Archives de catégorie : Comptes rendus

Colloque : « Maria Sibylla Merian Conference 2017 : Changing the Nature of Art and Science Intersections with Maria Sibylla Merian ».

Maria Sibylla Merian, Cédrat et arlequin de Cayenne, ca. 1701-1705, aquarelle gouachée sur vélin 36 x 27 cm, Londres, British Museum.

Type : colloque.
Date et horaire : du 7 au 9 juin 2017.
Lieu : Amsterdam.

Maria Sibylla Merian (1647–1717) is one of the more intriguing figures of scientific, artistic, and commercial culture of the early modern period. Born in Frankfurt and later based in Nuremberg, Wieuwerd, and Amsterdam, her scientific interest in entomology led her eventually to Surinam, where, as in Europe, she studied the metamorphoses of insects in their natural habitat. She translated her minute observations into powerful artistic representations that still attract the attention of many scholars, such as biologists, art historians, and science historians. Modern artists and novelists also find inspiration in her work and life.

The aim of the conference is to bring together new research and projects relating to Maria Sibylla Merian. With her life and work as a focal point this conference will also explore topics that relate to Merian from a broader perspective, such as the religious context of her work, early modern book production, Merian’s social network, Surinam as a colony, and entomological research.

Programme :

Mercredi 7 juin 2017

12.00  Registration and coffee.

12.50  Introduction.

13.00  Welcome from Karen Maex, Rector Magnificus, University of Amsterdam (TBC).

13.10  Redmond O’Hanlon, Maria, the Jungle and Bird-Eating Spiders. Continuer la lecture

Journée d’études du GRHAM : « Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle ».

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : Journée d’études.
Date et horaire : jeudi 15 juin 2017 à partir de 9h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.

Programme :

9h00 – 9h20 : Accueil des participants.

9h20 – 9h30 : Mot de bienvenue du GRHAM.

Session 1 :

Présidente de séance : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2).

9h30 – 10h30 : Chloé Perrot (université de Lille 3 et École du Louvre) : « La Nouvelle Iconologie Historique » de Jean-Charles Delafosse (1768), écrire l’histoire dans les arts décoratifs.

10h30 – 11h30 : Pascal-François Bertrand (université Michel de Montaigne Bordeaux 3) : Hiérarchie des manufactures de tapisserie en France et typologie des sujets représentés.

11h30 – 12h30 : Aziza Gril-Mariotte (université de Haute-Alsace) : Puissance maritime et économique dans les textiles à personnages : une démocratisation de l’histoire du XVIIIe siècle. Continuer la lecture

Journée d’études : « Architecture et arts décoratifs au temps de Percier et Fontaine ».

Type : Journée d’études.
Date et horaire :
mercredi 31 mai 2017 à partir de 9h15.
Lieu :
Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Auditorium de la Galerie Colbert.

Programme :

9h15

Accueil des participants

9h30

Introduction

Charlotte Duvette (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA), Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne, centre André Chastel) et Saskia Wallig (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA)

Session 1/ Du Directoire à l’Empire : collaborations et interprétations dans la production des arts décoratifs

Présidente de séance : Nina Stritzler-Levine (Bard Graduate Center, New-York)

9h45

Jean-François Belhoste (École Pratique des Hautes Etudes)

La participation des Jacob aux premiers chantiers de décoration de Charles Percier : de la salle de la Convention aux hôtels particuliers du Directoire (1793-1799).

10h15

Anne Dion-Tenenbaum (Musée du Louvre, département des objets d’art)

Biennais, parfait interprète du style Percier ?

10h45

Vincent Cochet (Château de Fontainebleau)

Siéger en majesté : Percier et Fontaine et la conception des trônes impériaux. Continuer la lecture

In Arcueil’s Leafy Groves

Jean-Baptiste Oudry, Les Jardins d’Arcueil, 1744, dessin, 31,3 x 52,1 cm, New York, Metropolitan Museum.

The exhibition “A l’ombre des frondaisons d’Arcueil[1] proposes to revive the gardens through the drawings made by Jean-Baptiste Oudry (1686 – 1755), Charles-Joseph Natoire (1700 – 1777), François Boucher (1703 – 1770) and Jacques-André Portail (1695 – 1759). As reminded by Xavier Salmon in the introduction of the exhibition’s catalogue,[2] the domain was developed as soon as the 16th century to enjoy the picturesque slopes of the site. But it is at the instigation of the Princes of Guise at the 18th century that the land gained its main expansion (20 hectares). It was embellished by the architects Germain Boffrand (1667 – 1754), and thereafter Jean-Michel Chevotet (1698 – 1772), before being neglected and dismantled from 1752 on. Around 1744, Arcueil’s gardens were among artists’ favourite excursion sites: hereby Oudry produced a number of drawings of unknown destination. Afterwards, Natoire, Boucher and Portail visited the gardens as well. Today their drawings allow a reconstruction of the estate’s topography.

Jacques de Lajoüe, Scène de jardin, vers 1745, huile sur toile, 54,6 x 64,8 cm, San francisco, Fine Arts Museum.

In her essay,[3] Monique Mosser points out that if rocaille has been part of artificial grottos since Renaissance, its use intensified during the 18th century, with patterns such as the shell becoming ubiquitous. Similarly, trelliswork of vegetal ornaments multiplied, natural or artificial, invading domestic life such as depicted in Lajoüe’s gardens. Have these gardens, as well as the background decors of Watteau’s fêtes galantes, ever actually existed under such form? Are they the witnesses of a particular Regency or Rococo style? These questions call to mind the Parisian gardens of the hôtel de Rouillé or the sculpted decoration of the financier Joseph Bonnier de la Mosson’s (1702 – 1744) park near Montpellier, which have now both disappeared. An entire chapter of the history of Rococo and rocaille gardens of the first half of the 18th century is therefore missing, showing the transition between the 17th-century formal jardins à la française designed by Le Notre and the jardins à l’anglaise, fashionable in France from the 1770s. Ernest de Ganay noted as soon as 1943: “L’on pourrait dire du parc du XVIIe siècle que c’est un grand seigneur, et du jardin du XVIIIe que c’est une jolie femme, car il en a tout le charme, l’imprévu, le caprice.”[4] In the 1980s, two German historians[5] examined, through the study of theorists such as Dezallier d’Argenville[6] and Jacques-François Blondel,[7] the possible existence of a « rococo garden ». However, they did not take into account the in situ reality of the gardens, introduced only by recent research and specialised inventories. On a stylistic point of view, gardens between 1715 and 1760 are characterised by complex geometrical lines and stone structures using rocaille patterns extensively. The architects Jean-Charles Garnier d’Isle (1697 – 1755), Pierre Contant d’Ivry (1698 – 1777) and Jean-Michel Chevotet were among the creators of such gardens. Oudry’s drawings of Arcueil evoke Marly with their many lattices, while the diagonal lines arranged in a theatrical effect remind us of Blondel’ plans, and the English-styled lawns recall Dezallier d’Argenville’s treaty. Arcueil’s gardens therefore lead the walker through a skilfully organized stroll, far from the uncertain roaming of the abandoned preromantic gardens. Continuer la lecture

Colloque : « Under the Greek Sky : Imitation and Geographies of Art after Winckelmann ».

Anton von Maron, Portrait de Johann Joachim Winckelmann, 1768, toile, 138 x 99 cm, Weimar, Stiftung Weimarer Klassik und Kunstsammlungen.

Type : colloque.
Date : 15 et 16 juin 2017.
Lieu : King’s College London, The Warburg Institute, The British Museum, Londres.

2017 marks the 300th anniversary of the birth of the German classicist and art historian Johann Joachim Winckelmann, commonly regarded as the founding father of both archaeology and art history. Winckelmann’s writings heralded a revolution in approaches to the history of ancient art and culture, as well as contributing to the spread of neoclassical taste throughout Enlightenment Europe. This conference will re-evaluate Winckelmann’s legacy and his influence on art theory since the eighteenth century. The concept of imitation, central to Winckelmann’s theories and writings, proves to be a linchpin for modern ideas about the diffusion, appropriation, and musealization of art.

The first day of the conference will focus on the ‘culture’ of imitation. Winckelmann famously claimed, paradoxically, that one has to imitate Greece in order to become inimitable. From a range of historical and artistic perspectives, papers map the consequences this claim had for art’s theory, practice, and body politics since the eighteenth century.

The second day will discuss the ‘nature’ of imitation, and the consequences of the ecological boundaries set for it by Winckelmann. It will explore the implications of Winckelmann’s climate theory for neoclassical geographies of art and contemporary debates on aesthetic relativism in the age of nationalism. Continuer la lecture

Journée d’études : « Allegorie nach 1789 : Kritik und Transformation ».

Antoine-François Callet, Tableau allégorique du 18 brumaire an VIII ou la France sauvée, 1800, huile sur toile, 101 x 125 cm, Vizille, musée de la Révolution française.

Type : Journées d’étude.
Date : 19 mai 2017.
Lieu : Museum Giersch der Goethe-Universität, Frankfurt am Main.

Die Allegorie als künstlerische und literarische Form sah sich im Laufe des 18. Jahrhunderts vielfacher Kritik ausgesetzt, wobei die Vorwürfe von ihrer Abwertung als dunkel und unverständlich bis zur Diskreditierung als rein willkürlicher Modus der Bedeutungsproduktion reichen. Mit dem folgenreichsten Ereignis des 18. Jahrhunderts, der Französischen Revolution, gewannen diese kritischen Spannungen an verschärfter Aktualität. Angesichts der umwälzenden Ereignisse und der zunehmenden Schwierigkeit, diese historisch sinnfällig zu deuten, erlebte die Allegorie als Mittel der semantischen Stabilisierung jedoch auch eine Wiederbelebung sowohl in der Malerei wie insbesondere in der Druckgraphik.

Der Workshop beschäftigt sich mit der Wiederaufnahme der Allegorie, ihrer kritischen Debatte während und nach der Revolution und der transformierenden Kraft, die diese Kritik entfaltete. Dabei steht nicht nur die Frage nach der kunsthistorischen Bedeutung der ›Sattelzeit‹ um 1800 zur Diskussion, sondern mehr noch die Relevanz vormoderner Formen der malerischen und literarischen Sinnstiftung unter den Bedingungen moderner Autonomieästhetik. Nicht zuletzt entstehen mit der Transformation der Allegorie im 18. und 19. Jahrhundert auch neue Lektüretechniken der Kunstkritik und schließlich der Kunstgeschichte, die an die Technik der Allegorese anknüpfen. Kontakt: Gabriel Hubmann, hubmann@kunst.uni-frankfurt.de. Continuer la lecture

Journées doctorales du séminaire du professeur Etienne Jollet.

Nicolas Bertin, Apollon et Phaéton : Phaéton conduisant le char du soleil, XVIIIe siècle, huile sur toile, 89 x 125 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : journées doctorales.
Date :
jeudi 27 et vendredi 28 avril 2017.
Lieu :
Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Perrot et Jullian.

Programme :

Jeudi 27 avril
14h – Salle Perrot

– Émilie Chedeville : « De l’image vive à la conformation du spectateur : le sublime du calvaire de Saint-Roch ».
Répondante : Zijing Wang

– Lucille Calderini : « La gravure d’ornementation en France au XVIIe siècle ».
Répondante : Lucie Desramaut

– Alexia Vahlas : « Le paradoxe de la matérialité ; les relations entre architecture et sculpture à Rome sous le pontificat de Clément XII Corsini (1730-1740) ».
Répondante : Sabine Jardon

– Hadrien Volle : « Si M. l’Intendant vient faire un tour à Lyon… : du théâtre à l’Italienne vers un modèle à la française ».
Répondante : Marianne Guernet-Mouton

Continuer la lecture

Colloque : « D’autres regards sur les frères Le Nain ».

Louis ou Antoine Le Nain, Famille de paysans dans un intérieur, vers 1642, huile sur toile, 113 x 159 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : colloque.
Date : 5 et 6 mai  2017.
Lieu : Lens, musée du Louvre-Lens.

Depuis leur redécouverte il y a plus d’un siècle, l’oeuvre des frères Le Nain a fasciné l’histoire de l’art française, de Champfleury à Jacques Thuillier en passant par Paul Jamot. Cette fascination a permis de ne pas limiter leur création à la peinture de genre, comme à l’élaboration de catalogues raisonnés avec distinction des trois frères, mais elle laisse de côté certains domaines : les liens avec le nord ont été rapidement négligés. Le dialogue avec les historiens, en vue d’une meilleure compréhension culturelle de leurs oeuvres, ne s’est pas vraiment établi. Profi tant que l’exposition sur les frères Le Nain soit présentée dans la région des Hauts-de-France au Louvre-Lens du 22 mars au 26 juin (après une première rétrospective aux États-Unis), et que ses deux commissaires proposent d’attribuer la célèbre Académie à un peintre nordique, ce colloque voudrait susciter d’autres regards sur les frères Le Nain, faire naître de nouveaux questionnements sur leurs oeuvres. Continuer la lecture

Colloque : « Les présents diplomatiques entre la Chine et l’Europe aux XVIIe–XVIIIe siècles ».

Manufacture royale de Sèvres, L’empereur de Chine, ca. 1776 et 1785, porcelaine dure, 40 x 14 x 14 cm, Paris, musée des Arts décoratifs.

Type : colloque.
Date et horaire : 4 et 5 mai 2017.
Lieu : Salon de la Maison de l’Asie, 22, avenue du Président Wilson, 75016, Paris et 
Salle M019, Bâtiment Olympe de Gouge, université Paris Diderot, Place Paul Ricoeur, 75013 Paris.

Peut-on employer le terme « cadeaux diplomatiques » pour ce qui concerne les XVIIe- XVIIIe siècles entre la Chine et les pays européens, alors que dans la tradition chinoise, tout pays étranger n’était qu’un vassal devant l’empereur de Chine ? Nous regroupons en fait sous ce terme tous les objets destinés à être offerts par une cour européenne ou un membre de la famille royale ou aristocratique à l’empereur de Chine, aux princes, et aux mandarins, et réciproquement. Dans ce contexte des échanges officiels, les présents soigneusement choisis sont porteurs d’une fonction politique de faire-valoir, en plus des caractéristiques formelles propres aux objets dotés de pouvoirs de séduction. Agissant ainsi comme objets de pouvoir et de courtoisie, leur nature est ambivalente : les caractéristiques intrinsèques (esthétique, économique et technique) doivent refléter aussi bien l’identité de celui qui offre que celle de celui qui reçoit. En plus de la matérialisation du pouvoir suprême, les objets « exotiques » de prestige par excellence, assument également de multiples autres fonctions sociales entre autres, le témoignage de respect et de confiance, le moyen d’introduction et d’obtention de faveurs.

Le colloque sera l’occasion de faire dialoguer entre elles les sources primaires, en particulier les archives (imprimées et surtout manuscrites) issues de traditions textuelles différentes et de contextes sociaux qui s’ignoraient. L’objectif est de construire une histoire des échanges à « plusieurs voix » et à une réalité sociale multiple. Continuer la lecture

Conférence : Studientag zum Kunsturteil

Jean Daullé d’après Antoine Pesne, Portrait de Jean Mariette, 1747, graveur.

Type : Conférence

Date : 23 – 24 mai 2017

Lieu : Ruhr-Universität Bochum

Studientag zum Kunsturteil, Ruhr-Universität Bochum

Organisation: Jun.-Prof. Dr. Stephanie Marchal, Dr. Alexander Linke

Werke der bildenden Kunst zu beschreiben und zu beurteilen, bedeutet seit jeher, Wege der Vermittlung zwischen Objekt, individueller Seherfahrung und Sprache zu erproben. Wer also ein Urteil wagt, stellt zur Disposition, bezieht Position und eröffnet diskursive Räume. Continuer la lecture

Conférence : « Travelling Objects ».

Nicolas Poussin, La destruction du temple de Jérusalem, 1637, huile sur toile, 147 x 198 cm, Vienne, Kunsthistorisches Museum.

Type : Conférence

Date : 19 – 20 mai 2017

Lieu : Rome

Travelling Objects : Ambasciatori dello scambio culturale tra Italia e Regno Asburgico/ Botschafter des Kulturtransfers zwischen Italien und dem Habsburgerreich. Convegno internazionale, Roma 19-20 maggio 2017 Continuer la lecture

Habitual Behavior in early modern Europe 1500 – 1750

Paolo Monaldi, Bambocciata, XVIIe, huile sur toile, 49,2 x 65 cm, collection particulière.

Type : Colloque international

Date : 1 – 2 juin 2017

Lieu : Grande Bretagne, Sheffield, University of Sheffield, Humanities Research Institute

Habitual Behavior in early modern Europe 1500 – 1750

June 1st

10:30 – 11:30: Registration

11:30 – 13:00: Sex, Lust, and Desire

Dr Harry Cocks, Nottingham University: Habituation and Lust in Seventeenth and Early-Eighteenth- century England.

Dr Vincenzo Lagioia, University of Bologna: “Non solamente le lettere in cathedra ma ancora li buoni costumi”. Virtuosic Actions and Public Morality in the Seventeenth-Century: the Pisan Studio and the Rector Sodomite.

Mr Tommaso Scaramella, University of Bologna: «Per mottivi naturali». The Regulation of Sexual Habits in Seventeenth- and Eighteenth-century Venice. Continuer la lecture

Colloque : « Le don mis en scène. Représentations visuelles et textuelles de l’acte de donation dans les arts de la première modernité ».

Vicente López y Portaña, Les Monarques catholiques recevant les ambassadeurs du roi de Fez, 1790, toile, 36 x 47 cm, Pau, musée des Beaux-Arts.

Type : colloque.
Date : 20 et 21 avril 2017.
Lieu : 
Salle du Conseil, Collège Érasme, Place Blaise Pascal, 1, 1348 Louvain-la-Neuve.

Cette rencontre ambitionne d’étudier l’acte de donation au cours de la première modernité, un acte que l’on envisagera comme forme de communication et comme acteur du lien social. C’est plus précisément la mise en scène du don d’œuvres d’art et d’objets que l’on souhaite interroger. Car pour pouvoir participer pleinement de l’affirmation d’un statut ou d’un pouvoir, cet acte suppose un espace de visibilité et de représentation, assurant sa publicité au sein d’une communauté. Deux axes de réflexion complémentaires seront privilégiés : celui des mécanismes visuels, rhétoriques et littéraires qui participent de la mise en scène du don ; et celui de ses effets au sein des dynamiques relationnelles qu’il institue.

Programme :

Jeudi 20 avril 2017 :

09h30 Accueil participants
10h00 Felicity Heal (Jesus College, Oxford) et Gwendoline de Mûelenaere (UCL) : Introduction

Session 1Le don mis en image
Président de séance : Ralph Dekoninck (UCL)

10h30 Tania Van Hemelryck (UCL) : De la « bour-don-disation » ou (re)penser la mise en scène du livre à la cour des ducs de Bourgogne

11h00 Laure Fagnart (F.R.S-FNRS, ULg) : Dons de livres à Louise de Savoie Continuer la lecture

Colloque : « Palais Royaux dans l’Europe des Révolutions ».

Type : colloque.
Date : 27 et 28 avril 2017.
Lieu : Paris, INHA.

Since the publication of Nikolaus Pevsner’s History of Building Types in 1976, architectural historians have been alert to the importance of typologies for rethinking their discipline. As analyzed by Werner Szambien or Jacques Lucan, thinking through types allowed for the articulation of concepts of convenance, character and composition in both public and private commissions. Along with metropolitan churches and royal basilicas, in ancien régime Europe princely palaces represented the most prestigious program an architect could expect. For a period in which the divine right of kings was being called into question, however, what happened to the physical structures of royal or princely power, symbol of political authority and dynastic seats? Did the national models of the Escorial, Versailles, Het Loo, or Saint James palaces still hold, even in light of new models made available through the publication of archeological discoveries in Rome or Split? The second half of the eighteenth and first half of the nineteenth century represent a moment of intense construction or reconstruction of the principal European palaces, from Caserta to Buckingham Palace, Saint-Petersburg to Lisbon, Versailles to Coblenz. This trend, addressed by Percier and Fontaine in their Résidences des souverains de France, d’Allemagne, de Russie, etc. (1833), took place in a Europe that was undergoing political developments that altogether changed the nature and symbolic structure of princely power.

This symposium, focused on Europe from roughly 1750 to 1850, aims to interrogate the manner in which architects and their patrons integrated the changing concepts of character in architecture and symbolic place of dynastic palaces, reconciling them with theory and/or practice through rethinking issues of distribution, construction, environmental situation, décor, function, reuse of interpretations of printed or drawn sources. Continuer la lecture

Colloque international : Michel Foucault et les arts

Diego Vélasquez, Les Ménines, huile sur toile, 3,18 x 2,76 cm, Madrid, musée du Prado.

Type : Colloque international

Date : 30 – 31 mars 2017

Lieu : Paris, Université Paris-Ouest Nanterre – Fondation Gulbenkian Paris

Organisatrices : Fabienne Brugère, Judith Revel, Arianna Sforzini

Comité scientifique : Danièle Cohn, Arnold Davidson, Frédéric Gros, Béatrice Han, Jacqueline Lichtenstein

Institutions partenaires : Université Paris-Ouest Nanterre (UFR Phillia, département de philosophie, ED 139, laboratoire Sophiapol), Université Paris 8 (département de philosophie, laboratoire LLCP), Association pour le Centre Michel Foucault, Fondation Gulbenkian Paris. Continuer la lecture