Publication : « Louis XIV voyageur ».

LEVANTAL Christophe, Louis XIV voyageur, Paris, éditions du CNRS, 2019, 480 p.

Présentation de l’éditeur :

En contradiction avec l’image du personnage sédentaire que l’on garde trop souvent de lui, d’un souverain n’ayant pas ou presque pas quitté ses trois résidences successives (Paris, Saint-Germain et Versailles), Louis XIV fut un roi voyageur au cours de la plus grande partie de son règne.
Suivant le Roi-Soleil jour après jour, lieu après lieu, dès sa première jeunesse et pendant plus d’un demi-siècle, Christophe Levantal montre qu’il se déplaça presque chaque année, parcourant non seulement la France mais aussi plusieurs pays étrangers. Voyageur persévérant et même endurant pour des motifs très variés (éducatifs, religieux, familiaux, politiques, diplomatiques, militaires ou d’agrément), il trouvait dans cette activité une façon à la fois différente et complémentaire de régner, de gouverner et de vivre. Continuer la lecture

Publication : « Du corpus à l’exégèse : Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France ».

COUSINIE Frédéric (dir.), Du corpus à l’exégèse : Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, juin 2020, 400 p.

Présentation de l’éditeur :

Qu’est-ce qu’interpréter» un tableau ? Faut-il privilégier les intentions déclarées ou implicites de l’artiste et des commanditaires ? En rester aux interprétations contemporaines de l’œuvre, ou accueillir les réceptions postérieures ? Que faut-il interpréter: la composition, ses figures, l’histoire, les motifs ou les thèmes ? Et faut-il d’ailleurs toujours interpréter ? Toutes ces questions… sans cesse posées, reposées par l’historien de l’art et tout amateur de peinture trouvent dans ce volume un début de réponse à propos d’œuvres françaises du XVIIe siècle, le siècle précisément qui invente le terme d’herméneutique, «l’art de l’interprétation».

Continuer la lecture

Publication : « En quête du grand style : La peinture d’histoire britannique au XVIIIe siècle ».

BLANC Jan, En quête du grand style : La peinture d’histoire britannique au XVIIIe siècle, Genève, Droz, 2020, 634 p.

Présentation de l’éditeur :

Le XVIIIe siècle britannique n’a pas été seulement celui des portraitistes, des paysagistes ou des miniaturistes. Les peintres qui se sont consacrés aux sujets religieux, mythologiques, allégoriques, littéraires et historiques ont été également fort nombreux, même si leur rôle dans l’essor des arts en Grande-Bretagne a été singulièrement négligé. Continuer la lecture

Publication : « Chinese reverse glasspainting 1720-1820 : An artistic meeting between China and the West ».

AUDRIC Thierry, Chinese reverse glasspainting 1720-1820 : An artistic meeting between China and the West, Bern, Peter Lang, 2020, 240 p.

Présentation de l’éditeur :

Displaying a talent for combining aesthetic sensibility with scientific rigor, the author has given new life to something that once excited European passions: an original, non-academic art at the forefront of the ‘new technology’ of the time. For decades, aristocrats of the Old World and then American collectors (the latter at the end of the eighteenth and beginning of the nineteenth centuries) spent countless sums on the purchase of these works, which were worth a fortune. These wealthy collectors of curiosities of all types were also most certainly great dreamers seeking a worthy setting for their dreams. Unbeknownst to them, their endeavours had much greater scope, creating and nourishing the conditions for a rare encounter between two worlds: a golden age of atypical collaboration, a combined adventure between China and Europe.

Continuer la lecture

Publication : « Rosalba Carriera : Une Vénitienne dans l’Europe des Lumières : Entre peinture et écriture (1673-1757) ».

JULIEN Albane, Rosalba Carriera : Une Vénitienne dans l’Europe des Lumières : Entre peinture et écriture (1673-1757), Paris, L’Harmattan, 2019, 422 p.

Présentation de l’éditeur :

La Vénitienne Rosalba Carriera (1673-1757) acquit un succès international grâce à ses portraits et à sa maîtrise exceptionnelle du pastel. Auteure d’écrits riches et variés, elle est aussi connue comme poète et diariste. Dans cette étude, l’accent est mis, en premier lieu, sur l’oeuvre picturale et le parcours dans l’Europe du XVIIIe siècle de cette femme peintre, connue essentiellement pour ses portraits féminins. Puis l’ouvrage met l’accent sur ses qualités d’épistolière et de diariste et met en lumière l’autre facette de l’artiste, à savoir la femme de lettres en prise avec son temps dont elle fut un témoin attentif. Continuer la lecture

Publication : « Diderot et Watteau : Vers une poétique de l’image au XVIIIe siècle ».

BARTHA-KOVACS Katalin, Diderot et Watteau : Vers une poétique de l’image au XVIIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 2019, 256 p.

Présentation de l’éditeur :

Comment rapprocher Diderot et Watteau, dont les conceptions artistiques diffèrent ? C’est au croisement de la théorie de l’art, de la critique d’art et des études littéraires que ces essais proposent une réflexion peu conventionnelle sur les perceptions de l’image au XVIIIe siècle. Au fil de notions difficilement définissables, telles que la mélancolie, le rêve, la grâce ou la légèreté, aptes cependant à s’ériger en concepts esthétiques généraux, les études réunies visent à tracer les contours d’une poétique de l’image. À travers ces catégories, qui peuvent servir de lien entre Diderot et Watteau, l’ouvrage prétend porter un éclairage nouveau sur les questions artistiques et contribuer ainsi à la réinterprétation des notions propres à la théorie de l’art française de l’époque classique. Continuer la lecture

Publication : « Davidiennes : Les femmes peintres de l’atelier de Jacques-Louis David (1768-1825) ».

ARASA Yaelle, davidiennes : Les femmes peintres de l’atelier de Jacques-Louis David (1768-1825), Paris, L’Harmattan, 2019, 210 p.

Présentation de l’éditeur :

Entre 1768 et 1825, Jacques-Louis David tient un atelier formant à la peinture d’histoire, où quatre cent cinquante jeunes gens se pressent durant plus d’un demi-siècle. Parmi eux, vingt-six femmes dont établir l’identité est une gageure tant « l’atelier féminin » de David est protéiforme et changeant. Simples élèves, collaboratrices ou encore inspiratrices, les artistes réalisent nombre d’oeuvres, ouvrent des ateliers d’enseignement et exposent pendant plusieurs décennies au Salon où elles sont en compétition avec leurs collègues masculins. Ainsi Guillemine Benoist et Anne-Louis Girodet, parmi les plus brillants élèves de David, s’aventurent à présenter au public les portraits du Citoyen Belley (1797) et d’Une femme noire (1800), oeuvres en miroir, atypiques et virtuoses, représentant des modèles noirs. Continuer la lecture

Publication : « Les peintures transposées du Louvre : La transposition des peintures de chevalet en France de 1750 à 1848 ».

BARRES Frankline,Les peintures transposées du Louvre : La transposition des peintures de chevalet en France de 1750 à 1848, Paris, L’Harmattan, 2020, 410 p.

Présentation de l’éditeur :

La transposition est le traitement par lequel le support d’une peinture de chevalet (toile ou panneau) est enlevé pour être remplacé par un nouveau support. En raison du contexte historique qui entoure la naissance du musée du Louvre, il existe un grand nombre d’oeuvres transposées au sein des collections nationales. Si les problématiques liées à l’histoire et à la déontologie de la conservation du patrimoine ont largement été abordées durant les dernières décennies, aucune étude exhaustive et systématique concernant la métamorphose matérielle des peintures transposées ainsi que les matériaux ajoutés lors des transpositions n’avait été réalisée à ce jour. Grâce à l’existence d’une documentation suivie sur les restaurations des peintures du Louvre, il a été possible d’établir l’évolution de la technique en France entre 1750 et 1848. Les travaux des praticiens qui sont intervenus pour le musée du Louvre sont ainsi retracés sur près d’un siècle, une période au cours de laquelle la technique a effectué ses principales avancées et s’est dotée des règles méthodologiques qui, par la suite, n’ont pratiquement plus varié. Les conséquences esthétiques induites par ces interventions ainsi que certaines implications éthiques sont également évoquées. Continuer la lecture

Publication : « Caravaggio’s Cardsharps on Trial : Thwaytes v. Sotheby’s ».

SPEAR Richard E., Caravaggio’s Cardsharps on Trial : Thwaytes v. Sotheby’s, Londres, Paul Holberton Publishing, 2020, 384 p.

Présentation de l’éditeur :

Vividly written and handsomely illustrated, this account of Thwaytes v. Sotheby’s – one of the major art trials of recent times – will be of interest to dealers, conservators and lawyers as well as all admirers of Caravaggio.

In 2006 the late Sir Denis Mahon, a renowned Caravaggio scholar then aged ninety-six, bought at Sotheby’s in London for just £50,400 a version of the painter’s famous Cardsharps in the Kimbell Art Museum, Texas. He then announced that the canvas was not by a ‘follower’ of the artist, as Sotheby’s had stated, but was in fact Caravaggio’s first version of the Kimbell masterpiece. When the story broke, the press announced that the painting ‘may be worth up to £50m’. Shocked by the news, Lancelot Thwaytes, who had consigned the painting to Sotheby’s, sued the auction house for negligence. Continuer la lecture

Publication : « A Fistful of Shells : West Africa from the Rise of the Slave Trade to the Age of Revolution ».

GREEN Toby, A Fistful of Shells : West Africa from the Rise of the Slave Trade to the Age of Revolution, Chicago, The University of Chicago Press, 2019, 640 p.

Présentation de l’éditeur :

By the time the “Scramble for Africa” among European colonial powers began in the late nineteenth century, Africa had already been globally connected for centuries. Its gold had fueled the economies of Europe and the Islamic world for nearly a millennium, and the sophisticated kingdoms spanning its west coast had traded with Europeans since the fifteenth century. Until at least 1650, this was a trade of equals, using a variety of currencies—most importantly, cowrie shells imported from the Maldives and nzimbu shells imported from Brazil. But, as the slave trade grew, African kingdoms began to lose prominence in the growing global economy. We have been living with the effects of this shift ever since. Continuer la lecture

Appel à communication : « Virtuosity: Ethics and Aesthetics of the Technical Gesture from the Middle Ages to the 19th Century / Virtuosités. Éthique et esthétique du geste technique du Moyen Âge au XIXe siècle ».

Jean-Jacques de Boissieu, Autoportrait, 1796, gravure, 26,8 x 23,6 cm, Luxembourg, Villa Vauban.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 30 mai 2020.
Date de l’événement : du 14 au 16 janvier 2021.
Lieu :  Institut national d’histoire de l’art, Paris.

Technical skills and gestures have already been the subject of collective work aimed at studying them in their ethnological, anthropological, economic, technical or sociological dimension [Brill 2002, De Beaune 2013B, Bouillon, Guillerme Piernas 2017, Joulian, D’Onogrio 2006]. On one hand, industrial procedures for the most recent periods have been well studied by contemporary historians who have examined in particular their constitution, their dissemination and, more generally, the technical or cultural history of these industrial procedures [for instance Baudet 2004 or journals like the Revue d’histoire de la sidérurgie published in Nancy since 1960]. For earlier periods, on the other hand, the point of view most often adopted by historians and art historians to deal with the history of technology since the 1950s in particular was first that of historians of work and production [for instance Coquery, Hilaire-Perez, Sallmann, Verna 2004]. Few of them have considered technical gestures and know-how as historical objects, submitted to various cultural regimes. Continuer la lecture

Publication : « John Reeves : Pioneering Collector of Chinese Plants and Botanical Art ».

BAILEY Kate, John Reeves : Pioneering Collector of Chinese Plants and Botanical Art, New York, ACC Art Books, 2019, 176 p.

Présentation de l’éditeur :

This is the story of John Reeves (1774–1856) and the Reeves Collection of botanical paintings, the result of one man’s single-minded dedication to commissioning pictures and gathering plants for the Horticultural Society of London.

Reeves went to China in 1812 and immediately on arrival started sending back snippets of information about manufactures, plants and poetry, goods, gods, and tea to Sir Joseph Banks. Slightly later, he also started collecting for the Society. But despite years of work collecting, labelling, and packing plants and organising a team of Chinese artists until he left China in 1831, Reeves never enjoyed the same degree of recognition as other naturalists in China. This was possibly because he had a demanding job as a tea inspector. Reeves himself never claimed to be a professional naturalist, and the plant collecting and painting supervision were undertaken in his own time. Furthermore, fan qui (foreign devils) were restricted to the port area of Canton and to Macau, so that plant-hunting expeditions further afield were impossible. Furthermore, Reeves never published an account of his life in the country, unlike Clarke Abel and Robert Fortune, but he left us some letters, notebooks, drawings, and maps. Continuer la lecture

Publication :  » Italian Paintings in the Norton Simon Museum : The Seventeenth and Eighteenth Centuries ».

PENNY Nicholas, Italian Paintings in the Norton Simon Museum : The Seventeenth and Eighteenth Centuries, New Haven, Yale University Press, 2020, 416 p.

Présentation de l’éditeur :

The preeminent collector Norton Simon amassed more than 100 Italian paintings during his 35-year career, and today they stand among the treasures of the Norton Simon Museum. In this catalogue—the first of two volumes devoted to the museum’s Italian painting collection—noted art historian Sir Nicholas Penny pairs 47 paintings from the 17th and 18th centuries with in-depth commentary, skillfully interweaving tales from the artists’ lives, observations on the artists’ influences and patronage, and notes on provenance and frames. The works featured here include Guido Cagnacci’s (1601–1663) impressive Conversion of the Mary Magdalene and Guercino’s (1591–1666) formidable Aldovrandi Dog, among other works by such artists as Guido Reni (1610/12–1662), Luca Giordano (1634–1705), Giambattista Tiepolo (1696–1770), and Canaletto (1697–1768). This is an indispensable overview of one of the greatest collections of its kind in the United States.

Continuer la lecture

Appel à communication : « Représentation(s) : Cultures visuelles des spectacles marginaux, XVIIIe–XIXe siècles ».

Claude Gillot, Les Deux carrosses (scène de la comédie « la Foire Saint-Germain), début du XVIIIe siècle, huile sur toile, 127 x 160 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 31 mai 2020.
Date de l’événement : 12 et 13 novembre 2020.
Lieu :  Lausanne, université de Lausanne.

Le XVIIIe et le XIXe siècle ont connu un développement jusqu’alors inédit dans la multiplication et la diversification des spectacles. En parallèle et parfois en concurrence avec les théâtres institutionnels voient le jour et se développent un grand nombre d’autres formes non institutionnelles et marginales de spectacles: petits théâtres contournant avec inventivité les limitations et interdictions imposées par le système des privilèges, spectacles hybrides, «spectacles de curiosités», c’est-à-dire tous les spectacles «mineurs» qui ne sont pas considérés par l’autorité publique comme du théâtre, ou encore théâtres de société, organisés par des particuliers et soustraits aux circuits commerciaux et à l’industrie du spectacle. Continuer la lecture

Publication :  » Stuart Style : Monarchy, Dress and the Scottish Male Elite ».

HAYWARD Maria, Stuart Style : Monarchy, Dress and the Scottish Male Elite, New Haven, Yale University Press, 2020, 368 p.

Présentation de l’éditeur :

This is the first detailed analysis of elite men’s clothing in 17th-century Scotland and its influence on English male fashion. Focusing on the years 1566 through 1701, it centers on the clothing choices of five Stuart royals: James VI and I, Prince Henry, Charles I, Charles II, and James VII and II.

Continuer la lecture