Archives par étiquette : archéologie

Cycle de conférences : « Activité de recherche de conservateurs restaurateurs »

Antoine Vestier, Jean-Henri Riesener (1734-1806) [détail], 1786, huile sur toile, 95,5 x 76 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-GP

Ce premier cycle de conférences rend compte de l’activité de recherche de conservateurs restaurateurs du patrimoine soutenue dans le cadre d’une thèse de doctorat. Les conférenciers s’attacheront à présenter les modalités d’une recherche en conservation restauration et ses fondements épistémologiques. A travers des cas d’étude comme les polychromies antiques ou la production de Monet, ils montreront comment l’étude de la matérialité (étude des traces, interprétation des gestes et des procédés) éclairent de façon nouvelle des corpus d’artefacts et dans le même temps les pratiques artistiques et artisanales.

23 janvier : Docteure Brigitte Bourgeois Étude des polychromies antiques : interprétation des traces.

13 février : Docteure Clothilde Proust Les ateliers du Musée des Antiquités nationales. Aux origines de la restauration en archéologie.

10 avril : Docteure Bénedicte Trémolières Eléments pour une histoire matérielle de l’impressionnisme : Les Cathédrales de Claude Monet.

15 mai : Marc André Paulin (Doctorant Paris 1 – C2RMF) Expérience de recherche au Getty-Los Angeles – Etude de la production de Riesener Continuer la lecture

Publication: Retours d’expérience et regards rétrospectifs 6e colloque international de l’ARAAFU

Présentation de l’éditeur :

RETOURS D’EXPÉRIENCE ET REGARDS RÉTROSPECTIFS
6e COLLOQUE INTERNATIONAL DE L’ARAAFU
PARIS – CITÉ DE L’ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE
26, 27 ET 28 NOVEMBRE 2014

Édition numérique sur clé USB. Prix de vente : 35 € (hors frais de port).
ISBN 978 -2-907465-25-2
© ARAAFU, Paris 2017

——-

Télécharger le sommaire du colloque 2014
Télécharger le bon de commande des publications Araafu
Télécharger le catalogue des publications 2018

——-

Sommaire des actes du colloque 2014
RETOURS D’EXPÉRIENCE ET REGARDS RÉTROSPECTIFS

Histoire des institutions
Agnès Prévost ♦ L’atelier de restauration et de moulage des sceaux des Archives nationales :150 ans d’histoire et de techniques
Reyes Jiménez de Garnica ♦ 50 ans du musée Picasso de Barcelone : muséologie et méthodes de restauration…et leur impact sur les collections
Caroline Marchand ♦ Conservation préventive au musée canadien de l’Histoire :un passé, un présent, mais quel avenir ?
Claude Payer ♦ Sculpture ancienne du Québec : 30 ans de restauration et de recherche au CCQ Continuer la lecture

Journée 2017 des doctorants : « Restauration et remploi »

Auteur inconnu, Mariage mystique de Sainte-Catherine, XVIIe s., , 72 x 99 cm, coll. particulière
© Aldo Peaucelle – Art et patrimoine Conseil SARL

Type : Journée d’étude
Date : 24 mai 2017
Lieu : École des chartes, au 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Léopold-Delisle)

Les doctorants de l’École (ed 188 et ed 472) et ceux de l’Ephe (ed 472) organisent une journée d’étude sur le thème « Restauration et remploi ».

Présentation

Arnold Esch a proposé en 1998, dans un article consacré au reimpiego, de distinguer dans les objets archéologiques l’Überleben, la simple survie matérielle d’un objet, d’une ruine, et la Nachleben, véritable vie après la vie « par transformation continuée »[1] des vestiges du passé. Ces notions sont probablement importables – moyennant quelques adaptations – dans l’ensemble des disciplines historiques qui s’intéressent aux enjeux et aux formes de la mémoire : que ce soit l’histoire (politique, des idées, etc.), l’histoire de l’art et l’archéologie, ou la philologie et la littérature.

Continuer la lecture

Colloque : « 7e Journées professionnelles : Innover pour conserver »

Type : Colloque
Date de la manifestation : 23-24 mars 2017
Lieu : Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, Auditorium

Innover pour conserver. Recherche et développement en conservation-restauration des biens culturels

La direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication organise en partenariat avec l’Institut national du patrimoine et la Cité de l’architecture et du patrimoine les septièmes journées professionnelles de la conservation-restauration.

Centrées sur des « retours d’expérience », ces journées s’adressent à tous les professionnels de la conservation-restauration des biens culturels sur l’ensemble des champs patrimoniaux : archives, musées, bibliothèques, archéologie, monuments historiques…

Les journées 2017 ont pour objectif de mettre en lumière les principales thématiques de recherche en cours et les innovations récentes dans le domaine de la conservation-restauration.  Continuer la lecture

Colloque : « Landgraf Carl (1654–1730) – Fürstliches Planen und Handeln zwischen Innovation und Tradition ».

Andreas Möller, Portrait de Charles Ier de Hesse-Cassel, ca. 1720, toile, dimensions inconnues, Kassel, Staatliche Kunstsammlungen, Schloß Wilhelmshöhe.

Andreas Möller, Portrait de Charles Ier de Hesse-Cassel, ca. 1720, toile, dimensions inconnues, Kassel, Staatliche Kunstsammlungen, Schloß Wilhelmshöhe.

Type : colloque.
Date de la manifestation : du 27 au 29 octobre 2016.
Lieu : Kassel, Orangerie in der Karlsaue.

Eine interdisziplinäre und internationale Tagung der Museumslandschaft Hessen Kassel, des Hessischen Landesamtes für geschichtliche Landeskunde, der Historischen Kommission für Hessen und dem Fachbereich Geschichte und Kulturwissenschaften der Philipps-Universität Marburg, Donnerstag 27.10. bis Samstag 29.10.2016, Kassel, Orangerie in der Karlsaue.

Die Teilnahme ist kostenlos, um verbindliche Anmeldung bis 19.09.16 wird jedoch gebeten.

Anmeldeformular und Kontaktdaten:

http://www.museum-kassel.de/index_navi.php?parent=14125

Landgraf Carl von Hessen-Kassel (1654-1730) darf als eine der markantesten Fürstenpersönlichkeiten des Barockzeitalters gelten. Carl war überzeugt, dass ihm, seinem Fürstentum und seinem Haus ein Platz unter den führenden Dynasten Europas seiner Zeit zukomme. Dieser Ehrgeiz prägte seine beinahe sechzigjährige Regierungstätigkeit auf fast allen Feldern, mit durchaus ambivalentem Ergebnis. In einigen Bereichen zeichnete er sich durch europaweit beachtete Innovativität aus. Höchste Bekanntheit erlangte seine Bautätigkeit, deren Krönung wohl der in dieser Form einzigartige Kasseler Bergpark (seit 2013 Weltkulturerbe) mit seiner alles überragenden Herkulesstatue darstellt. Freilich war in Carls Handeln auch eine Tendenz zu erkennen, die begrenzten Kräfte seines Territoriums durch sein konsequentes Streben nach Rangsteigerung und Anerkennung zu überspannen.

Die Tagung verfolgt das Ziel, das Wirken dieses Fürsten in Beiträgen aus unterschiedlichen Fachdisziplinen, etwa aus landes-, dynastie-, aber auch wissenschafts-, kunst- und architekturgeschichtlicher Perspektive, zu beleuchten. Dabei werden seine Politik und deren Außenwahrnehmung – mithin die Verankerung der Mittelmacht in Europa – ebenso beachtet, wie deren Instrumente im Inneren, die dieses Handeln erst ermöglichten. Insbesondere seine Förderung der Wissenschaften, seine Aktivitäten als Kunst- und Raritätensammler, die entschlossene Aufnahme der Hugenotten, die Subsidienpolitik, der Landesausbau und nicht zuletzt der unvollendete Kanalbau sollen dabei nicht isoliert betrachtet werden. Vielmehr werden sie als Facetten seines politischen Handels in einer europäischen, stark durch Repräsentation und Akkumulation symbolischen Kapitals geprägten Umgebung verstanden. Leitend ist dabei die Frage nach der Politik des Landgrafen zwischen Tradition und Innovation. Inwieweit sah er sich in der Nachfolge herausragender Fürstenpersönlichkeiten seines Hauses, wie Philipp d. Großmütigen, Wilhelm d. Weisen und Moritz d. Gelehrten? Und in welchen Bereichen seines Handelns verließ Landgraf Carl die üblichen Bahnen fürstlicher Politik, in welcher Hinsicht suchte er bewusst Neues und stellte sich auch als fürstlicher Neuerer dar ?

Continuer la lecture

Publication : « Baroque Antiquity. Archaeological Imagination in Early Modern Europe ».

TSCHUDI Victor Plahte, Baroque Antiquity. Archaeological Imagination in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge university press, septembre 2016, 100 p.

TSCHUDI Victor Plahte, Baroque Antiquity. Archaeological Imagination in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge university press, septembre 2016, 100 p.

Présentation de l’éditeur :

Why were seventeenth-century antiquarians so spectacularly wrong? Even if they knew what ancient monuments looked like, they deliberately distorted the representation of them in print. Deciphering the printed reconstructions of Giacomo Lauro and Athanasius Kircher, this pioneering study uncovers an antiquity born with print culture itself and from the need to accommodate competitive publishers, ambitious patrons and powerful popes. By analysing the elements of fantasy in Lauro and Kircher’s archaeological visions, new levels of meaning appear. Instead of being testimonies of failed archaeology, they emerge as complex architectural messages responding to moral, political, and religious issues of the day. This book combines several histories – print, archaeology, and architecture – in the attempt to identify early modern strategies of recovering lost Rome. Many books have been written on antiquity in the Renaissance, but this book defines an antiquity that is particularly Baroque.

Victor Plahte Tschudi is a Professor in Architectural History at the Oslo School of Architecture and Design. He writes on the interpretation of Roman monuments in texts and images from the Renaissance to the present.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « Si Paris m’était conté. L’invention d’une capitale des arts (XIIIe – XXIe siècle) ».

Capture d’écran 2016-01-08 à 17.22.29

Type : symposium.
Date : 2 et 3 mars 2016.
Lieu : Paris, mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : 
Martine Debieuvre, Sébastien Chauffour, Christophe Henry et avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Comment les arts ont-il inventé la capitale de la France ? Comment les techniques de l’édification et de la représentation ont-elles fait du siège médiéval de la monarchie la première des métropoles modernes ? Comment Paris s’est-elle jouée de son passé pour mettre en scène cette modernité qui s’affiche aussi bien Place des Vosges vers 1610, rue de Rivoli vers 1810 ou dans la pyramide du Louvre en 1990 ? Comment la ville, malgré son histoire mouvementée, a-t-elle manipulé habilement son parcellaire pour faire surgir d’un dédale de rues destinées au logement et au commerce des visions urbaines qui devaient marquer la physionomie de toutes les capitales du monde ? Et comment cette physionomie urbaine sans cesse modifiée et renouvelée du XIIIe au XXIe siècle a-t-elle servi l’essor des industries et artisanats qui ont contribué à l’excellence de sa réputation mondiale ? Le destin artistique de Paris méritait qu’on lui consacre deux journées ouvertes à tous, les 2 et 3 mars prochains.A notre habitude, les intervenants auront pour mission de satisfaire la curiosité des amateurs et curieux sans lesquels la recherche historique resterait vaine.

Programme :

MERCREDI 2 MARS

9h30 : Café.

9h45 : Présentation générale, par Martine Debieuvre.

Petite géographie économique du Paris historique par Christophe Henry et Sébastien Chauffour.

Première session : Surgissement d’une capitale.

Présidence : Sébastien Chauffour (Bibliothèque de l’INHA).

10h15 : La matière d’un grand dessein ? Physionomies de Paris aux XIIIe et XIVe siècles par Léa d’Hommée-Kchouk (Université de Paris 1).

10h45 : Notre-Dame de Paris : archéologie d’un mythe cathédrale par Véronique Soulay (Université Paris-Sorbonne).

11h15 : Débat.

Deuxième session : Quelques agréments du grand Siècle.

Présidence : Marc Bayard (Mobilier national).

11h30 : L’eau et les bains dans l’habitat parisien des XVII-XVIIIe siècles par Ronan Bouttier (université Paris-Sorbonne).

12h : Tous acteurs : l’intérieur des salles de spectacles à Paris au XVIIIe siècle et sous la Révolution par Hadrien Volle (Université Paris 1).

12h30 : Débat.

12h45 : Déjeuner collégial.

Troisième session : La métropole artistique.

Présidence : Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art).

14h : Autour de Gabriel de Saint-Aubin : les artistes parisiens établis hors de l’Académie royale de peinture et de sculpture au XVIIIe siècle par Maël Tauziède-Espariat (Université de Bourgogne).

15h00 : Des dominos aux décors panoramiques : l’art du papier peint à Paris au XVIIIe siècle par Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne).

15h30 : Les ébénistes allemands à Paris au XVIIIe siècle par Miriam Schefzyk (Université de Münster).

16h00 : Débat.

16h30 : Pause café.

Quatrième session : L’architecture ou la mise en oeuvre des idées.

Présidence : Christophe Henry (Académie de Versailles).

16h45 : La maison parisienne des Lumières par Youri Carbonnier (Université d’Artois).

17h15 : Paris nouvelle Rome au XVIIIe siècle par Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art)

17h14 : Débat.

18h00 : Fin de la première journée.

JEUDI 3 MARS

9h30 : Visite des ateliers de la COARC sous la direction de Marie Monfort (COARC).

12h : Déjeuner collégial.

Cinquième session : La quête des plaisirs et des jouissances.

Présidence : Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

14h : Dans les méandres de la prostitution close parisienne (1804-1946) par Alison Gorel-Le Pennec (Université Paris 1) et Juan Luque (Ecole du Louvre).

14h30 : Le commerce de mode parisien ou Watteau à l’exposition universelle de 1900 par Laetitia Pierre (Centre allemand d’histoire de l’art).

15h : Débat.

Sixième session : Sous l’oeil du baron Haussmann.

Présidence : Benjamin Couilleaux (Musée Cognacq-Jay).

15h30 : La fabrique de la Samaritaine par Charlotte Duvette (Université Paris1).

16h00 : Rhétorique du monument civil : la Défense de Paris de Louis-Ernest Barrias (1883) par Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

16h30 : Une demeure parisienne pour l’industrie textile : l’Hôtel Mezzara d’Hector Guimard par Olivier Pons et Nicolas Horiot (Paris, Association Le Cercle Guimard).

17h : Débat et pause café.

Septième session : Modernité ou vandalisme ?

Présidence : Christophe Leribault (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

17h15 : De l’atelier des rois au chaudron de la révolte : les mutations exemplaires du quartier Saint-Antoine par Pauline Rossi (Université Paris-Sorbonne).

17h45 : Le Marais : destin du quartier qui inspira la loi Malraux par Alexandre Burtard (Atelier d’architecture et d’urbanisme Blanc-Duché, chargé d’études du secteur sauvegardé du Marais ).

18h15 : Discussion plénière.