Archives de catégorie : Rencontres scientifiques

Frédéric Cousinié. L’image de religion au XVIIe siècle

Philippe de Champaigne, Moïse tenant les tables de la Loi
1648,huile sur toile 93×74,1cm. Milwaukee Art Museum.

 

Séminaire d’Initiation à la recherche en histoire de l’art moderne  2020 (M1 et M2) – Université de Paris I Panthéon-Sorbonne – Histoire et théorie de l’art

Lieu : INHA, mardi 9h-11h, Salle Demargne            

Dans son ultime et inachevé livre posthume – L’image de religion dans l’Occident chrétien, (Paris, Gallimard, 2015) -, l’historien Alphonse Dupront appelait à une

« iconologie historique », prenant en charge l’infinie variété des images : un «peuple d’images» et non les seuls chefs-d’œuvre. Des images, saisies dans leurs articulations étroites à l’écrit (Bible, vies de saints, écrits mystiques, etc.), comme aux autres représentations dont le chercheur tentait de scruter le «faire plastique», le «vocabulaire» et le «langage» propre. Le «principe d’organicité» qui devait régir l’analyse sérielle de vastes corpus obligeait néanmoins à privilégier l’in situ et les «enracinements autochtones». C’est là seulement, selon Dupront, que l’investigation peut être attentive au singulier et aux exceptions, aux «éclaircissements différentiels» (et pas seulement aux dominantes), aux rites, à la liturgie, au «vécu» d’une expérience collective pour laquelle l’image est avant tout «connaissance existentielle» et «tremplin de l’au-delà». L’approche ainsi choisie faisait de l’image le «support» et la «voie d’accès» non seulement aux significations et aux fonctions des représentations mais, plus largement, à un «imaginaire collectif» qui était la visée ultime de cette génération d’historiens.

Conçu comme un cycle de conférences/dialogues entre spécialistes (universitaires, conservateurs) et étudiants (avec rapporteurs chargés d’animer les séances par leurs questions et commentaires), le séminaire se propose d’interroger le modèle que peut encore représenter «l’image de religion» pour l’histoire de l’art du XVIIe siècle.

Programme

21 janvier – Frédéric Cousinié (Université de Rouen Normandie), « Introduction : légitimations et fonctions de l’image de religion au XVIIe siècle  ».

 

28 janvier –  Frédéric Cousinié (Université de Rouen-Normandie), « Images et pratiques méditatives ».

 

4 février –  Emilie Chedeville (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne), « Les décors de l’église Saint-Laurent à Paris : une théologie du signe religieux ? ».

 

11 février – Valentine Langlais (Université Paul Valery, Montpellier III), « Les chapelles du Saint-Sacrement dans les Anciens Pays-Bas catholiques des XVIe-XVIIe siècle ».

 

25 février –  Philippe Luez (Musée national des Granges de Port-Royal), « Les imagiers de Notre-Dame de Liesse et les dévotions mariales au XVIIe siècle ».

 

3 mars – Giovanni Careri (EHESS), « Annibale Carracci. Un mangeur de haricots à Emmaus ».

 

10 mars – Pierre Antoine Fabre (EHESS), « La Sainte Françoise Romaine de Nicolas Poussin est-elle un ex-voto ? Réflexions sur l’interprétation dévotionnelle d’un “grand tableau”  ? ».

 

17 mars – Emmanuel Luis (Service de l’Inventaire, DRAC Normandie, Caen), « Du tableau d’autel au calice, de quelques images religieuses du XVIIe siècle en Normandie : iconographie, circulation des modèles ».

 

24 mars – Mickaël Szanto (Sorbonne Université, Paris IV), « Une peinture du temps chrétien? La Danse de la vie humaine de Nicolas Poussin (Londres, The Wallace Collection) ».

 

31 mars – Cécile Vincent-Cassy (Université de Paris XIII),  « Images, sculptures, reliques et reliquaires en Espagne et dans le monde ibérique ».

 

21 avril – Bruno Nassim Aboudrar (Sorbonne Université, Paris III), « Splendeur de la misère : du rapiècement ».  

 

28 avril – Anne Le Pas de Sécheval (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Peinture d’église et identité cléricale : étude comparée de quelques commandes de clercs séculiers dans le Paris du XVIIe siècle. »

Entrée livre dans la limite des places disponibles

 

 

 

Appel à communication : “L’art et le livre entre XVe et XVIIIe siècle : pour une approche transdisciplinaire”.

Anne-Louis Girodet-Trioson, Benoît Agnès Trioson regardant des figures dans un livre, 1797, huile sur toile, Montargis, musée Girodet.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 30 avril 2020.
Date de l’événement : 08 et 09 octobre 2020.
Lieu : Lyon (ENSSIB).

Quand image et objet-livre interagissent, cela intéresse tout autant les historiens du livre que les historiens de l’art et d’autres disciplines telles que les littéraires, chacune travaillant avec ses propres méthodes.
Et de fait, de nombreuses études ont déjà interrogé les relations entre visuel et textuel. La littérature scientifique en témoigne, que l’on pense aux livres d’Heures traités tant par des historiens du livre que des historiens de l’art, ou aux romans illustrés de la période moderne qui font également l’objet d’une double attention et intéressent aussi les spécialistes de la littérature. Citons par exemple les travaux du Centro di Elaborazione Informatica di testi e Immagini nella Tradizione Letteraria de la Scuola Normale de Pise sur les romans chevaleresques de la Renaissance ou la thèse de Benoît Tane qui approfondit les questions des liens entre gravure et récit, et questionne jusqu’à la notion d’illustration afin de déterminer interactions et indépendance des media de la narration. Continuer la lecture

Conférence : ” “The Girl in the Spotlight” : dernier examen de La Jeune fille à la perle de Vermeer”.

Type : conférence.
Date de l’événement : 9 janvier 2019 à partir de 18h.
Lieu : Salle Jullian, INHA, Paris.

Abbie Vandivere donnera une conférence sur le récent examen technique de La Jeune fille à la perle de Johannes Vermeer (vers 1665). Il s’agit de la peinture la plus appréciée de la collection des Mauritshuis à La Haye, aux Pays-Bas. Il a été examiné pour la dernière fois en 1994, lors de sa restauration. Bien qu’une intervention supplémentaire ne soit pas encore nécessaire, des progrès majeurs dans l’analyse technique non invasive ont été réalisés au cours des 25 dernières années. Le Mauritshuis voulait en savoir plus sur la façon dont Vermeer a peint le tableau, ainsi que sur les matériaux qu’il a utilisés. Continuer la lecture

Colloque : “Suspendre le temps, continuer l’espace”.

Type : colloque.
Date de l’événement : 19 et 20 décembre 2019.
Lieu : Maison de la Recherche – 4 rue des Irlandais – 75005 Paris.

La séparation des arts opérée par Lessing en 1766 a durablement cantonné l’art littéraire dans l’idée d’un temps séquentiel et l’art plastique dans un temps arrêté. Est-on jamais revenu de cette antithèse aussi puissante que retorse comme l’a formulé Lessing il y a 250 ans? Ce colloque voudrait revisiter l’opposition entre espace et temps en explorant l’idée que l’œuvre littéraire peut être conçue comme un temps suspendu autant que le tableau comme un espace continué. Une telle conception du littéraire et du plastique vise donc à proposer un nouvel ordre de rapport entre les deux formes d’art, non pas dans le but d’en revenir à un ut pictural poesis prônant la parenté entre les arts mais dans un refus de cantonner l’un et l’autre dans une logique excluante, et d’interroger jusqu’aux effets d’interférences entre les arts verbal et pictural. Continuer la lecture

Appel à communication : “Paintings, Peepshows, and Porcupines : Exhibitions in London, 1775–1851”.

Adriaan de Lelie, La galerie d’art de Jan Gildemeester, 1794 – 1795, huile sur bois, 63,7 x 85,7 cm, Amsterdam, Rijksmuseum.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 1er avril 2020.
Date de l’événement : 17 et 18 septembre 2021.
Lieu : The Huntington Library, Art Museum, and Botanical Gardens, San Marino, California.

In 1820, the Romantic painter Théodore Géricault sent his now-famous image of a shipwreck, The Raft of the Medusa, by boat to London. There, it was shown at Bullock’s Egyptian Hall, a display space that also featured attractions as varied as live reindeer and Napoleon’s carriage, captured at Waterloo. This well-known episode was not an aberration or a Romantic eccentricity; it was, quite simply, business as usual. In many nineteenth-century cities, exhibiting outside of official art venues was not uncommon, nor was it necessarily an act of rebellion. Recent scholarship has challenged preconceptions about audience and cultural hierarchy in relation to Géricault’s Raft, but we are only beginning to understand the role of artworks within a broader culture of display. Continuer la lecture

Appel à communication : “Veiling the Body : Cloth, Skin, Membrane, Paper”.

Marie-Guillemine Benoist, Portrait d’une femme noire, 1800, huile sur toile, 81 x 65 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 20 janvier 2020.
Date de l’événement : 11 et 12 juin 2020.
Lieu : The John Rylands Research Institute, University of Manchester.

The word ‘veil’ most commonly connotes a piece of cloth worn on the body not primarily for warmth or protection, but as a symbol, usually of modesty or withdrawing from a public realm. In many cultures, veils have held a contradictory status of concealing the (most often female) body and of heightening the significance of exposure. In Europe, the word ‘veil’ and its cognates have also variously connoted: human skin and bodily membranes; draperies and curtains in religious and secular spaces; relics; and the separations between material and spiritual realms. In all contexts, the word points to secrecy and hiddenness, inflected with the potential for exposure and display. Continuer la lecture

Appel à communication :”Aux environs de Paris : les maisons de plaisance du Grand Paris, de Louis XIV à l’Empire”.

Robert de Cotte, Château de Meudon, chambre du grand dauphin ; chelinée et glace, profil du lit, 1708 – 1709, dessin, 28,7 x 49,1 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 13 janvier 2020.
Date de l’événement : date à préciser.
Lieu : Sceaux, château de Sceaux.

Organisée par Anaïs Bornet (docteure à Sorbonne-Université) et Francesco Guidoboni

(docteur à l’université Panthéon-Sorbonne)

Soutenue par l’association GHAMU (Groupe Histoire Architecture & Mentalités Urbaines) et par la Société d’Études du XVIIe siècle.

Les propositions, comportant les titres ou l’affectation de l’auteur, un titre de communication, le thème dans lequel elles se situent et un résumé ne devant pas dépasser 2000 signes, sont à envoyer avant le 13 janvier 2020 aux adresses suivantes : anaisbornet.ha@gmail.com et fg.archi@yahoo.it.
Dates prévisionnelles : 23-24 avril 2020
La journée d’études donnera lieu à une publication.
« Aux environs de Paris » : les maisons de plaisance du Grand Paris, de Louis XIV à l’Empire.

La création en 2016 de la « métropole du Grand Paris » est l’occasion pour les chercheurs et les acteurs du patrimoine de s’interroger sur l’héritage architectural de la banlieue parisienne – petite et grande couronnes – son identification, son histoire, sa conservation ou sa réhabilitation. Ces bâtiments, pour certains encore préservés, se trouvent aujourd’hui face à diverses problématiques de conservation, d’adaptation aux nouveaux besoins, d’accueil du public, etc., mais sont également souvent menacés par les transformations urbaines qui répondent aux évolutions de la société du XXIe siècle. Cette journée d’étude est consacrée plus particulièrement aux maisons de plaisance bâties entre la moitié du XVIIe siècle et l’Empire au sein des limites actuelles du Grand Paris. Souvent méconnus et peu valorisés, les vestiges de la villégiature francilienne – non royale – de cette période se trouvent au coeur de l’actualité ; la préservation de l’intégrité de ce patrimoine architectural fait aujourd’hui débat et est au centre des préoccupations des acteurs et défenseurs du patrimoine. Cet événement scientifique permettrait également d’observer les manières dont ces demeures sont inclues dans le paysage urbain actuel. Autrefois situées en dehors de la capitale, les demeures de plaisance suburbaines comprenaient en réalité des typologies diverses : châteaux, maisons de dimensions variées, folies et pavillons accompagnés de parcs et de jardins. La villégiature s’est en effet développée en Ile-de-France dès la Renaissance, où une élite fortunée (le roi et ses proches, certains courtisans, mais aussi des ministres, des grands financiers…) quitte la ville lors de la belle saison, et s’installe dans de somptueuses résidences « aux champs » pour s’y détendre et se divertir. Avec la création de la métropole du Grand Paris et l’annexion à la capitale de nombreuses résidences de villégiature, s’ouvrent de nouveaux questionnements sur les liens existants entre la ville et ce patrimoine autrefois éloigné. Les maisons de plaisance des « environs de Paris » firent dès le XVIIIe siècle l’objet de descriptions au sein de guides de voyage, guides qui se multiplient à cette période. Par ailleurs, certaines de ces demeures sont même prétextes au début du XIXe siècle à des recueils d’illustrations (Krafft et Ransonnette, 1801 et 1812). La bibliographie récente sur le sujet s’est focalisée de manière ponctuelle sur certaines communes franciliennes, alimentée entre autres par l’important travail monographique des chercheurs du service Patrimoines et Inventaire du patrimoine culturel de la région, publié entre autres dans la base Mérimée et au sein des collections « Cahiers du Patrimoine » ou, plus succinctement, « Images du Patrimoine ». Continuer la lecture

Appel à communication : “La réception du Siècle d’Or espagnol dans les pays germanophones”.

 

Bartolomé Esteban Murillo, Le jeune mendiant, XVIIe siècle, huile sur toile, 134 x 100 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 31 mars 2020.
Date de l’événement : 08 et 09 octobre 2020.
Lieu : Saint-Etienne, université Jean Monnet.

Bien qu’elles soient certainement plus anciennes(1) les influences culturelles réciproques entre l’Espagne et les pays germanophones se développent fortement durant le Siècle d’Or. Les portraits royaux du Prado et du Kunsthistorisches Museum de Vienne témoignent des nombreux échanges de princesses qui importent leurs habitudes et leurs goûts, telle l’impératrice Marguerite, fille de Philippe IV, immortalisée par Vélasquez dans Les Ménines, qui demande à son époux, l’empereur Léopold Ier, de faire représenter des comedias espagnoles à la Cour de Vienne. Par ailleurs, la Guerre de Trente ans, qui dévaste les pays germaniques, donne naissance au Simplicius Simplicissimus de Grimmelshausen, dont le héros, allant d’un maître à un autre, suit les traces des pícaros espagnols. Continuer la lecture

Appel à communication : « Horizons emblématiques ».

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 10 mai 2020.
Date de l’événement : 05 septembre 2020.
Lieu : Bussy-le-Grand, château de Bussy-Rabutin.

La richesse de l’œuvre littéraire de Roger de Rabutin est désormais établie, qu’il s’agisse de son roman, de ses Mémoires ou de ses écrits épistolaires et poétiques ; cependant, ses réalisations figuratives, bien qu’elles soient tout aussi raffinées, sont moins connues, même si elles ont fait l’objet de plusieurs études.

Lors de son exil bourguignon, Bussy-Rabutin s’est attaché à la décoration de ses châteaux, Bussy et Chazeu. Il a notamment conçu un programme décoratif original pour orner plusieurs pièces du château de Bussy-le-Grand. Ce décor exceptionnel par son ampleur et par ses emprunts au genre de l’emblème suscite de nombreuses interrogations et appelle des approfondissements. Continuer la lecture

Appel à communication : “Le Parfumeur : évolution d’une figure depuis la Renaissance”.

Pierre Gouthière, Paire de brûle parfum, XVIIIe siècle, bronze, dorure et porcelaine, 29 cm de hauteur, Paris, musée du Louvre.

Type : appel à communication pour un colloque international.

Date limite de l’appel : 15 juin 2020.
Date de l’événement : 28 et 29 janvier 2021.
Lieu : Versailles, auditorium du château de Versailles .

***English follows*** 

Colloque international organisé par Alice Camus (Guerlain / CRCV) et Érika Wicky (Université Lumière Lyon 2 / LARHRA).

Fruit d’un savoir-faire qui s’est constitué dès l’Antiquité, la parfumerie détient une histoire riche et complexe dont de nombreux aspects restent à explorer, car son historiographie est récente et encore peu développée (Reinarz, 2014). La voie de la recherche sur ce sujet a été ouverte dans les années 1980 par des études menées tout d’abord sur le corps, ses soins et sa parure, telles celles de Georges Vigarello (1985) sur l’évolution des pratiques d’hygiène ou celles de Philippe Perrot (1984) sur les artifices utilisés pour conformer le corps à une image fantasmée. Ces analyses des pratiques de toilette, des accessoires de la parure et des produits de luxe ont mené à l’étude de l’histoire de la parfumerie. Pionniers dans ce domaine, les travaux d’Annick Le Guérer (1988 et 2005) ont été augmentés et approfondis par les recherches de Catherine Lanoë (2008), d’Eugénie Briot (2015) et de Rosine Lheureux (2016), centrées sur l’Ancien Régime et le XIXesiècle français. Holly Dugan (2011) s’est intéressée à la parfumerie de la période moderne en Angleterre tandis qu’Anna Messinis (2017) a choisi d’envisager dans l’histoire longue la parfumerie vénitienne. Située à la croisée de plusieurs champs d’études, dont l’histoire du corps, des sciences, du luxe et des pratiques de consommation (Roche, 1989), l’histoire de la parfumerie a bénéficié des avancées de la recherche dans de nombreux domaines. Elle s’est nourrie, en particulier, des travaux consacrés à l’histoire des sensibilités olfactives (Corbin, 1982 ; Halliday, 1999) et à l’anthropologie historique des sens (Classen et Howes, 1994) qui ont permis de déterminer les conditions de l’épanouissement de la parfumerie. Continuer la lecture

Colloque : “Le mythe Le Brun, entre attaques et critiques”.

Nicolas de Largillière, Portrait de Charles Le Brun, XVIIe siècle, 232 x 187 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : colloque.
Date de l’événement : 16 et 17 décembre 2019.
Lieu : Centre allemand d’histoire de l’art, Paris.

organisées à l’occasion du 4e centenaire de la naissance de Le Brun par le Centre Georges Chevrier (Université de Bourgogne, UMR 7366) et le Centre allemand d’histoire de l’art

16-17 décembre 2019, Centre allemand d’histoire de l’art, Paris

Les colloques dédiés à un artiste à l’occasion d’un anniversaire ont souvent pour objet de construire ou d’alimenter une consécration. Le but de celui-ci est tout autre : il s’agit au contraire d’analyser comment s’est forgée une légende noire.
Avant même la disparition de Colbert, d’importantes figures de la cour de Louis XIV, comme Louvois, des artistes, comme Pierre Mignard ou Simon Jaillot, cherchèrent à mettre en difficulté l’autorité que Le Brun avait prise dans le domaine des arts. Cette rivalité se transforma en critique acerbe dans les publications de Roger de Piles autour de 1700. Jugées porteuses d’un discours dépassé et officiel, marquées par un coloris tranché perçu comme sans nuances, les œuvres de Le Brun ont souvent servi, depuis Watteau, de repoussoir. Continuer la lecture

Soutenance de thèse : “La peinture animalière en France au XVIIIe siècle (1699-1793) : quand l’animal devint sujet”.

Anonyme, Singerie, école française du XVIIIe siècle, marché de l’art.

Type : Soutenance de thèse.
Date :  10 janvier 2019.
Lieu : Lille, université de Lille, campus Pont de bois (Villeneuve d’Ascq) – Salle A1.152

 

Madame Loreline Pelletier soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés “La peinture animalière en France au XVIIIe siècle (1699-1793) : quand l’animal devint sujet”.

Il fallut attendre les prémices du XVIIIe siècle pour qu’en France, sous l’impulsion d’artistes flamands, quelques peintres commencent à s’intéresser aux animaux. À l’heure à laquelle était rejetée la thèse cartésienne de l’animal-machine au profit d’un regard nouveau sur la sensibilité animale, et alors qu’était débattue la question de l’âme des bêtes, les animaux, jusqu’alors cantonnés au rôle de simples figurants, acquirent une place nouvelle dans la peinture. Pourtant, malgré les nombreuses études portant sur la représentation des animaux à travers le temps, la peinture animalière demeure encore très peu étudiée. Cette thèse n’a pas pour objet la représentation des animaux dans la peinture mais bien la peinture animalière considérée comme un genre pictural à part entière. Au premier plan de compositions aux thématiques diverses où il est mis en exergue, l’animal, désormais seul sur la toile, est devenu sujet. Qu’est-ce qui unit Le Singe antiquaire de Chardin au Portrait d’un Cavalier King Charles de Jean-Baptiste Huet ? Comment l‘Hallali de cerf d’Alexandre-François Desportes et l’Allégorie du Feu de Jean-Baptiste Oudry entrent-elles en résonance ? C’est au prisme de la figure centrale des animaux que ces œuvres, pourtant si différentes, sont appréhendées dans cette étude. En envisageant les animaux comme sujet(s) – celui des peintres et de leurs contemporains, mais aussi celui de ce travail –, et tout en interrogeant la notion fondamentale de genre pictural ainsi que la multiplicité du terme même de « sujet », cette thèse entend mettre en lumière le développement ainsi que la construction théorique et pratique de la peinture animalière française du XVIIIe siècle.

Continuer la lecture

Soutenance de thèse : « Un sculpteur romain à la cour de France : alliances, fortune et œuvre de Jean-Baptiste Tuby (1629-1700) ».

Jean-Baptiste Tuby, L’île du Printemps, jonchée de fleurs, figure de flore à demi-couchée entourée de 4 amours tenant des guirlandes de fleurs s’échappant du vase central, 1672-1675, sculpture, Versailles, jardin du château de Versailles.

Type : Soutenance de thèse.
Date :  14 décembre 2019 à partir de 14h.
Lieu : Tours, université de Tours.

Monsieur Antoine Maës soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés « Un sculpteur romain à la cour de France : alliances, fortune et œuvre de Jean-Baptiste Tuby (1629-1700) », dirigés par Madame Marion Boudon-Machuel.

Soutenance prévue le samedi 14 décembre 2019 à 14h00. Lieu : Université de Tours – Centre d’études supérieures de la Renaissance – 59, rue Néricault-Destouches – 37013 TOURS Salle : Rapin. Entrée libre.

Né à Rome en 1629, Jean-Baptiste Tuby fit toute sa carrière dans le royaume de France. Devenu « sculpteur ordinaire du roi » en 1659, probablement peu après son installation à Paris, il connut une ascension rapide dès les premières années du règne de Louis XIV. Agréé et reçu à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture en 1663, puis logé à la manufacture des Gobelins à partir de 1664-1665, il reçut ses lettres de naturalité en 1672. Le sculpteur fut régulièrement sollicité pour contribuer à l’embellissement des résidences royales, en particulier Versailles, où il donna la pleine mesure de son talent, et prit également part à l’exécution de prestigieux monuments funéraires. Il travailla souvent à partir de dessins fournis par Charles Le Brun, Premier Peintre du roi, qu’il sut traduire avec virtuosité dans différents matériaux, notamment le marbre et le plomb, tout en insufflant son propre style. Parmi les treize enfants connus que Tuby eut avec ses deux épouses successives, seul Jean-Baptiste II Tuby entreprit une carrière de sculpteur. Celle-ci ne fut toutefois pas aussi féconde que celle de son père, décédé en 1700. Continuer la lecture

Journées d’études :” À l’ombre de maîtres : les artistes dits « secondaires » dans les arts en Europe du XIIe au XIXe siècle”.

Type : journées d’études.
Date de l’événement : 05 et 06 décembre 2019.
Lieu : Auditorium de la Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin, 5 allée Jacques Berque, 44000 Nantes.

Organisées par l’UMR 6566 CReAAH (Centre de recherche en Archéologie, Archéosciences et Histoire) et le laboratoire LARA (Laboratoire de recherche en Archéologie et Architectures) de l’Université de Nantes en collaboration avec l’Inventaire du Patrimoine de la région des Pays de la Loire. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Un « prodigieux amas » d’images : Le département des Estampes et de la photographie de la BnF : enjeux et perspectives pour la recherche en histoire de l’art” par Corinne Le Bitouzé et Chloé Perrot (21 novembre, Paris).

Charles-Nicolas Cochin père d’après Charles-Nicolas Cochin fils, Frontispice du « Catalogue raisonné des diverses curiosités du Cabinet de feu M. Chevalier de La Roque », 1745, gravure sur cuivre, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 21 novembre 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Dès sa création en 1667, le cabinet des estampes de la Bibliothèque du roi, futur département des Estampes et de la photographie de la BnF, est riche de 85 000 estampes. Depuis cette date, la collection n’a cessé de croître, agrégeant au fil du temps toutes les nouvelles formes d’images multiples : photographies, reproductions photo-mécaniques et maintenant impressions numériques. Hors de son périmètre à l’origine, le dessin y occupe également une place importante. C’est aujourd’hui un « prodigieux  amas » de près de 15 millions d’images, occupant 24 km de rayonnages. La question de l’accès à cet imposant corpus iconographique s’est donc très vite posée.  Continuer la lecture