems, jewels, coins, small antiquities, statuettes and miniature works of art is evident in leading collections from the fifteenth through the seventeenth centuries. The materiality of small precious objects and their portability raise questions about the dynamics and the reasons behind the taste for small things, addressing concepts of intimacy, privacy and public access in relation to the display of these objects, as well as questions about their significance in periods of uncertainty. Long-standing scholarship on collections has focused on their legacies, while less attention has been paid to the status of these objects and to the way in which objects may have been valued for their diminutive size, movability, or even disposability. The topic for these sessions raises new questions about the appeal of collecting and displaying such works of art.

We invite proposals that consider the following:

  • The significance and value of gems, cameos, medals, and other small works of art, as contrasted to paintings or large-scale sculpture
  • Collecting reduced copies of well-known sculpture and the ways in which these miniatures altered the collector’s relationships with and perceptions of the original
  • Collecting across different scales and the display of miniature collections
  • Moveable works of art and mobility of works of art within a collection
  • The transformation of collections through small, precious objects during periods of change
  • Collections perceived as disposable and exchangeable
  • The safeguard of inheritances and collections
  • Dislocation and re-interpretation of collections

Proposals should be for 20-minute papers and must include a title, abstract of no more than 150 words, keywords and a one-page CV. Speakers will need to be members of RSA and members of The Society for the History of Collecting at the time of the conference.

Please send your submission before 30 July 2020 to Adriana Turpin (adrianaturpin@gmail.com), Sophia Quach McCabe (sqmccabe@gmail.com), and Alice Ottazzi (alice.otz@gmail.com).

Applicants will be notified by 10 August.

Conférence du GRHAM : « Des tableaux pour les « papistes » : Peinture et confession catholique en terre réformée » par Léonie Marquaille (20 février, Paris)

Johannes Vermeer, L’Allégorie de la foi, v. 1670-1674, toile, H. 1,14 ; L. 0,89 m, New York, The Metropolitan Museum of Art, inv. n° 32.100.18.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 20 février 2020 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’âge de la Contre-Réforme, le catholicisme néerlandais a su inspirer des œuvres spécifiques et originales, dont l’étude permet de renouveler l’histoire de la peinture religieuse en Hollande au xviie siècle, mais aussi celle, moins attendue, du portrait, du paysage et des scènes de la vie quotidienne. Comment, en terre réformée, les convictions religieuses des Catholiques ont pu trouver une forme d’expression dans la peinture ? Existe-t-il des tableaux manifestes de la foi catholique ? En quelle mesure les œuvres incarnent-elles une sensibilité nouvelle pour la peinture, dans un contexte où le rapport à l’art est de plus en plus sécularisé ?

Cette vision renouvelée du Siècle d’Or hollandais repose sur une meilleure compréhension des rapports entre les pratiques artistiques et les sentiments religieux. L’œuvre de certains peintres, tels qu’Abraham Bloemaert ou Johannes Vermeer, présente des traces d’engagement confessionnel, mais la question d’un regard catholique porté sur l’œuvre d’art doit aussi être soulevée. À travers l’étude des œuvres, de leur mise en contexte et de leur réception, cette conférence permettra de saisir les sentiments d’appartenance à la confession catholique d’une partie de la société hollandaise du xviiesiècle et d’esquisser les contours d’une peinture catholique en pays de mission.

Léonie Marquaille est maître-assistante en histoire de l’art de la période moderne à l’université de Lausanne. Elle a soutenu une thèse en 2015 (université Paris Nanterre et université de Genève) intitulée Peindre pour les milieux catholiques dans les Pays-Bas du Nord au XVIIe siècle, qui est parue aux Presses universitaires de Rennes en 2019 sous le titre La peinture hollandaise et la foi catholique au xviie siècle. Spécialiste de l’art hollandais, elle s’intéresse aux rapports entre art et confession à l’âge de la Contre-Réforme. Elle co-dirige, avec Jan Blanc, un projet sur la notion de Siècle d’Or hollandais financé par le Fonds national Suisse et prépare un ouvrage collectif sur Abraham Bloemaert et son atelier.

Congrès annuel du DFK Paris : L’art de l’Ancien Régime : sortir du rang

Type : Colloque
Dates : 14 – 15 juin 2018
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

L’art de l’Ancien Régime : sortir du rang

Avec son sujet annuel 2017/2018 dédié à l’art de l’Ancien Régime, le Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) Paris réunit une équipe de neuf doctorants et post-doctorants, co-dirigée par Thomas Kirchner (directeur du DFK Paris) et Sophie Raux (Université Lumière Lyon 2 – LARHRA). Ce colloque conclut une année de recherche riche en échanges et rencontres : il permet de présenter les grands axes du travail réalisé et d’initier des discussions avec des chercheurs invités, afin d’ouvrir de nouvelles pistes et perspectives. Continuer la lecture

Conférence : « “Vanity of vanities, […] all is vanity”. Breath, Time, and Standstill in the Baroque Vanitas Still Life ».

Harmen Steenwijck, Vanitas-Still Life, ca. 1640, Oil on wood panel, 39,2 x 50,7 cm, National Gallery, London

Type : Conférence
Date et heure : 13 mars 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence en anglais proposée par Karin Leonhard, Professeur d’histoire de l’art, Universität Konstanz.

What exactly characterizes vanitas-still lives and in what way do they differ from other forms of the genre of still life? A commonplace would be to consider them primarily as the programmatic expression of the volatile nature of earthly vanity, completing the representation of inanimate objects with symbols of fugacity (e.g. hourglass or clock, skull, extinct candle, etc.). The conference aims at critically questioning this kind of interpretation and proposes a new reading of this artistic genre.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence : « Un enjeu national pour la peinture française aux XVIIe et XVIIIe siècles : Le grand format ».

Jean Jouvenet, La visitation de la Vierge, huile sur toile, 432×441 cm, 1716, Paris, cathédrale Notre-Dame.

Type : Conférence
Date et heure : 04 Décembre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Olivier Bonfait, Professeur d’histoire de l’art moderne, Université de Bourgogne.

La monarchie louisquatorzienne était obsédée par l’idée de grandeur et un objet allait particulièrement retenir son attention car il fut son invention : le tableau de grand format. Au tableau avec des figures coupées à mi-corps, qui avait fait la fortune des « caravagesques », ou de moyenne grandeur, avec des figures à la Poussin, qui s’était imposé comme le modèle de peinture de collection, allait se substituer des grandes toiles avec des figures grandeur nature comme dans la galerie Médicis de Rubens ou l’Enlèvement des Sabines de David. Continuer la lecture

Conférence : « Land in Sicht. Verfahren der Landkartierung bei küstennaher Fahrt um 1600 ».

Titelseite der 2. franz. Ausgabe von Lucas Jansz. Waghenaers Seehandbuch („Den Nieuwen Spieghel der Zeevaert“,1596): Le Nouveau Miroir des vo(i)ages marins (…), Jean Bellère, Antwerpen 1600, Exemplar der Universiteitsbibliotheek, Amsterdam.

Type : Conférence
Date et heure : 07 Novembre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence en allemand proposée par Ulrike Gehring, professeur d’histoire de l’art à l’Universität Trier, Allemagne.

Das Navigieren vor der französischen Küste war um 1600 ähnlich riskant wie das Umfahren der Scilly Islands, dem gefürchtetsten Schiffsfriedhof Europas. Selbst erfahrene Seeleute aus Spanien und Portugal manövrierten hier nur unter Anleitung bretonischer Lotsen, die ihre Waren sicher durch die Gezeiten, unbekannte Strömungen, Riffe oder Untiefen brachten. Erst ab den 1540er Jahren wurde das über Generationen gesammelte Wissen in Seehandbüchern niedergeschrieben und illustriert. Die in Volkssprache erschienenen Bücher kartierten den Meeresgrund und gaben die Küstenlandschaft detailgenau wieder, so, wie sie sich dem Seefahrer vom Wasser aus darbot. Über das simple Verfahren des Abgleichs konnte so auch der Ortsunkundige seine Position bestimmen, Gefahren ausweichen und die Geschwindigkeit seines Bootes neu berechnen. Continuer la lecture

Soutenance de thèse: « Jean-Baptiste Monnoyer (Lille 1636 – Londres 1699). Peindre des fleurs et des fruits à l’âge classique »

Jean-Baptiste Monnoyer, Coupe ornée d'un mascaron de satyre remplie de fleurs, posée près d'un paon, peinture à l'huile sur toile, 98 x 137cm, Versailles: châteaux de Versailles et de Trianon, Photo (C) RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet

Jean-Baptiste Monnoyer, Coupe ornée d’un mascaron de satyre remplie de fleurs, posée près d’un paon, peinture à l’huile sur toile, 98 x 137cm, Versailles: châteaux de Versailles et de Trianon, Photo (C) RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet

Type : soutenance de thèse.
Date : vendredi 2 décembre 2016 à 14h.
Lieu : Université Aix-Marseille Université – amphithéâtre de la MMSH, 5 rue du château de l’horloge, Aix-en-Provence.

Soutenance de thèse de Claudia Salvi: « Jean-Baptiste Monnoyer (Lille 1636 – Londres 1699). Peindre des fleurs et des fruits à l’âge classique ».

Le jury est composé de:

Olivier BONFAIT, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Bourgogne (directeur de thèse).

Michèle-Caroline HECK, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université Paul Valéry Montpellier (rapporteur).

Pierre ROSENBERG, de l’Académie Française, ancien Président Directeur du musée du Louvre.

Guillaume GLORIEUX, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université Rennes 2 (rapporteur).

Patrick DANDREY, professeur de littérature française du XVIIe siècle à l’Université Paris – Sorbonne.

Mireille NYS, maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’Université Aix-Marseille.

Conférence du GRHAM : « Les interactions entre l’Espagne et l’Italie au tournant des XVIe et XVIIe siècles » par Guillaume Kientz (Paris, 21 avril 2016 à 18h30).

 

 

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 21 avril de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les décennies 1590 et 1630 correspondent aux arrivées respectives à Rome de deux des plus grands génies de l’histoire de l’art : Caravage (1592) et Velázquez (1629). Ces dates sont aussi celles d’un creuset qui en Europe voit l’émergence d’une nouvelle conception de la peinture, tant d’un point de vue esthétique (« naturalisme ») que rhétorique (« faire tableau »). Notre travail s’inscrit dans cet intervalle pour tâcher de comprendre les interactions entre Italie et Espagne au sein de ce processus de formalisation et de diffusion d’une « peinture de la réalité ». 

Continuer la lecture

Colloque : Jacques Thuillier. Pensée et écriture de l’art.

THUILLIER-TOULON-16mai1989-JacquesThuillier-FoyerCampra-Peut-onparlerdepeinturepompier

Photographie de Jacques Thuillier, Bibliothèque de Nevers © fonds
Thuillier, 1989.

Type : Colloque.
Date : 19 et 20 juin 2015.
lieu : Auditorium, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.

Professeur aux universités de Dijon et de Paris-Sorbonne avant d’occuper la chaire d’Histoire de la création artistique en France au Collège de France, Jacques Thuillier (1928-2011) est connu avant tout pour ses travaux fondamentaux sur la peinture française et européenne des XVIIe et XIXe siècles, mais ses centres d’intérêt furent multiples et ses activités innombrables. L’Institut national d’histoire de l’art et le Centre André Chastel de l’université de Paris-Sorbonne ont souhaité lui rendre hommage en organisant ce colloque scientifique, qui s’efforcera de présenter les principaux aspects de son œuvre et de sa pensée.

À l’image de son enseignement et de son souci de servir au mieux et en tous lieux l’histoire de l’art, le but de ces deux journées sera d’amplifier et d’approfondir les sujets qu’il aura contribué à clarifier, de rendre compte des acquis d’une recherche, de la solidité et de l’originalité d’une pensée, sans oublier l’élégance efficace d’une écriture qui place Jacques Thuillier dans la lignée de maîtres comme Henri Focillon et André Chastel.

Programme :

Vendredi 19 juin :

9 h : Accueil des participants.

Héritages et innovations

président de séance : Serge Lemoine

9 h 15 : A. Le Normand-Romain, D. Lavall e, A. Mérot, Ph. Sénéchal : Introduction.

9 h 30 : Hermann Arnhold (Directeur, Landesmuseum Münster) : Jacques Thuillier et l’Allemagne. Expériences d’une relation amicale.

10 h: Benoît Dauvergne (Doctorant, université de Paris-Sorbonne) : Mâle, Focillon, Thuillier : l’écriture de l’histoire de l’art.

10 h 30 : Mylène Sarant (Docteur en Histoire de l’art) : Jacques Thuillier à l’INHA (1954-2007) : présence d’un homme et de son oeuvre.

11 h : Débat.

11 h 30 : Pause.

11 h 45 : Claire Garand (Médiathèque de Nevers) : Le fonds Jacques Thuillier à la médiathèque Jean-Jaurès de Nevers.

12 h 15 : Marie-Françoise Clergeau (Collège de France) : Jacques Thuillier et le rôle de l’image numérique en histoire de l’art.

12 h 45 : Débat.

Nouvelles perspectives, nouvelles définitions

président de séance : Denis Lavalle

14 h 30 : Barthélémy Jobert (université de Paris-Sorbonne) : Jacques Thuillier et le XIXe siècle.

15 h : Pierre Vaisse (université de Genève) : Sur l’essai de Jacques Thuillier : « Peut-on parler d’une peinture pompier ? ».

15 h 30 : Atsushi Miura (université de Tokyo) : La réception de la peinture académique au Japon.

16 h : Débat.

16 h 30 : Pause.

16 h 45 : Christine Gouzi (université de Paris-Sorbonne) : De la peinture ‘pompier’ à la peinture ‘mondaine’ : le regard de Jacques Thuillier sur le peintre Henry Caro-Delvaille (1876-1928).

17 h 15 : Arnauld Brejon de Lavergnée (Conservateur général honoraire du patrimoine) : Chiens perdus sans collier : un projet d’exposition de Jacques Thuillier.

17 h 45 : Myriam Métayer (université de Poitiers) : La ‘révolution copernicienne’ selon Jacques Thuillier : l’Histoire de l’art entre grand récit et bilan d’une vie de recherche.

18 h 15 : Débat.

Samedi 20 juin :

Le XVIIe siècle en France et en Europe (1)

président de séance : Pierre Rosenberg

9 h 30 : Alain Mérot (université de Paris-Sorbonne) : École française, foyers européens.

10 h : Marianne Grivel (université de Paris-Sorbonne) : Jacques Thuillier et l’estampe.

10 h 30 : Débat.

10 h 45 : Pause.

11 h : Marianne Cojannot-Le Blanc (université Paris Ouest Nanterre La Défense) : La place de la littérature artistique dans le XVIIe siècle de Jacques Thuillier.

11 h 30 : Jérôme de La Gorce (CNRS, Centre André Chastel) : Les arts de l’éphémère aux XVIIe et XVIIIe siècles, d’après les écrits de Jacques Thuillier.

12 h : Débat.

Le XVIIe siècle en France et en Europe (2)

président de séance : Alain Mérot

14 h 30 : Paola Bassani-Pacht (Présidente de la Société des Historiens de l’art italien) : Les paysages ‘dramatisés’ de Pierre Brébiette.

15 h : Christophe Guillouet (Doctorant, université de Paris-Sorbonne) : Jacques Thuillier, les peintres « de la réalité » et la peinture de genre : bilan et perspectives.

15 h 30 : Débat.

16 h : Pause.

16 h 15 : Pierre-Yves Kairis (Institut Royal du Patrimoine artistique, Bruxelles) : Intuitions liégeoises de Jacques Thuillier.

16 h 45 : Bruno Guilois (Doctorant, université de Paris-Sorbonne) : Jean de Cany, peintre : un élève de Laurent de La Hyre ?

17 h 15 : Elena Cattarini Leger (unesco) : « Modernité » et « vision » de Jacques Thuillier : l’Atlas du Baroque Mondial, oeuvre posthume.

17 h 30 : Débat.

18 h 00 : Conclusion et remerciements.