Archives de catégorie : Conférences

Conférence du GRHAM : “L’artiste canadien François Baillairgé (1759-1830) : de la mention à la reconnaissance ?” par Pierre-Olivier Ouellet, 27 janvier 2022, en visioconférence.

François Baillairgé d’après Le Dominiquin, Étude de jambe d’après « Le Martyre de saint André », 1778-1781, sanguine et mine de plomb sur papier, 60 x 46,1 cm, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, 1975.243R.

Type : Conférence.
Date et horaire : 27 janvier 2022 à 19h (CET-Paris).
Lieu : Visioconférence sur Zoom, inscription gratuite sur asso.grham@gmail.com

 

“La renommée universelle de l’École de sculpture française aurait dû attirer à Paris quelques-uns de ces bons artisans désireux de parfaire leur éducation. Mais, je n’ai relevé qu’un seul nom canadien inscrit sur les registres d’immatriculation de l’Académie Royale de Paris. On y lit à la date du 21 février 1779 la mention suivante : « François Baillairgé, S., natif de Québec, âgé de 20 ans. Élève de M. Stouff. Protégé par M. Lagrenée le jeune. » Aucune trace ne subsiste des œuvres de cet artiste dont le nom a été surtout illustré par son fils qui devait jouer un rôle important dans la première moitié du XIXe siècle”.

– Louis Réau, Histoire de l’expansion de l’art français : Pays scandinaves, Angleterre, Amérique du Nord (1931)

 

En 1931, l’historien de l’art Louis Réau (1881-1961) publie le troisième tome de son Histoire de l’expansion de l’art français, consacré aux pays scandinaves, l’Angleterre et l’Amérique du Nord. Dans son analyse de l’art canadien, François Baillairgé (1759-1830) se présente alors tel un faible maillon entre la France et le Canada, un nom surgit au gré d’un dépouillement d’archives. Pour Réau, l’artiste semble d’autant plus négligeable qu’il ne laisse aucune œuvre et que son propre fils, l’architecte Thomas Baillairgé (1791-1859), parvient à le surpasser. Autrement dit, déjà voué à revêtir un rôle mineur dans la grande histoire de l’art français – étant donné la nature même du livre de Réau – François Baillairgé fait ainsi figure d’artiste secondaire, voire tertiaire. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Histoire de l’art et chasse au trésor”, par Christine Martin – Pinakotag (2 décembre, Paris)

Portrait de la marquise de Montesson (©Art In Lab)

 

Type : Conférence.
Date et horaire : 2 décembre 2021 à 18h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les travaux de restauration sont toujours un moment privilégié pour se pencher sur l’histoire d’une œuvre et tenter de retracer au moins une partie de son parcours. C’est aussi parfois — souvent —  l’occasion de jolies découvertes et, si retrouver la main d’un auteur reste le graal, identifier un modèle, un sujet, ou encore des circonstances de création constitue autant d’éléments qui nous entrainent bien souvent dans une chasse au trésor dont il ressort toujours quelque chose de passionnant.

Au-delà de la matière, objet principal de ses soins, le conservateur-restaurateur est en charge de la mémoire de l’œuvre qui lui est confiée. Elle constitue un élément majeur de la conservation préventive pourtant trop souvent laissé de côté, une fois les précieux éléments glanés au fil des recherches transcrits dans un simple rapport d’intervention. Nous pensons que le conservateur-restaurateur a ce rôle de conseil auprès de sa clientèle (à fortiori lorsqu’il s’agit du marché privé) et c’est à lui qu’incombe le devoir de faire parler les œuvres qui lui sont confiées, voire de faire appel aux sachants/historiens de l’art lorsque ses capacités sont dépassées. Nous nous appuierons sur deux cas pour illustrer cela : d’une part, la découverte et la reconnaissance du portrait de Madame de Montesson par Élisabeth-Louise Vigée Le Brun, d’autre part, les recherches, toujours en cours, menées sur une belle odalisque dont la signature joue le rôle de carte au trésor…

Ce sont des découvertes comme celles-ci qui nous ont conduits à développer Pinakotag, une solution de marquage innovante et non invasive qui permet d’inscrire la mémoire des œuvres sur elles-mêmes, et le cas échéant, la sauvegarder, l’enrichir et la partager. Véritable outil de conservation préventive autant que plateforme de gestion de collection, Pinakotag a remporté l’édition 2020 du Start-up Contest du salon SITEM dans la catégorie Innovation Technologique.

 

Biographie : Christine Martin a mené une reconversion professionnelle entre 2013 et 2016 pour réaliser un rêve d’enfant et devenir conservatrice-restauratrice de peintures de chevalet. Elle a fondé l’Atelier du Pigeonnier (Paris VIIe) et travaille auprès d’une clientèle privée. Sa carrière initiale en contrôle financier dans la construction industrielle l’a amenée à travailler sur le développement et le déploiement d’ERP (Enterprise Ressource Planning – Logiciel qui permet de suivre et gérer l’ensemble des données opérationnelles d’une entreprise). C’est cette double compétence qui lui a permis de développer Pinakotag.

Conférence du GRHAM : “Prendre vision : Samuel Beckett et l’image” par Xavier Vert (4 novembre, Paris).

Rembrandt van Rijn, Le repos pendant la fuite en Égypte, 1647, huile sur panneau de bois, 34 x 48 cm, Galerie nationale d’Irlande, NGI.215.

Type : Conférence.
Date et horaire : 4 novembre 2021 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Si les études récentes et moins récentes ont taillé une grande part à l’esthétique de Beckett comme à son attachement aux arts visuels, il reste encore à s’interroger depuis le texte beckettien sur la nature de ce faire, sur le procès de faire, quand il y va d’image, ou encore d’images d’images, trouveraient-elles naissance dans la mémoire et vie dans le cours d’une prose si souverainement visuelle, si passionnément vouée à prendre vision et à faire de l’œil – « rouge comme des charbons ardents » à force d’essayer voir dira l’innommable  –, le lieu d’une intensité sans corps, sa fixité. C’est ce que l’on se propose ici d’observer, l’image dans la conception et l’usage qui furent ceux de Samuel Beckett, formés au rythme d’une œuvre qui n’est pas moins œuvre du voir qu’œuvre du dire, pour ne parler que de prose. L’image, et d’abord l’imagination, faculté sensible suspecte à la pensée conceptuelle, cette folle du logis, y est partout au travail « dans le même noir chimérique que ses autres chimères », fût-elle compagnie fantomatique de l’être, cet imaginant, fût-elle morte et encore suscitée – Imagination morte imaginez (1967) –, cependant que même immatérielle, même réminiscence, l’image se fait – « à présent c’est fait j’ai fait l’image » sont les mots sur lesquels s’achève l’unique phrase du texte éponyme, L’image (1988). Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Haptic, Somatic, Ubiquitous : Multi-disciplinary Textile Studies” par Amanda Phillips, 30 septembre 2021, en visioconférence.

Detail, textile with Quranic inscriptions made for use as a hanging in Mecca or Medina. Silk, lampas weave. Ottoman Empire, ca. 1600s. Istanbul, Topkapı Palace Museum 13/658. Presidency of the Republic of Turkey, Presidency of National Palaces Administration.

Type : Conférence.
Date et horaire : 30 septembre 2021 à 19h (CET-Paris).
Lieu : Visioconférence sur Zoom
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Textiles were, and are, a major object of exchange, traded at all levels of all markets around the world. This talk focuses on the Ottoman Empire in the later seventeenth and eighteenth centuries and considers the many drivers of change in the production and consumption of textiles. Weavers making heavy figured velvets modelled their work on Italian and French prototypes, while those making light-weight silks and half-silks imitated Indian textiles, even in their names. The court also established new workshops in the capital, staffed with artisans from Poland and Chios, in order to supply its own needs for luxury silks. At the same time, weavers continued in traditional modes, making hangings for the shrines at Mecca and Medina, and consumers availed themselves with goods from centers from Aurangabad to Yanbol. With these examples and others, I’ll also argue that textiles—haptic, somatic, ubiquitous; in an immense range of types; with a collective status as a major commodity—demand new kinds of scholarly treatment. Continuer la lecture

Journée d’étude du GRHAM : « Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ? » / « Figures of Widows in Modern Era (17th and 18th centuries): Images of an Accepted, Hidden, Claimed Social Status? »

Type : journée d’étude.
Date de l’événement : 15 juin 2021.
Lieu : en ligne (Zoom), sur inscription asso.grham@gmail.com

Programme : 

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Introduction, Scarlett BEAUVALET-BOUTOUYRIE, professeure à l’Université de Picardie

9h45-11h15 : Pouvoir et rôle politique dans “l’Europe” de l’Ancien Régime

Modération : Maël Tauziède-Espariat, chercheur associé à l’Université de Bourgogne

Veuves royales : représentations politiques du veuvage en France et en Angleterre à l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe), Julie ÖZCAN, doctorante en Histoire et Civilisation à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Christine de France, duchesse et régente de Piémont-Savoie (1619-1663). Entre l’être et le paraître, le statut politique et social d’une veuve Femme d’État, Florine VITAL-DURAND, chercheuse associée à l’Université Grenoble Alpes

L’obscur et l’éclat : concilier gouvernement et viduité sous la régence d’Anne d’Autriche , Damien BRIL, chercheur à l’École du Louvre Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Artists’ Things » : Objets et propriété dans le monde de l’art du XVIIIe siècle. Hannah Williams, 20 mai 2021 à 19h en visioconférence.

Jean-Siméon Chardin, Attributes of the Arts, 1766 (Minneapolis Institute of Art). Image dans le domaine public : Google Art Project

Type : Conférence.
Date et horaire : 20 mai 20021 à 19h.
Lieu : Visioconférence sur Zoom
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Quelles sont les histoires que les « choses » peuvent nous raconter sur elles-mêmes et sur leurs propriétaires ? Cette conférence entre dans les ateliers et les domiciles des artistes du XVIIIe siècle afin de mettre au jour la culture matérielle de leurs vies, tant professionnelles que personnelles. En explorant ces « choses » en tant que sujets et objets d’histoire, Hannah Williams parlera du livre qu’elle écrit avec Katie Scott – Artists’ Things (à paraître en 2022) – qui porte sur les possessions qui ont appartenu aux artistes français, du fauteuil de Fragonard à la perruque de Vernet. Retraçant comment ces objets ont été acquis, comment ils ont circulé, et comment leurs propriétaires les ont traité, le livre est conçu comme une série d’ « object biographies » qui s’intéressent à l’agentivité des objets et à leur rôle dans la médiation des relations sociales et des activités quotidiennes. Ce projet expérimental cherche une histoire alternative du monde de l’art moderne – une histoire qui se trouve non pas dans les objets fabriqués par les artistes, mais dans ceux qu’ils possédaient. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “L’Amour peintre. La peinture française du XVIIIe siècle au prisme de son érotisme” par Guillaume Faroult (29 avril 2021), en visioconférence.


Laurent Cars (d’après François Boucher), Le Sicilien ou l’Amour peintre, burin et eau-forte, illustration des Œuvres de Molière, Paris, Pierre Prault, 1734, t. IV.

Type : Conférence.
Date et horaire : 29 avril 20021 à 19h.
Lieu : Visioconférence sur Zoom (lien ci-dessous)
https://zoom.univ-paris1.fr/j/97831404960?pwd=TDlobXdkcHVKVm81OGEvMkUxQVh3QT09
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Dans la France du XVIIIe siècle, peinture et amour s’épousent. Les peintres les plus brillants : Watteau, Boucher, Lancret, de Troy, Greuze et Fragonard, consacrent leur talent à l’inspiration amoureuse. Les valeurs identitaires des élites françaises se renouvèlent et s’éloignent en partie de l’héroïsme guerrier du Grand Siècle pour embrasser les vertus pacificatrices de la galanterie. Cette période est traversée par une grande diversité de discours souvent antagonistes sur l’amour, entre sincérité sentimentale et cynisme libertin. Les écrivains et les philosophes (Fontenelle, Voltaire, Marivaux, Crébillon, Diderot et Rousseau) inspirent, commentent ou critiquent ce basculement des valeurs qui fait du comportement amoureux un enjeu voire un défi à l’aune des normes sociales, politiques ou religieuses de leur époque. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Sémiologie de la main dans la peinture moderne : comment interpréter chaque signe gestuel et ses variations », Temenuzhka Dimova.

Valentin de Boulogne, La Cène, 1625-1626, Huile sur toile, 139 x 230 cm, Galleria Nazionale d’Arte Antica, Rome. ©Avec l’aimable autorisation de Gallerie Nazionali di Arte Antica – Bibliotheca Hertziana, Instituto Max Planck per la storia dell’arte/Enrico Fontolan.

Type : Conférence.

Date et horaire : jeudi 25 mars 2021 à 19h.

Lieu : En ligne / Zoom.

Participer à la réunion Zoom :
https://zoom.univ-paris1.fr/j/92473230045?pwd=RnN1b085QzM2aHM3dlVvM3UySFZYZz09

ID de réunion : 924 7323 0045
Code secret : 473092

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

En langue des signes picturale, serrer ses deux mains avec les doigts entremêlés exprime le chagrin ; croiser ses mains sur la poitrine désigne la ferveur dévotionnelle; plier l’auriculaire évoque le nombre « un » ; mettre la main sur la cuisse d’autrui exprime le serment d’allégeance ; joindre le pouce et l’index démontre la finesse de l’éloquence, alors que l’acte de se moucher permet de conjurer le diable. Le répertoire des gestes employés par les peintres à l’époque moderne contient à peu près une centaine de signes distinctifs. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « La Cité du Soleil : Le Lorrain et la Rome d’Urbain VIII Barberini », Frédéric Cousinié.

Giovanni Ferro, Teatro d’imprese, Venise, G. Sarzina, 1623, frontispice.

 

Type : Conférence.

Date et horaire : jeudi 18 février 2021 à 19h.

Lieu : En ligne / Zoom.

Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

Le motif solaire, si abondant dans la peinture de Claude Lorrain, ne témoigne pas seulement des préoccupations esthétiques ou naturalistes de l’artiste. Il est encore à comprendre dans le cadre des affrontements politiques et nationalistes de la première moitié du XVIIe siècle. En revenant sur l’analyse du Port de mer avec soleil couchant (1639) du musée du Louvre, la communication tentera d’établir ce que ce tableau doit aux préoccupations identitaires de son premier commanditaire : Urbain VIII Barberini. Continuer la lecture

Appel à communication : Journée d’études du GRHAM “Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ?” / “Figures of Widows in Modern Era (17th and 18th centuries): Images of an Accepted, Hidden, Claimed Social Status?”

 

15 juin / 15th June 2021, Paris Galerie Colbert

J.-B. Greuze, La veuve et son prêtre, v. 1784, huile sur toile, 128 x 160 cm, Saint-Pétersbourg, Ermitage

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 mars 2021.
Date de l’événement : 15 juin 2021.
Lieu :  Galerie Colbert, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Femme et veuve sous l’Ancien Régime ? Les images qui permettent de définir la première abondent qu’il s’agisse de décrire une femme séduisante, une femme d’influence ou une femme du peuple. En revanche les images qui pourraient caractériser la seconde restent floues. De fait, la veuve se définit avant tout par la négative ; une veuve, c’est « celle qui a perdu son mari[1] ». La condition sociale imposée par le veuvage est jugée moins favorable que celle de la femme mariée, le Dictionnaire de Trévoux précisant qu’une « veuve pleure son mari, moins pour son mari, que parce qu’elle se voit déchue du rang qu’elle tenoit, et de la considération où elle étoit[2] », ce qui peut conduire cette dernière à des expédients condamnables : « La veuve soustrait souvent et recèle les plus beaux meubles de son mari[3] ». À l’opposé de cette vision peu séduisante, le statut de veuve semble toutefois offrir aux femmes une liberté que ne connaissent ni les filles ni les épouses[4].

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Les écrits du for privé : une source pour l’histoire de l’art ? L’exemple du livre de raison de Joseph Vernet », Émilie Beck Saiello

Claude-Joseph Vernet, Port méditerranéen au soleil couchant avec l’artiste, sa fille Emilie Chalgrin, son fils Carle Vernet, sa belle-fille Fanny Moreau et son serviteur Saint-Jean, 1788, huile sur toile, 87 x 113,6 cm, Collection particulière.

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 21 janvier 2021 à 19h.
Lieu : En ligne / Zoom.
Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

Il y a quelques semaines encore était publiée, sous la direction des historiens Michel Figeac et Caroline Le Mao, une anthologie des écrits de l’intime : toute dernière manifestation d’un intérêt pour ce que l’on appelle « les écrits du for privé » ou « ego-documents » – textes non fictionnels produits par des personnes ordinaires dans un cadre non institutionnel – qui remonte, chez les littéraires et les historiens, aux années 1970 et 1980. Les historiens de l’art, si l’on excepte les travaux d’Olivier Bonfait, Charlotte Guichard et Ariane James-Sarazin, se sont peu penchés sur ces sources. Elles permettent pourtant de définir les trajectoires individuelles, d’appréhender la construction de l’identité mais aussi des sociabilités, d’analyser le fonctionnement matériel de l’atelier et l’économie professionnelle, d’étudier enfin des objets singuliers qui, dans le cas des artistes, mêlent souvent le graphisme à l’écrit. Les écrits du for privé sont donc à la confluence de l’histoire matérielle, de l’histoire économique, de l’histoire de l’intime et de l’histoire sociale.

L’un des exemples les plus intéressants de ces écrits pour le XVIIIe français est constitué par le livre de raison du peintre Joseph Vernet (1714-1789). À travers l’analyse de ce manuscrit, qui fera prochainement l’objet d’une édition critique, nous essaierons de montrer quel est l’intérêt de ce type de source, non seulement pour l’étude de l’une des figures majeures de la peinture française et européenne au XVIIIe siècle, mais aussi pour la discipline de l’histoire de l’art.

 

Émilie Beck Saiello est maître de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord, en délégation au CNRS (Centre Norbert Elias). Elle travaille sur le paysage et ses représentations, la condition sociale de l’artiste en France et en Italie, et les échanges, circulations et disséminations dans l’Europe du Grand Tour. Elle a publié entre autres Napoli e la Francia. I pittori di paesaggio da Vernet a Valenciennes, L’Erma di Bretschneider, 2010 ; Pierre Jacques Volaire (1729-1799), dit le Chevalier Volaire , Arthena, 2010 et a codirigé plusieurs ouvrages dont L’Académie de France à Rome. Le Palais Mancini : un foyer artistique dans l’Europe des Lumières (1725-1792), PUR, 2016 et Écrire et peindre le paysage, France Angleterre 1750-1850, PUR, prévu en mars 2021. Dans le cadre de son HDR, elle achève l’édition critique du livre de raison de Joseph Vernet et travaille sur la diplomatie culturelle à Rome au XVIIIe siècle.

Conférence du GRHAM : “Que nous apprend le bois dans l’étude des objets et des œuvres d’art?” Catherine Lavier

© Catherine Lavier

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 19 novembre 2020 à 18h.
Lieu : En ligne / Zoom.
Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

 

Que nous apprend le bois dans l’étude des objets et des œuvres d’art ? 

Conférence donnée par Catherine Lavier (en ligne), jeudi 19 novembre, 18h.

L’étude matérielle des objets mobiliers et des œuvres d’art signale souvent la présence de bois comme élément constitutif ou comme support. Or, il est assez peu considéré et souvent réduit à la seule datation alors qu’il renferme quantité d’informations aussi bien d’ordre environnemental comme les aspects chronologique, géographique, morphologique qu’anthropique sur le travail, le commerce, les outils, les gestes ou les artisans du bois. Cette présentation exposera le principe de cette discipline, les méthodes et les techniques employées pour révéler la multitude de facettes que recèle la materia prima issue des arbres au travers d’exemples variés couvrant principalement les XVII-XIXe siècles. Continuer la lecture

Publication du GRHAM : “Interpréter l’histoire dans les arts décoratifs”, actes de la journée d’études organisée le 15/06/2017 (Paris, INHA).

Ouvrage collectif sous la direction du GRHAM, “Interprétez l’histoire dans les arts décoratifs”, actes de la journée d’études organisée le 15/06/2017 (Paris, INHA), Paris, éditions du GRHAM, 2020, 131 p.

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage publie les actes du colloque organisé par le GRHAM (Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne) qui s’est tenu à Paris le 15 juin 2017. À la fois synthétiques et problématiques, les six communications rendent compte de différents aspects de l’utilisation de l’histoire dans les arts décoratifs, qu’il s’agisse de trophées, de tapisseries tissées ou peintes, de tissus ou de mobilier. Continuer la lecture

Journée d’étude du GRHAM et du séminaire Collection : « Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s)(1750 – 1815) », (Online, 26-27 octobre 2020).

 

Adriaan de Lelie, De kunstgalerij van Jan Gildemeester Jansz, huile sur toile, 1794–95, Rijksmuseum, Amsterdam.

 

Type : journée d’étude du GRHAM et du séminaire Collection.
Date de l’événement : 26 et 27 octobre 2020.
Lieu : Online. Le colloque aura lieu sur Zoom. Veillez à vous inscrire au préalable, afin de recevoir les informations nécessaire, à l’adresse : collection.seminaire@gmail.com

Le Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM) et le Séminaire Collection s’associent pour l’organisation d’un colloque sur le thème du collectionnisme. Intitulé Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815), cet événement a comme objectif d’analyser les collectionneurs à travers leurs pratiques et leurs représentations, en insistant sur de nouvelles pistes de réflexions méthodologiques. Celles-ci permettront d’extraire cette thématique d’approches purement biographiques et monographiques. À partir de cas précis, le colloque entend appréhender le collectionnisme par le biais de problématiques et de méthodes propres qui vont au-delà de la reconstitution d’une collection, un travail certes incontournable, mais conçu ici plutôt comme le point de départ d’une réflexion. Bien que les thématiques à exploiter soient nombreuses, nous nous proposons de borner notre examen à l’étude de quatre axes principaux.

Programme :

26 octobre 2020

9h00 Accueil – Introduction

9h15 – 10h00 Ouverture

  • O. Bonfait, Université de Bourgogne, La culture de la collection au XVIIIe siècle. Etat de la question.

10h00 – 12h45 Session 1 : L’objet privé

Présidence : Patrick Michel

  • L. Jouvet, Université de Bourgogne, Les médailles de Jean Warin (1604-1672) : collectionner l’artiste ou les objets ?

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Réflexion sur les méthodes, les doutes et les succès de l’expertise de tableaux » par Éric Turquin (8 octobre, Paris)

Jusepe de Ribera (1588 – 1656 ), Un philosophe : l’heureux géomètre,
n.d., Huile sur toile, 100 x 75,5 cm, Collection privée.

Nous vous informons que toutes les places pour cette conférence ont été réservées. Les inscriptions sont donc désormais closes.

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 8 octobre 2020 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Il s’agira, à partir de huit exemples de tableaux découverts en 2018 et 2019, de comprendre comment l’arrivée de l’intelligence artificielle et des nouveaux modes de communication a bousculé l’expertise traditionnelle et offert de nouveaux angles d’approche aux spécialistes. Continuer la lecture