Archives par étiquette : Antiquité

Cycle de conférences : « Activité de recherche de conservateurs restaurateurs »

Antoine Vestier, Jean-Henri Riesener (1734-1806) [détail], 1786, huile sur toile, 95,5 x 76 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-GP

Ce premier cycle de conférences rend compte de l’activité de recherche de conservateurs restaurateurs du patrimoine soutenue dans le cadre d’une thèse de doctorat. Les conférenciers s’attacheront à présenter les modalités d’une recherche en conservation restauration et ses fondements épistémologiques. A travers des cas d’étude comme les polychromies antiques ou la production de Monet, ils montreront comment l’étude de la matérialité (étude des traces, interprétation des gestes et des procédés) éclairent de façon nouvelle des corpus d’artefacts et dans le même temps les pratiques artistiques et artisanales.

23 janvier : Docteure Brigitte Bourgeois Étude des polychromies antiques : interprétation des traces.

13 février : Docteure Clothilde Proust Les ateliers du Musée des Antiquités nationales. Aux origines de la restauration en archéologie.

10 avril : Docteure Bénedicte Trémolières Eléments pour une histoire matérielle de l’impressionnisme : Les Cathédrales de Claude Monet.

15 mai : Marc André Paulin (Doctorant Paris 1 – C2RMF) Expérience de recherche au Getty-Los Angeles – Etude de la production de Riesener Continuer la lecture

Présentation d’ouvrage : « L’artiste et l’antiquaire. L’étude de l’antique et son imaginaire à l’époque moderne. »

Type : présentation d’ouvrage

Date : 5 décembre 2017, 18h-20h

Lieu : Salle Vasari, Institut national d’histoire de l’art

L’artiste et l’antiquaire. L’étude de l’antique et son imaginaire à l’époque moderne, sous la direction d’Emmanuel Lurin et de Delphine Morana Burlot

Avec le développement de l’humanisme et la redécouverte de l’art antique, l’Antiquité est apparue comme un nouveau champ d’investigation et une source d’inspiration inépuisable. Les érudits et savants qui s’y sont intéressés, les « antiquaires », ont collaboré avec de nombreux dessinateurs, peintres et architectes, mais aussi avec des illustrateurs, des graveurs et des professionnels du livre, pour mener leurs recherches sur ces objets qui les passionnaient. L’objet de ce livre est de mettre en lumière une catégorie d’images qui interrogent constamment notre conception des techniques de reproduction artistique, de la représentation documentaire et du métier d’artiste dans les sociétés de l’époque moderne. Continuer la lecture

Conférence : « The reception of antiquity in Early Modern Times: Historiography and Antiquarianism in Britain and Germany compared »

Joseph Mallord William Turner, Dido building Carthage, or The Rise of the Carthaginian Empire, 1815, oil on canvas, 155.5 x 230 cm, London, National Gallery.

 

Type : Conférence
Dates : 31 août – 2 septembre 2017
Lieu : University of Bayreuth, History Department/Prinz-Albert-Society, Coburg, Germany

The different views of antiquity, of one’s own, regional or local classical history and of ‘antique‘ remains in various parts of Europe – and, in a comparative perspective, beyond – have received a growing interest both in Britain and on the continent in recent years. And while it seems fair to say that overarching narratives of European Renaissance and Humanism, of transnational Baroque scholarship and Enlightenment remain dominant, we have come to a much more refined view of the different attitudes to « Antiquities“ and « the Antique“ in various parts of Early Modern Europe.

And it is not only those attitudes that were remarkably varied: behind them, different political and social conditions of scholarship in general and of individual historians and antiquaries in particular deserve close study. However, a comparison between Britain and Germany has rarely been sought, and in filling this – to our minds, substantial – gap, our conference intends to contribute to such a study.

Speakers include: Vittoria Feola (Padua/Oxford/Rome), Richard Hingley (Durham), Kelsey Jackson Williams (Stirling), Marian Nebelin (Chemnitz), Ronny Kaiser (Berlin), William Stenhouse (New York), Silvia Pfister (Coburg); keynote speaker will be Caspar Hirschi (St. Gallen).

The Prince-Albert-Society (Patron: HRH The Duke of Edinburgh) is a scholarly society founded in 1981 and devoted to research on scientific, cultural and political aspects of Anglo-German relations. Since ist beginnings, the society has organized annual conferences on a wide range of relevant topics. A joint foundation of the town of Coburg and the University of Bayreuth, the society is based in Coburg, an historic town of 40.000 inhabitants in the north of Bavaria and former seat of the dukes of Saxe-Coburg and Gotha.

Publication : « Baroque Antiquity. Archaeological Imagination in Early Modern Europe ».

TSCHUDI Victor Plahte, Baroque Antiquity. Archaeological Imagination in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge university press, septembre 2016, 100 p.

TSCHUDI Victor Plahte, Baroque Antiquity. Archaeological Imagination in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge university press, septembre 2016, 100 p.

Présentation de l’éditeur :

Why were seventeenth-century antiquarians so spectacularly wrong? Even if they knew what ancient monuments looked like, they deliberately distorted the representation of them in print. Deciphering the printed reconstructions of Giacomo Lauro and Athanasius Kircher, this pioneering study uncovers an antiquity born with print culture itself and from the need to accommodate competitive publishers, ambitious patrons and powerful popes. By analysing the elements of fantasy in Lauro and Kircher’s archaeological visions, new levels of meaning appear. Instead of being testimonies of failed archaeology, they emerge as complex architectural messages responding to moral, political, and religious issues of the day. This book combines several histories – print, archaeology, and architecture – in the attempt to identify early modern strategies of recovering lost Rome. Many books have been written on antiquity in the Renaissance, but this book defines an antiquity that is particularly Baroque.

Victor Plahte Tschudi is a Professor in Architectural History at the Oslo School of Architecture and Design. He writes on the interpretation of Roman monuments in texts and images from the Renaissance to the present.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Conférence du GRHAM : « Histoires d’enquêtes… Parcours d’un « amateur » autodidacte » par Antoine Tarantino (Paris, 16 février 2016).

 

Luigi Garzi (1638-1731) Domine Quo Vadis ?, début du XVIIIe siècle, huile sur toile, 63 x 48 cm, Paris, galerie Antoine Tarantino.

Luigi Garzi (1638-1731), Domine Quo Vadis ?, début du XVIIIe siècle, huile sur toile, 63 x 48 cm, Paris, galerie Antoine Tarantino.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 16 février 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Après avoir commencé très jeune une carrière militaire qui le conduit à Paris, dans la Garde Républicaine, Antoine Tarantino se passionne pour les dessins et tableaux anciens, notamment à la suite de l’exposition « Seicento » au Grand Palais puis des premières éditions du « Salon du Dessin ». Il quitte l’armée afin de collaborer à la préparation de l’exposition « De Versailles à Paris, le destin des collections royales » organisée par Jacques Charles-Gaffiot pour la Mairie du Ve Arrondissement en 1989. Il commence un cursus à l’Ecole du Louvre qu’il interrompt peu de temps après, finalement plus attiré par le côté concret d’une collection et par le côté « enquête » des recherches. Il collabore pendant quelques années avec les marchands Jacques Fischer, spécialiste du XIXème siècle et Jean Philippe Mariaud de Serres, spécialisé en archéologie, avant d’ouvrir sa propre galerie en juin 2007. Il est entretemps admis au sein de la CEEA (Chambre Européenne des Experts d’Art) puis de IADAA (International Association of Dealers in Ancient Art).

La galerie, située au cœur du quartier de la Nouvelle Athènes, est adaptée à la fois aux tableaux de grand format et aux objets archéologiques tels que les sculptures en marbre, les vases grecs et les intailles.

Une petite salle est également consacrée aux arts graphiques et permet de présenter une sélection d’artistes essentiellement italiens du XVIe au XVIIIe siècle.

La Galerie Tarantino a régulièrement l’occasion de proposer des expositions thématiques qui favorisent la connaissance et la diffusion de l’archéologie classique comme de l’art italien Celles-ci sont toujours accompagnées par des catalogues auxquels participent les spécialistes concernés.

  • L’Antiquité Révélée, à la Galerie Daniel Greiner en février 2007.
  • Emilia Pittrice, tableaux et dessins bolonais du XVIe au XVIIIe siècle,du 10 décembre 2007 au 31 janvier 2008.
  • Rome 1660, l’Explosion Baroque, du 18 novembre 2008 au 31 janvier 2009.
  • Peindre à Rome, du 16 mars au 21 avril 2011.
  • Cabinet d’Antiques, du 16 novembre au 16 décembre 2016.
  • Rome, de Barocci à Fragonard, du 20 mars au 8 juin 2013.
  • Les Fastes du Pouvoir, du 25 mars au 28 mai 2014.
  • A venir : L’Art et la Manière, du 29 mars au 31 mai 2016.

Après une communication revenant sur les spécificités de son métier ainsi que sur son rapport à l’art des XVIIe et XVIIIe siècles, Antoine Tarantino échangera avec la salle sur ces diverses thématiques mais également sur les plus belles découvertes de sa carrière.