Archives de catégorie : Conservation-Restauration

Section Conservation-Restauration

Conférence du GRHAM : “Histoire de l’art et chasse au trésor”, par Christine Martin – Pinakotag (2 décembre, Paris)

Portrait de la marquise de Montesson (©Art In Lab)

 

Type : Conférence.
Date et horaire : 2 décembre 2021 à 18h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les travaux de restauration sont toujours un moment privilégié pour se pencher sur l’histoire d’une œuvre et tenter de retracer au moins une partie de son parcours. C’est aussi parfois — souvent —  l’occasion de jolies découvertes et, si retrouver la main d’un auteur reste le graal, identifier un modèle, un sujet, ou encore des circonstances de création constitue autant d’éléments qui nous entrainent bien souvent dans une chasse au trésor dont il ressort toujours quelque chose de passionnant.

Au-delà de la matière, objet principal de ses soins, le conservateur-restaurateur est en charge de la mémoire de l’œuvre qui lui est confiée. Elle constitue un élément majeur de la conservation préventive pourtant trop souvent laissé de côté, une fois les précieux éléments glanés au fil des recherches transcrits dans un simple rapport d’intervention. Nous pensons que le conservateur-restaurateur a ce rôle de conseil auprès de sa clientèle (à fortiori lorsqu’il s’agit du marché privé) et c’est à lui qu’incombe le devoir de faire parler les œuvres qui lui sont confiées, voire de faire appel aux sachants/historiens de l’art lorsque ses capacités sont dépassées. Nous nous appuierons sur deux cas pour illustrer cela : d’une part, la découverte et la reconnaissance du portrait de Madame de Montesson par Élisabeth-Louise Vigée Le Brun, d’autre part, les recherches, toujours en cours, menées sur une belle odalisque dont la signature joue le rôle de carte au trésor…

Ce sont des découvertes comme celles-ci qui nous ont conduits à développer Pinakotag, une solution de marquage innovante et non invasive qui permet d’inscrire la mémoire des œuvres sur elles-mêmes, et le cas échéant, la sauvegarder, l’enrichir et la partager. Véritable outil de conservation préventive autant que plateforme de gestion de collection, Pinakotag a remporté l’édition 2020 du Start-up Contest du salon SITEM dans la catégorie Innovation Technologique.

 

Biographie : Christine Martin a mené une reconversion professionnelle entre 2013 et 2016 pour réaliser un rêve d’enfant et devenir conservatrice-restauratrice de peintures de chevalet. Elle a fondé l’Atelier du Pigeonnier (Paris VIIe) et travaille auprès d’une clientèle privée. Sa carrière initiale en contrôle financier dans la construction industrielle l’a amenée à travailler sur le développement et le déploiement d’ERP (Enterprise Ressource Planning – Logiciel qui permet de suivre et gérer l’ensemble des données opérationnelles d’une entreprise). C’est cette double compétence qui lui a permis de développer Pinakotag.

Journée d’étude : “Recherche et restauration : histoires, pratiques et perspectives”, 22 septembre 2021, en visioconférence

Type : Journée d’étude

Date et horaire : 22 septembre 2021, 9h-17h30

Lieu : Visioconférence pour le public (sur inscription en ligne)

L’enquête menée récemment dans le cadre du projet « Recherche et Restauration » auprès du DIM Matériaux anciens et patrimoniaux, au sein de l’ENS Paris-Saclay et en partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a eu pour but d’identifier des pistes de réflexion à partir des discours des acteurs de la profession.

A côté des différentes études menées ces dernières années sur le statut professionnel des restaurateurs, cette journée se donne un autre objectif, alimenté à la fois par une réflexion sur les spécificités de l’interdisciplinarité mise en œuvre dans les études portant sur matériaux anciens, et par une réflexion construite à partir de projets collectifs.

La journée “Recherche et Restauration – Histoires, pratiques et perspectives” aura pour but d’identifier des outils, des instruments, des processus, simples, robustes et innovants favorisant une meilleure articulation entre recherche et restauration dans le cadre d’une réflexion inter- et pluridisciplinaires. Continuer la lecture

Journées d’études : « Réversibilité, irréversibilité et « retraitabilité » en conservation-restauration »

Nicolas Poussin, L’inspiration du poète, vers 1629, huile sur toile, 183 x 213 cm, Paris, musée du Louvre © 2019 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

Type : journées d’études

Dates de l’évènement : 23-24 septembre 2021

Lieu : Amiens, Espace Dewailly, Amphithéâtre Jean Cavaillès

 

Le Centre de recherche et de restauration des musées de France organise en région un cycle de journées d’étude sur la conservation-restauration des œuvres d’art. Accueillies par le musée d’arts d’Amiens les 23 et 24 septembre 2021, ces troisièmes journées sont destinées en priorité aux professionnels des musées (conservateurs, attachés de conservation, régisseurs, restaurateurs, etc.) et des Monuments Historiques, aux étudiants ainsi qu’aux amateurs éclairés. Elles bénéficient du soutien de la DRAC Hauts-de-France (Ministère de la Culture), de la Ville d’Amiens et de la métropole amiénoise, du musée de Picardie, de la Fédération Française des Professionnels de la Conservation-Restauration (FFCR) et de la collaboration de l’Association Générale des Conservateurs des Collections publiques de France et sa section régionale (AGCCPF). Ces journées sont dédiées à la Réversibilité, l’irréversibilité et la “retraitabilité” en conservation-restauration ». Continuer la lecture

Anetta Palonka-Cohin et Gabriel Bernard, “Une Adoration des bergers de François Fleuriot récemment restaurée dévoile ses secrets”

Fig. 1 : François Fleuriot, Adoration des bergers, 1620, huile sur toile, Hauteur : 116 cm ; Largeur : 150 cm, Hôpital Saint-Calais (Sarthe), Vue générale de la face avant restauration © Gabriel Bernard

La restauration de l’Adoration des bergers de Saint-Calais (Sarthe)[1] a été entreprise au cours de l’été 2020, dans le cadre de l’exposition Trésors d’Art Sacré consacrée à l’évolution de la peinture mancelle au XVIIe siècle, présentée en 2021 dans l’Abbaye Royale de l’Epau, aux portes du Mans[2] (Fig. 1 & 2).

Fig. 2 : Exposition : 30 ans de restauration par le Département de la Sarthe [Détail : Vierge et l’Enfant adoré par les anges de François Mongendre] — photo : S. Lagoarde waap.fr — création graphique Gleech

Aujourd’hui conservé dans la chapelle de l’hôpital de Saint-Calais, ce tableau a été peint en 1620 par François Fleuriot (actif au Mans dans la première moitié du XVIIe siècle), auteur de nombreuses toiles conservées dans les églises sarthoises[3]. Il a été très certainement offert par la famille de Flandre, seigneurs de Saint-Calais, comme l’indiquent leurs armes peintes sur l’œuvre (Fig. 3). Il peut à l’origine avoir été destiné à l’église Notre-Dame de cette ville, lieu de sépulture des membres de cette famille.

Continuer la lecture

Conférences : “De la France à l’international : les prix, bourses et financements alloués à la recherche en conservation-restauration”, Semaine de la recherche – Ecole doctorale 441 Histoire de l’art et Centre de recherche HiCSA

Type : conférences
Date de l’événement : 14 juin 2021, 14h-17h.
Lieu : Online, Zoom (https://hicsa.univ-paris1.fr/page.php?r=3&id=1089&lang=fr)

Programme et informations : 

Lien de connexion Zoom (ID 937 6294 5135 / Code 893111)

Contacts : Thierry.Lalot@univ-paris1.fr ; Claire.Betelu@univ-paris1.fr ; Barbara.Jouves@univ-paris1.fr

14h : Introduction Thierry Lalot, professeur des universités et directeur de la mention CRBC, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

14h10-14 h45 : Recherches menées à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

La patrimonialisation des modèles anatomiques en papier-mâché du docteur Auzoux (1797-1880): quelles valeurs pour quelle conservation ? Marion Gouriveau, ATER, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et conservatrice-restauratrice arts graphiques Continuer la lecture

Publication : “Aux limites de l’étude matérielle de la peinture: la reconstitution du geste artistique”.

Barbara Jouves-Hann et Hadrien Viraben (dir.), Aux limites de l’étude matérielle de la peinture: la reconstitution du geste artistique, actes de la journée tenue à Paris le 28 septembre 2019 à l’Institut national d’histoire de l’art, Paris, HiCSA Éditions, mis en ligne en janvier 2021.

Présentation de l’éditeur :

Sommaire

Barbara Jouves-Hann, Hadrien Viraben
Avant-propos

Vocabulaire et épistémologie du geste

Jérôme Delaplanche
Les mots du geste dans la France du XVIIIe siècle
Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Que nous apprend le bois dans l’étude des objets et des œuvres d’art?” Catherine Lavier

© Catherine Lavier

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 19 novembre 2020 à 18h.
Lieu : En ligne / Zoom.
Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

 

Que nous apprend le bois dans l’étude des objets et des œuvres d’art ? 

Conférence donnée par Catherine Lavier (en ligne), jeudi 19 novembre, 18h.

L’étude matérielle des objets mobiliers et des œuvres d’art signale souvent la présence de bois comme élément constitutif ou comme support. Or, il est assez peu considéré et souvent réduit à la seule datation alors qu’il renferme quantité d’informations aussi bien d’ordre environnemental comme les aspects chronologique, géographique, morphologique qu’anthropique sur le travail, le commerce, les outils, les gestes ou les artisans du bois. Cette présentation exposera le principe de cette discipline, les méthodes et les techniques employées pour révéler la multitude de facettes que recèle la materia prima issue des arbres au travers d’exemples variés couvrant principalement les XVII-XIXe siècles. Continuer la lecture

Colloque online : “Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850)”.

Type : Colloque.
Date de l’événement : 3 et 4 décembre 2020.
Lieu : Online. Le colloque aura lieu sur Zoom.

 
 
Lien pour l’inscription – jeudi 3 décembre : 
Lien pour l’inscription – vendredi 4 décembre :
 
Colloque organisé par l’Université de Genève (Unité d’histoire de l’art) et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Equipe de recherche HiCSA et Ecole doctorale d’histoire de l’art).
PROGRAMME
 
Jeudi 3 décembre, 14h

Introduction, Bérangère Poulain (Université de Genève) et Barbara Jouves-Hann (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Continuer la lecture

Publication : “Les peintures transposées du Louvre : La transposition des peintures de chevalet en France de 1750 à 1848”.

BARRES Frankline,Les peintures transposées du Louvre : La transposition des peintures de chevalet en France de 1750 à 1848, Paris, L’Harmattan, 2020, 410 p.

Présentation de l’éditeur :

La transposition est le traitement par lequel le support d’une peinture de chevalet (toile ou panneau) est enlevé pour être remplacé par un nouveau support. En raison du contexte historique qui entoure la naissance du musée du Louvre, il existe un grand nombre d’oeuvres transposées au sein des collections nationales. Si les problématiques liées à l’histoire et à la déontologie de la conservation du patrimoine ont largement été abordées durant les dernières décennies, aucune étude exhaustive et systématique concernant la métamorphose matérielle des peintures transposées ainsi que les matériaux ajoutés lors des transpositions n’avait été réalisée à ce jour. Grâce à l’existence d’une documentation suivie sur les restaurations des peintures du Louvre, il a été possible d’établir l’évolution de la technique en France entre 1750 et 1848. Les travaux des praticiens qui sont intervenus pour le musée du Louvre sont ainsi retracés sur près d’un siècle, une période au cours de laquelle la technique a effectué ses principales avancées et s’est dotée des règles méthodologiques qui, par la suite, n’ont pratiquement plus varié. Les conséquences esthétiques induites par ces interventions ainsi que certaines implications éthiques sont également évoquées. Continuer la lecture

Séminaire Collection : “L’émergence d’une approche conservatrice de la collection privée de tableaux à Paris au XIXe siècle”.

Joshua Reynolds, The Green Lady, huile sur toile, Davis Museum.

Type : conférence.
Date de l’événement : 17 mars à 18h30.
Lieu : Galerie Colbert (2 rue Vivienne, 75002 Paris), Salle Mariette.

Entre 1789 et 1870, la manière d’entretenir l’objet d’art et la collection dans son ensemble est réfléchie par les amateurs eux-mêmes, ou par différents professionnels. Les uns et les autres cherchent, par exemple, à anticiper différentes altérations ou dégradations provoquées par l’aménagement des tableaux dans l’espace privé.  Comment entretenir ces œuvres dans le cabinet ou la galerie ? La mise en place de mesures de protection, à une période où ces espaces s’ouvrent à la visite, témoigne de la naissance d’une conscience patrimoniale. Non content de posséder une compréhension plus approfondie des techniques de peinture, l’amateur du XIXe siècle doit faire face à l’anticipation de facteurs externes : la manipulation du tableau, l’humidité de l’air ou la présence de poussière. Plusieurs dispositifs voient le jour pour préserver les collections dans certaines parties de l’espace domestique, accessible ou non à un public extérieur. Des brevets d’invention permettent d’identifier certains de ces procédés de conservation développés à destination des particuliers. Le déplacement de l’œuvre et sa préservation en lieu sûr, notamment en période de conflit, constituent également l’une des préoccupations majeures du collectionneur. Alors que la « conservation préventive » n’existe pas encore sous cette dénomination, d’autres termes sont employés pour définir cette façon de penser par anticipation la conservation de la peinture. Continuer la lecture

Conférence : ” “The Girl in the Spotlight” : dernier examen de La Jeune fille à la perle de Vermeer”.

Type : conférence.
Date de l’événement : 9 janvier 2019 à partir de 18h.
Lieu : Salle Jullian, INHA, Paris.

Abbie Vandivere donnera une conférence sur le récent examen technique de La Jeune fille à la perle de Johannes Vermeer (vers 1665). Il s’agit de la peinture la plus appréciée de la collection des Mauritshuis à La Haye, aux Pays-Bas. Il a été examiné pour la dernière fois en 1994, lors de sa restauration. Bien qu’une intervention supplémentaire ne soit pas encore nécessaire, des progrès majeurs dans l’analyse technique non invasive ont été réalisés au cours des 25 dernières années. Le Mauritshuis voulait en savoir plus sur la façon dont Vermeer a peint le tableau, ainsi que sur les matériaux qu’il a utilisés. Continuer la lecture

Bon de souscription : “Dictionnaire historique des restaurateurs – Tableaux et œuvres sur papier – Paris, 1750-1950”.

VOLLE Nathalie (dirs.), CABILLIC Isabelle (dirs.) et LAUWICK Béatrice (dirs.), Dictionnaire historique des restaurateurs – Tableaux et œuvres sur papier – Paris, 1750-1950, Paris, Mare et Martin, 2020, 1 070 p.

Présentation de l’éditeur :

Ce Dictionnaire historique des restaurateurs de tableaux et œuvres sur papier est une nouvelle façon d’appréhender l’histoire de l’art, en plaçant le restaurateur au centre du propos car c’est lui qui assure, avec les moyens techniques et les critères esthétiques de son temps, la survie des œuvres d’art peintes, dessinées ou imprimées, pour le plus grand bonheur du public qui peut les contempler aujourd’hui. Les restaurateurs sont en effet plus d’un millier à avoir exercé à Paris, entre 1750 et 1950, ces dates correspondant, pour la première, à l’émergence de cette discipline et, pour la seconde, à la transformation de la profession.L’ouvrage se présente en deux parties : l’une historique, décrivant la place du restaurateur vis-à-vis des collections nationales, l’autre répertoriant les praticiens qui se réclament de cette profession. Chaque fiche biographique décline ses liens familiaux, ses principales interventions, ses méthodes de travail, ses collaborations et ses écrits éventuels. Elle précise également les sources d’archives, la bibliographie et présente une iconographie sélective : portraits, signatures, en-têtes, cachets, œuvres… Continuer la lecture

Appel à communication : “Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850)”.

Jean-François de Troy, La jarretière détachée, 1724, huile sur toile, 64.8 × 53.7 cm , New York, The Metropolitan Museum of Art, collection Jayne Wrightsman.

Type : appel à communication pour un colloque international.
Date limite de l’appel : 13 janvier 2020.
Date de l’événement : 28 et 29 mai 2020.
Lieu : Genève, université de Genève.

 

Dans la lignée des travaux de Goubert (Du Luxe au confort, 1988), de Crowley (The Invention of Comfort, 2001) et de DeJean (The Age of Comfort, 2009), ce colloque souhaite revenir sur la part que tenait le plaisir sensoriel dans l’organisation des espaces intérieurs en Europe entre 1700 et 1850. Plusieurs traités d’architecture du XVIIIe siècle tels que celui de Boffrand (1745) ou plus tard de Le Camus de Mézières (1780) mettent l’accent sur l’importance des sens dans la disposition et la décoration des pièces. Ces textes soulignent que certains arrangements, pour reprendre le terme de l’époque, doivent créer une impression de plaisir et de bien-être sur ses usagers. Cette idée d’un décor qui éveille les différents organes de perception du corps humain dans le but de produire un effet sur le spectateur s’inscrit dans une approche sensualiste de l’architecture. Cette préoccupation est alors désignée par de nombreux auteurs sous les termes d’« agrément » et de « commodité » qui permettent d’exprimer, avant qu’il n’apparaisse au début du XIXe siècle, le concept de confort[1].

[1] Joan DeJean, The Age of Comfort : When Paris Discovered Casual and the Modern Home Began, New York, Bloomsbury, 2009.

 

Nous proposons de privilégier trois grands axes de réflexion, qui n’épuisent évidemment pas le champ des possibles :

DE LA THÉORIE A LA PRATIQUE

Le premier axe est consacré à la place de l’agrément et du confort dans les ouvrages théoriques et à l’impact de ceux-ci dans la production de décors. Il s’agira ainsi de déterminer la part accordée aux sens et au corps non seulement dans les traités d’architecture, mais aussi les textes destinés aux artistes décorateurs, comme le livre d’André Jacob Roubo (L’Art du menuisier en meubles, 4 vols, 1769-1775), et, plus incidemment, dans les recueils de modèles (Jean-Charles Delafosse (Nouvelle Iconologie historique, 1768). L’intérêt porté aux sensations dans ces ouvrages peut être pensé (/envisagé) en regard de la philosophie sensualiste (Condillac, Traité des sensations, 1754) mais aussi de la littérature libertine du siècle des Lumières (La Petite Maison de Bastide, 1763).

Continuer la lecture

Conférence : “L’entretien et le suivi sanitaire des œuvres en extérieur du Château de Versailles : examen des mesures préventives mises en place entre 2008 et 2018 et élaboration d’un protocole de traitement biocide” (annulée)

Apollon à la lyre ou apollon Cytharède, Allées du bassin d’Apollon conduisant au Grand Canal, côté Nord. Antique : torse. Complété au 17e siècle, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon

Evénement : Conférence

Lieu : Galerie Colbert, Salle Vasari

Date : 21 octobre 2019, 17h-19h (annulée)

Tessa Pirillo est conservatrice-restauratrice du patrimoine culturel, actuellement étudiante en conservation préventive. Elle mène un projet de recherche sur les sculptures en extérieur du parc du Château de Versailles.

Une première partie du projet porte sur l’examen des mesures de conservation préventive mises en place par l’équipe du suivi des œuvres en extérieur depuis 2008. En outre, le projet vise la mise en place d’un protocole de traitement biocide à travers des test comparatif de différent produits biocides.

Journée d’étude : “La dorure décryptée par l’analyse”

Candélabres du salon des nobles de Marie-Antoinette à Versailles, livré par Daguerre , 1787, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon

Type d’événement : Journée d’étude

Date : 23 avril 2020

Lieu : Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France

Suite aux deux premières journées d’étude du groupe Dorure de la SFIIC, portant sur le vocabulaire employé pour la mise en œuvre et la description des revêtements métalliques, la troisième journée, qui se déroulera le 23 avril 2020, portera sur leur étude matérielle, et notamment, sur l’analyse physico-chimique.

La première partie des communications traitera des techniques analytiques employées pour identifier les feuilles ou poudres métalliques, ainsi que leurs couches d’accroche et la préparation des supports. Analyses non-invasives ou sur micro-prélèvement, que peuvent-elles apporter ? Quelles en sont les limites ?

Continuer la lecture