Archives de catégorie : Comptes rendus

Colloque : « Graver la danse, la musique, les sciences et la géographie : Corps de métier et diffusion des savoirs au XVIIIe siècle ».

Type : colloque.
Date de l’événement : 21 et 22 novembre 2022.
Lieu : Paris, INHA, salle Vasari.

Journées d’études organisées dans le cadre du programme de recherche « Chorégraphies. Ecriture et dessin, signe et image dans les processus de création et de transmission chorégraphiques », mené à l’INHA, en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la danse.

Organisation : Pauline Chevalier (INHA) et Johanna Daniel (INHA) Continuer la lecture

Compte rendu d’exposition : “Les Choses. Une histoire de la nature morte” (Paris, musée du Louvre, 12 octobre 2022 – 23 janvier 2023)

Du 12 octobre 2022 au 23 janvier 2023, le musée du Louvre présente une grande exposition intitulée « Les Choses. Une histoire de la nature morte ». Mise en œuvre par Laurence Bertrand Dorléac, professeure d’histoire de l’art à l’Institut d’Études Politiques (IEP) de Paris, avec l’aide de collaborateurs (notamment Thibault Boulvain et Dimitri Salmon), cette carte blanche invite à réfléchir à la place des « choses », non seulement dans la culture visuelle, mais encore dans les sociétés qui les ont appréhendées. Continuer la lecture

Colloque: Mobilités artistiques à l’époque moderne : XVIIᵉ et XVIIIᵉ siècles (27-28/10/2022, Paris, DFK)

Claude-Augustin-Pierre Duflos (d’après Étienne Jeaurat), Déménagement d’un peintre, 1757, estampe à l’eau-forte, 370 x 433 mm, Paris, musée Carnavalet

Type : Colloque international
Dates de l’évènement : 27 et 28 octobre 2022
Lieu :  Centre allemand d’histoire de l’art (DFK Paris), Paris, France

Comment l’étude des mobilités artistiques à l’époque moderne nous permet-elle de façonner la cartographie de l’art autrement ? Etudier la mobilité des artistes met en question nos critères de classement et d’attribution d’une identité géographique et culturelle aux acteurs et objets artistiques. Les déplacements des artistes, leurs parcours entre différents pays et centres culturels, nécessitent de penser en de nouveaux termes : au lieu de mettre en avant une seule identité nationale, il convient de réfléchir aux identités multiples ou même « déracinées ». Le colloque a pour objectif d’établir des grilles de lecture qui prennent en compte ces identités et objets hybrides qui résultent d’un parcours et d’une pratique artistique « transfrontaliers ».

Programme: Programme_Colloque_Mobilite_2022-10

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Le roi est mort, vive le roi ? : Le corps royal à l’instant de son décès” par Itay Sapir (3 mars, Paris).

Petrus Paulus Rubens, L’Apothéose de Henri IV et la proclamation de la régence de la reine, le 14 mai 1610, ca. 1621-1625, huile sur toile, 394 x 727 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence.
Date et horaire : 3 mars 2021 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le paroxysme et la raison d’être du concept des deux corps du roi sont atteints à l’instant où le corps terrestre du souverain disparait pour ne laisser intact que le corps politique, voué à la continuation dynastique. Que le roi ait souffert d’une longue agonie ou qu’il soit mort subitement, que la cause du décès soit une violence extérieure ou la déchéance naturelle du corps, peu importe : c’est à l’instant de la mort que l’unité des deux corps se délie.

La représentation visuelle du moment du décès à la première modernité est un sujet fascinant et peu étudié; dans la peinture, c’est vers 1600, notamment avec Caravage, qu’un nouvel intérêt pour l’instantanéité de la mort émerge, et que des outils picturaux sont développés pour montrer le devenir-cadavre d’un humain et la temporalité si complexe de l’événement/processus. Quand le mort est un roi, les enjeux ne sont que plus cruciaux encore. Comment figurer le corps physique vidé de son pouvoir et de sa vitalité tout en assurant par l’image l’évidence de la pérennité du corps souverain immortel? Comment s’insère l’image de la mort du roi dans la série des représentations du souverain vivant qui la précèdent? Lorsqu’il s’agit d’une mort royale, l’instant de la mort est-il souligné ou plutôt esquivé dans les images, et la charge symbolique prend-elle le pas sur la représentation naturaliste du décès? En quoi les images de la mort du roi se diffèrent-elles des images du décès d’autres personnes, contemporaines des artistes qui les ont représentées ou bien faisant partie d’un passé plus ou moins lointain? Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “L’artiste canadien François Baillairgé (1759-1830) : de la mention à la reconnaissance ?” par Pierre-Olivier Ouellet, 27 janvier 2022, en visioconférence.

François Baillairgé d’après Le Dominiquin, Étude de jambe d’après « Le Martyre de saint André », 1778-1781, sanguine et mine de plomb sur papier, 60 x 46,1 cm, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, 1975.243R.

Type : Conférence.
Date et horaire : 27 janvier 2022 à 19h (CET-Paris).
Lieu : Visioconférence sur Zoom, inscription gratuite sur asso.grham@gmail.com

 

“La renommée universelle de l’École de sculpture française aurait dû attirer à Paris quelques-uns de ces bons artisans désireux de parfaire leur éducation. Mais, je n’ai relevé qu’un seul nom canadien inscrit sur les registres d’immatriculation de l’Académie Royale de Paris. On y lit à la date du 21 février 1779 la mention suivante : « François Baillairgé, S., natif de Québec, âgé de 20 ans. Élève de M. Stouff. Protégé par M. Lagrenée le jeune. » Aucune trace ne subsiste des œuvres de cet artiste dont le nom a été surtout illustré par son fils qui devait jouer un rôle important dans la première moitié du XIXe siècle”.

– Louis Réau, Histoire de l’expansion de l’art français : Pays scandinaves, Angleterre, Amérique du Nord (1931)

 

En 1931, l’historien de l’art Louis Réau (1881-1961) publie le troisième tome de son Histoire de l’expansion de l’art français, consacré aux pays scandinaves, l’Angleterre et l’Amérique du Nord. Dans son analyse de l’art canadien, François Baillairgé (1759-1830) se présente alors tel un faible maillon entre la France et le Canada, un nom surgit au gré d’un dépouillement d’archives. Pour Réau, l’artiste semble d’autant plus négligeable qu’il ne laisse aucune œuvre et que son propre fils, l’architecte Thomas Baillairgé (1791-1859), parvient à le surpasser. Autrement dit, déjà voué à revêtir un rôle mineur dans la grande histoire de l’art français – étant donné la nature même du livre de Réau – François Baillairgé fait ainsi figure d’artiste secondaire, voire tertiaire. Continuer la lecture

Colloque : “Censurer les arts – Encadrer les corps”.

Type : colloque.
Date de l’événement : 04 et 05 février 2022.
Lieu : Paris, Ecole National des Chartes et online.

Programme

Jour 1 – Vendredi 4 février 2022

10h00 : Accueil des participant·es

10h15 : introduction

10h30 : Invisibiliser et formater les corps

Modération : Mathilde Leïchlé

  • Maël Tauziède-Espariat (Docteur en histoire de l’art et ATER à l’Université Paris Nanterre)

« La censure des “nudités” à Paris au XVIIIe siècle. » Continuer la lecture

Journée d’études : “Voyages d’artistes, circulations d’œuvres, de matériaux et d’idées dans le bassin méditerranéen (XVIe-XVIIe siècles)”.

Claude Gellée dit Le Lorrain, Port de mer avec soleil couchant, 1639, huile sur toile, 103 x 137 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : journée d’études.
Date de l’événement : 22 novembre 2021.
Lieu : Auditorium Germain Tillon, Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence.

Journée d’étude organisée par Magali Théron (Aix-Marseille Université – TELEMMe UMR 7303) et Céline Ventura Teixeira (Aix-Marseille Université – LA3M  UMR 7298)

Cette journée est centrée sur la question des circulations artistiques (hommes, matériaux et idées) dans le bassin méditerranéen (XVIe-XVIIe siècles). À travers des cas d’études précis appartenant aux domaines de la peinture, de la sculpture, des arts du décor, de la joaillerie mais aussi de la littérature artistique et des récits de voyage, il s’agira de comprendre l’impact de ces mouvements entre les territoires concernés et entre les arts. Le transfert et la réception de modèles inédits, de techniques novatrices ou de matériaux précieux engagent une réflexion autour des notions d’interprétation, de mélange voire d’hybridation des formes. Les conséquences liées à l’implantation d’une nouvelle technique ou l’arrivée d’objets méconnus engendrent également la mise en place de mécanismes de productions et de systèmes marchands nouveaux. La France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce et l’Orient dans son acception large sont autant d’aires géographiques concernées par ces phénomènes de transferts artistiques où la Méditerranée devient le théâtre d’échanges riches et foisonnants. Continuer la lecture

Exposition : Musée du Louvre – En scène – dessins de costumes de la collection Edmond de Rothschild (28 octobre 2021 – 31 janvier 2022)

 

Fig. 1 : Henri Gissey, Costume pour les estafiers de la quadrille des Américains, Grand Carrousel de 1662, 1662, papier, Paris, musée du Louvre, collection Edmond de Rothschild.

 

          Sous le commissariat de Mickaël Bouffard[1], Jérôme de la Gorce[2], Victoria Fernandez‐Masaguer[3], l’exposition que le Louvre consacre actuellement aux dessins d’habits de spectacle nous permet de découvrir une sélection de feuilles des quatorze volumes de Costumes de fêtes, de ballets et de théâtre au temps de Louis XIV qui ont été offerts par le baron Edmond de Rothschild (1845-1934).

         Pour ce faire, ces volumes ont préalablement bénéficié d’une vaste campagne de restauration conduite par l’atelier du département des Arts graphiques. Entre 2004 et 2008, ce sont ainsi 1 644 dessins qui ont été démontés des pages devenues trop acides. Ils ont été remis à plat pour résorber leurs déformations et ont été ensuite réinsérés dans des albums qui respectent le montage historique.

         Ces feuilles sont signées par des artistes désignés comme étant des « designateurs d’habits », parmi lesquels figurent des artistes tels que le Primatice, Jacques Bellange, Daniel Rabel, Henri Gissey et Jean Berain. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle que s’impose le terme de costumier. Ces artistes sont sollicités pour des spectacles d’envergure qui divertissent les cours de France et de Lorraine du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle. Continuer la lecture

Journée d’études : “Hommage au travail de Geneviève Bresc-Bautier”.

© 2020 Musée du Louvre / Hervé Lewandowski

Type : journée d’études.
Date de l’événement : 08 novembre 2021.
Lieu : Auditorium du Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Avenue Winston Churchill, 75008 Paris.

Fine Arts Paris organise en collaboration avec le département des Sculptures du musée du Louvre un colloque et une publication en hommage au travail de Mme Geneviève Bresc-Bautier.

Table ronde

Du palais au jardin, de l’atelier au cabinet de l’amateur :
Sculpteurs et sculptures du XVIe au XIXe siècle

Lundi 8 novembre 2021

Continuer la lecture

Colloque : “L’univers de Watteau : Réseau(x) et influence(s) autour d’Antoine Watteau (1684-1721)”.

Antoine Watteau, L’Enseigne de Gersaint, 1720, huile sur toile, 166 × 306 m, Berlin,
Château de Charlottenburg.

Type : colloque.
Date de l’événement : 06 et 07 novembre 2021.
Lieu : Auditorium du Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Avenue Winston Churchill, 75008 Paris.

Rsvp : rsvp@finearts-paris.com

 

Programme

Jour 1
Samedi 6 novembre 2021

10h00-10h15
Introduction
Louis de Bayser, Président de Fine ArtsParis et Pierre Rosenberg, de l’Académie française

10h15-10h45
Conférence inaugurale
Watteau and His Circle
Martin Eidelberg – Pr. Emeritus, Rutgers University, New Jersey Continuer la lecture

Colloque : « La célébration des Illustres en Europe (1580-1750) : vers un nouveau paradigme ? ».

Giovanni Francesco Barbieri, dit Le Guercin, Portrait de Fra Bonaventura Bisi, vers 1658, huile sur toile, 94.4 x 76.4 cm, marché de l’art.

Type : colloque.
Date de l’événement : 25 et 26 novembre 2021.
Lieu : En ligne.

Dans l’avertissement du second volume de ses Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel (1696-1700), Charles Perrault se trouva contraint de justifier l’un des choix que lui et son protecteur, Michel Bégon, avaient défendus. On lui reprochait en effet « d’avoir meslé des artisans avec des princes et des cardinaux », c’est-à-dire d’avoir accordé la même gloire à des hommes de conditions très diverses. Cette critique – et la réponse de l’auteur, qui convoque les exemples canoniques d’Apelle et de Phidias, dont les noms « mis après celuy d’Alexandre mesme, ne font point de honte ny à Alexandre ny à son siècle » – permet de situer l’ouvrage de Perrault à contrepied de la tradition encomiastique qui se développa au XVIe siècle, dans le sillage des Vies parallèles de Plutarque. Selon cette tradition, seule la célébration des princes et des grands serviteurs de l’État était justifiée, dans une perspective politique, laquelle conduisait à écarter les lettrés, les savants et les artistes. Les entreprises picturales – telles que la galerie des Illustres du château de Beauregard, décorée de 327 portraits à partir de 1620, ou celle du palais Cardinal à Paris commandée en 1632 par Richelieu – s’inscrivent ainsi encore dans cette tradition. Il en est de même des recueils gravés, tels la série des portraits de Thomas de Leu, ou encore des biographies de femmes illustres, comme Les Harangues héroïques de Madeleine de Scudéry (1642-1644) ou la Gallerie des femmes fortes du jésuite Pierre Le Moyne (1647), toutes deux exclusivement consacrées aux dirigeantes et aux grandes héroïnes de l’histoire ancienne. Continuer la lecture

Colloque : “L’expérience sensorielle dans les expositions d’art au XVIIIe siècle. Session 2 : L’expérience de la visite : du spectateur au critique”.

Gabriel de Saint-Aubin, Salon de 1765, 1765, dessin à la plume, 24 x 46,5 cm, Paris, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques.

Type : colloque.
Date de l’événement : 18 et 19 novembre 2021.
Lieu : En ligne et musée du Louvre, Centre Vivant Denon, Paris.

Colloque sur réservation dans la limite des places disponibles (pass sanitaire obligatoire) et également en ligne, uniquement sur inscription à l’adresse suivante avant le 12 novembre : inscriptions.corps.sensoriel@gmail.com

Programme téléchargeable sur https://irhis.univ-lille.fr/agenda/

Le colloque L’expérience sensorielle dans les expositions d’art au XVIIIe siècle s’inscrit en finalité d’un projet de recherches financé par le Conseil de recherche en Sciences humaines du Canada (2018-2020) et mené sur la question du corps sensoriel par Isabelle Pichet (UQTR, Canada), Gaëtane Maës (Université de Lille, France) et Dorit Kluge (VICTORIA International University, Allemagne). Il vise ainsi à définir la manière dont l’expérience du corps sensoriel des visiteurs se modèle lors de la visite des expositions d’art temporaires au moment où celles-ci émergent et s’établissent en Europe comme une pratique sociale nouvelle. Cette connaissance devrait permettre de mieux saisir le cheminement et la sensorialité inhérente des visiteurs de musées et de galeries à travers les siècles, et ce, jusqu’à aujourd’hui. Continuer la lecture

Colloque : “Études et exercices polysémiques autour d’une œuvre : La France apportant la Foi aux Wendats de la Nouvelle-France”.

Anonyme (France), La France apportant la foi aux Wendats de la Nouvelle-France, vers 1666, huile sur toile, 227,3 x 227,3 cm, Pôle culturel du Monastère des Ursulines de Québec, NAC 1997.1017.

Type : colloque.
Date de l’événement : 28 et 29 octobre 2021.
Lieu : En ligne et à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Salle des Boiseries (Pavillon Judith-Jasmin, J-2810), 1564 Saint-Denis, Montréal, Québec, H2X 1K1.

Organisé par Pierre-Olivier Ouellet (UQAM), Marianne Longtin (UQAM) et Dominic Hardy (CRILCQ, UQAM).

28 octobre 2021

13 h : Accueil

13 h 30 : Mot de bienvenue et présentation du colloque

14 h : Séance 1 : L’œuvre mise au foyer : regards rapprochés sur l’objet et sa médiation
Président de séance : Laurier Lacroix (CRILCQ, UQAM, Montréal)

Élisabeth Forest (Centre de conservation du Québec, Québec), La restauration de La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle- France

Daniel Drouin (Musée national des beaux-arts du Québec, Québec), « Croire » au Musée national des beaux-arts du Québec : la présentation de La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France

Joseph Monteyne (University of British Columbia, Vancouver), Painted Visions, Visualized Paintings: Revisiting La France apportant la foi aux Wendat de Nouvelle-France

Continuer la lecture

Colloque : “Corps et pouvoir : le corps dans l’art politique des temps modernes”

Type : colloque.
Date de l’événement : du 06 au 08 octobre 2021.
Lieu : Toulouse, Hôtel d’Assézat.

À la Renaissance, il devint fréquent de voir des corps, masculins comme féminins, transformés et exploités de manière stratégique au travers des œuvres. Réels ou mythiques, âgés ou juvéniles, souvent porteurs d’un imaginaire complexe, ils étaient conçus et perçus tels des métaphores et régulièrement utilisés en instruments de propagande. La figuration du corps avait en effet, à l’époque moderne, une place fondamentale dans le processus d’exaltation et de légitimation des élites. Dans le cadre de ce colloque, toute commande exposant un ou des corps, destinée à célébrer une forme de pouvoir politique, pourra être prise en compte. Continuer la lecture

Colloque : “Imaginaires des lieux, réalité des territoires : La construction des identités néerlandaises par l’image (1579-1702)”.

Type : colloque.
Date de l’événement : 07 et 08 octobre 2021.
Lieu : En ligne et à la Galerie Colbert, Salle Vasari, 2 rue Vivienne 75002 Paris (sur présentation du pass sanitaire).

Comité Organisateur : Suzanne Baverez (EPHE, Ens Paris), Carole Fonticelli (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Esther Guillaume (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Sarah Moine (Universiteit Leiden)

Comité Scientifique : Stijn Bussels (Universiteit Leiden), Nadeije Laneyrie-Dagen (Ens Paris), Colette Nativel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Contact : symposiumterritories@gmail.com
Inscription Lien Zoom : https://www.linscription.com/pro/activite.php?P1=77350

En 1548, Charles Quint fait des Dix-Sept Provinces une entité politique unique avec la création du cercle de Bourgogne ; trente ans plus tard, la révolte des Pays-Bas contre la tutelle espagnole fait voler cette unité avec la signature de l’Union d’Utrecht en 1579. Dès lors, pour les Provinces-Unies auto-proclamées indépendantes, s’amorce un processus de légitimation et de construction nationale au sein duquel le rapport au territoire constitue un enjeu d’autant plus crucial que les frontières continuent de fluctuer au gré des aléas de la guerre de 80 ans. Au cours de cette période, la définition géographique, puis culturelle du territoire commun se superpose progressivement aux identités locales : Si le terme de vaderland n’est utilisé pour faire référence à la République des Sept Provinces dans sa totalité qu’à partir du XVIIIe siècle, la notion même de territoire est investie de fonctions politiques dès le XVIe siècle aux Pays-Bas, ce dont témoignent les arts visuels. Continuer la lecture