Archives par étiquette : André-Charles Boulle

Journée d’étude : « Aménagement intérieur et cohabitation des styles aux époques moderne et contemporaine »

Type : Journée d’étude (entrée libre)
Date et horaire : lundi 19 mars 2018 – 9h30-17h
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).

Cette journée d’étude propose d’interroger la manière usuelle et pragmatique d’adapter dans un espace domestique des objets qui n’étaient originellement pas destinés à se rencontrer, en jouant malgré ou avec leur dissemblance.

Si l’histoire de l’art nous met souvent en présence d’intérieurs où l’harmonie décorative est conçue selon l’idéal d’une « œuvre d’art totale », c’est ici un versant opposé qui sera examiné. Il s’agit en effet d’offrir plusieurs réflexions issues de rapprochements inattendus et parfois surprenants que peuvent susciter des assortiments hétérogènes d’objets de natures et d’époques diverses. Ce sujet rejoint l’histoire du goût et des collections : il place au cœur du débat la nécessité pratique pour un collectionneur, marchand ou particulier, de composer un intérieur à partir d’éléments disparates par leur âge, leur forme ou leur usage.

Les cas convoqués montrent l’étendue des possibilités, certains ayant choisi d’associer leur mobilier ancien à des œuvres d’art moderne, d’autres un mobilier moderne à des œuvres anciennes, ou encore de mêler plus largement différentes typologies de collections dans un même espace, tout en laissant présager un souci de l’effet d’ensemble. Foisonnants et éclectiques, ces intérieurs prônent pour ainsi dire le désordre organisé. De même, leurs composantes, œuvres et objets d’art, tantôt perçues comme des sources de délectation, tantôt envisagées avec une finalité plus triviale, se présentent en constante mutation. Ils deviennent dès lors problématiques pour l’historien chargé de les interpréter de façon cohérente, souvent tenté de les catégoriser et d’en fixer un sens unique dans le temps et l’espace. Continuer la lecture

Sotheby’s en avril

 

Jean-François Dubut, secrétaire en laque du Japon, 1750, bois de rose et d'amarante, montures de bronze doré, 122 x 64 x 32 cm.

Jean-François Dubut, secrétaire en laque du Japon, 1750, bois de rose et d’amarante, montures de bronze doré, 122 x 64 x 32 cm.

La vente du 19 avril qui se tient à Paris (10h30) propose un bureau plat (80 x 182 x 89 cm) en marqueterie de cuivre et ébène et ornementation de bronze doré d’époque Régence, attribué à André-Charles Boulle (1642 – 1732), vers 1710-1720 (lot n° 139, entre 200 000 et 300 000 €), une paire de bergères (98 x 77 cm) en hêtre sculpté relaqué crème et rechampi bleu d’époque Louis XV, vers 1750, estampillée I.AVISSE (lot n° 212, entre 120 000 et 180 000 €). Le maître menuisier Jean Avisse (1723 – 1796) travailla essentiellement pour des marchands tapissiers et son estampille se trouve aussi bien sur des sièges rocaille que Louis XV ou Louis XVI. A noter aussi un secrétaire en laque du Japon (122 x 64 x 32 cm), placage de bois de rose et d’amarante et montures de bronze doré d’époque Louis XV, estampillé I.F. DUBUT, vers 1750 (lot n° 216, estimé entre 80 000 et 120 000 €). Il constitue l’exemple le plus abouti d’un ensemble de quatre secrétaires de dimensions similaires qui ont pour particularité de présenter une façade de forme violonnée combinée à un décor de panneaux de laque du Japon. L’un d’entre eux est conservé au musée des Arts Décoratifs à Paris (il porte l’estampille de Leleu probablement intervenu comme restaurateur).

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

La vente du 27 avril à Londres (10h30) compte parmi les œuvres proposées un tableau d’Isaak van Nickelen (Haarlem 1632 – 1703 Kassel) représentant l’intérieur de St Bavo à Haarlem (lot n° 728 estimé entre 20 000 et 30 000 £) ainsi qu’un tableau de Pietro della Vecchia (Venise, 1603 – 1678) représentant Titien (lot n° 766, estimé entre 20 000 et 30 000 £). Longtemps considéré comme un autoportrait de Titien, il a été réattribué à della Vecchia qui a pu se servir soit d’une gravure de Giovanni Britto datant de 1550, soit d’un autoportrait de Titien (dont l’authenticité n’est néanmoins pas prouvée) aujourd’hui disparu, décrit par Marco Boschini dans une lettre de 1675 adressée au cardinal Léopold de Médicis. Continuer la lecture

Journée d’étude : Research Seminar on European Furniture for Sir Nicholas Goodison in celebration of 25 years as President of the Society

André-Charles Boulle, Miroir de toilette, 1713, 73 x 56 cm, Londres, wallace Collection.

André-Charles Boulle, Miroir de toilette, 1713, 73 x 56 cm, Londres, Wallace Collection.

Type : Journée d’étude

Date : vendredi 20 novembre 2015

Lieu : The Wallace Collection, Hertford House, Manchester Square, London W1

Organisation : The Furniture History Society

Présentation : Following the success of its two previous FHS Research Seminars, held in London in 2012 and in New York in 2014, the Society is delighted to announce that a third Research Seminar will take place, once again hosted by the Wallace Collection, on 20 November 2015.  This year, the Seminar will be held in honour of Sir Nicholas Goodison, in celebration of his 25 years as President of the Society.

Programme : Ten speakers – all at an early stage of their career – will present short papers on their current research, with papers encompassing a broad chronological and geographical representation of European furniture history.

10.00 – 10.20 : Registration and coffee

10.20 – 10.30 : Welcome

10.30 – 10.55 : Ada de Wit (Radboud University, Nijmegen / The Wallace Collection) : Anglo-Dutch relationships in seventeenth-century wood carving

10.55 – 11.20 : Olivia Fryman (Historic Royal Palaces) : A leather chest of drawers from the household of Queen Anne

11.20 – 11.45 : Esther van der Hoorn (Rijksmuseum) : Patterns of production, invention and taste in a late 17th-century design for a chaise à porteurs in the Rijksmuseum

11.45 – 12.10 : Jean-Baptiste Corne (Ecole du Louvre) : Georges Jacob and the Rousseau Brothers: Enlightenment of a brief cooperation

12.10 – 12.35 : Annemarie Klootwijk (Duivenvoorde Castle, The Netherlands) : A set of rococo trumeaus at Duivenvoorde castle

12.35 – 13.00 : Discussion

13.00 – 14.00 : Lunch (not included in ticket price)

14.00 – 14.25 : Julie Godin (Université de Nantes) : Regency furniture at Chatsworth: from classical revival to chinoiserie

14.25 – 14.50 : Christiane Ernek-van der Goes (Staatliche Kunstsammlungen Dresden) : Johann August Türpe: rebel, entrepreneur and court cabinetmaker

14.50 – 15.15 : Tea

15.15 – 15.40 : Thomas Deshayes (Cultural Property section, Ministry of Defence, Paris) : Léopold Double: a French Lord Hertford?

15.40 – 16.05 : Caroline McCaffrey (University of Leeds) : Design influences on the furniture of Robert Lorimer

16.05 – 16.30 : Benjamin Zurstrassen (Musée Horta, Brussels) : Henry van de Velde’s furniture: between making and thinking

16.30 – 16.50 : Discussion

16.50 – 17.00 : Concluding remarks

Tickets are priced at £15 (£5 for student concessions) and are available from the Grants Secretary, Joanna Norman, email grants@furniturehistorysociety.org or tel: 07790 669240

The FHS Research Seminar is generously supported by the Oliver Ford Trust and the Wallace Collection.

Prochaines ventes chez Sotheby’s et Christie’s

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 - 1715, 89 x 126 x 54 cm

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 – 1715, 89 x 126 x 54 cm

Chez Sotheby’s, les ventes du 4 et 5 novembre à Paris proposent une importante commode ovale ou en tambour arrondi par les deux bouts en marqueterie à fond de de cuivre, écaille brune et étain gravés, placage d’ébène d’époque Louis XIV, réalisée vers 1705-1715, attribuée à André-Charles Boulle, estampillée E. Levasseur et JME et évaluée entre 800 000 et 1 200 000 € (lot 305). Il s’agit d’un prototype de ce qui allait devenir le meuble emblématique du XVIIIe siècle : la commode. La forme dérive des bureaux à huit pieds munis de tiroirs sur la longueur de la façade pour les adapter à leur nouvelle fonction de meuble de rangement. Avec six pieds cette commode témoigne d’une phase intermédiaire dans les recherches de l’ébéniste, puisque, dans le modèle abouti, seuls quatre pieds subsisteront avec un avant-corps central contenant les tiroirs.

Simon Deverberie, pendule au char d'Apollo, vers 1800, 60 x 73x 25,5 cm.

Simon Deverberie, pendule au char d’Apollo, vers 1800, 60 x 73 x 25,5 cm.

A signaler aussi une importante pendule au char d’Apollon en bronze patiné et doré d’époque Consulat, vers 1800, attribuée à Simon Deverberie (1764 – 1824) et évaluée entre 50 000 et 80 000 € (lot 426). Apollon couronné de lauriers et tenant sa lyre, est assis sur son char. Il est précédé par Mercure enfant prenant appui sur une tête de satyre et retenant deux chevaux cabrés aux yeux émaillés. Le dessin de cette pendule est conservé à l’INHA, avec une importante série de modèles « au nègre » qui ont fait la renommée du fondeur-ciseleur Simon Deverberie.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d'Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Chez Christie’s, la vente « Collection Marie-Antoinette » du 3 novembre à Paris propose un Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt (1719 – 1795) par Jean-Baptiste Perroneau (Paris 1715 – 1783 Amsterdam) évalué entre 50 000 et 70 000 € (lot 34) et un Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe (1696 – 1750) attribué à Maurice-Quentin de La Tour (Saint Quentin 1704 – 1788) évalué entre  50 000 et 70 000 € (lot 58).

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe,

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe, pastel, 60 x 48 cm.

Toujours chez Christie’s, la vente exceptionnelle du 4 novembre à Paris permettra d’admirer un bureau plat, son cartonnier et sa pendule de cartonnier d’époque Louis XVI avec estampille de Philippe-Claude Montigny (1734 – 1800) datant de 1760 – 1770, estimée à 2 000 000 – 3 000 000 € (lot 510) ainsi qu’une aiguière en or  réalisée par Henri Auguste (1759 – 1816) d’après un dessin attribué à Jean-Guillaume Moitte (1746 – 1810) en 1790 pour William Thomas Beckford (1760 – 1844) estimée à 1 200 000 – 1 800 000 € (lot 519). Dans ce qui devait être un des tout premier roman gothique, Vathek conte arabe, Beckford commence par décrire les cinq palais que le calife avait fait construire et qu’il destinait chacun «à la satisfaction d’un de ses sens[1] ». Parmi ceux-ci « Le palais nommé le Délice des yeux, ou le Support de la mémoire, était un enchantement continuel. Des raretés rassemblées de tous les coins du monde, s’y trouvaient en profusion & dans le plus bel ordre.[2] ». Nul doute que l’aiguière en or aurait pu y trouver une place de choix !

Henri Auguste d'après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Henri Auguste d’après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Florence Fesneau


 

[1] William Beckford, Vathek conte arabe, Paris, Poinçot, 1787 (1786), p. 4

[2] Id. p. 4 – 5.