Publication : Frédéric Cousinié, Paysage du paysage. Nicolas Poussin, Claude Gellée Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Dijon, Presses du réel – Œuvres en société, 2022

 

4ème de couverture

À travers plusieurs paysages emblématiques de Poussin, du Lorrain, de Bourdon et de quelques-uns de leurs contemporains du XVIIe siècle, ce livre se propose de faire apparaître ce que nous désignons comme le paysage du paysage. À savoir le paysage mental, culturel, idéologique, entrelacé au paysage réel ou représenté, et co-constitué par lui dans une simultanée émergence.
Les représentations discursives naguère dominantes, formées par la littérature artistique, la théorie de l’art et l’esthétique, tendaient à absolutiser et à réifier le paysage dans une illusoire et apaisante clôture. Sans doute, comme nous y incitent nombre de recherches, faut-il désormais le considérer davantage comme un espace relationnel, pluriel, voire conflictuel – une Oïkologie, ouvrant sur une écologie culturelle – où s’articulent non seulement de multiples êtres ou objets mais également d’autres champs référentiels décisifs pour l’historien.
La philosophie naturelle permet ainsi d’envisager la question des météores et des divers accidents atmosphériques chez Nicolas Poussin ; la littérature spirituelle réformée est rapprochée de la peinture de Sébastien Bourdon ; un certain nombre de discours mais aussi de pratiques – agraires, sociales, économiques, politiques et diplomatiques – constituent le cadre de référence dans lequel certains des tableaux du Lorrain ont été produits.
Le paradoxe de ce paysage construit, dénaturalisé, culturalisé, rendu à sa puissance dialectique, est l’existence qu’il semble reprendre. Il s’impose avec la force à nouveau de l’évidence sinon de la violence, et renverse la relation de l’objet (paysage) à son sujet premier : un spectateur devenu paysage.

Extraits et table des matières : https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=8550&menu=0

Frédéric Cousinié, Paysage du paysage. Nicolas Poussin, Claude Gellée Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Dijon, Presses du réel – Œuvres en société, 2022, 446 pages, 51 ill., 32 euros (ISBN : 978-2-37896-232-6)

 

Soutenance de thèse : ” Vivacité, présence, éternité. Décor et illusion dans les églises de Paris et des environs (1622-1793)” par Emilie Chedeville

Pierre-antoine Demachy, Caprice (Galerie Mendes)
Type : Soutenance de thèse.
Date :  24 septembre 2022 à 14h
Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Vasari (1er étage).
 
Émilie Chedeville soutiendra sa thèse intitulée :
 
“Vivacité, présence, éternité. Décor et illusion dans les églises de Paris et des environs (1622-1793)”
 
devant un jury composé de :
 
Isabelle Brian, professeur des universités, Université de Lorraine, examinateur
Frédéric Cousinié, professeur des universités, Université de Rouen Normandie, rapporteur
Ralph Dekoninck, professeur ordinaire, Université catholique de Louvain, rapporteur
Christine Gouzi, professeur des universités, Sorbonne Université, examinateur
Étienne Jollet, professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
 
le samedi 24 septembre 2022 à 14h, Galerie Colbert, Salle Vasari.

Résumé

Cette thèse étudie le rôle de l’illusion de présence dans les pratiques dévotionnelles de la seconde modernité en France à partir d’une dizaine de décors ecclésiaux. Ceux-ci sont caractérisés à la fois par une configuration spatiale ouverte, que l’on a appelée une structure « invitatoire », qui configure et ainsi conforme le spectateur à l’événement représenté, et par des sujets narratifs aptes à se fondre dans ce mode événementiel, principalement des théophanies. Il revient au spectateur d’accepter l’écart entre la vérité et la représentation, et de combler cet écart par un sentiment religieux. C’est en définitive la part de lui-même que le spectateur accepte d’investir affectivement dans le décor qui rend l’illusion effective et qui transforme les événements représentés en événements de présence, vifs et présents. L’illusion permet, en se fondant sur le paradigme liturgique, de mêler les temporalités divines et humaines, pour donner aux épiphanies visuelles une validité éternelle. Ainsi les décors peuvent-ils, à cause de cette surenchère temporelle garante d’un efficace, prendre une réelle connotation politique pour mieux justifier les fondements des groupes sur une validité divine. Cependant, à trop rechercher l’efficace de cet effet d’illusion, ces décors en arrivent à un évidement du sens spirituel qui autrefois les caractérisait, le sens s’échappe de la figure religieuse, au profit d’impressions abstraites. On en arrive en définitive à une désincarnation du décor, indice de la mutation de la foi en croyance.

Mots-clés :  Illusion – Décor – Présence – Art religieux – Esthétique de l’effet – Esthétique de la présence – Art et liturgie – Synesthésie – Vraisemblance – Histoire de l’art religieux – Histoire des sensibilités

Post-doc – appel à candidature : Projet ANR AORUM « Analyse de l’OR et de ses Usages comme Matériau pictural (Europe, XVIe- XVIIe siècles) » 

Pieter Jansz Saenredam, Nef de l’église Sainte-Marie d’Utrecht, 1641, huile sur panneau, 122 x 95 cm, Amsterdam, Rijksmuseum

Date limite pour candidater: 1er septembre 2022.

Le projet ANR AORUM est porté par une équipe interdisciplinaire conduite par Romain Thomas (HAR, Université Paris Nanterre). Un appel à candidatures est lancé pour plusieurs bourses post-doctorales, dont une en histoire de l’art de la première modernité (18 mois).

Le projet AORUM

Au milieu du XVIIe siècle, Rembrandt et Vermeer ont utilisé l’or dans certains de leurs tableaux (Rembrandt, L’homme qui rit, 1629-30, huile sur cuivre doré, Mauritshuis ; Vermeer, Une servante endormie, 1657, huile sur toile, Metropolitan Museum). Même s’ils sont rares, d’autres exemples existent dans la peinture d’Europe occidentale au XVIIe siècle, et plus encore au XVIe siècle. Et pourtant, parmi les matériaux du peintre, l’or est le grand absent de l’historiographie des XVIe et XVIIe siècles.

Rassemblant des historiens de l’art (universitaires, conservateurs), des historiens, des physiciens, des chimistes, des spécialistes d’humanités numériques, des restaurateurs de dorures anciennes, le projet interdisciplinaire AORUM vise ainsi à étudier l’usage de l’or comme matériau pictural aux XVIe et XVIIe siècles en Europe occidentale. Il a pour objectifs de « redécouvrir » ce corpus largement ignoré par l’historiographie ; de l’analyser selon les questionnements fondamentaux de l’histoire de l’art (iconographie, histoire sociale, histoire du goût) ; d’étudier aussi, dans une démarche interdisciplinaire, selon un questionnaire faisant appel aux approches plus récentes de l’histoire matérielle de l’art et à la physico-chimie des matériaux du patrimoine, les techniques historiques de mise en œuvre de l’or ; d’étudier de manière diachronique l’apparence des dorures, là encore dans une démarche interdisciplinaire (histoire de l’art – optique physique) ; enfin de gérer l’ensemble des données de manière à contribuer à l’EquipEx+ ESPADON (http://www.sciences-patrimoine.org/2020/12/selection-espadon/). Continuer la lecture

Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750-1815)

Image de la couverture : Gabriel de Saint-Aubin, La galerie de Randon de Boisset, pierre noire, sanguine et encre sur papier, 200×157 mm, Lyon, Musée des Tissus et des Arts Décoratifs © Lyon, Musée des Tissus – Sylvain Pretto

 

Type : Actes du colloque international Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815)
Publication & Diffusion : à partir de décembre 2021, Bibliothèques spécialisées en Histoire de l’art.
Editeur : Paris, Editions du GRHAM – ISBN: 978-2-9559546-2-1

Non commercialisé – (La liste des bibliothèque où consulter l’ouvrage sera publié prochainement)

Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750-1815)
sous la direction de Ludovic Jouvet, Alice Ottazzi et Maël Tauziède-Espariat

Le présent ouvrage réunit les actes du colloque organisé par
le GRHAM (Groupe de Recherche en Histoire de l’art Moderne)
et le Séminaire Collection les 26 et 27 octobre 2020. Dans une
perspective interdisciplinaire innovante, les douze contributions
questionnent la pratique du collectionnisme au tournant des XVIIIe
et XIXe siècles. Alors que le rationalisme des Lumières, friand
de taxinomie, a parfois entraîné une histoire simplifiée du
collectionnisme, ces contributions soulignent au contraire la grande
diversité des pratiques parallèlement à la normalisation de certains
lieux, objets ou statuts du collectionneur.

Continuer la lecture

Soutenance de thèse: “La peinture à Paris sous le règne d’Henri IV et la régence de Marie de Médicis (1594-1620 ca.)” (Vladimir Nestorov, 18 juin 2022)

Philippe Millereau, Le Sacrifice d’Iphigénie, vers 1600-1610, huile sur bois, 81 x 92,5 cm, Fontainebleau, musée national du château (inv. F 2910 C)

Type : Soutenance de thèse.
Date :  18 juin 2022.
Lieu : Paris, INHA.
 
M. Vladimir Nestorov (Université de Bourgogne), a soutenu le 18 juin sa thèse en histoire de l’art intitulée : 
 
La peinture à Paris sous le règne d’Henri IV et la régence de Marie de Médicis (1594-1620 ca.)
 
Devant un jury composé de :
Olivier Bonfait, professeur à l’Université de Bourgogne, directeur;
Marianne Cojannot-Le Blanc, professeur à l’Université Paris Nanterre, présidente du jury;
Marion Boudon-Machuel, professeur à l’Université de Tours, rapporteur;
Jan Blanc, professeur à l’Université de Genève, rapporteur;
Nicolas Le Roux, professeur à Sorbonne Université, examinateur;
Cécile Scailliérez, conservateur général du patrimoine au musée du Louvre, examinateur.

Continuer la lecture

Conférence : “De la rue au Salon, émergence de sociabilités nouvelles dans le Paris de Boilly”.

Louis Léopold Boilly, La femme de l’artiste dans son atelier, ca. 1796-1799, huile sur toile, 40 x 32 cm, Williamstown, Sterling and Francine Clark Art Institute.

Type : conférence.
Date de l’événement : 22 juin 2022 à prtir de 17h.
Lieu : Paris, musée Cognac-Jay.

Par Francesca Whitlum-Cooper (National Gallery, London) et Etienne Bréton (Saint Honoré Art Consulting).

Conférence organisée par le GIS Sociabilités dans le cadre du cycle “Représenter la sociabilité urbaine de Hogarth à Boilly” à l’occasion de l’exposition “Boilly. Chroniques parisiennes”.

Francesca Whitlum-Cooper (National Gallery, London) : “Boilly, les boulevards, et la sociabilité des rues”

Tout au long de sa carrière, Louis-Léopold Boilly a été le témoin de la vie parisienne. De sa première parade des Parisiens (des jeunes et des vieux, des élégants et des pouilleux, des sans-culottes et des soldats) dans La Marche incroyable (vers 1797), à son dernier grand tableau du boulevard, la Scène de carnaval (1832), Boilly dépeint les scènes de rue. Surtout, il s’intéresse au spectacle de la foule. Observation piquante de la vie humaine ? Regard humoristique sur ses contemporains ? Ou thématique parfaite pour montrer la précision détaillée de son pinceau ? Cette conférence évoquera la fascination de Boilly pour les divertissements et les gens du boulevard, nouveau lieu de sociabilité à Paris dans les premières décennies du XIXe siècle.

Continuer la lecture

Colloque international : L’or à la Renaissance en Europe occidentale. Approches interdisciplinaires / Gold in Renaissance Western Europe. Interdisciplinary Approaches (Paris & Nanterre, 9-10 juin / June 2022)

Carlo Crivelli, Marie Madeleine, c. 1480, tempera et or sur panneau, 152 x 49 cm, Amsterdam, Rijksmuseum, SK-A-3989

Type : Colloque international
Dates de l’évènement : 9-10 juin 2022
Lieux :  Paris, Louvre C2RMF (auditorium Palissy) / Université Paris Nanterre (auditorium Weber)

Dans le cadre du projet AORUM (Analyse de l’OR et de ses Usages comme Matériau pictural en Europe occidentale aux XVIe et XVIIe siècles), un colloque international et interdisciplinaire sur « L’or à la Renaissance en Europe occidentale » se tiendra les 9 et 10 juin 2022 à Paris (C2RMF) et à l’université Paris Nanterre.

Comité organisateur : Christine Andraud (MNHN), Valentina Hristova (Fondation des Sciences du Patrimoine et Université Paris Nanterre), Anne-Solenn Le Hô (C2RMF), Romain Thomas (Université Paris Nanterre et CNRS)

Comité scientifique : Erma Hermens (Fitzwilliam Museum & Hamilton Kerr Institute, Cambridge University), Julien Lugand (Université de Perpignan Via Domitia), Philippe Sénéchal (Université de Picardie Jules Verne), Laurent-Henri Vignaud (Université de Bourgogne), Alison Wright (University College London), Rebecca Zorach (Northwestern University)

Programme : Continuer la lecture

Communication: Transformations et extensions de l’hôtel de Toulouse (XVIIe-XXe siècles) (INHA, 13/05/2022)

 

J. Marot (d’après François Mansart), L’hôtel de La Vrillière (L’Architecture française), BnF, RES-V-371, f183

Type : Communication (séminaire)
Date de l’évènement : 13 mai 2022, 10h30-12h30
Lieu :  Institut national d’histoire de l’art, salle Walter Benjamin

La septième séance du cycle de séminaires « Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950) » aura lieu vendredi 13 mai de 10h30 à 12h30 à l’INHA en salle Walter Benjamin.

Intervenant : Arnaud Manas (Banque de France – université Paris I Panthéon-Sorbonne)
 
Résumé: Depuis sa construction en 1635-1645 par François Mansart sur l’ancienne emprise de l’enceinte de Charles V, l’hôtel de La Vrillière n’a cessé d’être remanié et transformé. Ses puissants propriétaires successifs (La Vrillière, Toulouse, Penthièvre et Banque de France) ont aussi structuré et absorbé les immeubles adjacents. L’objectif de cette séance est de présenter les évolutions du bâtiment dans l’urbanisme du quartier Richelieu.
 

Vous pouvez retrouver les précédentes séances sur la chaîne YouTube de l’INHA : https://www.youtube.com/c/Institutnationaldhistoiredelart

Pour plus d’informations sur le projet Richelieu : https://www.inha.fr/fr/recherche/le-departement-des-etudes-et-de-la-recherche/domaines-de-recherche/histoire-des-collections-histoire-des-institutions-artistiques-et-culturelles-economie-de-l-art/richelieu-histoire-du-quartier.html?search-keywords=quartier+richelieu

Le séminaire se tiendra en présentiel, à l’Institut national d’histoire de l’art – Galerie Colbert, salle Walter Benjamin – 2, rue Vivienne ou 6, rue des Petits Champs – 75002 Paris. Un lien Zoom est également disponible sur demande à l’adresse suivante : charlotte.duvette@inha.fr

Colloque international du GRHAM : “Art et amitié aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe” // “Art and friendship in the 17th and 18th centuries in Europe”

Type : colloque international.
Dates de l’événement : 14 et 15 juin 2022.
Lieu : Salle Vasari, 1er étage, INHA, Paris.

PROGRAMME

14 juin 2022

9h30 Accueil

10h00 Introduction
Marine ROBERTON, doctorante Histoire de l’art moderne, UParis 1 Panthéon-Sorbonne
Charlotte ROUSSET, doctorante ATER Histoire de l’art moderne, IRHiS, ULille

10h15 Conférence d’ouverture
Aurélie PRÉVOST, docteure Histoire moderne, ULumières Lyon 2, membre associée du CRULH
Représenter et critiquer l’Amitié exposée aux Salons (XVIIIe siècle) : une question sociale et politique ?

Discussion

Continuer la lecture

Workshop : “Making Masculinities : Material Culture and Gender in the 17th and 18th Centuries”.

Type : workshop.
Date de l’événement : 6 mai 2022.
Lieu : University of Edinburgh et online.

Research into the intersection of material culture and masculinity has steadily increased as scholars across disciplines choose to use material culture as a conceptual point of departure. The Material and Visual Culture in the Seventeenth and Eighteenth Centuries Research Cluster aims to provide a space to continue the conversation. The cluster will host a one-day workshop fostering interdisciplinary discussion on the material approaches to historic ideas about gender through material culture. The workshop is spread over a series of formats to diversify how participants may interrogate this material. All sessions, except for the 3.20 workshop, are hybrid. The link to join the sessions will be provided via email the day before. Contact materialcultureresearcheca@ed.ac.uk with questions. Continuer la lecture

(Annulé) Conférence du GRHAM : “Gold in the ark of God and capitalism” par Natasha Eaton, 21 avril 2022, en visioconférence. (Annulé)

Frontispiece of The Padshahnama, c.1630s, Royal Collections, Windsor Castle.

Type : Conférence.
Date et horaire : Annulé.
Lieu : Visioconférence sur Zoom
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

This paper explores the agency of gold in South Asia as an ambiguous means of exchange and delightful control. As Taussig has suggested, gold can be an allegory for modernity qua labour in the miasmic mines of South American. If he explores the ‘metaphorical’ horrors of how exploitation is championed in Colombia and celebrated in the Museo del Oro, my examination of gold turns to its hidden status in statues in India and its mirror like quality in the shamsa. The shamsa is a sun bursting light form of geometric exactitude celebrated by the monarchs Akbar, Jahangir and ShahJahan. The sources of this form of gold speak to the now contested, derelict mines of Hutti. What does it mean to think of gold as celestial? Especially in the wake of material studies concerned with vibrant materiality? Is gold still to be colonized? Are there limits to decolonial thought?

Dr Natasha Eaton is Reader in the History of Art at UCL. She is a long serving editor of Third Text and the author of three monographs – Mimesis across empires: Artworks and networks in India, 1765-1860 (Duke University Press, 2013), Colour, Art and Empire: Visual culture and the nomadism of representation (I.B.Tauris, 2013) and Travel, Art and Collecting in South Asia: Vertiginous exchange (Routledge, 2021). She is currently at work on a special issue of Third Text with Manuela Ciotti on global collecting and modernity and on a monograph concerned with the materialities of empire provisionally titled The Unconditional Image: Art and labour in South Asia.

Annulé

Appel à communication : “Work in Progress Explorer gestes et savoir-faire artistiques à travers les sources de la technologie de l’art”

Type : Appel à communication
Date limite pour les propositions : 15 mai 2022
Dates de l’évènement : 24 et 25 novembre 2022
Lieu :  Galerie Colbert, 2 rue Vivienne 75002 Paris

Le groupe de travail ICOM-CC Art Technological Source Research (ATSR) fêtera ses 20 ans lors de la 9e rencontre intermédiaire rencontre intermédiaire les 24 et 25 novembre 2022. Organisé par l’HiCSA et l’ATSR, le colloque se tiendra dans l’auditorium de la galerie Colbert. Ce jubilé invite non seulement à opérer un bilan critique du travail déjà réalisé, mais aussi à se tourner vers l’avenir et à poursuivre la réflexion, l’étude des sources de la technologie de l’art constituant un champ scientifique encore jeune. Continuer la lecture

Conférence : “Les Historiæ canadensis (1664) de François Du Creux : les représentations du martyre et du Canada inscrites au sein de la culture visuelle de la Compagnie de Jésus”.

Grégoire Huret (1606-1670), Le Martyre des missionnaires jésuites, gravure, 33,2 x 44,5 cm, 1664, provenant du livre de François Du Creux, Historiæ canadensis, sev Novae-Franciae Libri Decem, Ad Annum usque Christi, MDCLV 1664 (Montréal, Université de Montréal, Bibliothèque des livres rares et des collections spéciales, Collection Baby).

Type : Conférence.
Date et horaire : Vendredi 25 mars 2022 12 h 30 à 13 h 45 (heure de Montréal).
Lieu : En ligne, Zoom.

Lors de la prochaine séance du séminaire “Diffusion, circulation et appropriation des savoirs” qui aura lieu à Montréal, vendredi 25 marrs, de 12 :30 à 13 :45, Pierre-Olivier Ouellet présentera une conférence ayant pour titre « Les Historiæ canadensis (1664) de François Du Creux : les représentations du martyre et du Canada inscrites au sein de la culture visuelle de la Compagnie de Jésus ».

 

Dans la veine des productions littéraires relatives aux missions et aux martyrs de la Compagnie de Jésus, la rédaction des Historiæ canadensis, sev Novae-Franciae Libri Decem, Ad Annum usque Christi, MDCLV de François Du Creux (1596-1666) a été amorcée en 1643, en France. Oscillant entre la douce description du Nouveau-Monde, de la nature et de ses habitants, et la mort violente des pères Jean de Brébeuf (1593-1649) et Gabriel Lalemant (1610-1649), le livre du père Du Creux embrasse alors une vision manichéenne veillant à produire le plus grand effet sur son auditoire. Plus encore, il lie le sort des missionnaires à la sanctification (par le sang) de cette terre païenne. Ainsi, en tenant compte des représentations du territoire et du martyre – et en les mettant en relation avec le récit livré par l’auteur des Historiæ canadensis – nous examinerons les pratiques jésuites relatives à l’emploi des images, telles qu’inscrites de manière plus large dans la culture visuelle développée par l’ordre religieux entre la fin du XVIe et le troisième quart du XVIIe siècles. Continuer la lecture

Appel à communication: « Mobilités artistiques à l’époque moderne : XVIIe et XVIIIe siècles » (DFK Paris – Université Grenoble Alpes/LARHRA)

Claude-Augustin-Pierre Duflos (d’après Étienne Jeaurat), Déménagement d’un peintre, 1757, estampe à l’eau-forte, 370 x 433 mm, Paris, musée Carnavalet

Type : Appel à communication
Date limite pour les propositions : 30 avril 2022
Dates de l’évènement : 27 et 28 octobre 2022
Lieu :  Centre allemand d’histoire de l’art (DFK Paris), Paris, France

For english version, see below.

Le spatial turn a fortement impacté la manière de penser certains phénomènes artistiques. Il a entre autres permis une réévaluation d’une géographie de l’art, qu’il convenait toutefois d’actualiser et de nuancer : Thomas DaCosta Kaufmann et beaucoup d’autres ont exposé les possibilités pour l’histoire de l’art qu’offre une « nouvelle géographie », qui met notamment en cause des concepts géographiques anciens de l’espace comme quelque chose de stable, immuable et constant. Au contraire, en juxtaposant la dimension spatiale de l’art – la géographie – et sa dimension temporelle – l’histoire – les délimitations que nous pouvons établir entre différents espaces culturels, politiques, voire nationaux, s’avèrent en mouvement, en évolution dynamique continue. La question de l’identité se pose, des caractéristiques et délimitations spatiales d’une école, d’un style etc. qui ont été forgées dans un certain contexte local, comme une ville, une cour, ou un pays, auquel s’ajoutent les multiples inspirations venues d’autres espaces au fil du temps, par le biais de la circulation des idées, des objets et des personnes.  Continuer la lecture

Candidatures Université d’été : “Techniques Picturales (1400-1900)”

Type : Université d’été
Date limite des candidatures : 30 avril 2022
Dates de l’évènement : 4-8 juillet 2022
Lieu : Centre Malher, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L’université d’été « Techniques picturales (1400-1900)” se propose d’explorer certains pans de l’histoire de l’art pictural sous l’angle de la technologie. Des points clés de la peinture tels que le dessin et la production de multiples, la préparation des toiles et la peinture à l’huile, ou encore la couleur et ses modes de production seront étudiés. Chaque point sera développé au travers d’une école artistique et nourri par les interventions d’historiens de l’art, de chercheurs en sciences du patrimoine, de conservatrices du patrimoine et de restauratrices des biens culturels.

La formation s’adresse à douze étudiants en cours de doctorat en histoire de l’art ou en sciences du patrimoine, ou inscrits en master 2 et envisageant un doctorat. L’enjeu de cette université est que les participants acquièrent les fondements d’une étude technologique et expérimentent ces notions. Continuer la lecture