Archives de catégorie : Conférences

Conférence du GRHAM : « Les écrits du for privé : une source pour l’histoire de l’art ? L’exemple du livre de raison de Joseph Vernet », Émilie Beck Saiello

Claude-Joseph Vernet, Port méditerranéen au soleil couchant avec l’artiste, sa fille Emilie Chalgrin, son fils Carle Vernet, sa belle-fille Fanny Moreau et son serviteur Saint-Jean, 1788, huile sur toile, 87 x 113,6 cm, Collection particulière.

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 21 janvier 2021 à 19h.
Lieu : En ligne / Zoom.
Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

Il y a quelques semaines encore était publiée, sous la direction des historiens Michel Figeac et Caroline Le Mao, une anthologie des écrits de l’intime : toute dernière manifestation d’un intérêt pour ce que l’on appelle « les écrits du for privé » ou « ego-documents » – textes non fictionnels produits par des personnes ordinaires dans un cadre non institutionnel – qui remonte, chez les littéraires et les historiens, aux années 1970 et 1980. Les historiens de l’art, si l’on excepte les travaux d’Olivier Bonfait, Charlotte Guichard et Ariane James-Sarazin, se sont peu penchés sur ces sources. Elles permettent pourtant de définir les trajectoires individuelles, d’appréhender la construction de l’identité mais aussi des sociabilités, d’analyser le fonctionnement matériel de l’atelier et l’économie professionnelle, d’étudier enfin des objets singuliers qui, dans le cas des artistes, mêlent souvent le graphisme à l’écrit. Les écrits du for privé sont donc à la confluence de l’histoire matérielle, de l’histoire économique, de l’histoire de l’intime et de l’histoire sociale.

L’un des exemples les plus intéressants de ces écrits pour le XVIIIe français est constitué par le livre de raison du peintre Joseph Vernet (1714-1789). À travers l’analyse de ce manuscrit, qui fera prochainement l’objet d’une édition critique, nous essaierons de montrer quel est l’intérêt de ce type de source, non seulement pour l’étude de l’une des figures majeures de la peinture française et européenne au XVIIIe siècle, mais aussi pour la discipline de l’histoire de l’art.

 

Émilie Beck Saiello est maître de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord, en délégation au CNRS (Centre Norbert Elias). Elle travaille sur le paysage et ses représentations, la condition sociale de l’artiste en France et en Italie, et les échanges, circulations et disséminations dans l’Europe du Grand Tour. Elle a publié entre autres Napoli e la Francia. I pittori di paesaggio da Vernet a Valenciennes, L’Erma di Bretschneider, 2010 ; Pierre Jacques Volaire (1729-1799), dit le Chevalier Volaire , Arthena, 2010 et a codirigé plusieurs ouvrages dont L’Académie de France à Rome. Le Palais Mancini : un foyer artistique dans l’Europe des Lumières (1725-1792), PUR, 2016 et Écrire et peindre le paysage, France Angleterre 1750-1850, PUR, prévu en mars 2021. Dans le cadre de son HDR, elle achève l’édition critique du livre de raison de Joseph Vernet et travaille sur la diplomatie culturelle à Rome au XVIIIe siècle.

Conférence du GRHAM : « Que nous apprend le bois dans l’étude des objets et des œuvres d’art? » Catherine Lavier

© Catherine Lavier

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 19 novembre 2020 à 18h.
Lieu : En ligne / Zoom.
Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

 

Que nous apprend le bois dans l’étude des objets et des œuvres d’art ? 

Conférence donnée par Catherine Lavier (en ligne), jeudi 19 novembre, 18h.

L’étude matérielle des objets mobiliers et des œuvres d’art signale souvent la présence de bois comme élément constitutif ou comme support. Or, il est assez peu considéré et souvent réduit à la seule datation alors qu’il renferme quantité d’informations aussi bien d’ordre environnemental comme les aspects chronologique, géographique, morphologique qu’anthropique sur le travail, le commerce, les outils, les gestes ou les artisans du bois. Cette présentation exposera le principe de cette discipline, les méthodes et les techniques employées pour révéler la multitude de facettes que recèle la materia prima issue des arbres au travers d’exemples variés couvrant principalement les XVII-XIXe siècles. Continuer la lecture

Publication du GRHAM : « Interpréter l’histoire dans les arts décoratifs », actes de la journée d’études organisée le 15/06/2017 (Paris, INHA).

Ouvrage collectif sous la direction du GRHAM, « Interprétez l’histoire dans les arts décoratifs », actes de la journée d’études organisée le 15/06/2017 (Paris, INHA), Paris, éditions du GRHAM, 2020, 131 p.

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage publie les actes du colloque organisé par le GRHAM (Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne) qui s’est tenu à Paris le 15 juin 2017. À la fois synthétiques et problématiques, les six communications rendent compte de différents aspects de l’utilisation de l’histoire dans les arts décoratifs, qu’il s’agisse de trophées, de tapisseries tissées ou peintes, de tissus ou de mobilier. Continuer la lecture

Journée d’étude du GRHAM et du séminaire Collection : « Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s)(1750 – 1815) », (Online, 26-27 octobre 2020).

 

Adriaan de Lelie, De kunstgalerij van Jan Gildemeester Jansz, huile sur toile, 1794–95, Rijksmuseum, Amsterdam.

 

Type : journée d’étude du GRHAM et du séminaire Collection.
Date de l’événement : 26 et 27 octobre 2020.
Lieu : Online. Le colloque aura lieu sur Zoom. Veillez à vous inscrire au préalable, afin de recevoir les informations nécessaire, à l’adresse : collection.seminaire@gmail.com

Le Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM) et le Séminaire Collection s’associent pour l’organisation d’un colloque sur le thème du collectionnisme. Intitulé Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815), cet événement a comme objectif d’analyser les collectionneurs à travers leurs pratiques et leurs représentations, en insistant sur de nouvelles pistes de réflexions méthodologiques. Celles-ci permettront d’extraire cette thématique d’approches purement biographiques et monographiques. À partir de cas précis, le colloque entend appréhender le collectionnisme par le biais de problématiques et de méthodes propres qui vont au-delà de la reconstitution d’une collection, un travail certes incontournable, mais conçu ici plutôt comme le point de départ d’une réflexion. Bien que les thématiques à exploiter soient nombreuses, nous nous proposons de borner notre examen à l’étude de quatre axes principaux.

Programme :

26 octobre 2020

9h00 Accueil – Introduction

9h15 – 10h00 Ouverture

  • O. Bonfait, Université de Bourgogne, La culture de la collection au XVIIIe siècle. Etat de la question.

10h00 – 12h45 Session 1 : L’objet privé

Présidence : Patrick Michel

  • L. Jouvet, Université de Bourgogne, Les médailles de Jean Warin (1604-1672) : collectionner l’artiste ou les objets ?

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Réflexion sur les méthodes, les doutes et les succès de l’expertise de tableaux » par Éric Turquin (8 octobre, Paris)

Jusepe de Ribera (1588 – 1656 ), Un philosophe : l’heureux géomètre,
n.d., Huile sur toile, 100 x 75,5 cm, Collection privée.

Nous vous informons que toutes les places pour cette conférence ont été réservées. Les inscriptions sont donc désormais closes.

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 8 octobre 2020 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Il s’agira, à partir de huit exemples de tableaux découverts en 2018 et 2019, de comprendre comment l’arrivée de l’intelligence artificielle et des nouveaux modes de communication a bousculé l’expertise traditionnelle et offert de nouveaux angles d’approche aux spécialistes. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Des tableaux pour les « papistes » : Peinture et confession catholique en terre réformée » par Léonie Marquaille (20 février, Paris)

Johannes Vermeer, L’Allégorie de la foi, v. 1670-1674, toile, H. 1,14 ; L. 0,89 m, New York, The Metropolitan Museum of Art, inv. n° 32.100.18.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 20 février 2020 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’âge de la Contre-Réforme, le catholicisme néerlandais a su inspirer des œuvres spécifiques et originales, dont l’étude permet de renouveler l’histoire de la peinture religieuse en Hollande au xviie siècle, mais aussi celle, moins attendue, du portrait, du paysage et des scènes de la vie quotidienne. Comment, en terre réformée, les convictions religieuses des Catholiques ont pu trouver une forme d’expression dans la peinture ? Existe-t-il des tableaux manifestes de la foi catholique ? En quelle mesure les œuvres incarnent-elles une sensibilité nouvelle pour la peinture, dans un contexte où le rapport à l’art est de plus en plus sécularisé ?

Cette vision renouvelée du Siècle d’Or hollandais repose sur une meilleure compréhension des rapports entre les pratiques artistiques et les sentiments religieux. L’œuvre de certains peintres, tels qu’Abraham Bloemaert ou Johannes Vermeer, présente des traces d’engagement confessionnel, mais la question d’un regard catholique porté sur l’œuvre d’art doit aussi être soulevée. À travers l’étude des œuvres, de leur mise en contexte et de leur réception, cette conférence permettra de saisir les sentiments d’appartenance à la confession catholique d’une partie de la société hollandaise du xviiesiècle et d’esquisser les contours d’une peinture catholique en pays de mission.

Léonie Marquaille est maître-assistante en histoire de l’art de la période moderne à l’université de Lausanne. Elle a soutenu une thèse en 2015 (université Paris Nanterre et université de Genève) intitulée Peindre pour les milieux catholiques dans les Pays-Bas du Nord au XVIIe siècle, qui est parue aux Presses universitaires de Rennes en 2019 sous le titre La peinture hollandaise et la foi catholique au xviie siècle. Spécialiste de l’art hollandais, elle s’intéresse aux rapports entre art et confession à l’âge de la Contre-Réforme. Elle co-dirige, avec Jan Blanc, un projet sur la notion de Siècle d’Or hollandais financé par le Fonds national Suisse et prépare un ouvrage collectif sur Abraham Bloemaert et son atelier.

Conférence du GRHAM : « Jacques-Louis David dessinateur : une approche comparative de sa pratique » par Philippe Bordes (12 décembre, Paris)

Jacques-Louis David, Portrait de Thirius de Pautrizel, juin ou juillet 1795, plume, encre grise, lavis gris et brun clair, graphite, rehauts de gouache blanche, diamètre : 19,2 cm, Washington D.C., National Gallery of Art.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 12 décembre 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

L’intervention soumettra à la discussion des réflexions en vue d’un essai commandé pour le catalogue de l’exposition des dessins de Jacques-Louis David qui sera présentée au Metropolitan Museum of Art de New York en 2021 et dont le commissariat est assuré par Perrin Stein, conservateur au département des dessins et des estampes.

         La pratique du dessin par Jacques-Louis David traduit d’abord des prédilections personnelles et la logique interne de sa carrière et de ses ambitions artistiques. Bien qu’un tel « self-fashioning » s’applique généralement quand l’histoire de l’art se confronte à des artistes majeurs, dans ce cas le processus devient moins facile à cerner en raison de l’instabilité déroutante du contexte social et politique de la Révolution à la Restauration et de l’effondrement des protections et institutions qui sous l’Ancien Régime structuraient la pratique artistique. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Un « prodigieux amas » d’images : Le département des Estampes et de la photographie de la BnF : enjeux et perspectives pour la recherche en histoire de l’art” par Corinne Le Bitouzé et Chloé Perrot (21 novembre, Paris).

Charles-Nicolas Cochin père d’après Charles-Nicolas Cochin fils, Frontispice du « Catalogue raisonné des diverses curiosités du Cabinet de feu M. Chevalier de La Roque », 1745, gravure sur cuivre, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 21 novembre 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Dès sa création en 1667, le cabinet des estampes de la Bibliothèque du roi, futur département des Estampes et de la photographie de la BnF, est riche de 85 000 estampes. Depuis cette date, la collection n’a cessé de croître, agrégeant au fil du temps toutes les nouvelles formes d’images multiples : photographies, reproductions photo-mécaniques et maintenant impressions numériques. Hors de son périmètre à l’origine, le dessin y occupe également une place importante. C’est aujourd’hui un « prodigieux  amas » de près de 15 millions d’images, occupant 24 km de rayonnages. La question de l’accès à cet imposant corpus iconographique s’est donc très vite posée.  Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Saint-Pétersbourg, mai 1773. L’inauguration oubliée de l’Ermitage (et des bains) de Catherine II » par Guillaume Nicoud (Paris, 17 octobre 2019).

Y. M. Velten, Coupe transversale du pavillon Nord du Jardin suspendu du palais d’Hiver, détail de la salle dite «Hermitage », vers 1769, dessin à l’encre et lavis de couleur sur papier, H. 0,510 x L. 0,730 m, Saint-Pétersbourg, Musée d’État de l’Ermitage / Photographie de l’auteur.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 17 octobre 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

En juin 1773, un journal français annonce que Catherine II a donné un mois auparavant « un dîner splendide » dans son « hermitage », « où tous les ministres étrangers furent invités. » Serait-ce le témoignage oublié d’une sorte de cérémonie d’inauguration ? Nous pouvons le supposer.

Il est dès lors intéressant de partir de cet événement pour reconstituer l’histoire de la galerie impériale de l’Ermitage. L’Ermitage constituant en fait les appartements particuliers de la souveraine, c’est tout l’aménagement artistique de cet ensemble qu’il est même nécessaire de réévaluer, en particulier les autres salles citées qui furent également visitées – selon le même journal – durant cette journée d’inauguration aujourd’hui oubliée, comme cette « salle de bains », qui pourrait refléter l’intérêt de Catherine II pour les idées des Lumières, sans oublier la salle à manger, avec sa table mécanique ou « ermitage », qui a donné son nom au lieu. Continuer la lecture

Journée d’étude du GRHAM : « Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : Expertises, négociations et controverses » (Paris, 5 juin 2019).

Pierre-Antoine Demachy, Scène de vente de tableaux aux enchères dans un salon, XVIIIe siècle, dessin à la plume, 26,6 x 32,1 cm, Bayonne, musée Bonnat-Helleu.

Type : journée d’étude du GRHAM.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Un peintre face aux connaisseurs : la visite de Sir Joshua Reynolds à Düsseldorf (27-31 août 1781) » par Jan Blanc (18 avril, Paris).

Sir Joshua Reynolds, Autoportrait, v. 1775, huile sur toile, 74,9 x 62,2 cm, Londres, Tate Britain

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 avril 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

C’est à l’occasion de son premier voyage dans le nord de l’Europe, d’abord dans les Pays-Bas espagnols, puis dans les Provinces-Unies, et enfin dans le Saint-Empire, que sir Joshua Reynolds séjourne à Düsseldorf, du lundi 27 au vendredi 31 août 1781. Cette petite semaine offre au peintre anglais l’occasion de découvrir les collections de l’Électeur, mais aussi de faire la connaissance du directeur de l’académie locale, Lambert Krahe. En sa compagnie, il passe l’essentiel de son temps, tant dans la Galerie électorale que durant ses loisirs. Les discussions mais aussi les débats que partagent les deux artistes n’ont jamais fait l’objet, à ma connaissance, d’un examen prolongé et attentif. C’est la raison pour laquelle j’y consacrerai cette conférence. J’y évoquerai les conditions de cette rencontre, détaillerai les visites et les discussions entre les peintres, ainsi que les différences, si ce n’est les différends qui opposent Reynolds et Krahe. Il s’agira de souligner les manières très diverses dont les collections de dessins et de tableaux de Düsseldorf ont été envisagées par les deux hommes et, surtout, de mettre en évidence le regard porté par le peintre britannique, tant sur ces collections que sur le goût qu’elles trahissent.

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « La marque du nom de Jean-Baptiste Perronneau » par Dominique d’Arnoult (28 mars, Paris).

 

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait de Gabriel Huquier, pastel sur papier, H. 0,63 ; L. 0,53 m, signé et daté à la mine de plomb « Perroneau. / en 1747 février », Paris, musée du Louvre, département des arts graphiques.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 28 mars 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Deux expositions récentes ont permis de découvrir l’art de Jean-Baptiste Perronneau : l’une a été la rétrospective qui lui a été consacrée par le musée des Beaux-Arts d’Orléans en 2017 et l’autre, l’exposition En société, pastels du Louvre des XVIIe et XVIIIe sièclesen 2018. Cette présentation s’attachera à l’inscription autographe du nom de Perronneau sur ses portraits – le terme de « signature » serait pour le XVIIIe siècle un anachronisme – en écho à la publication de l’étude de Charlotte Guichard sur La griffe du peintre (2018).

Nous verrons comment Perronneau au cours de ses vingt années de carrière parisienne (1734-1755) se démarque de ses confrères dans le contexte de l’atelier de gravure puis de la concurrence des Salons du Louvre. Reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture, il est devenu l’un des portraitistes les plus en vue à Paris au milieu du siècle et expose aux Salons un nombre de portraits aussi impressionnant que celui du très célébré Maurice Quentin Delatour. Il fait néanmoins le choix paradoxal de poursuivre sa carrière hors Paris, et de peindre une nouvelle France.

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM: « Un genre bâtard & vicieux » ? Le portrait historié entre Grand Siècle et Lumières, par Marlen Schneider (Paris, 8 février 2019)

Jean-Marc Nattier, Marie-Anne de Bourbon, Mademoiselle de Clermont, aux eaux minérales de Chantilly, 1729, huile sur toile, 195 × 161 cm, Chantilly, musée Condé.

Type : Conférence (entrée libre).
Date de l’événement : vendredi 8 février 2019, 19h.
Lieu : Salle MarietteInstitut national d’histoire de l’art, Paris.

Très répandu pendant les dernières décennies du XVIIe siècle et la première moitié du XVIIIe, le portrait historié fut un phénomène caractéristique de la société de cour, révélateur des pratiques artistiques et culturelles de l’époque. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « La face cachée des pastels : étude des différents supports utilisés par les artistes au XVIIIe siècle », par Valérie Luquet (Paris, 13 décembre 2018).

 

Type : Conférence (entrée libre).
Date de l’événement : 13 décembre 2018, 19h.
Lieu : Salle Vasari, Institut national d’histoire de l’art, Paris.

Le XVIIIe siècle est souvent considéré comme l’âge d’or de la peinture au pastel malgré les critiques parfois très virulentes de certains académiciens ou d’Etienne de La Font de Saint-Yenne : « Le nombre des Peintres en Pastel est infini. Mais il est bien à craindre que la facilité & la célérité de ses fragiles craïons ne fassent négliger l’huile beaucoup plus lente à la vérité, mais infiniment plus savante, & incomparable pour la durée* ». L’art du pastel est un domaine dans lequel on remarque, tout au long du siècle des lumières, une intense activité de recherche menée par les artistes ou les marchands de couleurs. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM: « Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles) » par Sophie Raux (Paris, 15 novembre 2018)

Gaspar Bouttats, La loterie de Henricus van Soest à Anvers, 1695. Gravure à l’eau-forte. H. 19,1 ; L. 27,3 cm. Amsterdam, Rijksmuseum. Inv. RP-P-OB-77263

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 15 novembre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Courantes dans les Pays-Bas méridionaux dès le milieu du XVe siècle, les loteries étaient organisées à l’origine par des institutions civiles ou religieuses afin de lever des fonds destinés à des œuvres d’utilité publique. Très tôt, de somptueuses pièces d’orfèvrerie en argent ou en vermeil constituèrent les lots d’appel et matérialisèrent la victoire de la Fortuna. Progressivement, des marchands d’objets d’art et de luxe s’emparèrent du système des loteries, afin d’en exploiter le principe dans un but lucratif. Le succès de ces opérations entraîna leur multiplication ainsi que la diversification des lots à gagner, parmi lesquels œuvres d’art et objets de luxe prirent une place croissante. Peintures, tapisseries, reliefs en albâtre, bijoux, tazze, hanaps, miroirs en cristallin, verreries « façon Venise », clavecins… s’offrirent ainsi à la vue comme le spectacle des richesses à gagner, accessibles à tous selon les caprices du hasard et de la Fortune.

Continuer la lecture