Archives de catégorie : Conférences

Conférence du GRHAM : “Une première exposition sur le peintre Jean Bardin, apports et questionnements” par Frédéric Jiméno (8/12/2022, Paris)

Jean Bardin, La Pénitence, 1782, huile sur toile, 216 x 485 cm, Saragosse (Espagne), chartreuse de Notre-Dame de Aula Dei, réfectoire.

Type : Conférence.
Date et horaire : 8 décembre 2022 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le musée des Beaux-Arts d’Orléans organise la toute première exposition consacrée au peintre Jean Bardin (1732-1809). Directeur de l’école de dessin d’Orléans à partir de 1786, ainsi que du premier musée d’Orléans dès 1799, Bardin est fortement associé à l’histoire de cette ville. C’est l’occasion pour le GRHAM d’inviter son commissaire scientifique, Frédéric Jimeno, à nous présenter ce projet. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM: “Être commissaire-priseur aujourd’hui en France ; entre tradition et modernités” par Matthieu Fournier (Paris, INHA, 13 octobre 2022)

Type : Conférence
Date de l’évènement : 13 octobre 2022, 19h-20h.
Lieu :  Institut National d’Histoire de l’Art / Galerie Colbert, salle Jullian

La conférence a pour double but d’ébaucher une histoire de la profession de commissaire-priseur en France depuis le XXe siècle et de questionner le rôle actuel de cet acteur dans le marché de l’art et la société, en particulier pour l’art ancien. 

Des ventes grandioses du début du XXe siècle au duopole des études Rheims et Ader, de la réforme juridique de 2000 jusqu’à l’arrivée des maisons anglo-saxonnes sur la place de Paris, en passant par l’espoir des ventes online pour les SVV (Sociétés de Ventes Volontaires) de petite taille; le métier de commissaire-priseur a connu de profonds changements au cours des dernières décennies. Pourquoi ce métier a-t-il longtemps fait rêver ? Quelle sont désormais ses fondements juridiques et quel est son rôle économique, patrimonial, voire sociétal? Quelles sont les particularités du système français au niveau international et que peut-il offrir par rapport à des systèmes concurrents? Continuer la lecture

Colloque international du GRHAM : “Art et amitié aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe” // “Art and friendship in the 17th and 18th centuries in Europe”

Type : colloque international.
Dates de l’événement : 14 et 15 juin 2022.
Lieu : Salle Vasari, 1er étage, INHA, Paris.

PROGRAMME

14 juin 2022

9h30 Accueil

10h00 Introduction
Marine ROBERTON, doctorante Histoire de l’art moderne, UParis 1 Panthéon-Sorbonne
Charlotte ROUSSET, doctorante ATER Histoire de l’art moderne, IRHiS, ULille

10h15 Conférence d’ouverture
Aurélie PRÉVOST, docteure Histoire moderne, ULumières Lyon 2, membre associée du CRULH
Représenter et critiquer l’Amitié exposée aux Salons (XVIIIe siècle) : une question sociale et politique ?

Discussion

Continuer la lecture

(Annulé) Conférence du GRHAM : “Gold in the ark of God and capitalism” par Natasha Eaton, 21 avril 2022, en visioconférence. (Annulé)

Frontispiece of The Padshahnama, c.1630s, Royal Collections, Windsor Castle.

Type : Conférence.
Date et horaire : Annulé.
Lieu : Visioconférence sur Zoom
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

This paper explores the agency of gold in South Asia as an ambiguous means of exchange and delightful control. As Taussig has suggested, gold can be an allegory for modernity qua labour in the miasmic mines of South American. If he explores the ‘metaphorical’ horrors of how exploitation is championed in Colombia and celebrated in the Museo del Oro, my examination of gold turns to its hidden status in statues in India and its mirror like quality in the shamsa. The shamsa is a sun bursting light form of geometric exactitude celebrated by the monarchs Akbar, Jahangir and ShahJahan. The sources of this form of gold speak to the now contested, derelict mines of Hutti. What does it mean to think of gold as celestial? Especially in the wake of material studies concerned with vibrant materiality? Is gold still to be colonized? Are there limits to decolonial thought?

Dr Natasha Eaton is Reader in the History of Art at UCL. She is a long serving editor of Third Text and the author of three monographs – Mimesis across empires: Artworks and networks in India, 1765-1860 (Duke University Press, 2013), Colour, Art and Empire: Visual culture and the nomadism of representation (I.B.Tauris, 2013) and Travel, Art and Collecting in South Asia: Vertiginous exchange (Routledge, 2021). She is currently at work on a special issue of Third Text with Manuela Ciotti on global collecting and modernity and on a monograph concerned with the materialities of empire provisionally titled The Unconditional Image: Art and labour in South Asia.

Annulé

Conférence du GRHAM : “Le roi est mort, vive le roi ? : Le corps royal à l’instant de son décès” par Itay Sapir (3 mars, Paris).

Petrus Paulus Rubens, L’Apothéose de Henri IV et la proclamation de la régence de la reine, le 14 mai 1610, ca. 1621-1625, huile sur toile, 394 x 727 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence.
Date et horaire : 3 mars 2021 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le paroxysme et la raison d’être du concept des deux corps du roi sont atteints à l’instant où le corps terrestre du souverain disparait pour ne laisser intact que le corps politique, voué à la continuation dynastique. Que le roi ait souffert d’une longue agonie ou qu’il soit mort subitement, que la cause du décès soit une violence extérieure ou la déchéance naturelle du corps, peu importe : c’est à l’instant de la mort que l’unité des deux corps se délie.

La représentation visuelle du moment du décès à la première modernité est un sujet fascinant et peu étudié; dans la peinture, c’est vers 1600, notamment avec Caravage, qu’un nouvel intérêt pour l’instantanéité de la mort émerge, et que des outils picturaux sont développés pour montrer le devenir-cadavre d’un humain et la temporalité si complexe de l’événement/processus. Quand le mort est un roi, les enjeux ne sont que plus cruciaux encore. Comment figurer le corps physique vidé de son pouvoir et de sa vitalité tout en assurant par l’image l’évidence de la pérennité du corps souverain immortel? Comment s’insère l’image de la mort du roi dans la série des représentations du souverain vivant qui la précèdent? Lorsqu’il s’agit d’une mort royale, l’instant de la mort est-il souligné ou plutôt esquivé dans les images, et la charge symbolique prend-elle le pas sur la représentation naturaliste du décès? En quoi les images de la mort du roi se diffèrent-elles des images du décès d’autres personnes, contemporaines des artistes qui les ont représentées ou bien faisant partie d’un passé plus ou moins lointain? Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “L’artiste canadien François Baillairgé (1759-1830) : de la mention à la reconnaissance ?” par Pierre-Olivier Ouellet, 27 janvier 2022, en visioconférence.

François Baillairgé d’après Le Dominiquin, Étude de jambe d’après « Le Martyre de saint André », 1778-1781, sanguine et mine de plomb sur papier, 60 x 46,1 cm, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, 1975.243R.

Type : Conférence.
Date et horaire : 27 janvier 2022 à 19h (CET-Paris).
Lieu : Visioconférence sur Zoom, inscription gratuite sur asso.grham@gmail.com

 

“La renommée universelle de l’École de sculpture française aurait dû attirer à Paris quelques-uns de ces bons artisans désireux de parfaire leur éducation. Mais, je n’ai relevé qu’un seul nom canadien inscrit sur les registres d’immatriculation de l’Académie Royale de Paris. On y lit à la date du 21 février 1779 la mention suivante : « François Baillairgé, S., natif de Québec, âgé de 20 ans. Élève de M. Stouff. Protégé par M. Lagrenée le jeune. » Aucune trace ne subsiste des œuvres de cet artiste dont le nom a été surtout illustré par son fils qui devait jouer un rôle important dans la première moitié du XIXe siècle”.

– Louis Réau, Histoire de l’expansion de l’art français : Pays scandinaves, Angleterre, Amérique du Nord (1931)

 

En 1931, l’historien de l’art Louis Réau (1881-1961) publie le troisième tome de son Histoire de l’expansion de l’art français, consacré aux pays scandinaves, l’Angleterre et l’Amérique du Nord. Dans son analyse de l’art canadien, François Baillairgé (1759-1830) se présente alors tel un faible maillon entre la France et le Canada, un nom surgit au gré d’un dépouillement d’archives. Pour Réau, l’artiste semble d’autant plus négligeable qu’il ne laisse aucune œuvre et que son propre fils, l’architecte Thomas Baillairgé (1791-1859), parvient à le surpasser. Autrement dit, déjà voué à revêtir un rôle mineur dans la grande histoire de l’art français – étant donné la nature même du livre de Réau – François Baillairgé fait ainsi figure d’artiste secondaire, voire tertiaire. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Histoire de l’art et chasse au trésor”, par Christine Martin – Pinakotag (2 décembre, Paris)

Portrait de la marquise de Montesson (©Art In Lab)

 

Type : Conférence.
Date et horaire : 2 décembre 2021 à 18h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les travaux de restauration sont toujours un moment privilégié pour se pencher sur l’histoire d’une œuvre et tenter de retracer au moins une partie de son parcours. C’est aussi parfois — souvent —  l’occasion de jolies découvertes et, si retrouver la main d’un auteur reste le graal, identifier un modèle, un sujet, ou encore des circonstances de création constitue autant d’éléments qui nous entrainent bien souvent dans une chasse au trésor dont il ressort toujours quelque chose de passionnant.

Au-delà de la matière, objet principal de ses soins, le conservateur-restaurateur est en charge de la mémoire de l’œuvre qui lui est confiée. Elle constitue un élément majeur de la conservation préventive pourtant trop souvent laissé de côté, une fois les précieux éléments glanés au fil des recherches transcrits dans un simple rapport d’intervention. Nous pensons que le conservateur-restaurateur a ce rôle de conseil auprès de sa clientèle (à fortiori lorsqu’il s’agit du marché privé) et c’est à lui qu’incombe le devoir de faire parler les œuvres qui lui sont confiées, voire de faire appel aux sachants/historiens de l’art lorsque ses capacités sont dépassées. Nous nous appuierons sur deux cas pour illustrer cela : d’une part, la découverte et la reconnaissance du portrait de Madame de Montesson par Élisabeth-Louise Vigée Le Brun, d’autre part, les recherches, toujours en cours, menées sur une belle odalisque dont la signature joue le rôle de carte au trésor…

Ce sont des découvertes comme celles-ci qui nous ont conduits à développer Pinakotag, une solution de marquage innovante et non invasive qui permet d’inscrire la mémoire des œuvres sur elles-mêmes, et le cas échéant, la sauvegarder, l’enrichir et la partager. Véritable outil de conservation préventive autant que plateforme de gestion de collection, Pinakotag a remporté l’édition 2020 du Start-up Contest du salon SITEM dans la catégorie Innovation Technologique.

 

Biographie : Christine Martin a mené une reconversion professionnelle entre 2013 et 2016 pour réaliser un rêve d’enfant et devenir conservatrice-restauratrice de peintures de chevalet. Elle a fondé l’Atelier du Pigeonnier (Paris VIIe) et travaille auprès d’une clientèle privée. Sa carrière initiale en contrôle financier dans la construction industrielle l’a amenée à travailler sur le développement et le déploiement d’ERP (Enterprise Ressource Planning – Logiciel qui permet de suivre et gérer l’ensemble des données opérationnelles d’une entreprise). C’est cette double compétence qui lui a permis de développer Pinakotag.

Conférence du GRHAM : “Prendre vision : Samuel Beckett et l’image” par Xavier Vert (4 novembre, Paris).

Rembrandt van Rijn, Le repos pendant la fuite en Égypte, 1647, huile sur panneau de bois, 34 x 48 cm, Galerie nationale d’Irlande, NGI.215.

Type : Conférence.
Date et horaire : 4 novembre 2021 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Si les études récentes et moins récentes ont taillé une grande part à l’esthétique de Beckett comme à son attachement aux arts visuels, il reste encore à s’interroger depuis le texte beckettien sur la nature de ce faire, sur le procès de faire, quand il y va d’image, ou encore d’images d’images, trouveraient-elles naissance dans la mémoire et vie dans le cours d’une prose si souverainement visuelle, si passionnément vouée à prendre vision et à faire de l’œil – « rouge comme des charbons ardents » à force d’essayer voir dira l’innommable  –, le lieu d’une intensité sans corps, sa fixité. C’est ce que l’on se propose ici d’observer, l’image dans la conception et l’usage qui furent ceux de Samuel Beckett, formés au rythme d’une œuvre qui n’est pas moins œuvre du voir qu’œuvre du dire, pour ne parler que de prose. L’image, et d’abord l’imagination, faculté sensible suspecte à la pensée conceptuelle, cette folle du logis, y est partout au travail « dans le même noir chimérique que ses autres chimères », fût-elle compagnie fantomatique de l’être, cet imaginant, fût-elle morte et encore suscitée – Imagination morte imaginez (1967) –, cependant que même immatérielle, même réminiscence, l’image se fait – « à présent c’est fait j’ai fait l’image » sont les mots sur lesquels s’achève l’unique phrase du texte éponyme, L’image (1988). Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Haptic, Somatic, Ubiquitous : Multi-disciplinary Textile Studies” par Amanda Phillips, 30 septembre 2021, en visioconférence.

Detail, textile with Quranic inscriptions made for use as a hanging in Mecca or Medina. Silk, lampas weave. Ottoman Empire, ca. 1600s. Istanbul, Topkapı Palace Museum 13/658. Presidency of the Republic of Turkey, Presidency of National Palaces Administration.

Type : Conférence.
Date et horaire : 30 septembre 2021 à 19h (CET-Paris).
Lieu : Visioconférence sur Zoom
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Textiles were, and are, a major object of exchange, traded at all levels of all markets around the world. This talk focuses on the Ottoman Empire in the later seventeenth and eighteenth centuries and considers the many drivers of change in the production and consumption of textiles. Weavers making heavy figured velvets modelled their work on Italian and French prototypes, while those making light-weight silks and half-silks imitated Indian textiles, even in their names. The court also established new workshops in the capital, staffed with artisans from Poland and Chios, in order to supply its own needs for luxury silks. At the same time, weavers continued in traditional modes, making hangings for the shrines at Mecca and Medina, and consumers availed themselves with goods from centers from Aurangabad to Yanbol. With these examples and others, I’ll also argue that textiles—haptic, somatic, ubiquitous; in an immense range of types; with a collective status as a major commodity—demand new kinds of scholarly treatment. Continuer la lecture

Journée d’étude du GRHAM : « Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ? » / « Figures of Widows in Modern Era (17th and 18th centuries): Images of an Accepted, Hidden, Claimed Social Status? »

Type : journée d’étude.
Date de l’événement : 15 juin 2021.
Lieu : en ligne (Zoom), sur inscription asso.grham@gmail.com

Programme : 

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Introduction, Scarlett BEAUVALET-BOUTOUYRIE, professeure à l’Université de Picardie

9h45-11h15 : Pouvoir et rôle politique dans “l’Europe” de l’Ancien Régime

Modération : Maël Tauziède-Espariat, chercheur associé à l’Université de Bourgogne

Veuves royales : représentations politiques du veuvage en France et en Angleterre à l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe), Julie ÖZCAN, doctorante en Histoire et Civilisation à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Christine de France, duchesse et régente de Piémont-Savoie (1619-1663). Entre l’être et le paraître, le statut politique et social d’une veuve Femme d’État, Florine VITAL-DURAND, chercheuse associée à l’Université Grenoble Alpes

L’obscur et l’éclat : concilier gouvernement et viduité sous la régence d’Anne d’Autriche , Damien BRIL, chercheur à l’École du Louvre Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Artists’ Things » : Objets et propriété dans le monde de l’art du XVIIIe siècle. Hannah Williams, 20 mai 2021 à 19h en visioconférence.

Jean-Siméon Chardin, Attributes of the Arts, 1766 (Minneapolis Institute of Art). Image dans le domaine public : Google Art Project

Type : Conférence.
Date et horaire : 20 mai 20021 à 19h.
Lieu : Visioconférence sur Zoom
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Quelles sont les histoires que les « choses » peuvent nous raconter sur elles-mêmes et sur leurs propriétaires ? Cette conférence entre dans les ateliers et les domiciles des artistes du XVIIIe siècle afin de mettre au jour la culture matérielle de leurs vies, tant professionnelles que personnelles. En explorant ces « choses » en tant que sujets et objets d’histoire, Hannah Williams parlera du livre qu’elle écrit avec Katie Scott – Artists’ Things (à paraître en 2022) – qui porte sur les possessions qui ont appartenu aux artistes français, du fauteuil de Fragonard à la perruque de Vernet. Retraçant comment ces objets ont été acquis, comment ils ont circulé, et comment leurs propriétaires les ont traité, le livre est conçu comme une série d’ « object biographies » qui s’intéressent à l’agentivité des objets et à leur rôle dans la médiation des relations sociales et des activités quotidiennes. Ce projet expérimental cherche une histoire alternative du monde de l’art moderne – une histoire qui se trouve non pas dans les objets fabriqués par les artistes, mais dans ceux qu’ils possédaient. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “L’Amour peintre. La peinture française du XVIIIe siècle au prisme de son érotisme” par Guillaume Faroult (29 avril 2021), en visioconférence.


Laurent Cars (d’après François Boucher), Le Sicilien ou l’Amour peintre, burin et eau-forte, illustration des Œuvres de Molière, Paris, Pierre Prault, 1734, t. IV.

Type : Conférence.
Date et horaire : 29 avril 20021 à 19h.
Lieu : Visioconférence sur Zoom (lien ci-dessous)
https://zoom.univ-paris1.fr/j/97831404960?pwd=TDlobXdkcHVKVm81OGEvMkUxQVh3QT09
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Dans la France du XVIIIe siècle, peinture et amour s’épousent. Les peintres les plus brillants : Watteau, Boucher, Lancret, de Troy, Greuze et Fragonard, consacrent leur talent à l’inspiration amoureuse. Les valeurs identitaires des élites françaises se renouvèlent et s’éloignent en partie de l’héroïsme guerrier du Grand Siècle pour embrasser les vertus pacificatrices de la galanterie. Cette période est traversée par une grande diversité de discours souvent antagonistes sur l’amour, entre sincérité sentimentale et cynisme libertin. Les écrivains et les philosophes (Fontenelle, Voltaire, Marivaux, Crébillon, Diderot et Rousseau) inspirent, commentent ou critiquent ce basculement des valeurs qui fait du comportement amoureux un enjeu voire un défi à l’aune des normes sociales, politiques ou religieuses de leur époque. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Sémiologie de la main dans la peinture moderne : comment interpréter chaque signe gestuel et ses variations », Temenuzhka Dimova.

Valentin de Boulogne, La Cène, 1625-1626, Huile sur toile, 139 x 230 cm, Galleria Nazionale d’Arte Antica, Rome. ©Avec l’aimable autorisation de Gallerie Nazionali di Arte Antica – Bibliotheca Hertziana, Instituto Max Planck per la storia dell’arte/Enrico Fontolan.

Type : Conférence.

Date et horaire : jeudi 25 mars 2021 à 19h.

Lieu : En ligne / Zoom.

Participer à la réunion Zoom :
https://zoom.univ-paris1.fr/j/92473230045?pwd=RnN1b085QzM2aHM3dlVvM3UySFZYZz09

ID de réunion : 924 7323 0045
Code secret : 473092

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

En langue des signes picturale, serrer ses deux mains avec les doigts entremêlés exprime le chagrin ; croiser ses mains sur la poitrine désigne la ferveur dévotionnelle; plier l’auriculaire évoque le nombre « un » ; mettre la main sur la cuisse d’autrui exprime le serment d’allégeance ; joindre le pouce et l’index démontre la finesse de l’éloquence, alors que l’acte de se moucher permet de conjurer le diable. Le répertoire des gestes employés par les peintres à l’époque moderne contient à peu près une centaine de signes distinctifs. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « La Cité du Soleil : Le Lorrain et la Rome d’Urbain VIII Barberini », Frédéric Cousinié.

Giovanni Ferro, Teatro d’imprese, Venise, G. Sarzina, 1623, frontispice.

 

Type : Conférence.

Date et horaire : jeudi 18 février 2021 à 19h.

Lieu : En ligne / Zoom.

Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

Le motif solaire, si abondant dans la peinture de Claude Lorrain, ne témoigne pas seulement des préoccupations esthétiques ou naturalistes de l’artiste. Il est encore à comprendre dans le cadre des affrontements politiques et nationalistes de la première moitié du XVIIe siècle. En revenant sur l’analyse du Port de mer avec soleil couchant (1639) du musée du Louvre, la communication tentera d’établir ce que ce tableau doit aux préoccupations identitaires de son premier commanditaire : Urbain VIII Barberini. Continuer la lecture

Appel à communication : Journée d’études du GRHAM “Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ?” / “Figures of Widows in Modern Era (17th and 18th centuries): Images of an Accepted, Hidden, Claimed Social Status?”

 

15 juin / 15th June 2021, Paris Galerie Colbert

J.-B. Greuze, La veuve et son prêtre, v. 1784, huile sur toile, 128 x 160 cm, Saint-Pétersbourg, Ermitage

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 mars 2021.
Date de l’événement : 15 juin 2021.
Lieu :  Galerie Colbert, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Femme et veuve sous l’Ancien Régime ? Les images qui permettent de définir la première abondent qu’il s’agisse de décrire une femme séduisante, une femme d’influence ou une femme du peuple. En revanche les images qui pourraient caractériser la seconde restent floues. De fait, la veuve se définit avant tout par la négative ; une veuve, c’est « celle qui a perdu son mari[1] ». La condition sociale imposée par le veuvage est jugée moins favorable que celle de la femme mariée, le Dictionnaire de Trévoux précisant qu’une « veuve pleure son mari, moins pour son mari, que parce qu’elle se voit déchue du rang qu’elle tenoit, et de la considération où elle étoit[2] », ce qui peut conduire cette dernière à des expédients condamnables : « La veuve soustrait souvent et recèle les plus beaux meubles de son mari[3] ». À l’opposé de cette vision peu séduisante, le statut de veuve semble toutefois offrir aux femmes une liberté que ne connaissent ni les filles ni les épouses[4].

Continuer la lecture