Archives par étiquette : architecture

Conférence du GRHAM : « Réunion d’Artistes dans l’atelier d’Isabey de Louis-Léopold Boilly » par Claire Betelu (Paris, 21 juin 2016 à 18h30).

Louis Léopold Boilly, Réunion d'artistes dans l'atelier d'Isabey, 1798, huile sur toile, 71 x 111 cm, Paris, musée du Louvre.

Louis Léopold Boilly, Réunion d’artistes dans l’atelier d’Isabey, 1798, huile sur toile, 71 x 111 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 21 juin de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Réunion d’Artistes dans l’atelier d’Isabey, présenté au Salon de 1798, apparaît aujourd’hui comme une œuvre majeure de Louis-Léopold Boilly. Acclamé par le public, moqué par la critique, le tableau est la première représentation d’artistes d’une telle envergure dans la peinture française. L’étude des différentes étapes du processus créatif, des premiers dessins connus au choix du titre, fait état d’un processus complexe de conception et de réalisation. Son analyse, avec le soutien de la génétique et de l’examen matériel des œuvres notamment dans le cadre de la restauration, offre une lecture nouvelle des pratiques du peintre dans le contexte artistique du Directoire. Elle révèle également les liens et les ambitions d’une nouvelle communauté artistique ouverte à l’ensemble des acteurs des beaux-arts et des arts de la scène.

Claire Betelu est restauratrice de tableaux, elle est également docteur en Histoire de l’art de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Colloque : “Rencontres européennes d’architecture. L’escalier en Europe (1450-1800). Formes, fonctions, décors”

Escalier François Ier, Château de Blois.

Escalier François Ier, Château de Blois.

Type : Colloque
Date du colloque : du 9 au 11 juin 2016
Lieu : Auditorium Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Programme :

Jeudi 9 Juin

9h30 – Accueil des participants
9h45 – Introduction

Première session : La Renaissance (1)
Président : Jean Guillaume

10h00 – Krista de Jonge (Université de Leuven) : « L’escalier  à la Renaissance : les anciens Pays-Bas revisités »

Continuer la lecture

Appel à contribution: “Décor et architecture (XVIIe – XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts” (Lausanne, 24-25 novembre 2016)

coupe archi

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.
Date limite : 30 mai 2016.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Continuer la lecture

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : “Si Paris m’était conté. L’invention d’une capitale des arts (XIIIe – XXIe siècle)”.

Capture d’écran 2016-01-08 à 17.22.29

Type : symposium.
Date : 2 et 3 mars 2016.
Lieu : Paris, mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : 
Martine Debieuvre, Sébastien Chauffour, Christophe Henry et avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Comment les arts ont-il inventé la capitale de la France ? Comment les techniques de l’édification et de la représentation ont-elles fait du siège médiéval de la monarchie la première des métropoles modernes ? Comment Paris s’est-elle jouée de son passé pour mettre en scène cette modernité qui s’affiche aussi bien Place des Vosges vers 1610, rue de Rivoli vers 1810 ou dans la pyramide du Louvre en 1990 ? Comment la ville, malgré son histoire mouvementée, a-t-elle manipulé habilement son parcellaire pour faire surgir d’un dédale de rues destinées au logement et au commerce des visions urbaines qui devaient marquer la physionomie de toutes les capitales du monde ? Et comment cette physionomie urbaine sans cesse modifiée et renouvelée du XIIIe au XXIe siècle a-t-elle servi l’essor des industries et artisanats qui ont contribué à l’excellence de sa réputation mondiale ? Le destin artistique de Paris méritait qu’on lui consacre deux journées ouvertes à tous, les 2 et 3 mars prochains.A notre habitude, les intervenants auront pour mission de satisfaire la curiosité des amateurs et curieux sans lesquels la recherche historique resterait vaine.

Programme :

MERCREDI 2 MARS

9h30 : Café.

9h45 : Présentation générale, par Martine Debieuvre.

Petite géographie économique du Paris historique par Christophe Henry et Sébastien Chauffour.

Première session : Surgissement d’une capitale.

Présidence : Sébastien Chauffour (Bibliothèque de l’INHA).

10h15 : La matière d’un grand dessein ? Physionomies de Paris aux XIIIe et XIVe siècles par Léa d’Hommée-Kchouk (Université de Paris 1).

10h45 : Notre-Dame de Paris : archéologie d’un mythe cathédrale par Véronique Soulay (Université Paris-Sorbonne).

11h15 : Débat.

Deuxième session : Quelques agréments du grand Siècle.

Présidence : Marc Bayard (Mobilier national).

11h30 : L’eau et les bains dans l’habitat parisien des XVII-XVIIIe siècles par Ronan Bouttier (université Paris-Sorbonne).

12h : Tous acteurs : l’intérieur des salles de spectacles à Paris au XVIIIe siècle et sous la Révolution par Hadrien Volle (Université Paris 1).

12h30 : Débat.

12h45 : Déjeuner collégial.

Troisième session : La métropole artistique.

Présidence : Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art).

14h : Autour de Gabriel de Saint-Aubin : les artistes parisiens établis hors de l’Académie royale de peinture et de sculpture au XVIIIe siècle par Maël Tauziède-Espariat (Université de Bourgogne).

15h00 : Des dominos aux décors panoramiques : l’art du papier peint à Paris au XVIIIe siècle par Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne).

15h30 : Les ébénistes allemands à Paris au XVIIIe siècle par Miriam Schefzyk (Université de Münster).

16h00 : Débat.

16h30 : Pause café.

Quatrième session : L’architecture ou la mise en oeuvre des idées.

Présidence : Christophe Henry (Académie de Versailles).

16h45 : La maison parisienne des Lumières par Youri Carbonnier (Université d’Artois).

17h15 : Paris nouvelle Rome au XVIIIe siècle par Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art)

17h14 : Débat.

18h00 : Fin de la première journée.

JEUDI 3 MARS

9h30 : Visite des ateliers de la COARC sous la direction de Marie Monfort (COARC).

12h : Déjeuner collégial.

Cinquième session : La quête des plaisirs et des jouissances.

Présidence : Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

14h : Dans les méandres de la prostitution close parisienne (1804-1946) par Alison Gorel-Le Pennec (Université Paris 1) et Juan Luque (Ecole du Louvre).

14h30 : Le commerce de mode parisien ou Watteau à l’exposition universelle de 1900 par Laetitia Pierre (Centre allemand d’histoire de l’art).

15h : Débat.

Sixième session : Sous l’oeil du baron Haussmann.

Présidence : Benjamin Couilleaux (Musée Cognacq-Jay).

15h30 : La fabrique de la Samaritaine par Charlotte Duvette (Université Paris1).

16h00 : Rhétorique du monument civil : la Défense de Paris de Louis-Ernest Barrias (1883) par Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

16h30 : Une demeure parisienne pour l’industrie textile : l’Hôtel Mezzara d’Hector Guimard par Olivier Pons et Nicolas Horiot (Paris, Association Le Cercle Guimard).

17h : Débat et pause café.

Septième session : Modernité ou vandalisme ?

Présidence : Christophe Leribault (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

17h15 : De l’atelier des rois au chaudron de la révolte : les mutations exemplaires du quartier Saint-Antoine par Pauline Rossi (Université Paris-Sorbonne).

17h45 : Le Marais : destin du quartier qui inspira la loi Malraux par Alexandre Burtard (Atelier d’architecture et d’urbanisme Blanc-Duché, chargé d’études du secteur sauvegardé du Marais ).

18h15 : Discussion plénière.

Publication : Jacques-François Blondel, un architecte dans la « République des Arts »

DAVRIUS Aurélien (éd.), Jacques-François Blondel, un architecte dans la « République des Arts », Paris, Droz, 2016.

DAVRIUS Aurélien (éd.), Jacques-François Blondel, un architecte dans la « République des Arts », Paris, Droz, 2016.

Présentation de l’éditeur :

Au XVIIIe siècle, de nombreux architectes ont publié des traités ou des « Cours » sur leur art. L’un d’eux se distingue par la quantité et la qualité des livres qu’il publie : Jacques-François Blondel (1708/9 – 1774). Auteur majeur de la théorie architecturale, Blondel a su, au cœur des Lumières, redonner une actualité à l’architecture classique, en s’opposant à l’art rocaille qui domine alors. Pour Blondel, l’architecture possède une dimension encyclopédique – il mobilise à la fois les savoirs techniques et les différents arts –, mais aussi sociale – chacun est appelé à y participer. Les écrits de Blondel sont par ailleurs indissociables de son action pédagogique : avec la fondation de son Ecole des Arts, qui se propose de centraliser la diversité des compétences, il opère une véritable révolution pédagogique. Cet ouvrage rassemble les discours, mémoires, articles pour L’Encyclopédie et autres textes de Blondel, dans lesquels le professeur développe ses idées sur le « bon goût » en architecture. Pour la majeure partie inédits, ou jamais réédités depuis le XVIIIe siècle, ces documents renseignent sur les enjeux de l’art de bâtir au siècle des Lumières, ainsi que sur la transmission de la tradition nationale.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Passion and Control : Dutch Architectural Culture of the Eighteenth Century.

SCHMIDT Freek, Passion and Control: Dutch Architectural Culture of the Eighteenth Century, Farnham, Ashgate, janvier 2016, 362 p.

SCHMIDT Freek, Passion and Control : Dutch Architectural Culture of the Eighteenth Century, Farnham, Ashgate, janvier 2016, 362 p.

Présentation de l’éditeur : 

Passion and Control explores Dutch architectural culture of the eighteenth century, revealing the central importance of architecture to society in this period and redefining long-established paradigms of early modern architectural history. Architecture was a passion for many of the men and women in this book; wealthy patrons, burgomasters, princes and scientists were all in turn infected with architectural mania. It was a passion shared with artists, architects and builders, and a vast cast of Dutch society who contributed to a complex web of architectural discourse and who influenced building practice. The author presents a rich tapestry of sources to reconstruct the cultural context and meaning of these buildings as they were perceived by contemporaries, including representations in texts, drawings and prints, and builds on recent research by cultural historians on consumerism, material culture and luxury, print culture and the public sphere, and the history of ideas and mentalities.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Revue de l’Art – n° 190 – 2015-4 – “L’art au temps de Louis XIV”.

9782708014176-revue-de-l-art-n-190-2015-4-jelpb

Présentation de l’éditeur :

Editorial :

Marianne Cojannot-Le Blanc :
Apprécier les arts du règne de Louis XIV : une gageure pour notre temps ?

Etudes :

Marie Pauline Martin :
Le Cabinet des Beaux-arts de Charles Perrault : le monument d’un moderne.

Anne Le Pas de Sécheval :
Jules Hardouin-Mansart et le décor intérieur du Dôme des Invalides
L’architecte ordonnateur, le dessin et les relations entre les arts.

Koenraad Brosens :
Les manufactures royales et la loi du marché. La tapisserie à Paris et à Beauvais.

Notes et documents :

Stéphane Castelluccio :
Madeleine de Scudéry et VersaillesDes châteaux enchantés au château enchanteur.

Robert W. Berger :
Les bustes de Louis XIV par Le Bernin et Warin : marbres, bronzes et copies.

Benjamin Ringot :
Politique des arts et pratiques artistiques : le rôle de la surintendance des Bâtiments du roi.

Claire Mazel :
Le portrait d’Antoine Coysevox sous la plume de Fermel’huis
Un sculpteur en mouvement.

Hendrik Ziegler :
L’art français à l’épreuve du jugement allemand : le cas de l’hôtel d’Amelot de Bisseuil examiné par Leonhard Christophe Sturm.

Découvertes :

Alexandre Cojannot :
Le château de Châteauneuf-sur-Loire au XVIIe siècle : à propos de la maquette d’un projet de Pierre Bullet en 1679.

Etienne Faisant :
Une œuvre inédite de Jean-Baptiste Tuby d’après Charles Le Brun : le tombeur d’Henri de Matignon.

Bibliographie critique.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Dynamics of Architecture in Late Baroque Rome. Cardinal Pietro Ottoboni at the Cancelleria.

OLSZEWSKI Edward, Dynamics of Architecture in Late Baroque Rome. Cardinal Pietro Ottoboni at the Cancelleria, Berlin, De Gruyter, novembre 2015, 155 p.

OLSZEWSKI Edward, Dynamics of Architecture in Late Baroque Rome. Cardinal Pietro Ottoboni at the Cancelleria, Berlin, De Gruyter, novembre 2015, 155 p.

 

Présentation de l’éditeur :

This is the first study to characterize the architectural patronage of Cardinal Pietro Ottoboni (1667-1740), and to identify twelve architects during his half century of patronage in his Ecclesiastical court of the Cancelleria. Most eminent among them were Filippo Juvarra and Domenico Gregorini. Commercial and private theaters in the palace are located from archival data, room measurements, drawings, diary accounts, Correspondence of the French Academy, and palimpsests of architectural details. The size, shape, appearance, capacity, and location of Filippo Juvarra’s theater are discussed. Archival documents are cited to reveal why, how, and when it vanished. Detailed analysis is devoted to Juvarra’s stage construction with its elaborate sets and moving apparatus. In his official function as Vice-Chancellor of the Church, it is well known that Ottoboni was positioned as a major patron of music, theater, and painting in late Baroque Rome. He was a librettist for oratorios performed by his resident composer, Arcangelo Corelli, and by Alessandro Scarlatti in venues in the palace, and in his basilica of San Lorenzo in Damaso, located in the palace grounds. His resident painters included Francesco Trevisani and Sebastiano Conca. He completed the construction of Bernini’s Confessione in the nave of his basilica. As the sponsor of the Arcadian Academy, Ottoboni dictated taste in Roman cultural circles. His involvement in the competition for the façade of St. John Lateran is amplified. A grand overview is provided for the cardinal’s commission of devotional machine constructed to rival the Lenten carnivals. As ephemeral constructions, and normally ignored liturgical phenomena, these are explored in detail for the first time.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Noah’s Ark. Essays on Architecture.

DAMISCH Hubert, Noah’s Ark : Essays on Architecture,  Cambridge, The MIT Press, 2016, 392 p.

DAMISCH Hubert, Noah’s Ark : Essays on Architecture, Cambridge, The MIT Press, 2016, 392 p.

Présentation de l’éditeur :

Trained as an art historian but viewing architecture from the perspective of a “displaced philosopher,” Hubert Damisch in these essays offers a meticulous parsing of language and structure to “think architecture in a different key,” as Anthony Vidler puts it in his introduction. Drawn to architecture because it provides “an open series of structural models,” Damisch examines the origin of architecture and then its structural development from the nineteenth through the twenty-first centuries. He leads the reader from Jean-François Blondel to Eugène Viollet-le-Duc to Mies van der Rohe to Diller + Scofidio, with stops along the way at the Temple of Jerusalem, Vitruvius’s De Architectura, and the Louvre. In the title essay, Damisch moves easily from Diderot’s Encylopédie to Noah’s Ark (discussing the provisioning, access, floor plan) to the Pan American Building to Le Corbusier to Ground Zero. Noah’s Ark marks the origin of construction, and thus of architecture itself. Diderot’s Encylopédie entry on architecture followed his entry on Noah’s Ark; architecture could only find its way after the Flood.

In these thirteen essays, written over a span of forty years, Damisch takes on other histories and theories of architecture to trace a unique trajectory of architectural structure and thought. The essays are, as Vidler says, “a set of exercises” in thinking about architecture.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Les hôtels particuliers de Dijon au XVIIe siècle.

BOTTE Agnès, Les hôtels particuliers de Dijon au XVIIe siècle, Paris, Picard, octobre 2015, 360 p.

BOTTE Agnès, Les hôtels particuliers de Dijon au XVIIe siècle, Paris, Picard, octobre 2015, 360 p.

Présentation de l’éditeur :

Si à Paris, les hôtels particuliers ont fait l’objet de publications assez récentes, en province par contre, les études de synthèse sont encore rares. Cet ouvrage propose une étude inédite de l’architecture privée dijonnaise du XVIIe siècle : un patrimoine exceptionnel, en grande partie préservé.

Le dépouillement de nombreuses sources d’archives inédites a permis de reprendre l’histoire de ces hôtels : leur implantation, leurs commanditaires, les architectes et les entrepreneurs, ou encore la distribution des espaces intérieurs ou extérieurs.
Dans une société parlementaire où les apparences jouent un rôle primordial, l’hôtel est un véritable marqueur d’identité qui exprime le rang de chacun dans la hiérarchie sociale. Cinquante-quatre demeures historiques dijonnaises sont analysées en détail, pour mettre en évidence l’évolution de leur architecture.

L’auteur replace l’architecture patricienne provinciale dans la France du Grand Siècle : Paris, la première référence, mais aussi Aix-en-Provence, Bordeaux, Montpellier, Rouen ou encore Toulouse.
Cet ouvrage s’inscrit dans la redécouverte d’un très riche patrimoine et a bénéficié d’une campagne photographique dédiée qui révèle de nombreux édifices privés d’ordinaires peu accessibles.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Visual Cultures of Death in Central Europe : Contemplation and Commemoration in Early Modern Poland-Lithuania.

KOUNTY-JONES Alessandra, Visual Cultures of Death in Central Europe : Contemplation and Commemoration in Early Modern Poland-Lithuania, Leiden, Brill, 2015, 256 p.

KOUTNY-JONES Alessandra, Visual Cultures of Death in Central Europe : Contemplation and Commemoration in Early Modern Poland-Lithuania, Leiden, Brill, 2015, 256 p.

Présentation de l’éditeur :

In Visual Cultures of Death in Central Europe, Aleksandra Koutny-Jones explores the emergence of a remarkable cultural preoccupation with death in Poland-Lithuania (1569-1795). Examining why such interests resonated so strongly in the Baroque art of this Commonwealth, she argues that the printing revolution, the impact of the Counter-Reformation, and multiple afflictions suffered by Poland-Lithuania all contributed to a deep cultural concern with mortality.
Introducing readers to a range of art, architecture and material culture, this study considers various visual evocations of death including ‘Dance of Death’ imagery, funerary decorations, coffin portraiture, tomb chapels and religious landscapes. These, Koutny-Jones argues, engaged with wider European cultures of contemplation and commemoration, while also being critically adapted to the specific context of Poland-Lithuania.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : From the Shadows : The Architecture and Afterlife of Nicholas Hawksmoor.

HOPKINS Owen, From the Shadows : The Architecture and Afterlife of Nicholas Hawksmoor, Londres, Reaktion Books, 2015, 304 p.

HOPKINS Owen, From the Shadows : The Architecture and Afterlife of Nicholas Hawksmoor, Londres, Reaktion Books, 2015, 304 p.

Présentation de l’éditeur :

Nicholas Hawksmoor (1662–1736) is considered one of Britain’s greatest architects. He was involved in the grandest architectural projects of his age and today is best known for his London churches: six idiosyncratic edifices of white Portland stone that remain standing today, proud and tall in the otherwise radically changed cityscape. Until comparatively recently, however, Hawksmoor was thought to be, at best, a second-rate talent—merely Sir Christopher Wren’s slightly odd apprentice, or the practically minded assistant to Sir John Vanbrugh. This book brings to life the dramatic story of Hawksmoor’s resurrection from the margins of history.

Charting Hawksmoor’s career and the decline of his reputation, Owen Hopkins offers fresh interpretations of many of his famous works—notably his three East End churches—and shows how over their history Hawksmoor’s buildings have been ignored, abused, altered, recovered and celebrated. Hopkins also charts how, as Hawksmoor returned to prominence during the twentieth century, his work caught the eye of observers as diverse as T. S. Eliot, James Stirling, Robert Venturi and, most famously, Peter Ackroyd, whose novel Hawksmoor (1985) popularized the mythical association of his work with the occult. Meanwhile, passionate campaigns were mounted to save and restore Hawksmoor’s churches, reflecting the strange hold his architecture can have over observers. There is surely no other body of work in British architectural history with the same capacity to intrigue and inspire, perplex and provoke as Hawksmoor’s has done for nearly three centuries.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Appel à communication : Art and Politics in Europe in the Modern Period

Hyacinthe Rigaud, Louis XV, roi de France, 1730, huile sur toile, 271 x 194 cm, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Hyacinthe Rigaud, Louis XV, roi de France, 1730, huile sur toile, 271 x 194 cm, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Colloque.
Date limite pour envoyer une proposition : 15 janvier 2016.
Date et lieu de la manifestation : 29 juin-2 juillet – Faculty of Humanities and Social Sciences, Zagreb, Croatia.

The position and status of art and artist changed considerably in Europe in the modern period, primarily with the formulation of the concept of artistic genius and the new division of labour that separated artists from artisans. Those dealing with art were looked upon as individuals possessing an extraordinary talent that transcended mere skill. Regardless of this new individuality, artistic genius cannot be equated with complete autonomy. Although no longer dependent upon brotherhoods and gilds, artistic practice was nevertheless tied to a wider social context. Political circumstances have always influenced artistic production to a greater or lesser extent. However, in the modern period, an increased significance was given to political bodies and legislative frameworks which introduced changes to social structures bringing thereby the need for artists to adapt to new situations. In addition to newly formed bourgeoisie, aristocracy and the church(es) which remained influential in the course of the 19th century, various political elites, and political bodies on both national and local levels, gradually assumed an important role as investors of architectural projects or patrons of artists and artworks in general.

By stimulating or influencing cultural transfers, political structures greatly influenced the shaping of cultural circles in European countries. Changes of political borders, social systems, wars and economic instability are still continuously mirrored in the production of art, both formally and conceptually. Social organization of artistic life has also been determined by different spheres of political, cultural or economic interests. Professional associations, organisation and artist collectives, whose activities can range from utopian programmes to practical implementation of artistic ideas, either affirm or oppose political parties and/or systems. The same is the case with individual artists whose work can speak more or less openly about their personal position in relation to wider socio-political circumstances. Although rarely, they still manage to oppose regimes and enforced visual models in more or less subtle ways. Their personal criticism can be interpreted at least as an effort to undermine the power of oppressive ideologies.

What of all these mere efforts or accomplishments stays recorded and conveyed to other generations is largely determined by museums. As institutions which either specialize in art or collect art as part of more diverse collections, museums often help determine, reinforce or disregard the value of individual art works, artists or certain aspects of art production. Collection and communication of art in these institutions, understood in the widest possible sense of the word, establish a dialogue between art production and the notion of quality, value, tradition and identity. By collecting art, which can be seen as an act of collective remembering, museums designate collected works as representatives of the material world that are worth keeping and protecting. By exhibiting, they transmit messages which are fraught with ideological meanings developed in specific political, economic and socio-cultural contexts. Through their basic functions, museums therefore indicate or clearly point out to specific relationships between art and ideology with what is present in their collections and shown in exhibitions as well as with what is absent.

The goal of the conference is to stress the social contexts of artistic production and to question and interpret social and historical circumstances that conditioned and influenced the creation, meaning and perception of works of art. The contributions to the scientific conference Art and Politics in Europe in the Modern Period should deal with different aspects of complex relationships between visual art and political, economic, cultural, gender and other politics in Europe in the period from the late 15th century to the present day. This can be addressed through one of the topics in the three following topic areas :

  • Art in the Service of Politics
    • Politics of art patronage (by different social classes and political structures: aristocracy, bourgeoisie, state and local governments)
    •  Influence of political bodies on art, architecture and urban planning
    • Role of art, architecture and urban planning in representing regimes – totalitarian, democratic and other
    •  Shaping national styles and visual identities
    •  Role of art and art exhibitions in cultural policies and national representation
    •  Promoting dominant ideologies through different media (painting, sculpture, architecture, graphic art and design, photography, drawings, caricature etc)
    •    Influence of economic and social policies on art, architecture and urban planning
    •    Religious communities, politics and art
    •    Damnatio memorie – removal and destruction of artistic heritage
    •    Artistic heritage and military conflicts
    •    Politically motivated restoration of monuments
    •    Public sculpture and the creation of monument cult in the 19th and 20th century
    •    Traditionalism in art and political elites
    •    Art and revolution
  • Art and Artist in Opposition
    •    Caricature and politics
    •    Artistic production as reflection of opposition to dominant political structures
    •    Avant-garde art as a catalyst of change
    •    Socially engaged art
    •    Subversion in art and photography
    •    Gender and art (production and representation)
  • Works of Art in Museums
    • Museum functions and representation (collection, preservation, communication of art works and discursive practices)
    •  Museum displays and the production and reception of power narratives
    • Influence of market-oriented logic of production on collecting and displaying in art museums
    •  Wider social perception and reception of power narratives (in art
    museums/ museums exhibitions showing art works)

Paper proposals should contain author(s)’s name(s), title and the abstract, written in English, which should not exceed 500 words and a short author’s biography not longer than 250 words. Contributors will receive notification of acceptance by 15 February 2016. The official language of the conference is English.

Les décors de la Chancellerie d’Orléans (Archives Nationales, 12-20 septembre 2015)

L’exposition qui s’est tenue entre le 12 et le 20 septembre 2015 dans la salle des gardes de l’hôtel de Soubise à Paris[1] répondait à un double objectif. D’une part, il s’agissait de signaler au public – dans la mouvance des Journées du Patrimoine – le début du chantier de réhabilitation des décors de l’hôtel de la Chancellerie d’Orléans. D’autre part,  elle permettait de remercier les différentes personnes ayant contribué à la concrétisation du projet après un siècle de vaines tentatives pour sauver de l’oubli ce remarquable ensemble décoratif du XVIIIe siècle. Ainsi, l’exposition rendait hommage au partenariat établi entre la Banque de France, qui est propriétaire du décor, les Archives Nationales, installées dans un îlot urbain comprenant l’hôtel de Rohan où le décor doit être remonté[2], et plusieurs groupements privés qui financent le chantier.

Le but de ce compte rendu est quant à lui de consigner les principaux aspects de l’exposition alors que celle-ci s’est révélée singulièrement brève et qu’elle n’a été accompagnée d’aucun livret[3]. Continuer la lecture

Appel à communication : « 1770-1830. Révolutions et continuités de l’architecture française. Actualité de la recherche. »

Etienne Louis Boullée (French, Paris 1728–1799 Paris) Elevation for the Garden-Front of the Hotel de Brunoy, Faubourg St. Honoré, Paris, ca. 1779 French,  Pen and black ink, brush and gray, green, and rose wash; 14 3/8 x 20 11/16 in. (36.5 x 52.6 cm) The Metropolitan Museum of Art, New York, Gift of Mr. and Mrs. Charles Wrightsman, 1970 (1970.736.54) http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/343354

D’après Louis Etienne Boullée, Elévation de la façade de l’Hôtel de Brunoy, Faubourg Saint Honoré, Paris, ca. 1779, plume, encre noire et aquarelle sur papier, New York, Metropolitan museum.

Type : Journée d’étude
Date limite pour envoyer une proposition : 30 juin 2015.
Date et lieu de la journée d’étude : 29 septembre 2015 – Salle Vasari, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.
Comité scientifique : Jean-Philippe Garric, Pedro Gonçalves et Claire Ollagnier.

Argumentaire général :

La période charnière entre le XVIIIe et le XIXe siècle a parfois souffert en France de la division académique entre période moderne et période contemporaine. Dans le domaine de l’architecture, elle a toutefois été mise en valeur depuis longtemps, notamment par les travaux anglo-saxons qui ne reconnaissent pas cette césure, ceux d’Emil Kaufman puis de la génération de Robin Middleton ou de Richard Etlin. En France, ou Jean-Marie Pérouse de Montclos a joué un rôle pionnier, la fin des années 1980, avec le bicentenaire de la Révolution fut l’occasion de publications importantes, notamment l’ouvrage collectif Aux Armes et aux Arts ! (sous la dir. de Philippe Bordes et Régis Michel) ou les travaux de Werner Szambien qui comblaient alors un vide majeur et permit d’opérer un balancement entre héritage de l’Ancien Régime et perspectives futures. La période plus large, s’étalant de 1775 à 1825, fit plus récemment l’objet d’une synthèse par André Chastel, L’art français, le temps de l’éloquence (1e édition posthume en 1996), couvrant un large champs disciplinaire et offrant une approche d’histoire culturelle stimulante.
Cette journée d’études doctorales se propose de mettre en évidence le regain d’intérêt actuel pour l’architecture de cette période, et la façon dont elles en redessinent les thématiques et la perspective, en réunissant une série de recherches en cours.

Les interventions pourront s’organiser autour des trois axes suivants :

• Espaces virtuels de l’architecture : utopie et imaginaire.
Au XVIIIe siècle, l’architecture de papier prend une importance considérable. En offrant aux architectes un nouveau champ d’expérimentation, le dessin se fait l’expression des mutations politiques et sociales en gestation. L’histoire de ces projets d’architecture et d’urbanisme, non réalisés et dont la production s’étale durant plusieurs décennies, anticipe l’importance du dessin pour les architectes artistes élèves de l’École des beaux-arts. Trahit-elle pas une approche exploratoire de la théorie par l’image, au service de la société, ou une façon pour la profession d’architecte de se redéfinir ?

Architecture domestique : le cas du bâti parisien.
Dans le domaine de l’habitat, un ensemble d’expérimentations architecturales tendent à faire évoluer la typologie traditionnelle. À Paris, les recherches s’orientent selon trois axes distincts – l’insertion urbaine, la distribution et le décor extérieur – dont l’examen conduit à de multiples questionnements. Certaines innovations durables fondent l’architecture des décennies ultérieures, mais quel impact les mutations sociales ont-elles sur la conception de l’habitat ?

Littérature constructive : de l’avenir de l’architecture. 
À une époque liée à de profonds changements historiques, la littérature d’architecture s’ouvre progressivement à la sphère publique, favorisant l’émergence d’un renouvellement dans la pensée et la pratique architecturale. La question constructive est au centre des débats et alimente les réflexions sur l’espace du bâti et celui de l’imprimé, alors en mutation. Cet axe offre l’occasion de s’interroger sur le devenir de l’architecture, sur les enjeux de sa dématérialisation et sur le nouveau statut de la science constructive.

Modalités pratiques :

L’appel à communication s’adresse aux jeunes chercheurs en histoire de l’architecture. Les communications d’une durée strictement limitée à 25 minutes pourront être accompagnées de projections. Les propositions devront comporter : un titre, le nom et la situation institutionnelle de l’auteur, le thème dans lequel elles se situent et un résumé n’excédant pas 2 000 signes. Elles sont à adresser avant le 30 juin 2015 aux organisateurs : pedrodsgoncalves@gmail.com et claire.ollagnier@gmail.com.