Archives par étiquette : architecture du XVIIIe siècle

Conférence du GRHAM : “Saint-Pétersbourg, mai 1773. L’inauguration oubliée de l’Ermitage (et des bains) de Catherine II” par Guillaume Nicoud (Paris, 17 octobre 2019).

Y. M. Velten, Coupe transversale du pavillon Nord du Jardin suspendu du palais d’Hiver, détail de la salle dite «Hermitage », vers 1769, dessin à l’encre et lavis de couleur sur papier, H. 0,510 x L. 0,730 m, Saint-Pétersbourg, Musée d’État de l’Ermitage / Photographie de l’auteur.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 17 octobre 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

En juin 1773, un journal français annonce que Catherine II a donné un mois auparavant « un dîner splendide » dans son « hermitage », « où tous les ministres étrangers furent invités. » Serait-ce le témoignage oublié d’une sorte de cérémonie d’inauguration ? Nous pouvons le supposer.

Il est dès lors intéressant de partir de cet événement pour reconstituer l’histoire de la galerie impériale de l’Ermitage. L’Ermitage constituant en fait les appartements particuliers de la souveraine, c’est tout l’aménagement artistique de cet ensemble qu’il est même nécessaire de réévaluer, en particulier les autres salles citées qui furent également visitées – selon le même journal – durant cette journée d’inauguration aujourd’hui oubliée, comme cette « salle de bains », qui pourrait refléter l’intérêt de Catherine II pour les idées des Lumières, sans oublier la salle à manger, avec sa table mécanique ou « ermitage », qui a donné son nom au lieu. Continuer la lecture

Conférence : « L’architecture considérée… de Claude-Nicolas Ledoux : l’architecture, le livre et la fiction ».

Claude-Nicolas Ledoux, dessinateur ; Pierre-Gabriel Berthault, Vue perspective de la ville de Chaux, Eau-forte, Planche N°15 de L’architecture considérée sous le rapport de l’art, des mœurs et de la législation, Paris, 1804

Type : Conférence
Date et heure : 10 avril 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Fabrice Moulin, Maître de Conférences en littérature française du XVIIIe siècle (Université Paris Nanterre).

Il s’agit d’entrer dans l’œuvre de Claude-Nicolas Ledoux par la porte la plus ambitieuse et pourtant la moins fréquentée : celle de son texte, de son livre. L’architecture considérée… parue en 1804, est, on le sait, un ouvrage unique dans la littérature d’architecture. On cherchera à montrer que l’originalité de ce livre tient avant tout à l’articulation étroite qu’il postule entre l’architecture et la littérature, entre la création architecturale et la puissance créatrice et poétique de l’écriture. Aussi, dans cet espace du livre, fusionnent l’œuvre bâtie, l’œuvre projetée (dessinée ou imaginée) et l’œuvre écrite ; le texte et la gravure ; le réel, le souvenir et l’utopie – dans un jeu de tensions complexe et fascinant qui menace sans cesse l’unité, pourtant affichée, de la ville idéale de Chaux.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence : « Être architecte au XVIIIe siècle : Les profils de carrière de l’Ancien Régime à l’Empire ».

Jean-Charles DELAFOSSE, « Trophée de la Menuiserie », Nouvelle iconologie historique […], Livre X, pl. 107, Paris, chez l’auteur, 1768. Source gallica.bnf.fr/BnF

Type : Conférence
Date et heure : 6 février 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Marie-Luce Pujalte-Fraysse, Maître de conférences d’histoire de l’art moderne, Université de Poitiers.

Dans sa vaste entreprise éditoriale sur l’Art français, André Chastel déclarait qu’une globalisation de la réflexion sur l’avant et l’après-Révolution ne pouvait qu’être néfaste pour la connaissance des arts car celle-ci ne doit pas être assujettie à la grille que « les faits politiques ont tendance à imposer à tous les aspects de la vie historique »[1]. Il en concluait que la révolution politique et sociale ne pouvait pas tout expliquer même si « la vie artistique ne pouvait rester indemne » face à la crise sans précédent que la France avait connue. En effet, l’artiste du XVIIIe siècle n’est plus le même ni pendant les temps révolutionnaires ni après du fait de la nécessaire adaptabilité et réinvention que la création artistique réclama alors. Les positions idéologiques, les pratiques peuvent comporter des contradictions pour des hommes qui pour la plupart ont vécu sous l’Ancien Régime, qui ont déjà construit une carrière sous la monarchie et qui se trouvent désormais confrontés à un éventail de possibilités, souvent contraires à leur première vie.

Éminemment liés au pouvoir royal, les architectes du Roi forment une caste au sommet de la hiérarchie professionnelle et de l’échelle sociale dont la visibilité est particulièrement intéressante à étudier dans une des périodes de transition les plus marquantes de l’Histoire. Les grands noms tels que Chalgrin, Brongniart, Gondoin dont les chefs-d’œuvre ont marqué la culture architecturale ne sauraient cacher la diversité des positionnements que l’on découvre au gré des études de cas micro-historiques consacrés à des architectes méconnus de l’historiographie contemporaine.

[1] A. Chastel, L’Art français, Le temps de l’éloquence 1775-1825, vol. IV, 2000 (1ère éd. Posthume en 1996), p.7.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Publication: De Versailles à La Motte Tilly. L’abbé Terray, ministre de Louis XV (catalogue de l’exposition, château de La Motte Tilly, 29 mai – 20 septembre 2015, Paris: éditions du Patrimoine CMN, 2015)

Présentation de l’éditeur:

Ministre de Louis XV, l’abbé Joseph-Marie Terray accède au poste de contrôleur général des Finances du Roi le 22 décembre 1769. Après le renvoi, en 1770, du duc de Choiseul, il devient l’un des hommes forts du Triumvirat, et obtient finalement la prestigieuse charge de directeur des Bâtiments du Roi en juillet 1773. Un an plus tard, il doit démissionner avec l’avènement de Louis XVI. C’est alors qu’il se retire en son château de La Motte Tilly, qu’il avait acquis en 1748 et fait reconstruire selon les plans de l’architecte François-Nicolas Lancret.

Continuer la lecture