Archives par étiquette : architecture

Publication : “Robert Adam’s London”.

SANDS Frances, Robert Adam’s, Londres, Oxford, Archaeopress, 2017, 142 p.

SANDS Frances, Robert Adam’s London, Oxford, Archaeopress, 2017, 142 p.

Présentation de l’éditeur :

The iconic eighteenth-century architect Robert Adam was based in London for more than half of his life and made more designs for this one city than anywhere else in the world. This book reviews a wide variety of his designs for London, highlighting lesser known buildings as well as familiar ones. Each of Adam’s projects explored in this book is plotted on Horwood’s map of London (1792–99), enabling readers to recognise Adam’s work as they move around the city, as well as to envisage London as if more of his ingenious designs had been executed or survived demolition.

Frances Sands is Curator of Drawings and Books at Sir John Soane’s Museum.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « L’enseignement à l’Académie royale d’architecture »

academie-grham

ROUSTEAU-CHAMBON, Hélène, L’Enseignement à l’Académie Royale d’Architecture, Rennes, P.U.R, 2016, 344 p.

Présentation de l’éditeur :

S’appuyant sur une étude de cours le plus souvent inédits et sur un examen de la personnalité des enseignants, cet ouvrage retrace l’histoire de l’enseignement à l’Académie royale d’architecture (1671-1793). Si dans un premier temps les cours portent sur des thèmes variés – hydraulique, optique, géométrie pour les mathématiques, principes et théorie des ordres pour l’architecture –, l’éducation des futurs architectes du roi est rapidement recentrée sur des connaissances plus précises dans le dessin et l’architecture.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “Toits d’Europe, formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne”

CHATENET, Monique, GADY, Alexandre (dir.), Toits d'Europe Formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne (XVe-XVIIe siècles)

CHATENET, Monique, GADY, Alexandre (dir.), Toits d’Europe Formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne (XVe-XVIIe siècles).

Présentation de l’éditeur :

Partie constitutive de l’architecture tant savante que vernaculaire, le toit appartient aussi bien à la structure qu’à la silhouette d’un édifice. Lié à des problèmes techniques, il est aussi le lieu d’une démonstration formelle, d’un choix esthétique, ouvrant sur des questions décoratives, voire identitaires. La forme du comble en Europe à l’âge moderne a connu une grande variété : aux versants droits plus ou moins pentus et au toit en poivrière hérités du Moyen Âge, se sont en effet ajoutés combles brisés, toits en dôme, en bulbe, en carène de navire ou à pentes inversées, cachés ou non derrière une balustrade ou un attique, et enfin la terrasse, plus fréquente qu’on ne le croit loin de la Méditerranée.

Cette histoire des toits, dont le rapport de proportion avec les façades fournit de précieux éléments de lecture, permet de suivre les adaptations aux mutations de l’art de bâtir. Ils sont d’abord le produit d’une structure, la charpente, et de matériaux de couverture, qui interagissent avec elle tout en participant chromatiquement de la silhouette de l’édifice. Mais les toits sont aussi peuplés d’éléments décoratifs occupant la base, les pentes et le faîtage : tout ce « monde en l’air » mérite une attention propre, car il relève souvent du geste créateur. Certaines toitures ont même fini par acquérir une signification identitaire, comme le « Polish roof », le « toit à l’impériale » ou le « comble à la Mansart ».

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Colloque : « Liturgie et Architecture. Constructions, usages et aménagements des églises (XIIIe-XVIIIe siècles) »

liturgie-et-architecture

Type : colloque
Date de la manifestation : 24 et 25 novembre 2016
Lieu : Nancy – Campus Lettres & Sciences Humaines
23 Bd Albert 1er
salle A 104

Organisation :
L’ANR Lodocat, le CRULH et l’Université de Lorraine
Sous la direction de Pierre SESMAT et de Frédéric TIXIER

La liturgie et l’architecture paraissent entretenir un lien évident, qui peut s’expliciter de la façon suivante : « Dans ce domaine, la principale interrogation demeure celle de la création des formes architecturales déterminées par les pratiques liturgiques ou bien, à l’inverse, celle de l’influence du cadre architectural sur le déroulement de la liturgie » (Eric Palazzo, Liturgie et société au Moyen Âge, Paris, 2000). En termes plus récents, cette interrogation apparaît comme une variante du vaste débat entre « forme et fonction » qui irrigue encore de nos jours les milieux de l’architecture : à quelle donnée reviendrait la primauté ? Continuer la lecture

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture

Journée d’étude : “Architectural painting in the 16th and 17th century”.

Peeter Neefs le vieux, Intérieur d'une église gothique, XVIIe siècle, huile sur toile, 45 x 62 cm, Schwerin, Staatliches Museum, Kunstsammlungen, Schlösser und Gärten.

Peeter Neefs le vieux, Intérieur d’une église gothique, XVIIe siècle, huile sur toile, 45 x 62 cm, Schwerin, Staatliches Museum, Kunstsammlungen, Schlösser und Gärten.

Type : journée d’étude.
Date de la manifestation :
lundi 10 octobre 2016 à partir de 8h45.
Lieu :
Antwerp, Rubenianum.

Programme : 

08.45 Registration and coffee.

09.30 Welcome by Dr. Claire Baisier, director Museum Mayer van den Bergh.

Morning session

chair: Prof. em. Dr. Hans Vlieghe, Centrum Rubenianum.

09.45 Dr. Thomas Fusenig (Universität Münster)
Hans Vredeman de Vries as painter of illusionistic wall paintings in Antwerp.

10.10 Dr. Anna Koopstra (National Gallery, London)
New insights on Hendrik van Steenwijck the Younger’s use of prints as sources.

10.35 Dr. Joost Van der Auwera (Royal Museums of Fine Arts of Belgium) & Dr. Claire Baisier (Museum Mayer van den Bergh)
Sebastiaen Vrancx als architectuurschilder: nieuwe toeschrijvingen.

11.00 Coffee break.

11.30 Bernard Vermet (Stichting Cultuur Inventarisatie, Amsterdam)
Bartholomeus van Bassen, tussen Noord en Zuid.

11.55 Lorne Darnell (Leiden University)
An Uncanny Likeness: Pieter Saenredam, Hans Vredeman de Vries and the Gothic in Perspective.

12.20 Questions and discussion. Continuer la lecture

Publication : “Le style Empire. L’hôtel de Beauharnais à Paris”.

LEBEN Ulrich (dirs.) et EBELING Jörg (dirs.), Le style Empire. L'hôtel de Beauharnais à Paris, Paris, Flammarion, octobre 2016, 348 p.

LEBEN Ulrich (dirs.) et EBELING Jörg (dirs.), Le style Empire. L’hôtel de Beauharnais à Paris, Paris, Flammarion, octobre 2016, 348 p.

Présentation de l’éditeur :

Depuis son édification en 1713 par l’architecte Boffrand, l’hôtel de Beauharnais occupe une place centrale dans l’histoire et l’histoire de l’art de l’Europe. En 1803, Joséphine Bonaparte l’acquiert pour son fils Eugène de Beauharnais qui entreprend, à grands frais, d’aménager les intérieurs. Le palais deviendra ambassade au cours du XIXe siècle. Unique à Paris, le décor d’époque Consulat et Empire de ce palais est à l’origine de sa renommée. Cette première monographie consacrée à l’hôtel de Beauharnais est le fruit de recherches et de restaurations menées depuis dix ans par le Centre Allemand d’histoire de l’art à Paris pour l’Ambassade d’Allemagne. De nombreux documents inédits permettent de retracer l’histoire de l’édifice et le destin de ses propriétaires successifs.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “The Architecture of Percier and Fontaine and the Struggle for Sovereignty in Revolutionary France”.

MOON Iris, The Architecture of Percier and Fontaine and the Struggle for Sovereignty in Revolutionary France, New York, Routledge, 2016, 260 p.

MOON Iris, The Architecture of Percier and Fontaine and the Struggle for Sovereignty in Revolutionary France, New York, Routledge, 2016, 260 p.

Présentation de l’éditeur :

French architects Charles Percier (1764–1838) and Pierre-François-Léonard Fontaine (1762–1853) became the most celebrated decorators of the French Revolution and achieved success as the official architects of Napoleon Bonaparte. This book explores how Percier and Fontaine created the Empire style and a system of decoration that engaged with the difficult politics of the period. Taking seriously the architects’ achievements in interior decoration, furnishings, theater designs, and publications during the early and most active period of their collaborative practice, their integral role in reestablishing the luxury market in Paris after the Terror, cultivating the taste of a new clientele, and creating sites of power through their interior decorations are explored. From meeting rooms designed to resemble military encampments to gilded imperial thrones that replaced Bourbon fleur-de-lys with Napoleonic bees, the architects moved beyond a Neoclassical idiom in order to transform the symbols of monarchy and revolution into an imperial ideology defined by a contradictory aesthetics. At the heart of Percier and Fontaine’s decorative work and central to grasping the politics of the Empire style is a dialectical tension between the search for a monumental architecture of permanence and the reliance upon portable, collapsible, and mobile forms. Percier, Fontaine and the Politics of the Empire Style will contribute new interdisciplinary perspectives on the relationship of the decorative arts and architecture with the political culture of post-revolutionary France and how interior decoration engendered a new awareness of time, memory, and identity.

Iris Moon is a visiting assistant professor in the School of Architecture at Pratt Institute. She specializes in eighteenth and nineteenth-century European art, architecture, and the decorative arts.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

 

Colloque : “Landgraf Carl (1654–1730) – Fürstliches Planen und Handeln zwischen Innovation und Tradition”.

Andreas Möller, Portrait de Charles Ier de Hesse-Cassel, ca. 1720, toile, dimensions inconnues, Kassel, Staatliche Kunstsammlungen, Schloß Wilhelmshöhe.

Andreas Möller, Portrait de Charles Ier de Hesse-Cassel, ca. 1720, toile, dimensions inconnues, Kassel, Staatliche Kunstsammlungen, Schloß Wilhelmshöhe.

Type : colloque.
Date de la manifestation : du 27 au 29 octobre 2016.
Lieu : Kassel, Orangerie in der Karlsaue.

Eine interdisziplinäre und internationale Tagung der Museumslandschaft Hessen Kassel, des Hessischen Landesamtes für geschichtliche Landeskunde, der Historischen Kommission für Hessen und dem Fachbereich Geschichte und Kulturwissenschaften der Philipps-Universität Marburg, Donnerstag 27.10. bis Samstag 29.10.2016, Kassel, Orangerie in der Karlsaue.

Die Teilnahme ist kostenlos, um verbindliche Anmeldung bis 19.09.16 wird jedoch gebeten.

Anmeldeformular und Kontaktdaten:

http://www.museum-kassel.de/index_navi.php?parent=14125

Landgraf Carl von Hessen-Kassel (1654-1730) darf als eine der markantesten Fürstenpersönlichkeiten des Barockzeitalters gelten. Carl war überzeugt, dass ihm, seinem Fürstentum und seinem Haus ein Platz unter den führenden Dynasten Europas seiner Zeit zukomme. Dieser Ehrgeiz prägte seine beinahe sechzigjährige Regierungstätigkeit auf fast allen Feldern, mit durchaus ambivalentem Ergebnis. In einigen Bereichen zeichnete er sich durch europaweit beachtete Innovativität aus. Höchste Bekanntheit erlangte seine Bautätigkeit, deren Krönung wohl der in dieser Form einzigartige Kasseler Bergpark (seit 2013 Weltkulturerbe) mit seiner alles überragenden Herkulesstatue darstellt. Freilich war in Carls Handeln auch eine Tendenz zu erkennen, die begrenzten Kräfte seines Territoriums durch sein konsequentes Streben nach Rangsteigerung und Anerkennung zu überspannen.

Die Tagung verfolgt das Ziel, das Wirken dieses Fürsten in Beiträgen aus unterschiedlichen Fachdisziplinen, etwa aus landes-, dynastie-, aber auch wissenschafts-, kunst- und architekturgeschichtlicher Perspektive, zu beleuchten. Dabei werden seine Politik und deren Außenwahrnehmung – mithin die Verankerung der Mittelmacht in Europa – ebenso beachtet, wie deren Instrumente im Inneren, die dieses Handeln erst ermöglichten. Insbesondere seine Förderung der Wissenschaften, seine Aktivitäten als Kunst- und Raritätensammler, die entschlossene Aufnahme der Hugenotten, die Subsidienpolitik, der Landesausbau und nicht zuletzt der unvollendete Kanalbau sollen dabei nicht isoliert betrachtet werden. Vielmehr werden sie als Facetten seines politischen Handels in einer europäischen, stark durch Repräsentation und Akkumulation symbolischen Kapitals geprägten Umgebung verstanden. Leitend ist dabei die Frage nach der Politik des Landgrafen zwischen Tradition und Innovation. Inwieweit sah er sich in der Nachfolge herausragender Fürstenpersönlichkeiten seines Hauses, wie Philipp d. Großmütigen, Wilhelm d. Weisen und Moritz d. Gelehrten? Und in welchen Bereichen seines Handelns verließ Landgraf Carl die üblichen Bahnen fürstlicher Politik, in welcher Hinsicht suchte er bewusst Neues und stellte sich auch als fürstlicher Neuerer dar ?

Continuer la lecture

Publication : “Baroque Antiquity. Archaeological Imagination in Early Modern Europe”.

TSCHUDI Victor Plahte, Baroque Antiquity. Archaeological Imagination in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge university press, septembre 2016, 100 p.

TSCHUDI Victor Plahte, Baroque Antiquity. Archaeological Imagination in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge university press, septembre 2016, 100 p.

Présentation de l’éditeur :

Why were seventeenth-century antiquarians so spectacularly wrong? Even if they knew what ancient monuments looked like, they deliberately distorted the representation of them in print. Deciphering the printed reconstructions of Giacomo Lauro and Athanasius Kircher, this pioneering study uncovers an antiquity born with print culture itself and from the need to accommodate competitive publishers, ambitious patrons and powerful popes. By analysing the elements of fantasy in Lauro and Kircher’s archaeological visions, new levels of meaning appear. Instead of being testimonies of failed archaeology, they emerge as complex architectural messages responding to moral, political, and religious issues of the day. This book combines several histories – print, archaeology, and architecture – in the attempt to identify early modern strategies of recovering lost Rome. Many books have been written on antiquity in the Renaissance, but this book defines an antiquity that is particularly Baroque.

Victor Plahte Tschudi is a Professor in Architectural History at the Oslo School of Architecture and Design. He writes on the interpretation of Roman monuments in texts and images from the Renaissance to the present.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “The matter of miracles. Neapolitan baroque architecture and sanctity”.

HILLS Helen, The matter of miracles. Neapolitan baroque architecture and sanctity, Manchester, Manchester University Press, 2016, 656 p.

HILLS Helen, The matter of miracles. Neapolitan baroque architecture and sanctity, Manchester, Manchester University Press, 2016, 656 p.

Présentation de l’éditeur :

This book investigates baroque architecture through the lens of San Gennaro’s miraculously liquefying blood in Naples. This vantage point allows a bracing and thoroughly original rethink of the power of baroque relics and reliquaries. It shows how a focus on miracles produces original interpretations of architecture, sanctity and place which will engage architectural historians everywhere. The matter of the baroque miracle extends into a rigorous engagement with natural history, telluric philosophy, new materialism, theory and philosophy. The study will transform our understanding of baroque art and architecture, sanctity and Naples. Bristling with new archival materials and historical insights, this study lifts the baroque from its previous marginalisation to engage fiercely with materiality and potentiality and thus unleash baroque art and architecture as productive and transformational.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “Henri IV : Art et pouvoir”.

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Après la longue période des troubles des guerres de religion, le renouveau des arts se manifesta de façon particulièrement éclatante sous le règne d’Henri IV, dans tous les domaines : peinture, sculpture, architecture, mais aussi l’art des jardins, les arts de cour, notamment les ballets et les entrées. Ce fut aussi le cas de l’art du livre, encore trop peu étudié aujourd’hui.

Ce livre expose l’ampleur de ce renouveau et en montre les multiples aspects.

Afin de cerner les transformations et les nouvelles configurations artistiques de cette période, les pratiques artistiques sont replacées dans leur contexte historique, politique et culturel. L’ouvrage pose les enjeux épistémologiques entre pouvoir (élaboration et diffusion par l’image de la figure du « bon roi », tolérant et unificateur du royaume) et art (art de cour, art sacré, dans une époque de troubles religieux…). Enfin, dans une volonté d’inscrire la production artistique française dans un cadre plus large, ce livre explore les liens qui unissent la France d’Henri IV et de Marie de Médicis aux grands centres artistiques européens (Florence, Nancy, Anvers). Continuer la lecture

Publication : “Georgian Gothic : Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730–1840”.

LINDFIELD Peter N., Georgian Gothic : Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730–1840, Woodbridge, Boydell Press, 2016, 272 p.

LINDFIELD Peter N., Georgian Gothic : Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730–1840, Woodbridge, Boydell Press, 2016, 272 p.

Présentation de l’éditeur :

The Gothic Revival, rich, ambitious, occasionally eccentric, but nonetheless visually exciting, is one of Britain’s greatest contributions to early modern design history, not least because for the most part it contravened approved taste: Classicism. Scholars have tended to treat Georgian Gothic as an homogenous and immature precursor to “high” Victorian Gothic, and centred their discussion around Walpole’s Strawberry Hill. This book, conversely, reveals how the style was imaginatively and repeatedly revised and incorporated into prevailing eighteenth-century fashions: Palladianism, Rococo, Neoclassicism, and antiquarianism. It shows how under the control of architects, from Wren to Pugin, Walpole and Cottingham, and furniture designs, especially those of Chippendale, and Ince and Mayhew, a shared language of Gothic motifs was applied to British architecture, furniture and interiors. Georgian Britain was awash with Gothic forms, even if the arbiters of taste criticised it vehemently. Throughout, the volume reframes the Gothic Revival’s expression by connecting it with Georgian understandings of the medieval past, and consequently revises our interpretation of one of the most influential, yet lampooned, forms of material culture at the time.

Peter N. Lindfield is a Leverhulme Early Career Research Fellow at the University of Stirling.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Colloque : “Servandoni et son temps. Architecture, peinture, spectacles”

Servandoni, décoration pour le feu d'artifice tiré à Londres en 1749, dessin, Paris, Collection particulière.

Servandoni, décoration pour le feu d’artifice tiré à Londres en 1749, dessin, Paris, Collection particulière.

Type : Colloque
Date du colloque : 27 au 29 juin 2016
Lieu : Salle Vasari, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
Direction : Francesco Guidoboni, Jérôme de la Gorce

Colloque international organisé par le Centre André Chastel et le Labex Écrire une histoire nouvelle de l’Europe, avec le soutien du Ghamu et de la Société Archéologique de Sens.

Programme :

Continuer la lecture

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « De la Régence à la République – Plaisirs parisiens du vice et de la vertu »

Jean-Honoré Fragonard, Le baiser volé, 1786, peinture à l'huile sur toile, 168,5 cm × 168,5 cm, Madrid: musée du Prado

 Jean-Honoré Fragonard et Marguerite Gérard, Le baiser à la dérobée, ca. 1780, peinture à l’huile sur toile, 45 cm × 54 cm, Saint-Pétersbourg : musée de l’Hermitage.

Type : Symposium.
Date : 5 juillet de 9h à 18h
Lieu : Salle des fêtes de la Mairie du 11e arrondissement, Paris.
Sous la direction de : Christophe Henry et Marine Roberton, avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Programme :

9h : Café d’accueil

9h30 : Introduction : Marine Roberton, Sébastien Chauffour & Christophe Henry

Continuer la lecture