Archives de catégorie : Rencontres scientifiques

Conférence du GRHAM : “Une première exposition sur le peintre Jean Bardin, apports et questionnements” par Frédéric Jiméno (8/12/2022, Paris)

Jean Bardin, La Pénitence, 1782, huile sur toile, 216 x 485 cm, Saragosse (Espagne), chartreuse de Notre-Dame de Aula Dei, réfectoire.

Type : Conférence.
Date et horaire : 8 décembre 2022 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le musée des Beaux-Arts d’Orléans organise la toute première exposition consacrée au peintre Jean Bardin (1732-1809). Directeur de l’école de dessin d’Orléans à partir de 1786, ainsi que du premier musée d’Orléans dès 1799, Bardin est fortement associé à l’histoire de cette ville. C’est l’occasion pour le GRHAM d’inviter son commissaire scientifique, Frédéric Jimeno, à nous présenter ce projet. Continuer la lecture

Colloque : « Graver la danse, la musique, les sciences et la géographie : Corps de métier et diffusion des savoirs au XVIIIe siècle ».

Type : colloque.
Date de l’événement : 21 et 22 novembre 2022.
Lieu : Paris, INHA, salle Vasari.

Journées d’études organisées dans le cadre du programme de recherche « Chorégraphies. Ecriture et dessin, signe et image dans les processus de création et de transmission chorégraphiques », mené à l’INHA, en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la danse.

Organisation : Pauline Chevalier (INHA) et Johanna Daniel (INHA) Continuer la lecture

Journée d’étude: “Créer une mémoire des passés antiques: Choix, constructions et transmissions du IXe au XVIIIe siècles” (Paris, Bibliothèque Sainte-Barbe, 13 & 14 octobre 2022)

Type : Journée d’étude
Date de l’évènement : 13 & 14 octobre 2022
Lieu : Amphithéâtre de la Bibliothèque Sainte-Barbe à Paris

Inscription obligatoire : caroline.crepiat@univ-lille.fr

Programme : 

Continuer la lecture

Soutenance de thèse : ” Vivacité, présence, éternité. Décor et illusion dans les églises de Paris et des environs (1622-1793)” par Emilie Chedeville

Pierre-antoine Demachy, Caprice (Galerie Mendes)
Type : Soutenance de thèse.
Date :  24 septembre 2022 à 14h
Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Vasari (1er étage).
 
Émilie Chedeville soutiendra sa thèse intitulée :
 
“Vivacité, présence, éternité. Décor et illusion dans les églises de Paris et des environs (1622-1793)”
 
devant un jury composé de :
 
Isabelle Brian, professeur des universités, Université de Lorraine, examinateur
Frédéric Cousinié, professeur des universités, Université de Rouen Normandie, rapporteur
Ralph Dekoninck, professeur ordinaire, Université catholique de Louvain, rapporteur
Christine Gouzi, professeur des universités, Sorbonne Université, examinateur
Étienne Jollet, professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
 
le samedi 24 septembre 2022 à 14h, Galerie Colbert, Salle Vasari.

Résumé

Cette thèse étudie le rôle de l’illusion de présence dans les pratiques dévotionnelles de la seconde modernité en France à partir d’une dizaine de décors ecclésiaux. Ceux-ci sont caractérisés à la fois par une configuration spatiale ouverte, que l’on a appelée une structure « invitatoire », qui configure et ainsi conforme le spectateur à l’événement représenté, et par des sujets narratifs aptes à se fondre dans ce mode événementiel, principalement des théophanies. Il revient au spectateur d’accepter l’écart entre la vérité et la représentation, et de combler cet écart par un sentiment religieux. C’est en définitive la part de lui-même que le spectateur accepte d’investir affectivement dans le décor qui rend l’illusion effective et qui transforme les événements représentés en événements de présence, vifs et présents. L’illusion permet, en se fondant sur le paradigme liturgique, de mêler les temporalités divines et humaines, pour donner aux épiphanies visuelles une validité éternelle. Ainsi les décors peuvent-ils, à cause de cette surenchère temporelle garante d’un efficace, prendre une réelle connotation politique pour mieux justifier les fondements des groupes sur une validité divine. Cependant, à trop rechercher l’efficace de cet effet d’illusion, ces décors en arrivent à un évidement du sens spirituel qui autrefois les caractérisait, le sens s’échappe de la figure religieuse, au profit d’impressions abstraites. On en arrive en définitive à une désincarnation du décor, indice de la mutation de la foi en croyance.

Mots-clés :  Illusion – Décor – Présence – Art religieux – Esthétique de l’effet – Esthétique de la présence – Art et liturgie – Synesthésie – Vraisemblance – Histoire de l’art religieux – Histoire des sensibilités

Conférence : “De la rue au Salon, émergence de sociabilités nouvelles dans le Paris de Boilly”.

Louis Léopold Boilly, La femme de l’artiste dans son atelier, ca. 1796-1799, huile sur toile, 40 x 32 cm, Williamstown, Sterling and Francine Clark Art Institute.

Type : conférence.
Date de l’événement : 22 juin 2022 à prtir de 17h.
Lieu : Paris, musée Cognac-Jay.

Par Francesca Whitlum-Cooper (National Gallery, London) et Etienne Bréton (Saint Honoré Art Consulting).

Conférence organisée par le GIS Sociabilités dans le cadre du cycle “Représenter la sociabilité urbaine de Hogarth à Boilly” à l’occasion de l’exposition “Boilly. Chroniques parisiennes”.

Francesca Whitlum-Cooper (National Gallery, London) : “Boilly, les boulevards, et la sociabilité des rues”

Tout au long de sa carrière, Louis-Léopold Boilly a été le témoin de la vie parisienne. De sa première parade des Parisiens (des jeunes et des vieux, des élégants et des pouilleux, des sans-culottes et des soldats) dans La Marche incroyable (vers 1797), à son dernier grand tableau du boulevard, la Scène de carnaval (1832), Boilly dépeint les scènes de rue. Surtout, il s’intéresse au spectacle de la foule. Observation piquante de la vie humaine ? Regard humoristique sur ses contemporains ? Ou thématique parfaite pour montrer la précision détaillée de son pinceau ? Cette conférence évoquera la fascination de Boilly pour les divertissements et les gens du boulevard, nouveau lieu de sociabilité à Paris dans les premières décennies du XIXe siècle.

Continuer la lecture

Colloque international : L’or à la Renaissance en Europe occidentale. Approches interdisciplinaires / Gold in Renaissance Western Europe. Interdisciplinary Approaches (Paris & Nanterre, 9-10 juin / June 2022)

Carlo Crivelli, Marie Madeleine, c. 1480, tempera et or sur panneau, 152 x 49 cm, Amsterdam, Rijksmuseum, SK-A-3989

Type : Colloque international
Dates de l’évènement : 9-10 juin 2022
Lieux :  Paris, Louvre C2RMF (auditorium Palissy) / Université Paris Nanterre (auditorium Weber)

Dans le cadre du projet AORUM (Analyse de l’OR et de ses Usages comme Matériau pictural en Europe occidentale aux XVIe et XVIIe siècles), un colloque international et interdisciplinaire sur « L’or à la Renaissance en Europe occidentale » se tiendra les 9 et 10 juin 2022 à Paris (C2RMF) et à l’université Paris Nanterre.

Comité organisateur : Christine Andraud (MNHN), Valentina Hristova (Fondation des Sciences du Patrimoine et Université Paris Nanterre), Anne-Solenn Le Hô (C2RMF), Romain Thomas (Université Paris Nanterre et CNRS)

Comité scientifique : Erma Hermens (Fitzwilliam Museum & Hamilton Kerr Institute, Cambridge University), Julien Lugand (Université de Perpignan Via Domitia), Philippe Sénéchal (Université de Picardie Jules Verne), Laurent-Henri Vignaud (Université de Bourgogne), Alison Wright (University College London), Rebecca Zorach (Northwestern University)

Programme : Continuer la lecture

Colloque international du GRHAM : “Art et amitié aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe” // “Art and friendship in the 17th and 18th centuries in Europe”

Type : colloque international.
Dates de l’événement : 14 et 15 juin 2022.
Lieu : Salle Vasari, 1er étage, INHA, Paris.

PROGRAMME

14 juin 2022

9h30 Accueil

10h00 Introduction
Marine ROBERTON, doctorante Histoire de l’art moderne, UParis 1 Panthéon-Sorbonne
Charlotte ROUSSET, doctorante ATER Histoire de l’art moderne, IRHiS, ULille

10h15 Conférence d’ouverture
Aurélie PRÉVOST, docteure Histoire moderne, ULumières Lyon 2, membre associée du CRULH
Représenter et critiquer l’Amitié exposée aux Salons (XVIIIe siècle) : une question sociale et politique ?

Discussion

Continuer la lecture

Conférence : “Les Historiæ canadensis (1664) de François Du Creux : les représentations du martyre et du Canada inscrites au sein de la culture visuelle de la Compagnie de Jésus”.

Grégoire Huret (1606-1670), Le Martyre des missionnaires jésuites, gravure, 33,2 x 44,5 cm, 1664, provenant du livre de François Du Creux, Historiæ canadensis, sev Novae-Franciae Libri Decem, Ad Annum usque Christi, MDCLV 1664 (Montréal, Université de Montréal, Bibliothèque des livres rares et des collections spéciales, Collection Baby).

Type : Conférence.
Date et horaire : Vendredi 25 mars 2022 12 h 30 à 13 h 45 (heure de Montréal).
Lieu : En ligne, Zoom.

Lors de la prochaine séance du séminaire “Diffusion, circulation et appropriation des savoirs” qui aura lieu à Montréal, vendredi 25 marrs, de 12 :30 à 13 :45, Pierre-Olivier Ouellet présentera une conférence ayant pour titre « Les Historiæ canadensis (1664) de François Du Creux : les représentations du martyre et du Canada inscrites au sein de la culture visuelle de la Compagnie de Jésus ».

 

Dans la veine des productions littéraires relatives aux missions et aux martyrs de la Compagnie de Jésus, la rédaction des Historiæ canadensis, sev Novae-Franciae Libri Decem, Ad Annum usque Christi, MDCLV de François Du Creux (1596-1666) a été amorcée en 1643, en France. Oscillant entre la douce description du Nouveau-Monde, de la nature et de ses habitants, et la mort violente des pères Jean de Brébeuf (1593-1649) et Gabriel Lalemant (1610-1649), le livre du père Du Creux embrasse alors une vision manichéenne veillant à produire le plus grand effet sur son auditoire. Plus encore, il lie le sort des missionnaires à la sanctification (par le sang) de cette terre païenne. Ainsi, en tenant compte des représentations du territoire et du martyre – et en les mettant en relation avec le récit livré par l’auteur des Historiæ canadensis – nous examinerons les pratiques jésuites relatives à l’emploi des images, telles qu’inscrites de manière plus large dans la culture visuelle développée par l’ordre religieux entre la fin du XVIe et le troisième quart du XVIIe siècles. Continuer la lecture

Candidatures Université d’été : “Techniques Picturales (1400-1900)”

Type : Université d’été
Date limite des candidatures : 30 avril 2022
Dates de l’évènement : 4-8 juillet 2022
Lieu : Centre Malher, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L’université d’été « Techniques picturales (1400-1900)” se propose d’explorer certains pans de l’histoire de l’art pictural sous l’angle de la technologie. Des points clés de la peinture tels que le dessin et la production de multiples, la préparation des toiles et la peinture à l’huile, ou encore la couleur et ses modes de production seront étudiés. Chaque point sera développé au travers d’une école artistique et nourri par les interventions d’historiens de l’art, de chercheurs en sciences du patrimoine, de conservatrices du patrimoine et de restauratrices des biens culturels.

La formation s’adresse à douze étudiants en cours de doctorat en histoire de l’art ou en sciences du patrimoine, ou inscrits en master 2 et envisageant un doctorat. L’enjeu de cette université est que les participants acquièrent les fondements d’une étude technologique et expérimentent ces notions. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Le roi est mort, vive le roi ? : Le corps royal à l’instant de son décès” par Itay Sapir (3 mars, Paris).

Petrus Paulus Rubens, L’Apothéose de Henri IV et la proclamation de la régence de la reine, le 14 mai 1610, ca. 1621-1625, huile sur toile, 394 x 727 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence.
Date et horaire : 3 mars 2021 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le paroxysme et la raison d’être du concept des deux corps du roi sont atteints à l’instant où le corps terrestre du souverain disparait pour ne laisser intact que le corps politique, voué à la continuation dynastique. Que le roi ait souffert d’une longue agonie ou qu’il soit mort subitement, que la cause du décès soit une violence extérieure ou la déchéance naturelle du corps, peu importe : c’est à l’instant de la mort que l’unité des deux corps se délie.

La représentation visuelle du moment du décès à la première modernité est un sujet fascinant et peu étudié; dans la peinture, c’est vers 1600, notamment avec Caravage, qu’un nouvel intérêt pour l’instantanéité de la mort émerge, et que des outils picturaux sont développés pour montrer le devenir-cadavre d’un humain et la temporalité si complexe de l’événement/processus. Quand le mort est un roi, les enjeux ne sont que plus cruciaux encore. Comment figurer le corps physique vidé de son pouvoir et de sa vitalité tout en assurant par l’image l’évidence de la pérennité du corps souverain immortel? Comment s’insère l’image de la mort du roi dans la série des représentations du souverain vivant qui la précèdent? Lorsqu’il s’agit d’une mort royale, l’instant de la mort est-il souligné ou plutôt esquivé dans les images, et la charge symbolique prend-elle le pas sur la représentation naturaliste du décès? En quoi les images de la mort du roi se diffèrent-elles des images du décès d’autres personnes, contemporaines des artistes qui les ont représentées ou bien faisant partie d’un passé plus ou moins lointain? Continuer la lecture

Soutenance de thèse : “Le sommeil des Lumières (1699-1789)” par Florence Fesneau.

Jean-Frédéric Schall, L’Amour frivole, 1780-1789, huile sur bois, 66 x 56 cm, Paris, musée Cognac-Jay.

Type : Soutenance de thèse.

Date : Samedi 12 février 2022 à 14h.

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Jullian (1er étage).

 

Florence Fesneau soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire de l’Art, intitulée :

« Le sommeil des Lumières (1699-1789) » Continuer la lecture

Colloque : “Le mythe de Versailles et l’Europe des cours, XVIIe–XXe siècles”.

Type : colloque.
Date de l’événement : 27-29 janvier 2022.
Lieu : Versailles, auditorium du château de Versailles et online.

Colloque international organisé par le Centre de recherche du château de Versailles dans le cadre de son programme de recherche « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIeXIXe siècles) ». Il se tiendra les 27, 28 et 29 janvier 2022 à l’auditorium du château de Versailles. Les communications seront données en français et en anglais. Le colloque sera également diffusé en direct sur la chaîne Youtube du Centre de recherche du château de Versailles. L’accès à la retransmission ne nécessite pas d’inscription préalable. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “L’artiste canadien François Baillairgé (1759-1830) : de la mention à la reconnaissance ?” par Pierre-Olivier Ouellet, 27 janvier 2022, en visioconférence.

François Baillairgé d’après Le Dominiquin, Étude de jambe d’après « Le Martyre de saint André », 1778-1781, sanguine et mine de plomb sur papier, 60 x 46,1 cm, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, 1975.243R.

Type : Conférence.
Date et horaire : 27 janvier 2022 à 19h (CET-Paris).
Lieu : Visioconférence sur Zoom, inscription gratuite sur asso.grham@gmail.com

 

“La renommée universelle de l’École de sculpture française aurait dû attirer à Paris quelques-uns de ces bons artisans désireux de parfaire leur éducation. Mais, je n’ai relevé qu’un seul nom canadien inscrit sur les registres d’immatriculation de l’Académie Royale de Paris. On y lit à la date du 21 février 1779 la mention suivante : « François Baillairgé, S., natif de Québec, âgé de 20 ans. Élève de M. Stouff. Protégé par M. Lagrenée le jeune. » Aucune trace ne subsiste des œuvres de cet artiste dont le nom a été surtout illustré par son fils qui devait jouer un rôle important dans la première moitié du XIXe siècle”.

– Louis Réau, Histoire de l’expansion de l’art français : Pays scandinaves, Angleterre, Amérique du Nord (1931)

 

En 1931, l’historien de l’art Louis Réau (1881-1961) publie le troisième tome de son Histoire de l’expansion de l’art français, consacré aux pays scandinaves, l’Angleterre et l’Amérique du Nord. Dans son analyse de l’art canadien, François Baillairgé (1759-1830) se présente alors tel un faible maillon entre la France et le Canada, un nom surgit au gré d’un dépouillement d’archives. Pour Réau, l’artiste semble d’autant plus négligeable qu’il ne laisse aucune œuvre et que son propre fils, l’architecte Thomas Baillairgé (1791-1859), parvient à le surpasser. Autrement dit, déjà voué à revêtir un rôle mineur dans la grande histoire de l’art français – étant donné la nature même du livre de Réau – François Baillairgé fait ainsi figure d’artiste secondaire, voire tertiaire. Continuer la lecture

Colloque : “Censurer les arts – Encadrer les corps”.

Type : colloque.
Date de l’événement : 04 et 05 février 2022.
Lieu : Paris, Ecole National des Chartes et online.

Programme

Jour 1 – Vendredi 4 février 2022

10h00 : Accueil des participant·es

10h15 : introduction

10h30 : Invisibiliser et formater les corps

Modération : Mathilde Leïchlé

  • Maël Tauziède-Espariat (Docteur en histoire de l’art et ATER à l’Université Paris Nanterre)

« La censure des “nudités” à Paris au XVIIIe siècle. » Continuer la lecture

Journées d’étude : “Les Couleurs retrouvées des Tapisseries d’Aubusson”.

Type : journées d’études.
Date de l’événement : 17 et 18 janvier 2022.
Lieu : Aubusson et online.

Ces journées d’étude seront l’occasion de partager les premiers résultats d’une recherche pluridisciplinaire originale menée dans le cadre du programme Aubusson: Les couleurs retrouvées des tapisseries fines d’Aubusson (XVIIIe siècle) — Culture matérielle: conception, production, caractérisation, altération et conservation soutenu par la Région Nouvelle Aquitaine. Centrées sur l’étude d’un exemple, une tapisserie récemment acquise par la Cité internationale de la Tapisserie à Aubusson, elles convoquent l’histoire naturelle, l’histoire sociale, l’histoire de l’art, les sciences physiques et chimiques, les sciences du patrimoine et les nouvelles technologies afin de renouveler la connaissance des objets analysés. Le propos touche donc à l’identification des choses représentées, à l’examen des processus d’élaboration et des stratégies de production des tapisseries, à reconsidérer les techniques de tissage et les matériaux utilisés par la constitution d’une base de données des différents supports et par l’analyse non invasive des colorants. Il s’agit aussi de poser des diagnostics de conservation et de présentation des collections et de tenter une restitution numérique des couleurs d’origine. Continuer la lecture