Archives par étiquette : Alexandra Michaud

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture

Journée d’étude : “Bouchardon et ses contemporains”.

Edme Bouchardon, Faune endormi, 1726-1730, marbre, 1,84 x 1,42 x 1,19 m, Paris, musée du Louvre.

Edme Bouchardon, Faune endormi, 1726-1730, marbre, 1,84 x 1,42 x 1,19 m, Paris, musée du Louvre.

Type : journée d’étude.
Date de la manifestation : mercredi 16 novembre 2016 à partir de 10h.
Lieu : Paris, auditorium du musée du Louvre.

Programme :

Introduction par Guilhem Scherf et Juliette Trey, musée du Louvre.

Matin

Président de séance : Edouard Kopp, Fogg Museum, Harvard.

10h Boucher et Bouchardon dessinateurs par Alastair Laing, the National Trust, Londres.

10h30 Edme Bouchardon et Gabriel Huquier : l’artiste et son éditeur par Peter Fuhring, Fondation Custodia, Paris.

11h Hommage ou exercice ? Les copies d’Edme Bouchardon par Pierre Charles Trémolières et Louis Claude Vassé par Juliette Trey, musée du Louvre.

11h30 Vassé (1717-1772) et Bouchardon. L’oeuvre d’un élève au regard de celle de son maître par Alexandra Michaud, université Paris-Sorbonne.

12h Un duel d’autorité. Caylus, Diderot et la vie d’Edme Bouchardon par Valérie Kobi, université de Bielefeld.

12h30 Questions.

Après-midi

Président de séance : Anne-Lise Desmas, Getty Museum, Los Angeles.

14h30 « Ce n’est pas là de la sculpture ». Edme Bouchardon et Jean-Baptiste Lemoyne : rivalités et émulation par Cécilie Champy-Vinas, Petit Palais, Paris.

15h Bouchardon et Pigalle : deux fortes personnalités, une estime réciproque par Guilhem Scherf, musée du Louvre.

15h30 Un cas exemplaire du goût Mariette : les dessins d’Hubert Robert d’après Bouchardon par Sarah Catala, université Lille 3.

16h La permanence du goût pour les dessins de Bouchardon. Jean-Baptiste Lucien (c. 1748-1806) et les graveurs en manière de crayon de la seconde génération par Sophie Raux, université Lyon 2.

16h30 1792-2007. La constitution du fonds Bouchardon au musée de Chaumont : oeuvres et archives par Raphaële Carreau, musées de Chaumont.

17h Questions.