Appel à communications : Transferts culturels et tensions autour du modèle exogène. Architecture et aménagement du territoire. Le royaume de France et ses provinces dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles

Type : Journée d’étude
Date colloque : 28 mars 2024
Lieu : Université de Poitiers

Propositions à rendre au plus tard le 31 janvier 2024
Voir :
Appel à communications : Journée d’études : Transferts culturels et tensions autour du modèle exogène. Architecture et aménagement du territoire. Le royaume de France et ses provinces dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles – Laboratoire Criham (univ-poitiers.fr)

Croisée puisée d’après les édifices de Rome ; Croisée toscane au rez-de-chaussée du Luxembourg, gravures publiées dans Jacques-François Blondel, Cours d’architecture…, Paris, chez Desaint, 1771-1777, t. III, pl. XXXI-XXXII. Crédit photographique : ETH Zürich / E-Rara.

Argumentaire

Durant l’Ancien Régime, un réseau de relations intense a alimenté les échanges entre les foyers artistiques principaux mais également à travers des centres de production dits secondaires voire subalternes. L’étude des mobilités des hommes, des objets et des idées montre une variété des pratiques et des circulations qui oblige aujourd’hui à opérer des décentrements vers des modèles de compréhension des territoires et des phénomènes d’appropriation, hors du schéma, initié dès les années 1980 par E. Castelnuovo et C. Ginzburg sur le rapport entre centre et périphéries [1]. Dans un renouvellement des perspectives d’étude, ce cadre analytique fondateur mais désormais trop restrictif doit être reformulé pour mettre en place une réflexion autour de dynamiques spatiales qui s’intéressent aux capitales provinciales, aux villes frontières, aux territoires ruraux et aux arcs de circulation qui traversent l’Europe en marge des axes principaux. Continuer la lecture de Appel à communications : Transferts culturels et tensions autour du modèle exogène. Architecture et aménagement du territoire. Le royaume de France et ses provinces dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles

Soutenance de thèse : ” Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture” par Marine Roberton

Louis Galloche, Hercule rendant Alceste à Admète, 1711, huile sur toile, 161 x 193 cm, Paris, Beaux-Arts de Paris.

 

Type : Soutenance de thèse

Date : 16 décembre 2022 à 12h30

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle  Fabri de Peiresc

 

L’ED 441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Marine ROBERTON, préparée sous la direction du professeur Étienne Jollet.

Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture

Le 16 décembre 2022

À 12h30, salle Fabri de Peiresc, Galerie Colbert.

Membres du jury

Mme Susanna CAVIGLIA-BRUNEL, Associate Professor of Art, Duke university, Examinatrice

Mme Christine GOUZI, Professeure des universités, Sorbonne Université, Examinatrice 

M. Martial GUÉDRON, Professeur des universités, Université de Strasbourg, rapporteur

Étienne JOLLET, Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse

Mme Sophie RAUX, Professeure des universités, Université Lyon 2, Rapporteuse

Résumé 

Né au sein d’une famille de marchands, Louis Galloche appartient à la petite bourgeoisie parisienne. Son père, qui nourrit pour lui de grandes ambitions, confie son éducation aux Jésuites dans l’espoir de le voir un jour accéder à des fonctions importantes, mais sa scolarité révèle surtout sa grande dévotion. Un moment tenté par les ordres, il renonce au monde des offices afin de se consacrer à la peinture, sa vocation. Le choix de ce métier, qui lui permet de vivre ses convictions religieuses tout en donnant libre cours à ses appétences artistiques, est tout à fait révélateur de sa personnalité. Louis Galloche est en effet un homme de la synthèse. Formé au métier de peintre dans l’atelier de Louis de Boullogne le Jeune, il élabore une esthétique qui mêle les leçons de son maître à celles des Jésuites et qui trahit son très haut degré d’éducation. De retour de Rome, il travaille pour les églises et les couvents parisiens et fonde une « école » au sein de laquelle il forme notamment François Lemoyne et Charles-Joseph Natoire. Agréé à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture en 1703, il en gravit tous les échelons et accède ainsi au grade de chancelier en 1754. Compte tenu de son statut, il contribue activement à la mise en œuvre des différentes politiques de cette institution. Il participe aux concours de 1727 et de 1747. Il expose aux Salons et reçoit plusieurs commandes royales entre 1720 et 1750. Lorsque Charles-Antoine Coypel est nommé directeur de l’Académie, Louis Galloche adhère sans réserve à ses réformes. C’est notamment dans ce contexte qu’il écrit et qu’il lit, au cours de quatre conférences, entre 1750 et 1753, son Traité de peinture.

Mots-clés : Louis Galloche, Jésuites, Peinture, Peinture religieuse, Théorie de l’art, Académie royale de Peinture et de Sculpture, Ancien Régime, XVIIIe siècle.

Journée d’étude du GRHAM : « Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ? » / « Figures of Widows in Modern Era (17th and 18th centuries): Images of an Accepted, Hidden, Claimed Social Status? »

Type : journée d’étude.
Date de l’événement : 15 juin 2021.
Lieu : en ligne (Zoom), sur inscription asso.grham@gmail.com

Programme : 

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Introduction, Scarlett BEAUVALET-BOUTOUYRIE, professeure à l’Université de Picardie

9h45-11h15 : Pouvoir et rôle politique dans “l’Europe” de l’Ancien Régime

Modération : Maël Tauziède-Espariat, chercheur associé à l’Université de Bourgogne

Veuves royales : représentations politiques du veuvage en France et en Angleterre à l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe), Julie ÖZCAN, doctorante en Histoire et Civilisation à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Christine de France, duchesse et régente de Piémont-Savoie (1619-1663). Entre l’être et le paraître, le statut politique et social d’une veuve Femme d’État, Florine VITAL-DURAND, chercheuse associée à l’Université Grenoble Alpes

L’obscur et l’éclat : concilier gouvernement et viduité sous la régence d’Anne d’Autriche , Damien BRIL, chercheur à l’École du Louvre Continuer la lecture de Journée d’étude du GRHAM : « Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ? » / « Figures of Widows in Modern Era (17th and 18th centuries): Images of an Accepted, Hidden, Claimed Social Status? »

Appel à communication : Journée d’études du GRHAM “Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ?” / “Figures of Widows in Modern Era (17th and 18th centuries): Images of an Accepted, Hidden, Claimed Social Status?”

 

15 juin / 15th June 2021, Paris Galerie Colbert

J.-B. Greuze, La veuve et son prêtre, v. 1784, huile sur toile, 128 x 160 cm, Saint-Pétersbourg, Ermitage

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 mars 2021.
Date de l’événement : 15 juin 2021.
Lieu :  Galerie Colbert, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Femme et veuve sous l’Ancien Régime ? Les images qui permettent de définir la première abondent qu’il s’agisse de décrire une femme séduisante, une femme d’influence ou une femme du peuple. En revanche les images qui pourraient caractériser la seconde restent floues. De fait, la veuve se définit avant tout par la négative ; une veuve, c’est « celle qui a perdu son mari[1] ». La condition sociale imposée par le veuvage est jugée moins favorable que celle de la femme mariée, le Dictionnaire de Trévoux précisant qu’une « veuve pleure son mari, moins pour son mari, que parce qu’elle se voit déchue du rang qu’elle tenoit, et de la considération où elle étoit[2] », ce qui peut conduire cette dernière à des expédients condamnables : « La veuve soustrait souvent et recèle les plus beaux meubles de son mari[3] ». À l’opposé de cette vision peu séduisante, le statut de veuve semble toutefois offrir aux femmes une liberté que ne connaissent ni les filles ni les épouses[4].

Continuer la lecture de Appel à communication : Journée d’études du GRHAM “Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ?” / “Figures of Widows in Modern Era (17th and 18th centuries): Images of an Accepted, Hidden, Claimed Social Status?”

Congrès annuel du DFK Paris : L’art de l’Ancien Régime : sortir du rang

Type : Colloque
Dates : 14 – 15 juin 2018
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

L’art de l’Ancien Régime : sortir du rang

Avec son sujet annuel 2017/2018 dédié à l’art de l’Ancien Régime, le Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) Paris réunit une équipe de neuf doctorants et post-doctorants, co-dirigée par Thomas Kirchner (directeur du DFK Paris) et Sophie Raux (Université Lumière Lyon 2 – LARHRA). Ce colloque conclut une année de recherche riche en échanges et rencontres : il permet de présenter les grands axes du travail réalisé et d’initier des discussions avec des chercheurs invités, afin d’ouvrir de nouvelles pistes et perspectives. Continuer la lecture de Congrès annuel du DFK Paris : L’art de l’Ancien Régime : sortir du rang

Conférence : « “Vanity of vanities, […] all is vanity”. Breath, Time, and Standstill in the Baroque Vanitas Still Life ».

Harmen Steenwijck, Vanitas-Still Life, ca. 1640, Oil on wood panel, 39,2 x 50,7 cm, National Gallery, London

Type : Conférence
Date et heure : 13 mars 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence en anglais proposée par Karin Leonhard, Professeur d’histoire de l’art, Universität Konstanz.

What exactly characterizes vanitas-still lives and in what way do they differ from other forms of the genre of still life? A commonplace would be to consider them primarily as the programmatic expression of the volatile nature of earthly vanity, completing the representation of inanimate objects with symbols of fugacity (e.g. hourglass or clock, skull, extinct candle, etc.). The conference aims at critically questioning this kind of interpretation and proposes a new reading of this artistic genre.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence : « Être architecte au XVIIIe siècle : Les profils de carrière de l’Ancien Régime à l’Empire ».

Jean-Charles DELAFOSSE, « Trophée de la Menuiserie », Nouvelle iconologie historique […], Livre X, pl. 107, Paris, chez l’auteur, 1768. Source gallica.bnf.fr/BnF

Type : Conférence
Date et heure : 6 février 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Marie-Luce Pujalte-Fraysse, Maître de conférences d’histoire de l’art moderne, Université de Poitiers.

Dans sa vaste entreprise éditoriale sur l’Art français, André Chastel déclarait qu’une globalisation de la réflexion sur l’avant et l’après-Révolution ne pouvait qu’être néfaste pour la connaissance des arts car celle-ci ne doit pas être assujettie à la grille que « les faits politiques ont tendance à imposer à tous les aspects de la vie historique »[1]. Il en concluait que la révolution politique et sociale ne pouvait pas tout expliquer même si « la vie artistique ne pouvait rester indemne » face à la crise sans précédent que la France avait connue. En effet, l’artiste du XVIIIe siècle n’est plus le même ni pendant les temps révolutionnaires ni après du fait de la nécessaire adaptabilité et réinvention que la création artistique réclama alors. Les positions idéologiques, les pratiques peuvent comporter des contradictions pour des hommes qui pour la plupart ont vécu sous l’Ancien Régime, qui ont déjà construit une carrière sous la monarchie et qui se trouvent désormais confrontés à un éventail de possibilités, souvent contraires à leur première vie.

Éminemment liés au pouvoir royal, les architectes du Roi forment une caste au sommet de la hiérarchie professionnelle et de l’échelle sociale dont la visibilité est particulièrement intéressante à étudier dans une des périodes de transition les plus marquantes de l’Histoire. Les grands noms tels que Chalgrin, Brongniart, Gondoin dont les chefs-d’œuvre ont marqué la culture architecturale ne sauraient cacher la diversité des positionnements que l’on découvre au gré des études de cas micro-historiques consacrés à des architectes méconnus de l’historiographie contemporaine.

[1] A. Chastel, L’Art français, Le temps de l’éloquence 1775-1825, vol. IV, 2000 (1ère éd. Posthume en 1996), p.7.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence : “Iconographies du vêtement et de la mode, images de temporalité”.

Planche histoire de la mode en France du Moyen Âge et de la Renaissance, Larousse universel édition 1922

Type : Conférence
Date et heure : 16 Janvier 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Isabelle Paresys, maîtresse de conférences en histoire culturelle à l’université de Lille SHS, laboratoire IRHiS / CNRS. Elle mène des recherches sur le vêtement et la mode à l’époque moderne ainsi que sur les représentations de ceux-ci par le cinéma français.

L’objectif de la conférence est de s’interroger sur la relation que les « images de mode » entretiennent avec le temps. Les études sur la mode insistent principalement sur la sémiotique des apparences ou analysent les esthétiques de leurs représentations visuelles. Pourtant, dans une perspective historique longue, on ne peut faire abstraction du rôle que les vêtements à la mode jouent comme marqueurs de temporalité dans notre culture visuelle. On abordera donc la naissance d’une iconographie spécifique du vêtement à partir de la Renaissance. On verra comment l’imagerie vestimentaire essaya de rendre compte de la temporalité de la mode présente et passé en s’enrichissant de nouveaux genres éditoriaux entre le XVIIe et le XIXe siècles, jusqu’à ce que le cinéma propose une rétrovision animée de la mode dans les films historiques ou dit « à costumes ».

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Conférence du GRHAM : « Les grands mays de Notre-Dame de Paris : peinture, Église et monarchie au XVIIe siècle » (Paris, 12 octobre 2017).

J.F. Depelchin, Vue intérieure de Notre-Dame en 1789, 1789, Huile sur bois, 43 x 54 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 12 octobre 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Cette année, le GRHAM a choisi d’inviter Delphine Bastet, docteur en histoire de l’art et attachée de conservation du Patrimoine au Museon Arlaten (Bouches-du-Rhône), pour ouvrir son cycle de conférences mensuelles.

La communication de Delphine Bastet traitera des mays de Notre-Dame, un sujet auquel elle a consacré sa thèse de doctorat.

Les grands mays de Notre-Dame furent l’un des ornements principaux de la cathédrale de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles. Offerts annuellement de 1630 à 1707, ils constituèrent une série majeure pour l’histoire des tableaux d’église de grand format et la première exposition permanente de peinture française. Continuer la lecture de Conférence du GRHAM : « Les grands mays de Notre-Dame de Paris : peinture, Église et monarchie au XVIIe siècle » (Paris, 12 octobre 2017).

Conférence : “Explorer virtuellement un haut lieu du commerce d’art, à Paris, sous la Régence”.

Antoine Watteau, L’Enseigne de Gersaint, 1720, huile sur toile, 166 × 306 m, Berlin,
Château de Charlottenburg,

Type : Conférence
Date et heure : 11 Octobre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Sophie Raux, professeur d’histoire de l’art à l’Université Lumière Lyon 2.

Sous l’Ancien Régime, le pont Notre-Dame à Paris était surmonté de deux rangées de maisons délimitant une rue pavée, bordée de boutiques, abritant une soixantaine de marchands pour la plupart liés au commerce d’art et de luxe. À certains moments de son histoire, il a réuni une concentration de marchands de tableaux sans équivalent à cette échelle en Europe. Parmi ceux-ci, s’est imposé dans la première moitié du XVIIIe siècle Edme-François Gersaint, pour qui Jean-Antoine Watteau peignit, en 1720, la fameuse Enseigne de Gersaint.

La conférence rendra compte des résultats d’une équipe de recherche interdisciplinaire, associant histoire de l’art, histoire urbaine et informatique, et ayant eu pour but de faire progresser l’étude de ce milieu socio-professionnel et de son environnement urbain, par le recours aux technologies numériques. L’un des objectifs de ce travail a été de redonner une forme de visibilité à l’environnement disparu d’un tableau singulier devenu l’une des grandes icônes de l’histoire de l’art afin de mieux en saisir le sens, ce dernier ne pouvant être dissocié de la destination et de la fonction d’origine de l’œuvre.

Plus globalement, dans cette étude de cas micro-historique, la visualisation de données et la restitution en images numériques ont été envisagées comme des outils d’analyse en histoire de l’art et non comme une fin en soi. La méthode aura eu le mérite de mettre à l’épreuve les sources, et de tester la validité d’hypothèses, pour aboutir à de nouvelles questions et de nouvelles propositions.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search